AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
Le profil de vos personnages a été modifié, pensez à le mettre à jour !
Un nouveau clan a vu le jour: la meute !
Ayez une petite pensée pour le forum en votant sur les tops sites...

 :: Paris :: Le centre-Ville :: Musée de Cluny Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un tragique accident [libre élitistes]

 :: Paris :: Le centre-Ville :: Musée de Cluny
avatar
Victor Delacroix
Nouvel arrivant
Mar 12 Juin - 0:52
Victor Delacroix
""PAN""

Le son ne se répand même pas, je ne suis pas surpris, la tache sur le mur en face m'intrigue beaucoup plus. Je me retourne vite fait, une petite fumée sort du revolver, le corps ne bouge déjà plus.

Il est tellement pitoyable, que même sa mort c'est un vulgaire PAN, sans plus de panaches. Limite j'ai envie de mettre une deuxième balle pour rendre la scène moins ridicule, mais bon il n'y a plus de munitions dans le revolver.

Tu me diras, même la balle a eu la flemme j'ai l'impression, certes ça à un peu éclaboussé la pièce, mais j'ai l'impression qu'elle a fait le minimum syndical.

Non vraiment, même sa mort, il en fait un truc naze, y a plus d'émotion quand Marion Cotillard passe l'arme à gauche dans Batman, c'est dire.


Après un rapide coup d’œil, il est à moitié étendu, la tête affalé sur la table, des petits bouts d'os et de sang à droite à gauche. La scène a un côté comique, une expression faciale de "Ho merde, la boulette", mais sans le côté dramatique et sérieux de ce genre de scène, là il a juste l'air con, comme tout le temps quoi.

Bon cela dit, je fais quoi? Je ne vais pas le faire fondre dans la forge, si?

Essayons un air désorienté.

- Heu, à l'aide, y a mon père qui s'est mis une balle dans la tête?

Putain j'ai du mal à me retenir de rire.

- Enfin il est mort, je suis triste, vraiment, mais je sais pas quoi faire avec le corps là?

À bien y repenser, dit comme ça, ça pourrait éveiller les soupçons, est-ce la meilleure chose à faire? C'est ça qu'on appelle un plaisir coupable?
Bon, dans le doute, je vais essayer de la jouer plus dramatique, plus vite ce sera fait, plus vite je pourrais m'occuper du reste. Et puis j'aimerais qu'Hélène n'en subisse pas les conséquences.


- A L'AIDE, S'IL VOUS PLAIT, Y'A UN BLESSE ICI.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zhana
Nouvel arrivant
Mar 12 Juin - 22:19
Zhana

Un tragique accident.



- Der'mo ! jura Zhana, C'était quoi ça ?!

Le coup de feu aussi brusque que proche avait fait sursauter Zhana, elle avait l'habitude d'entendre des tirs, parfois les guerriers ou même les gardiens s’entraînaient à tirer sur des cibles. Même elle, aussi rare que ça pouvait être, s'y adonnait, mais ça c'était dehors, pas dedans. Le son s'était répercuté partout comme un coup de tonnerre. Le musée était assez vaste, du monde avait dû entendre. Isolé comme il était, ce ne devait être qu'un accident pur et simple. Zhana soupira, le bout des doigts de sa main droite posés contre sa poitrine, sur le point de reprendre la lecture de son livre elle entendit soudainement l'appel d'un jeune homme plus loin au delà des couloirs. Soudain elle pensa que c'était peut-être plus qu'une simple accident, qu'il impliquait plus qu'un vulgaire impact dans un mur.

Elle n'avait pas comprit le premier appel, la voix n'était pas très audible de loin. La personne qui avait parlé ne semblait pas plus alarmée que ça, mais Zhana tendait l'oreille, tout ça lui semblait louche.

D'un coup, la voix se fit plus forte. C'est là que la blonde se releva brusquement de sa chaise, refermant son bouquin sans même songer au marque-page. Elle s'élança à pas rapide dans le vaste couloir, recherchant la provenance de ce coup de feu et de ces appels à l'aide. Le bruit de ses talons raisonnant à un rythme rapide, régulier. Elle ne pouvait pas courir, vêtue d'une de ses jupes serrées. Ne tardant cependant pas à découvrir la scène du drame, elle cacha sa bouche subitement ouverte de stupeur de ses deux mains en écarquillant grandement les yeux. Un homme, une balle logée dans son crâne, le sang sur le mur, un petit jeune, celui qui fabriquait des armes ? Mais celui-là, le mort, n'était-ce pas son paternel ? Elle ne les connaissait pas très bien, Zhana, mais elle était certaine qu'ils avaient au moins un lien de parenté.

- Il s'est suicidé ?! demanda immédiatement la première arrivée sur les lieux.

Elle était horrifiée, mais il y avait beaucoup de sur-jeu. Elle avait vu pas mal d'horreurs pendant son séjour en extérieur avec Milo, même si le suicide n'en avait jamais vraiment fait partie, alors elle y était habituée. Elle prenait juste son rôle de Dame à cœur, son ruban rouge autour du coup ne cessait de le lui rappeler. Son regard se jeta sur le jeune homme proche d'elle. Il n'y avait rien à faire, son père ou qu'importe qui il était, était bel et bien mort.

- Je suis vraiment, vraiment navrée.. Est-ce que ça va ? lui demanda-t-elle.

Codage par Libella sur Graphiorum



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eve Snyder
Membre
Mer 13 Juin - 2:06
Eve Snyder



Rien à foutre !
Eve qui ne fait que passer

Eve était assise dans le couloir, elle attendait Samuel pour qu'il daigne enfin lui donner un accord pour qu'elle se balade hors du musée en dehors de ses missions. Comme elle était récente et enrôlée de force à la base, on lui faisait pas confiance pour sortir, mais.... Elle devenait complètement folle enfermée ici avec tous ces gens ! Et si ça continuait, elle allait finir par en étriper un s'ils continuaient à essayer de "l'intégrer".

Perdant patience, elle ouvrit la porte du "bureau" de Samuel et vit la pièce vide. Elle marmonna un juron et le referma en la claquant. Mais ce fut à ce moment, qu'il eut un coup de feu. Par pur réflexe Eve posa sa main sur son couteau de chasse qu'elle gardait constamment sur elle et observa les environs: rien à signaler. La jeune demoiselle regarda une blonde se précipiter dans le couloir et... par curiosité elle la suivit.

Eve avait marché tranquillement sans se presser, tout ça ne la stressait pas vraiment. Elle arriva devant l'endroit d'où ce bruit venait apparemment et observa la blonde réagir à tout ça. Quand à elle, Eve observa la pièce puis émit un petit reniflement dédaigneux trouvant cette mort ridicule, puis s'exclama :

-Eh beh ! Un boulet en moins dans nos pattes.

Elle préféra ne pas rester là, ça ne la concernait pas et elle n'avait pas du tout l'intention de faire quoique ce soit pour aider. Eve lança un regard au garçon qui se tenait près du corps, dans son comportement, elle pouvait voir quelque chose qu'elle connaissait que trop bien, mais ne préféra rien dire. Tout ça, elle en avait rien à foutre. Enfin elle se contenta de faire une réflexion pleine de sarcasme et certainement d'insensibilité :

-Bon courage pour le ménage !

La jeune rousse partit alors tranquillement tout en fredonnant une musique dont elle ignorait le nom et où elle avait pu l'entendre. La jeune femme repartait donc à la recherche de Samuel pour pouvoir enfin se casser un peu d'ici.


by Moses


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Victor Delacroix
Nouvel arrivant
Ven 15 Juin - 14:49
Victor Delacroix
Victor avait un gros souci, il avait tellement intériorisé depuis des années, qu'à présent les comportements normaux était devenus complexe pour lui. Les relations avec son géniteur avaient été de plus en plus tendu au fil du temps et la mort de celui-ci, marquais un nouveau départ pour lui, mais surtout pour Hélène.

Tellement absorbé dans ses pensées, il n'avait ni entendu les talons ni la première question de la jeune demoiselle derrière lui. Ce n'est que quand il prit conscience de sa présence qu'il sortit de sa torpeur, avant de lui demander ce qu'elle avait dit, elle avait déjà posé son autre question.

- Je suis vraiment, vraiment navrée.. Est-ce que ça va ?

- Oui, oui, ça va merci. Enfin forcément ça me touche, mais c'est surtout comment je vais annoncer ça à ma sœur.

Le pire c'est que pour le coup je n'ai pas tort, comment je vais annoncer ça à Hélène, certes, elle ne l'aime pas, mais elle est tout de même assez émotive, faudrais que j'évite de la blesser.

La encore, Victor fût tiré de ses pensées par une nouvelle voix.

-Eh beh ! Un boulet en moins dans nos pattes.


Victor eut beaucoup de mal à cacher un petit sourire, et il préféra ne rien dire.

-Bon courage pour le ménage !

Elle partit en fredonnant un petit air, je ne savais pas ce que c'était, mais ça me disiais quelque chose. Elle paraissait peut intéresser par la situation, comme si elle n'était que peu surprise, elle le connaissait peut-être? A voir plus tard.

- Elle n'a pas tort, je fait quoi maintenant? Au faites, je m'appel Victor et vous?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zhana
Nouvel arrivant
Aujourd'hui à 0:50
Zhana

Un tragique accident



Zhana n’avait pas remarquée la présence de cette autre femme, guerrière à en juger de son.. Genre, particulier et loin d’être féminin. Fidèle à l’image que Zhana se faisait des guerriers, la fille n’avait pas eu l’intention de rester pour s’occuper du nettoyage et du transport de ce corps encore chaud. Son attitude ne lui plaisait pas vraiment, mais le plus important pour elle à ce moment là n’était pas de gronder ce manque de civisme mais plutôt de s’occuper de ce pauvre homme et de son fils présumé. La blonde s’y serait adonnée à coeur joie, enfin, façon de parler, si elle n’avait pas cru remarquer que le jeune homme en question semblait plus de l’avis de la guerrière déjà loin que du siens. C’était comme s’il se retenait de rire, c’était.. Ce n’était pas anodin.

Ce qu’il avait ensuite ajouté déconcertait un peu Zhana qui gardait les mains liées l’une à l’autre. Faussement nerveuse mais vraiment intriguée de ces drôles de comportements. Il se présenta comme étant Victor, elle l’avait déjà vu de temps à autres mais Zhana ne se familiarisait guère avec les autres Élitistes, en général, excepté les porteuses, quelques gardiens et un certain nombre d’esclaves qu’elle traitait avec un certain respect. Lui ne devait pas être un guerrier, il n’en avait pas la carrure, enfin bon. Toujours était-il qu’il avait confirmé les dires de cette fille sans coeur, mais lesquels ? Elle n’avait pas tort sur quoi, le fait que ça faisait un boulet de moins ou que ça allait être compliqué de nettoyer tout ça ?

Et en plus, il voulait faire les présentations, la causette, comme ça.. Comme si rien de vraiment grave ne s’était produit. Peut-être que ce jeune homme, Victor, était juste en état de choc, elle fit un petit pas vers lui, l’air peinée, ses talons claquèrent doucement sur le sol.

- Victor, euhm.. Je crois que.. Ou plutôt, je ne crois pas que tu saisisses vraiment l’ampleur de la situation.. Ton, c’est ton père, n’est-ce pas ? Il est mort.. Tu ne penses pas qu’il y a plus urgent à faire que de.. Se présenter l’un à l‘autre ?

Chaque jour qui passait, la russe savait que le monde dans lequel elle vivait depuis ces dernières années en France n’était plus le même, encore moins depuis son arrivée chez ce groupe de fous furieux qu’elle n’aimait pas, mais quand-même. Les liens du sang, un père et son fils.. Comment pouvait-il être aussi insensible que l’autre rousse ? Zhana était incompréhensive, mais curieuse d’entendre la réponse du jeune Victor..


Codage par Libella sur Graphiorum



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dante Vindish
Nouvel arrivant
Aujourd'hui à 12:31
Dante Vindish
Un coup de feu !

Il n'y avait aucun doute pour l'ancien policier, largement exposé à ce genre de détonation typique: La poudre venait juste de parler à l'intérieur du sanctuaire. Toujours prompt aux réactions et constamment armé en sa qualité de guerrier, il ne lui suffit que de quelques millisecondes pour se mettre à courir en direction du musée sans même laisser la priorité aux gardiens d'assumer leur rôle. Il escalada 4 à 4 les marches qui séparaient son lieu d'errance à celles des appartements tout en conservant sa main gauche vers le creux de ses reins où se situait l'étui discret contenant le précieux Sig Sauer qui ne le quittait jamais. Une fois arrivé dans le couloir il se laissa guider par les regards des quelques témoins hagards et des filets de voix au timbre plus ou moins plaintifs.
Lorsqu'il passa l'encolure de la porte, il remarqua un jeune homme en pleine discussion avec la dame des porteuses. Il ne leur adressa qu'un rapide regard neutre pour vérifier leur intégrité physique puis s'engouffra dans la pièce sans plus de respect pour le protocole envers la reine des fécondes afin d'inspecter plus en détail le cadavre encore fumant du vieil homme. Plus par acquis de conscience que réel espoir au vue de la quantité de cervelle déversée sur le sol et pendue au mur, il apposa son index et majeur droit sur la jugulaire de l’étêté pour en constater le décès.

Il s'est pas loupé le vioque. Une bonne balle dans le caisson qui lui a bien délier la matière grise. On risque pas de le revoir en mort-vivant celui là.

Après une brève pause de sa course folle, l'ancien capitaine se redressa, écarta l'arme du crime d'un nonchalant coup de ses rangers afin de l'envoyer vers un coin et reporta son attention sur les 2 seuls autres âmes vivantes de la pièce. Il les détailla d'ailleurs plus longuement pour tenter de cerner leurs attitudes respectives.

"Madame, mes hommages" Commença t-il pour pallier à son précédent manquement au protocole.

"Ce seront aux gardiens de comprendre les motivations du geste de ce Monsieur mais si ça ne vous ennuie pas, je vais rester dans le coin pour sécuriser les lieux."

Il savait ses qualités policières très importantes dans ce cadre là et, même si ils n'étaient plus en mesure de faire parler l'ADN en ces temps troublés, son expérience de l'interrogatoire pouvait largement contribuer à comprendre la situation et la classer en réel suicide ou meurtre car, si les élitistes n'étaient pas tendres à l’extérieur, ils restaient terriblement bien organisés et respectueux au sein de leur groupe. Il existait assez peu de raison pour un égocentrique d'élitiste de vouloir attenter à ses jours mais beaucoup plus pour flinguer des congénères. Le meurtre restant proscrit. Dante allait s’enquérir d'identifier l'éventuel salopard qui voulait une plus grosse part du gâteau.



"Encore un petit peu d'exercice ou tu préfères crever?"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Epidemie :: Paris :: Le centre-Ville :: Musée de Cluny-
Sauter vers: