AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 :: Paris :: Le parc de Vincennes :: Le château de Vincennes Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Prendre soin des potagers [Doll]

 :: Paris :: Le parc de Vincennes :: Le château de Vincennes
avatar
Laurelynn Valentine
Rescapé
Ven 10 Aoû - 17:24
Laurelynn Valentine

La journée avait plutôt bien commencé pour Laurelynn, calme et nuageuse. Elle avait mis son chemisier noir, sa jupe en tartan rouge et noir, ses longues chaussettes noires et blanches et ses sneakers un peu usées. Elle avait pris son sac à dos tout rapiécé et était partit vers le jardin comme tous les matins.

Elle avait toujours cette démarche hésitante, parfois à jeter des coups d'œil autour, la plupart du temps à aller tout droit la tête un peu baissée sans regarder autour. Mais une fois dans le jardin au milieu des plans c'était son royaume. Elle relevait la tête et admirait chaque plante qu'elle avait aidé à faire pousser. On pouvait lire une fierté et une passion certaine dans l'expression de son visage. Et une forme de tristesse dans son sourire retenu.

Elle s'assit en tailleur au milieu du chemin entre deux potagers. Il était tôt, le château était encore calme. Elle leva les yeux pour regarder le ciel gris qui s'éclairait doucement avec le soleil. Elle ferma les yeux un moment et respira profondément. Elle resta là quelques minutes à écouter la nature, à apprécier le calme ténu du château.

Puis, bien motivée à entamer sa journée, elle se leva et alla déposer son sac dans le cabanon de bois aux abords des jardins. Elle en sortit avec un panier contenant quelques outils ainsi qu'un carnet et un crayon rangés dans une pochette plastique. Elle commença ensuite à inspecter les plants en déambulant dans les potagers.

C'était sa routine, elle allait passer la matinée à s'occuper du jardin tranquillement. À passer en revue tout ça et à noter scrupuleusement l'avancée des pousses et toute chose digne d'intérêt. À enlever des mauvaises herbes, récolter quelques fruits et légumes, tailler quelques plants et peut être planter de nouvelles graines. Bien qu'il fasse plutôt chaud elle n'arroserait pas, elle avait sentit le vent et la pluie s'annonçait pour midi au plus tard.

Elle n'était pas vraiment habillée pour ce type de travail mais ça ne l'avait jamais empêcher de le faire. À se mettre à genoux dans la terre et à s'occuper de tout cela elle se retrouvait forcément salie et poussiéreuse en fin de journée. Mais faisait bien attention à laver elle même ses vêtements chaque soir. Et avec la pluie bien entendu ça n'allait rien arranger.

La voilà justement qui se pointe en fin de matinée. Une pluie fine et rafraîchissante. Pas de quoi arrêter Laurelynn bien au contraire. L'humidité ne la dérangeait pas, le carnet était à l'abri dans sa pochette, son sac dans le cabanon. Elle était concentrée dans sa tâche, elle avait remarqué quelques nuisibles et cherchait patiemment leur nid pour pouvoir le déplacer à l'extérieur du château.

En effet nuisible ou pas Laurelynn ne tuait pas d'animaux. Très littéralement elle ne ferait pas de mal à une mouche. Bien entendu pour cette raison elle était végétarienne et ne s'occupait pas le moins du monde des animaux élevés par les Humanistes pour leur consommation.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Doll
Rescapé
Lun 13 Aoû - 1:41
Doll
Prendre soin des potagers.



Une petite goutte.. Puis une deuxième, une troisième et une quatrième.. Et ainsi de suite..

- Oh non…

Je n’ai pas envie de tomber malade, je n’avais aucune idée qu’il allait se mettre à pleuvoir dès ce matin ! Bon.. C’est vrai qu’il fait un peu frisquet depuis tout à l’heure mais je ne m’attendais pas à de la pluie. Réveillée tôt, je me suis mise en quête de découvrir un peu plus en détail le château de Vincennes. Je ne suis pas du tout encore assez familière avec l’endroit, je peinais déjà parfois à me repérer dans le lycée Voltaire.. Sans voir quoi que ce soit ou presque, c’est vraiment dix fois plus dur ici. C’est si grand..

En poussant une porte pendant mon exploration, tout en essayant de retenir le chemin que j’empruntais et de faire une sorte de carte dans ma tête, j’ai fini par atteindre par hasard l’extérieur. Alors j’ai suivi le chemin, l’air frais.. C’est quelque chose qui me manquais beaucoup quand on était au lycée. je ne pouvais pas sortir, comme on était au coeur de la ville.. C’était trop dangereux, alors là, sentir les rayons du soleil sur mon visage, la légère brise me souffler dans mes cheveux.. Eh bien ça m’a fait beaucoup plaisir, beaucoup de bien. Du coup.. Je suis restée dehors, et j’ai même trouvé un banc sur lequel je me suis assise pendant un bon moment.

Seulement.. Maintenant qu’il pleut je dois m’en aller. Dans la précipitation je crois que je me suis malheureusement trompée de chemin, je ne sais pas exactement où je suis et avec ce temps je doute que qui que ce soit ne fasse une balade matinale.. Tout le monde doit dormir, peut-être un garde qui traîne ? Je ne sais pas, j’espère !

Mine de rien je commence à doucement paniquer, à force de ne pas trouver, j’espère ne pas être en train de m’éloigner du château comme une cruche ! Je n’ai pas du tout envie de crier et de déranger tout le monde. Je veux dire.. Il doit bien y avoir un abri au bout de ce chemin, non ? Je marche vite, ma canne ne me sert presque à rien et je ne tarde pas à en payer le prix.

Mon pied se prend dans une.. Chose.. Une tige qui sort du sol ? Je ne sais pas, je pousse un petit cri de sursaut et, incapable de retrouver l’équilibre je me vautre lamentablement dans la terre. Par miracle, je ne me coupe pas ou ne me plante pas avec le couteau scotché au bout de ma canne. Par contre, je crois que j’ai de la boue partout sur moi et sur le visage, un peu, même un peu dans mes cheveux..

- Aooouuutch.. je me lamente en me mettant lentement à genoux, tâtonnant le sol près de moi pour retrouver mon bâton, - Zut..

Et cette pluie qui ne veut pas s’arrêter, même si ce n’est pas grand chose.. En tout cas, je crois que j’ai cassé quelque chose en tombant, je ne sais pas ce que c’est, il faudra que je le dise dès que je serais rentrée. Ce qui me chiffonne presque autant c’est que je viens de tâcher salement le sweat de Penelope et que j’ai peur de ne pas pouvoir le retrouver propre après lavage.. Même si moi je ne le vois pas, ce n’est pas très correct de se balader avec un sweat tâché de boue.. Déjà qu’il est trop grand pour moi et que mes mains se perdent dans les manches..


Codage par Libella sur Graphiorum



Things could all be worse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Laurelynn Valentine
Rescapé
Lun 13 Aoû - 17:10
Laurelynn Valentine

Laurelynn avait entendu quelque chose. Une voix, un cri ? Elle releva la tête en fronçant les sourcils pour regarder autour d'elle d'où cela pouvait provenir. Elle ne voyait pas grand chose alors elle se leva doucement, méfiante. Elle n'en vit pas beaucoup plus à part… les poivrons. À l'autre bout du potager les plants de poivrons bougeaient étrangement. Et ils se plaignaient ?

La petite botaniste secoua la tête. Pourquoi donc les poivrons se plaindraient ? Et pourtant… Elle prit son sécateur à main, au cas où. Elle espérait ne pas avoir à s'en servir. À vrai dire elle pensait surtout qu'un animal avait du s'échapper des élevages et cherchait sans doute de la nourriture dans le coin.

Elle commença à remonter lentement la ligne de légumes jusqu'au chemin à partir duquel elle pourrait facilement rejoindre les poivrons un peu plus loin. Sa démarche était hésitante, elle essayait quand même d'avancer un plus vite qu'à son habitude mais elle n'était pas bien rassurée.

Une fois arrivée sur le chemin elle pu distinguer un peu mieux les lieux de l'incident et notamment apercevoir… des chaussures qui bougeaient. Ce n'était donc pas un animal mais une personne qui s'était échouée là ? Laurelynn ne comprenait pas bien ce que quelqu'un viendrait faire dans les poivrons. Mais à la vue des plaintes la personne était peut être blessée. Sans perdre une seconde elle lâcha le sécateur et couru plutôt adroitement jusqu'à atteindre la personne mal en point.

Elle se pencha un peu pour mieux voir, elle avait l'air paniquée. Elle cherchait comment aider mais n'osait pas s'approcher plus.

- V…vous allez b…b…bien ?

Lança t'elle de sa petite voix timide et un peu tremblante. Laurelynn était elle même trempée, ses chaussettes et sa jupe étaient couvertes de terre et de boue. Elle portait encore ses gants de jardinage. Elle jetait des coups d'œils entre les plants pour reconnaître la personne mais elle lui semblait inconnue.

Elle était là depuis un moment à Vincennes mais elle avait sa routine bien à elle et évitait autant que possible les contacts non voulus. Une certaine solitude lui convenait tout à fait. Ainsi elle ne connaissait finalement que peu d'Humanistes.

La personne se débattant dans le potager semblait chercher quelque chose. Aux pieds de la botaniste traînait le bâton auquel était attaché un couteau. Elle ne l'avait jamais vu et il n'était pas là quand elle était passée plus tôt. Elle supposa assez rapidement que l'objet devait appartenir à l'inconnue. Elle le ramassa, mais ne su pas vraiment quoi en faire. Devait-elle le tendre à la personne en difficulté pour l'aider ? Ne risquait-elle pas de blesser l'une ou l'autre avec ce couteau ? Elle décida finalement de simplement l'informer d'une voix hésitante.

- J'ai votre ba…bat…t…ton, je crois ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Doll
Rescapé
Mer 15 Aoû - 12:22
Doll
Prendre soin des potagers.



Je sursaute lorsque j’entends une voix juste derrière moi, mais en même temps je me sens soulagée que quelqu’un se trouve dans le coin. Mais qu’est-ce qu’elle fait dehors par ce temps ? Si ça se trouve elle m’a juste vue tomber par une fenêtre et est venue comme ça à ma rescousse.Juste le temps de me remettre du petit sursaute je me tourne dans la direction d’où provient approximativement la voix. C’est une fille, qui parle. Je ne reconnais pas du tout sa voix.. Je suis presque certaine que c’est la première fois que je l’entends, peut-être qu’elle n’est pas là depuis longtemps. En tout cas.. Elle n’a pas eu l’air rassurée en me parlant, on aurait dit qu’elle grelottait, sûrement à cause du froid. J’espère ne pas lui faire attraper un vilain rhume avec mes bêtises.

- Non non..! Je.. Enfin si, je vais bien, je suis juste.. Tombée, je me suis perdue.. Où est-ce qu’on est ? Je.. Je suis désolée je ne vois rien du tout, à vrai dire.. Désolée..

Et j’espère par dessus tout n’avoir rien cassé d’important en trébuchant là comme une idiote.

Soudain, mon interlocutrice m’annonce qu’elle a pu retrouver mon bâton. Je porte une main à mon coeur de soulagement, ça m’aurait ennuyée plus que jamais de perdre ce cadeau. Je me relève en vacillant presque, peu assurée et je tend la main dans le vide, à peu près vers là où je pense que la fille se trouve en espérant qu’elle me le rende, je me met à sourire.

- C’est le miens ! Je l’ai perdu en tombant.. J’en ai besoin pour ne pas tomb.. Enfin, là il ne m’a pas servis à grand chose, mais c’est parce que je courrais.. Et après, euh.. Peut-être que vous pourriez me guider vers l’intérieur.. Ou un abri ? Je n’arrive pas encore à me repérer dans le château.. C’est.. C’est pour ça que je me suis perdue dehors, en partie.. Désolée de vous déranger, et que vous soyez sûrement, euhm, trempée..

Moi aussi, je le suis, et plutôt bien en plus. Je me souviens aussi subitement que je suis tombée dans la boue et que je dois être sale. Je touche mon sweat du bout des doigts et je sent rapidement une belle tache de boue sur ton mon ventre et même un peu plus haut, mes bras doivent êtres dans le même état, et je sais que j’en ai même sur le visage. Ce que j’ai là, j’essaie de l’essuyer de quelques revers de mains pour passer un peu moins pour une fille crade..

Codage par Libella sur Graphiorum



Things could all be worse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Laurelynn Valentine
Rescapé
Jeu 6 Sep - 12:37
Laurelynn Valentine

Inquiète et trempée Laurelynn écoutait attentivement la personne empêtrée dans les poivrons. Pour pouvoir lui apporter toute l'aide qu'elle était capable de fournir.

- Vous êtes dans les p…p…poivrons, dans le p…pot…tager, dans la cour du chât…teau…

Tandis que son interlocutrice se relevait avec difficulté, l'horticultrice s'approcha timidement de quelques pas. Mettant un pied dans le potager, pour pouvoir aider, au cas où. Cette personne lui semblait définitivement en difficulté et elle avait beaucoup de peine pour elle. Elle se sentait un peu coupable, elle avait en tête de placer des petites barrière tout autour des potagers, cela aurait pu permettre d'éviter le drame présent.

Comme elle l'avait deviné, le bâton qu'elle venait de ramasser appartenait bien à la fille dans les poivrons. Elle l'écoutait toujours avec attention, la regardant sans jamais croiser son regard. De toute façon la pauvre ne pouvait même pas le remarquer. Laurelynn attendit que son interlocutrice ait fini de parler avant de lui tendre doucement le bâton. Faisant bien attention à lui tendre le côté dénué de couteau et à placer le bout au creux de la main tendue.

- Je… je p…peux vous mener… au cabanon… il est t…t…tout proche… Mais v…vous ne me dérangez pas du t…t…tout… J'ét…tais… t…t…trempée bien avant vot…tre arrivée… j'ai l'habit…tud…de…

Bégaya t'elle peu sûre d'elle, essayant maladroitement de se montrer rassurante. Puis elle regarda ses mains quelques secondes, hésitante. Elle fini par retirer ses gants de jardinage et avant de tendre une main aidante à la fille dans les poivrons elle ajouta :

- Je… m'ap…p…pelle Laurelynn. Je m'occup…pe des jardins et pot…t…tagers ici…
P…p…puis-je vous p…prendre la main p…pour vous guider ?


Elle n'était pas rassurée, elle n'appréciait guère le contact physique, mais cette pauvre âme avait besoin d'aide et elle ne pouvait lui tourner le dos. Elle se devait de l'aider.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Doll
Rescapé
Lun 10 Sep - 13:31
Doll
Prendre soin des potagers.



Malgré la pluie qui tombe et qui n’est pas particulièrement en train de me réchauffer, dès que la fille me dit que je suis en fait tombée dans le potager du château je me met presque instantanément à rougir de honte tellement je me sens bête, maladroite et je ne sais plus où me mettre. Je sais que la nourriture n’est pas en quantités illimitées et qu’elle n’est pas facile à avoir, sûrement pas simple non plus à faire pousser et moi j’arrive comme un cheveux dans la soupe pour tout casser. J’espère alors ne pas avoir fait trop de dégâts.. Je balbutie quelques mots d’excuse à voix basse en secouant la tête de droite à gauche alors que de son côté, la fille qui est venue m’aider reprend la parole à son tour juste après m’avoir rendu mon bâton avec lequel je me sens déjà un petit peu mieux pour déambuler.

Elle me propose de me conduire vers une cabane, quelque chose comme ça, je crois, qui n’est pas très loin et où je pourrais certainement être un peu plus au sec. Je ne vais pas refuser une telle offre, je ne voudrais pas en plus de tout casser tomber malade et devoir épuiser des médicaments. Entre temps, cette gentille fille se présente à moi et se prénomme Laurelynn, en plus, elle me propose aussi de me guider en me prenant la main. J’ai tellement peur de faire d’autres bêtises et de marcher sur d’autres plants que je compte bien accepter pour être sûre de minimiser les risques.

Et la pluie battante ne me donne pas non plus très envie de trainer.. Je m’essuie le front trempé d’un revers de ma manche tout aussi trempée et je hoche timidement la tête à l’affirmative. Tendant la main libre à moitié recouverte par la longue manche de mon sweat dans le vide.

- Oui s’il vous plaît.. Je ne voudrais pas.. Causer encore d’autres dégâts aux jardins.. C’est gentil de bien vouloir m’aider ! Encore pardon pour les.. Euhm, les poivrons, je crois..

En même temps, avec le bout de mon bâton je repère ce qui me semble être un autre plant, peut-être même celui sur lequel je me suis écroulée plus tôt et je l’enjambe précautionneusement en faisant bien attention à ne pas marcher dessus. Une fois que je suis passée de l’autre côté de cet obstacle j’attrape finalement la main de Laurelynn. Le contact me rassure déjà un peu plus, je ne suis pas assez familière avec l’extérieur du château et je n’aurais vraiment pas dû essayer de m’y aventurer seule.

- Merci ! dis-je d’un ton soulagé, Au fait moi c’est Dolorès, du coup.. Mais généralement les gens m’appellent Doll, enfin, c’est comme tu veux, hein..

Sans m’en rendre compte j’ai déjà abandonné le vouvoiement pour le tutoiement.

Codage par Libella sur Graphiorum



Things could all be worse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Laurelynn Valentine
Rescapé
Mar 11 Sep - 17:54
Laurelynn Valentine

Dolorès donc venait d'attraper la main tremblante de Laurelynn. Cette dernière avait un peu sursauté au contact de la peau, comme toute interraction sociale un peu trop proche ce n'était pas quelque chose qu'elle appréciait particulièrement. Dans son autre main elle tenait fermement ses gants qu'elle avait retiré. Comme sa main, sa voix tremblotait légèrement, en plus de son bégaiement.

- Vérit…t…t…tablement enchant…tée D…Dolorès. Et ne vous en fait…t…tes p…p…pas pour les p…poivrons… C'est vraiment rien.

Elle regardait ses mains en parlant. Son ton, comme son expression, était à la fois chaleureux et peu assuré. Elle leva doucement les yeux vers le cabanon et inspira profondément pour se donner du courage.

- Je… Je vais commencer à avancer vers le cabanon…

Anonça t'elle pour prévenir sa compagne de voyage. Un fort peu périlleux voyage à priori. Puis elle se mit à avancer doucement, entraînant Doll avec elle. Du moins l'espérait elle, Laurelynn ne lui serrant pas vraiment la main. Elle allait vraiment à son rythme, elle faisait de petits pas timides, jetant des coups d'œil autour d'elle et à sa suiveuse.

Par attention pour cette dernière elle reprit la parole. Elle voulait continuer à l'aider et lui permettre de s'y retrouver lui serait sans doute bien utile.

- Nous allons vers le sud… Le cabanon est…t…t'au milieu du t…t…terrain agricole. À not…tre droit…te c'est le pot…tager où vous ét…tiez. À gauche sont les pomme d…de t…terre. Nous ap…p…pprochons du cabanon.

C'était en effet le cas, elles en étaient maintenant à quelques pas. Laurelynn l'avait ouvert plus tôt et il l'était resté. Elle le fermait uniquement quand elle quittait le terrain agricole. Enfin fermer est un bien grand mot, il s'agissait d'un simple loquet. Peu de personnes s'intéressaient aux outils de jardinage qu'il pouvait contenir.

Sans se défiler de l'étreinte de Dolorès elle posa ses gants dans le cabanon.

- Nous y voilà…

Commenta t'elle de sa petite voix. Elle profita de sa main maintenant libre pour retourner un seau.

- Et voilà de quoi… vous asseoir…

Dit-elle tout en entraînant très légèrement Doll en direction du seau pour l'inciter à s'y poser, tout en faisant bien attention qu'elle ne trébuche pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Doll
Rescapé
Ven 14 Sep - 10:47
Doll
Prendre soin des potagers.



Je ne répond pas quand elle m’assure que la bêtise que j’ai faite n’est pas si grave que ça, je n’ose rien dire, je préfère que ça passe et ne pas en rajouter. Si jamais ce n’est vraiment rien alors ce sera tant mieux mais je ne peux pas m’empêcher de me dire que j’aurais quand-même pu faire attention où je mettais les pieds. C’est d’ailleurs ce que je fais là alors que Laurelynn me guide physiquement et même oralement vers le cabanon dont elle me parle. Je me sens rassurée à l’idée que cet endroit n’est pas loin. Et en plus si jamais je dois ressortir j’aurais à peu près une idée de comment sont agencées les choses même si je crois que je ne sortirai pas avant un bon bout de temps, et certainement pas toute seule pour éviter ce genre de drame une seconde fois.. Au moins, je sais que ce cabanon est au centre des.. Champs ? Je me demande combien nous en avons, au château, et si Laurelynn s’occupe de tous. Je hoche instinctivement la tête alors qu’elle parle en oubliant que comme elle me guide, elle ne me regarde pas.

Après quelques instants de marche lente nous finissons par entrer, je me sens déjà mieux au sec. Bon, je dégouline et mes vêtements sont trempés, encore tachés de boue j’en suis certaine, même dans mes cheveux d’ailleurs, mais au moins c’est déjà ça. Et je me sens mieux aussi par rapport à la gentille Laurelynn qui ne subit plus non plus la pluie battante qui nous accablait.

J’entends quelques bruits et finalement elle me dit que j’ai de quoi m’installer. Je ne dis pas non à ça non plus. Me servant de ma canne pour trouver le siège qui ne dois pas vraiment en être un à proprement parler et me poser dessus.

- Merci, vraiment merci beaucoup ! dis-je sans lui lâcher la main, ayant même posé ma canne sur le sol près de moi pour englober sa main avec les miennes et la serrer un peu plus fort, C’est vraiment gentil ! Et.. Encore pardon pour.. Pour le champs, là-bas..

Je lâche alors doucement la main de Laurelynn, je ne perd pas plus de temps et commence à essorer mes cheveux, je sens qu’effectivement il y a de la terre dedans, chose qui me fait grimacer et pousser un “ Ew.. ” de dégoût avant que je tourne mon visage vers la position approximative de Laurelynn.

- Est-ce que.. Est-ce que tu as un mouchoir ou quelque chose du genre..? J’ai de la crasse sur le visage.. Je.. Je me servirai bien de mon sweat mais je crois que c’est pire.. Dessus..

Ce pauvre sweat en a vraiment vu de dures ces dernières années..

Codage par Libella sur Graphiorum



Things could all be worse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Laurelynn Valentine
Rescapé
Mar 2 Oct - 11:18
Laurelynn Valentine

Une fois Doll assise Laurelynn commença à retirer sa main, si elle pouvait se passer de ce contact physique elle n'en serait que mieux. Mais elle ne pu y parvenir, sa camarade Humaniste avait resserré son étreinte, utilisant même ses deux mains pour maintenir le contact. L’horticultrice ne pu retenir un petit rictus de malaise bien qu'elle essayait de ne rien laisser paraître. Elle fut soulagée lorsque sa main pu enfin se libérer, au point de lâcher un discret soupir de soulagement.

- …c'est rien… vraiment… ne vous inquiét…t…tez p…pas…

Puis elle se retourna et s'accroupit pour ouvrir son sac qu'elle avait posé là en arrivant. Doll reprit alors la parole lui demandant de quoi s'essuyer. C'était justement ce qu'elle cherchait dans son sac dont elle sortit une grande serviette plutôt épaisse. C'était celle là même qu'elle utilisait régulièrement après chaque douche bien entendue mais également pour se sécher après de fortes pluies. Sa pauvre camarade en avait bien plus besoin qu'elle pour le moment, Doll semblait en effet fort inquiète de son état.

- J'ai exact…tement ce… qu'il faut…

Répondit Laurelynn en se relevant la serviette en main. Elle se retourna et observa Doll quelques secondes, elle paraissait bien mal en point… Elle ne pouvait pas la laisser comme ça et se devait de continuer à l'aider. Plutôt que de simplement lui passer la serviette elle se résolu à lui filer un coup de main. Elle s'accroupit de nouveau, respirant doucement pour essayer de ne pas trop se sentir mal.

- je vais vous aider avec t…t…tout ça…

Ce qu'elle voulait dire par là, c'était l'aider avec ses cheveux pour commencer. Parce qu'elle semblait un peu en difficulté toute seule pour les nettoyer. Ainsi Laurelynn se pencha un peu et doucement commença à prendre les cheveux de Doll dans la serviette. En faisant bien attention de ne pas la toucher avec ses mains. Délicatement elle commença à frotter les cheveux dans la serviette, pour les sécher et les débarrasser de la terre qui les enduisait.

- ça… va comme ça… ? Ce n'est pas t…t…t…trop inconfort…table ?

S'enquit elle en continuant sa tâche. Elle était un peu embarrassée et avait peur de gêner sa camarade. Elle ne lui avait même pas demandé avant de lui prendre les cheveux comme ça. Elle essayait de réguler son malaise en respirant calmement, pour le moment ça semblait fonctionner.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Doll
Rescapé
Mar 2 Oct - 23:35
Doll
Prendre soin des potagers.



J’entends Laurelynn s’activer près de moi, à farfouiller dans quelque chose après que j’ai fais ma requête, les cheveux encore dégoulinants d’eau de pluie, je grelotte légèrement mais rien d’insoutenable. Très vite, grâce à mon interlocutrice qui me dit qu’elle a exactement ce qu’il me faut, je comprend qu’elle cherchait donc bel et bien de quoi me sécher un minimum. Je tend légèrement les mains histoire de pouvoir réceptionner ce qu’elle est sur le point de me donner mais au lieu de ça elle me dit qu’elle va plutôt m’aider.

Je n’ai pas le temps de vraiment me poser des questions que je sens mes cheveux pris et à peine tirés pour êtres séchés dans le tissu de ce que je pense être une serviette. J’entrouvre la bouche de surprise, mais ça me fait plaisir d’avoir un peu d’aide. Je ne reste quand-même pas immobile telle une poupée et je lève les mains pour me servir d’un petit morceau de serviette libre pour sécher la base de mes cheveux au niveau de ma nuque, frottant aussi cette dernière pour éponger les grosses gouttes d’eau et l’humidité en général. Je commence déjà à me sentir un peu mieux. Au bout de quelques instants de calme, Laurelynn essaie de savoir comment je me porte, si ce qu’elle fait est correct, si elle ne me fait pas mal ou quoi, je suppose. Je souris.

- Non non ! Ne t’en fais pas, tout va bien ! C’est vraiment gentil.. Je te revaudrai ça, j’espère que je pourrais trouver quelque chose..

Je souris plus timidement que précédemment. Concrètement ce n’était que de la pluie, mais j’aimerais lui rendre la pareille, si c’est vraiment possible dans ma condition. Enfin bon. Au moins être gentille avec elle est un bon début je pense. Puis ça me fait toujours plaisir de discuter avec quelqu’un et d'interagir avec. Même si elle n’a pas l’air d’être la plus à l’aise des Humanistes Laurelynn est gentille avec moi, moi, ça me suffit amplement.

Je me sers ensuite de ma partie de serviette pour me débarbouiller le visage. Mon haut est toujours humide, mon pantalon aussi mais je doute fortement que dans ce cabanon il y ai des vêtements de rechange. Le visage et les cheveux c’est déjà très très bien. J’entends encore la pluie s’acharner sur le bois des fondations. Je me demande combien de temps cela va-t-il durer.

- Tu es ici depuis longtemps..? Je ne me rappelle vraiment pas t’avoir rencontrée avant.. Enfin, peu de gens me parlent mais, voilà, quoi..Moi j’aime bien rencontrer de nouvelles personnes, même si tu n’es pas nouvelle, ça me va ! dis-je pour faire un brin de causette.

J’essaye aussi et surtout d’ignorer mes grelottements et le froid qui s’empare de mes vêtements.

Codage par Libella sur Graphiorum



Things could all be worse.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Epidemie :: Paris :: Le parc de Vincennes :: Le château de Vincennes-
Sauter vers: