AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 :: Paris :: Le XIIème arrondissement :: Les rues et les ruines Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Quoi de mieux que de la vodka et des zombies à tuer! (pv Sergei/Anton)

 :: Paris :: Le XIIème arrondissement :: Les rues et les ruines
avatar
Sergei Karkoff
Nouvel arrivant
Messages : 42
Date d'inscription : 20/11/2016
Age : 21
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Déc - 16:58
Silencieusement, il était en train de marcher à travers les ruines d'une maison qui avait brûler dieux sait quand. Ce n'était pas très sécuritaire à cause du reste de la structure qui menaçait de tomber, mais aussi à cause des débris sur le sol et d'une bonne menace potentiel du aux zombies qui étaient dehors et qui cherchaient un bon repas! Pourtant, lui il était là pour trouver quelque chose d'utile sur le sol même qui pourrait peut-être causer sa mort. Sous les débris, il pourrait peut-être trouver de la nourriture? De quoi s'occuper un peu l'esprit? Tout était possible!

Mais, malgré tout l'optimisme du monde, il avait quand même de la difficulté à trouver ne serais-ce que quelque chose qui pourrait être utilisé... Ce n'était pas la première qu'il faisait. Juste avant de venir, il avait déjà regardé dans deux autres maisons. Entre le fait qu'il n'a trouvé que des conserves au contenu immangeable et des vide, il n'avait pas eu de chance. C'était pour ça qu'il prenait autant de risque.

Dans une zone moins endommager de la résidence, il y avait une armoire qui semblait passablement en bonne état, si on considérait qu'elle était juste un peu toaster. En faisant bien attention pour ne pas la faire trop craquer, il l'ouvrit lentement et fit des gros yeux en voyant le contenu. Il y avait de la vodka! Bon, pas de conserve, mais ça c'était fantastique! Il n'avait pas à craindre de mourir de faim vue le nombre de calorie ça avait!

En regardant autour de lui, il chercha des yeux un bâtiment qui semblait en bonne état pour passer la nuit. Une fois trouver une maison deux étages pas loin, il s'y rendit en mode ninja. Après avoir planter son couteau dans la tête de deux zombies qui le dérangeait, il ouvrit la porte et entra sur ses gardes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Anton Pendragon
Modérateur
Messages : 112
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 23
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Déc - 2:19
Allez, explore !

Téméraire s’enfonça dans le bâtiment avec la fougue d’un mâle n’ayant pas vu de femelles depuis deux ans. Je parcourais le XII depuis deux ou trois jours, ce n’était pas un secteur que je visitais régulièrement car il y avait des militaires dans le coin et j’appréciais moyennement les croiser. Ils avaient la gâchette facile et jouait les moralisateurs dès qu’ils savaient que j’étais un ancien de la maison. Mais il fallait bien varier un peu les plaisirs dans la vie, alors pourquoi pas ?

Bah c’est le principe d’être solitaire, il n’y a rien qui m’en empêche alors j’ai commencé à me balader là-bas. Il y aurait peut-être des choses à récupérer ? On trouvait pas mal de vielles boutiques d’électroniques. Bien que la côté ait baissé, je sais que les smartphones valent encore un paquet de pognon. Mais bon, je vais être sincères, j’ai fait chou blanc jusqu’à présent. Les militaires avaient visiblement ratissés la zone et récupérés tout ce qui pouvait servir. J’avais juste récupérer un vieux .22 poussiéreux et quelques balles dans l’appartement d’un ancien adepte de Pétain. Bon ça rapporterait quand même un peu…

Un soir alors que j’en avais un peu ma claque après une journée bien pourrie, je me suis posé dans un immeuble. Une maison à deux étages, plutôt tranquille et en relativement bon état. Il n’y avait rien de particulier si ce n’est un beau salon avec un super canapé au premier étage. Je me posais donc là, après avoir sécurisé la zone et que Téméraire ait marqué son territoire. Merci mon grand, j’adoooore cette odeur, merci, vraiment !

Je me suis donc endormi juste après une bonne bière et une boite de pois chiches. Moi aussi je sais marquer mon territoire ! Cependant, je fus réveillé en sursaut par un téméraire aux aguets qui me secouait comme un prunier. C’était sa façon à lui de m’avertir en cas de soucis.

- Ouais je me lève. Merci mon grand.

Je remis vite fait mes chaussure et saisit mon fusil. La baïonnette en avant et une balle dans la culasse, je me mis en position d’écoute. Oui, effectivement, j’entendais des bruits de pas. Discrets certes, mais il y avait une certaine régularité dedans, ils étaient trop maitrisés pour venir d’un zombie. C’était un humain qui venait d’entrer dans la maison. Question existentiel de ma vie : méchant ou gentil ? Dans son intérêt j’espère qu’il était gentil car j’étais salement remonté aujourd’hui et je me serais bien défoulé.

Je fis signe à Téméraire de rester silencieux, cette situation était celle pour laquelle j’avais morflé durant des moins voir même des années. L’infiltration dans une maison et le close combat. Je n’avais pas l’arme la plus appropriée mais ça ferait l’affaire. J’ouvris doucement la porte l’arme pointée en avant. Les pas montaient les escaliers. Je me mit en position, prêt à tirer. Quand je vis une tête émerger, suivit d’un torse et d’un bras tenant un couteau. J’étais très calme et quand il me vit, l’homme s’immobilisa :

- Bien, range ton couteau et ton masque et je te laisse monter. Sinon garde le en mains et tu redescends l’escalier. La question sera de savoir si tu auras un trou dans la tête ou pas.

Je ne dis rien de plus et j’attendis sa réponse…

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sergei Karkoff
Nouvel arrivant
Messages : 42
Date d'inscription : 20/11/2016
Age : 21
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 26 Déc - 18:32
Quand il était entré dans la maison, il avait vraiment cru que tout allait bien aller et qu'il allait pouvoir profiter d'un peu de repos, d'un verre ou deux de sa vodka et faire dieu sait quoi avant de reprendre sa route vers l'inconnu, mais, finalement, tout ça était à l'eau... En entrant, tout avait semblé calme, aucun bruit suspect ni habitant pour le perturber. Histoire d'être certain d'être en mesure de défendre sa position au cas ou et de pouvoir fuir rapidement par une fenêtre, il avait décidé de monté à l'étage toujours en étant sur ses gardes. Qui sait si un danger quelconque ne l'attendait pas un peu plus haut ou dans une chambre? Malgré tout, c'est pas lui qui est tombé face au danger, mais le danger qui est tombé en face de lui.

Alors qu'il montait une marche après l'autre, il finit par voir un homme qui l'attendait avec son chien, arme pointé sur lui... Personnellement, il détestait le bruit que faisait les armes à feu, contrairement au zombies qui eux savaient ou se trouvait leurs repas une fois entendu! Mais, quand-même, il n'était pas en position de quoi que se soit. Il n'avait pas envie de partir retourné dehors et il n'allait peut-être pas trouver une autre maison aussi en bonne état... Après s'être éclaircit la voix, il dit tout en faisant se que l'homme voulait:

-Ne t'en fais pas mon ami, je ne suis pas venu causé de problème. Cette maison est en relative bonne état et le deuxième étages fait une bonne défense en cas d'intrusion, comme maintenant...

Son couteau dans son étuis et son masque attaché à sa taille, il avança le peu qu'il lui restait avec une lenteur délibéré il s'arrêta en face de l'homme:

-J'ai passé une longue journée à fouillé dans les ruines et je voudrais seulement me reposer un peu.

Quand l'homme la laissa passer, il alla s'installer un peu plus loin dans le passage:

-Sans vouloir être indiscret, il y a d'autres personnes ici appart le chien et toi?

Il n'avait pas particulièrement envie d'avoir beaucoup de personne dans les jambes. Déjà qu'il était prit avec un... Si il avait à partager sa découverte, juste une personne était amplement assez!



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Anton Pendragon
Modérateur
Messages : 112
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 23
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 27 Déc - 2:04
Bon, au moins le gars était du genre conciliant et lucide dans ses paroles. Je baissais mon arme, j’avais Téméraire pour m’aider en cas de soucis, il prenait certainement plus de risques que moins dans l’affaire. Et je vais vous avouez, j’étais un peu sensible à sa situation. Entre solitaire on se comprend :

- Ouais, moi aussi j’ai une longue journée. Je comprends ta situation, entre donc. Partageons un petit verre. Ne te fais pas de soucis, nous ne serons que toi, moi et mon chien.

Je m’effaçais pour laisser entrer mon ami audiblement russe ou d’un pays de l’est. Il était légèrement plus petit que moi mais je n’avais aucun doute sur sa force. Son équipement semblait indiquer qu’il était dans la rue depuis un moment et qu’il connaissait son affaire le bougre. Je lui indiquais le canapé, après tout j’avais plus ou moins le statut d’hôte. C’est seulement dans la pièce que je vis que le bougre avait les joues anormalement creuses. J’imagine qu’il n’avait pas eu de chance derrièrement…
Téméraire, comme d’habitude, vint voir notre invité et lui quémanda des caresses. Tu parles d’un nounours…

- T’es sensé lui faire peur et non des câlins !

Indiffèrent, il continua à faire le beau aux pieds de Staline en remuant la queue comme un dément. Moi je pris deux boites de fruits en conserve et deux bières dans un placard pour donner un exemplaire de chaque à mon bon invité :

- Tiens, on dirait que t’as pas mangé depuis des jours. Tu as de la chance, cette maison est bien fournie. En temps normal je ne suis pas aussi sympa.

Je me posais sur un fauteuil proche. J’entrepris d’arracher la capsule de la bouteille avec les dents :

- Je m’appelle Anton. Bienvenu dans mon petit abri temporaire. Et toi ?

Celui-ci me répondit en ouvrant ses propres provisions.

- Hunhun, t’es pas français si je ne m’abuse. Je me demande bien ce que tu fais en France, le gps de ton avion s’est planté et tu t'es tapé du parachute au-dessus de paris ?

Je vais vous dire, quand j’ai vu les bombes russes tomber le coin de la gueule de mon pays, j’ai eu du mal. J’avais juste envie de me taper un sprint jusque Moscou et de coller une balle dans la tête du dictateur local. J’espère vraiment que le président a lancé une frappe de représailles, un ultime défi avant que la France tombe. Je n’en voulais pas spécifiquement à ce gaillard, mais son accent de l’est faisait de lui un épouvantail et un bouc émissaire.

- Ne le prends pas mal, je ne dis pas ça pour te jeter une pierre quelconque, mais bon, j’imagine que tu as l’habitude. Si tu as besoin de manger encore, ce dont je ne doute pas, la cuisine est pleine. Par contre je te préviens, je ne cuisine rien du tout ! J’ai passé une journée de merde. En ce qui me concerne, à part cet appart, j’ai juste trouvé un vieux pistolet de calibre .22. Et toi, camarade de galère et de rue, tu as eu plus de chance ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sergei Karkoff
Nouvel arrivant
Messages : 42
Date d'inscription : 20/11/2016
Age : 21
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 16 Jan - 23:21
Le chien tenait à merveille au titre de meilleur ami de l'homme! Au lieu de lui faire peur, montré ses dents et de grogner, il s'était avancé vers lui avec la ferme envie de se faire caresser! C'était bien la preuve qu'il y avait plusieurs manière de combattre ses ennemis et, sincèrement, ça fonctionnait bien contre lui! Il n'était pas capable de résister à des animaux câlin. Avec précaution au début, il avança doucement sa main et se mit à lui caresser le derrière de ses oreilles. Il aimait beaucoup les animaux, mais, depuis que le dernier qu'il a eu c'était fait manger, il préférait être seul...

Il était tellement concentré qu'il avait à presque oublié la présence de l'homme, qui, en passant, avait été assez généreux pour lui offrir une bière et une conserve de fruits. Il eu presque envie de rire. Il avait presque eu envie de passer comme commentaire que c'était ici que la nourriture du cartier était passé! Après c'être assit et avoir ouvert sa bière, il se présenta comme étant Anton. C'était un nom très étrange, enfin, de son point de vue. C'était la première fois qu'il rencontrait un français avec un tel nom, mais bon, qui il était pour juger la personne qui l'Avait accepter sous son toit et lui partagea le pain de le sel? Sur son ton le plus polie, il se présenta un peu avant de commencer à ouvrir sa canette de fruits.

-Enchanter, mon nom à moi c'est Sergei.

Même s'il faisait son possible pour ne pas le montrer, il devait avouer que sa petite pique ne lui avait pas tout à fait plus. Après tout, il n'avait pas participé à tout ça. Mais c'est vrai qu'il approuvait se que Putine a fait pour empêcher que le fléau se répande partout encore plus... À l'heure qu'il est, il était certain que sa nation se portait bien. Il écouta aussi le reste de se qu'il avait à dire et il continuait de pensé qu'il était une personne assez généreuse.

-Ne t'en fait pas, comme tu dis j'ai bien l'habitude. Tu es une personne assez généreuse en se qui concerne la nourriture, mais je ne vais pas me servir à volonté. Je compte juste manger l'essentiel. J'aime bien aider, mais je déteste le sentiment d'être redevable. Je n'ais peut-être pas trouvé d'Arme, mais j'Ai trouver un vrai trésor national!

Doucement, il sorti sa bouteille de vodka de son sac et la posa sur la table devant lui. Il aurait bien aimé la boire lui-même, mais au moins comme ça il n'allait pas se sentir redevable et, qui sait, ça pouvait pas faire de mal d'Avoir un camarade pour une soirée! Après avoir manger quelques fruits avec ses doigts, il poursuivit.

-C'est la première fois que j'en trouve une en aussi bonne état. Même si ça ne va pas durer bien longtemps, ça me rappel un peu mon pays et je ne l'échangerais pas contre une arme! Mais je veux bien la partager un peu pour remboursé ma dette envers toi.

Il eu un petit sourire:

-Qu'est-ce que tu en dis? Peut-être qu'on va oublier un peu cette épidémie et avoir un sembalnt des vieux jours!




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Anton Pendragon
Modérateur
Messages : 112
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 23
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 17 Jan - 12:11
J’étais vautré dans mon coin à regarder Sergei. Son français était très correct, en fait, il était même meilleur que celui d’une bonne part de la population. Je souris quand il parla de vodka, je n’aimais pas spécialement ça, mais un verre ne se refuse jamais ! Surtout quand on a eu une journée de merde ! Cependant, si ce mec était un vrai russe, il y avait de bonne chance qu’il tienne mieux la boisson que la moitié de la population Française et que moi ! Vous pouvez me demander ce que vous voulez mais je ne tiens pas très bien l’alcool. Enfin c’est relatif, mais face à lui, c’est certains que je tiens mal l’alcool !

- Très bien, oublions la politique et des morts-vivants. La porte d’entrée est sécurisée en principe, sauf si tu l’as mal refermée. Je doute que tu sois aussi imprudent cependant. Ah ! et un détail, si je n’avais pas été là, tu aurais tout de même trouvé cet appart ! Alors me la joue pas solitaire dur à cuir ! Tu manges ce qu’il te faut et tu prends ce que tu veux, j’ai mes propres réserves !

J’allais dans la cuisine pour chercher des verres, hélas point de shooter. Ce ne devait pas être la demeure d’un fêtard. Tant pis, il faudrait bien faire sans. Je pris deux verres d’une taille raisonnable puis je les disposais devant nous. J’allais saisir la bouteille pour nous servir quand un doute retient mon geste. Je regardais Sergei dans les yeux guettant un quelconque accord pour ouvrir le breuvage.
Après un petit moment, je terminais mon geste et remplit vers la moitié les deux récipients.

- Je m’excuse par avance, les alcools forts ne sont pas du tout mon genre. Du coup je dose un peu comme je peux. Bien mon bon ami de galère, je vais lever un verre et porter un toast à… disons, le fait d’être vivant ! ça me semble pas mal.

Je vidais mon verre d’un geste souple avant de me souvenir pourquoi je ne buvais jamais d’alcool fort. Je sentais la totalité de mon système digestif hurler et je cru même qu’il allait se barrer en sortant par la porte de devant. Je sentis une énorme vague de chaleur monter sur mon visage et je cachais un hochet derrière ma main. Putain ça ramonait bien !

- Quelle idée j’ai eu de boire de la petite eau russe ! Bon, dis-moi Sergei, tu fais quoi de beau en ce moment ? A part vivre évidement, ou boire de l’alcool avec moi. Mais je voulais dire, par exemple, tu es sur une piste ou tu cherches à faire quelque chose en ce moment ? Moi par exemple, je suis en train de rassembler des trésors pour monter une petite expédition sur la tour Effel. Faut savoir s’amuser dans la vie, et il n’y a plus de lois qui m’interdise de faire de l’escalade sur la dame de fer.

Sur ces mots je me resservais un verre de vodka, c’est en pratiquant qu’on apprenait après tout. Je regardais Sergei droit dans les yeux et je lui dis :

- Ce verre, je le dédis à son successeur !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sergei Karkoff
Nouvel arrivant
Messages : 42
Date d'inscription : 20/11/2016
Age : 21
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 4 Mar - 20:13
Hein bien, on dirait que la diplomatie Russe fonctionnait toujours aussi bien! Il était content de voir que la mince barrière qu'il y avait entre eux était pas mal brisé. Béni soit la vodka! En tout cas, il ne pu se retenir de faire un petit à la fin du discourt de son partenaire de route temporaire. Après tout, il avait vraiment trouver l'endroit sans l'aide ou indication de personne. En tout cas, c'était vrai que son partenaire ne semblait pas particulièrement manquer de quoi manger, contrairement à lui, lui il avait perdu du poids. Puisqu'il lui avait donner la permission de prendre plus, il n'allait pas se gêner un peu plus tard... Ça faisait du bien de se reposer un tout petit peu, il n'avait pas vraiment eu de temps ses derniers jours.

En tout cas! il resta tranquillement assit sur le divan pendant qu'Anton cherchait des verres. Il fixait à tour de rôle sa bouteille de Vodka et le chiant qui était pas très loin de lui. Est-ce que les chien tienne l'alcool? Cette pensée ne lui était jamais venu en tête avant, mais il n'avait pas trop envie de demander à Anton. Bref, il revint assez rapidement avec deux verres normal et il lui fit signe de la tête qu'il pouvait belle et bien l'ouvrir.

Après que son verre fut remplit au même point, il fit lui aussi le toast et bue le contenu d'un seul geste. Comme ça faisait longtemps qu'il n'avait pas bue ça! I; était capable de voir des souvenir apparaître devant ses yeux tellement ça lui inspirait de la nostalgie! Contrairement à l'homme avec qui il était, il se mit à rire juste après sa gorgé. Peut-être que la bouteille allait presque entièrement lui revenir?

Tout en se servait un nouveau verre, l'homme lui exposa son plan d'escalade sur la tour Effel et de rassemblé des trésors pour l'expédition. En tout cas, on dirait vraiment que l'homme au chien avait trouvé la bonne personne pour son aventure! Il avait été plus d'une fois dans la tour Effel et, en plus, il connaissait des chemins pas si mauvais pour s'y rentre! Après s'être servit à son tour une autre tournée:

-À son successeur alors!

Il but de nouveau le verre et, après un frisson et un soupire de contentement, il répondit à l'homme se qu'il en pensait:

-Hein bien, on dirait vraiment que c'est le destin qui nous a réunit tout les quatre! Enfin, si on compte la bouteille de vodka et le chien. En tout cas, même si je suis pas monté aussi haut que ça, tu as l'une des seules personnes encore vivante qui soit grimpé jusqu'à la première étage! C'est un très bon point et personne n'ose y venir. Le chemin pour l'intérieur requière de l'escalade, alors je crois être en mesure de t'aider.

Il se re ajusta sur le divan et se pencha vers l'avant pour continuer:

-Je connais un bon chemin pour s'y rendre, bon, on va devoir faire un petit détoure, mais si on part demain, on va pouvoir y être dans quelques jours si on est vraiment prudent...

Après s'être remplit un troisième verre, il continua son idée tout en regardant l'homme à travers le verre:

-En tout cas, je n'ais pas grand chose à faire en se moment, j'avais promit à une amie de la revoir, mais je peux bien la faire attendre encore un peu ! En tout cas, je présume que par trésors tu parle de vivre non? Je ne te vois pas faire les tombes pour récupéré des bijoux!

Il ne pu s'empêcher de rire de sa propre blague, ça détendait l'atmosphère.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Epidemie :: Paris :: Le XIIème arrondissement :: Les rues et les ruines-
Sauter vers: