AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
Le profil de vos personnages a été modifié, pensez à le mettre à jour !
Un nouveau clan a vu le jour: la meute !
Ayez une petite pensée pour le forum en votant sur les tops sites...

 :: Paris :: Le centre-Ville :: Musée de Cluny Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un tragique accident [libre élitistes]

 :: Paris :: Le centre-Ville :: Musée de Cluny
avatar
Victor Delacroix
Rescapé
Mar 12 Juin - 0:52
Victor Delacroix
""PAN""

Le son ne se répand même pas, je ne suis pas surpris, la tache sur le mur en face m'intrigue beaucoup plus. Je me retourne vite fait, une petite fumée sort du revolver, le corps ne bouge déjà plus.

Il est tellement pitoyable, que même sa mort c'est un vulgaire PAN, sans plus de panaches. Limite j'ai envie de mettre une deuxième balle pour rendre la scène moins ridicule, mais bon il n'y a plus de munitions dans le revolver.

Tu me diras, même la balle a eu la flemme j'ai l'impression, certes ça à un peu éclaboussé la pièce, mais j'ai l'impression qu'elle a fait le minimum syndical.

Non vraiment, même sa mort, il en fait un truc naze, y a plus d'émotion quand Marion Cotillard passe l'arme à gauche dans Batman, c'est dire.


Après un rapide coup d’œil, il est à moitié étendu, la tête affalé sur la table, des petits bouts d'os et de sang à droite à gauche. La scène a un côté comique, une expression faciale de "Ho merde, la boulette", mais sans le côté dramatique et sérieux de ce genre de scène, là il a juste l'air con, comme tout le temps quoi.

Bon cela dit, je fais quoi? Je ne vais pas le faire fondre dans la forge, si?

Essayons un air désorienté.

- Heu, à l'aide, y a mon père qui s'est mis une balle dans la tête?

Putain j'ai du mal à me retenir de rire.

- Enfin il est mort, je suis triste, vraiment, mais je sais pas quoi faire avec le corps là?

À bien y repenser, dit comme ça, ça pourrait éveiller les soupçons, est-ce la meilleure chose à faire? C'est ça qu'on appelle un plaisir coupable?
Bon, dans le doute, je vais essayer de la jouer plus dramatique, plus vite ce sera fait, plus vite je pourrais m'occuper du reste. Et puis j'aimerais qu'Hélène n'en subisse pas les conséquences.


- A L'AIDE, S'IL VOUS PLAIT, Y'A UN BLESSE ICI.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zhana
Rescapé
Mar 12 Juin - 22:19
Zhana

Un tragique accident.



- Der'mo ! jura Zhana, C'était quoi ça ?!

Le coup de feu aussi brusque que proche avait fait sursauter Zhana, elle avait l'habitude d'entendre des tirs, parfois les guerriers ou même les gardiens s’entraînaient à tirer sur des cibles. Même elle, aussi rare que ça pouvait être, s'y adonnait, mais ça c'était dehors, pas dedans. Le son s'était répercuté partout comme un coup de tonnerre. Le musée était assez vaste, du monde avait dû entendre. Isolé comme il était, ce ne devait être qu'un accident pur et simple. Zhana soupira, le bout des doigts de sa main droite posés contre sa poitrine, sur le point de reprendre la lecture de son livre elle entendit soudainement l'appel d'un jeune homme plus loin au delà des couloirs. Soudain elle pensa que c'était peut-être plus qu'une simple accident, qu'il impliquait plus qu'un vulgaire impact dans un mur.

Elle n'avait pas comprit le premier appel, la voix n'était pas très audible de loin. La personne qui avait parlé ne semblait pas plus alarmée que ça, mais Zhana tendait l'oreille, tout ça lui semblait louche.

D'un coup, la voix se fit plus forte. C'est là que la blonde se releva brusquement de sa chaise, refermant son bouquin sans même songer au marque-page. Elle s'élança à pas rapide dans le vaste couloir, recherchant la provenance de ce coup de feu et de ces appels à l'aide. Le bruit de ses talons raisonnant à un rythme rapide, régulier. Elle ne pouvait pas courir, vêtue d'une de ses jupes serrées. Ne tardant cependant pas à découvrir la scène du drame, elle cacha sa bouche subitement ouverte de stupeur de ses deux mains en écarquillant grandement les yeux. Un homme, une balle logée dans son crâne, le sang sur le mur, un petit jeune, celui qui fabriquait des armes ? Mais celui-là, le mort, n'était-ce pas son paternel ? Elle ne les connaissait pas très bien, Zhana, mais elle était certaine qu'ils avaient au moins un lien de parenté.

- Il s'est suicidé ?! demanda immédiatement la première arrivée sur les lieux.

Elle était horrifiée, mais il y avait beaucoup de sur-jeu. Elle avait vu pas mal d'horreurs pendant son séjour en extérieur avec Milo, même si le suicide n'en avait jamais vraiment fait partie, alors elle y était habituée. Elle prenait juste son rôle de Dame à cœur, son ruban rouge autour du coup ne cessait de le lui rappeler. Son regard se jeta sur le jeune homme proche d'elle. Il n'y avait rien à faire, son père ou qu'importe qui il était, était bel et bien mort.

- Je suis vraiment, vraiment navrée.. Est-ce que ça va ? lui demanda-t-elle.

Codage par Libella sur Graphiorum



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eve Snyder
Rescapé
Mer 13 Juin - 2:06
Eve Snyder



Rien à foutre !
Eve qui ne fait que passer

Eve était assise dans le couloir, elle attendait Samuel pour qu'il daigne enfin lui donner un accord pour qu'elle se balade hors du musée en dehors de ses missions. Comme elle était récente et enrôlée de force à la base, on lui faisait pas confiance pour sortir, mais.... Elle devenait complètement folle enfermée ici avec tous ces gens ! Et si ça continuait, elle allait finir par en étriper un s'ils continuaient à essayer de "l'intégrer".

Perdant patience, elle ouvrit la porte du "bureau" de Samuel et vit la pièce vide. Elle marmonna un juron et le referma en la claquant. Mais ce fut à ce moment, qu'il eut un coup de feu. Par pur réflexe Eve posa sa main sur son couteau de chasse qu'elle gardait constamment sur elle et observa les environs: rien à signaler. La jeune demoiselle regarda une blonde se précipiter dans le couloir et... par curiosité elle la suivit.

Eve avait marché tranquillement sans se presser, tout ça ne la stressait pas vraiment. Elle arriva devant l'endroit d'où ce bruit venait apparemment et observa la blonde réagir à tout ça. Quand à elle, Eve observa la pièce puis émit un petit reniflement dédaigneux trouvant cette mort ridicule, puis s'exclama :

-Eh beh ! Un boulet en moins dans nos pattes.

Elle préféra ne pas rester là, ça ne la concernait pas et elle n'avait pas du tout l'intention de faire quoique ce soit pour aider. Eve lança un regard au garçon qui se tenait près du corps, dans son comportement, elle pouvait voir quelque chose qu'elle connaissait que trop bien, mais ne préféra rien dire. Tout ça, elle en avait rien à foutre. Enfin elle se contenta de faire une réflexion pleine de sarcasme et certainement d'insensibilité :

-Bon courage pour le ménage !

La jeune rousse partit alors tranquillement tout en fredonnant une musique dont elle ignorait le nom et où elle avait pu l'entendre. La jeune femme repartait donc à la recherche de Samuel pour pouvoir enfin se casser un peu d'ici.


by Moses


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Victor Delacroix
Rescapé
Ven 15 Juin - 14:49
Victor Delacroix
Victor avait un gros souci, il avait tellement intériorisé depuis des années, qu'à présent les comportements normaux était devenus complexe pour lui. Les relations avec son géniteur avaient été de plus en plus tendu au fil du temps et la mort de celui-ci, marquais un nouveau départ pour lui, mais surtout pour Hélène.

Tellement absorbé dans ses pensées, il n'avait ni entendu les talons ni la première question de la jeune demoiselle derrière lui. Ce n'est que quand il prit conscience de sa présence qu'il sortit de sa torpeur, avant de lui demander ce qu'elle avait dit, elle avait déjà posé son autre question.

- Je suis vraiment, vraiment navrée.. Est-ce que ça va ?

- Oui, oui, ça va merci. Enfin forcément ça me touche, mais c'est surtout comment je vais annoncer ça à ma sœur.

Le pire c'est que pour le coup je n'ai pas tort, comment je vais annoncer ça à Hélène, certes, elle ne l'aime pas, mais elle est tout de même assez émotive, faudrais que j'évite de la blesser.

La encore, Victor fût tiré de ses pensées par une nouvelle voix.

-Eh beh ! Un boulet en moins dans nos pattes.


Victor eut beaucoup de mal à cacher un petit sourire, et il préféra ne rien dire.

-Bon courage pour le ménage !

Elle partit en fredonnant un petit air, je ne savais pas ce que c'était, mais ça me disiais quelque chose. Elle paraissait peut intéresser par la situation, comme si elle n'était que peu surprise, elle le connaissait peut-être? A voir plus tard.

- Elle n'a pas tort, je fait quoi maintenant? Au faites, je m'appel Victor et vous?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zhana
Rescapé
Lun 18 Juin - 0:50
Zhana

Un tragique accident



Zhana n’avait pas remarquée la présence de cette autre femme, guerrière à en juger de son.. Genre, particulier et loin d’être féminin. Fidèle à l’image que Zhana se faisait des guerriers, la fille n’avait pas eu l’intention de rester pour s’occuper du nettoyage et du transport de ce corps encore chaud. Son attitude ne lui plaisait pas vraiment, mais le plus important pour elle à ce moment là n’était pas de gronder ce manque de civisme mais plutôt de s’occuper de ce pauvre homme et de son fils présumé. La blonde s’y serait adonnée à coeur joie, enfin, façon de parler, si elle n’avait pas cru remarquer que le jeune homme en question semblait plus de l’avis de la guerrière déjà loin que du siens. C’était comme s’il se retenait de rire, c’était.. Ce n’était pas anodin.

Ce qu’il avait ensuite ajouté déconcertait un peu Zhana qui gardait les mains liées l’une à l’autre. Faussement nerveuse mais vraiment intriguée de ces drôles de comportements. Il se présenta comme étant Victor, elle l’avait déjà vu de temps à autres mais Zhana ne se familiarisait guère avec les autres Élitistes, en général, excepté les porteuses, quelques gardiens et un certain nombre d’esclaves qu’elle traitait avec un certain respect. Lui ne devait pas être un guerrier, il n’en avait pas la carrure, enfin bon. Toujours était-il qu’il avait confirmé les dires de cette fille sans coeur, mais lesquels ? Elle n’avait pas tort sur quoi, le fait que ça faisait un boulet de moins ou que ça allait être compliqué de nettoyer tout ça ?

Et en plus, il voulait faire les présentations, la causette, comme ça.. Comme si rien de vraiment grave ne s’était produit. Peut-être que ce jeune homme, Victor, était juste en état de choc, elle fit un petit pas vers lui, l’air peinée, ses talons claquèrent doucement sur le sol.

- Victor, euhm.. Je crois que.. Ou plutôt, je ne crois pas que tu saisisses vraiment l’ampleur de la situation.. Ton, c’est ton père, n’est-ce pas ? Il est mort.. Tu ne penses pas qu’il y a plus urgent à faire que de.. Se présenter l’un à l‘autre ?

Chaque jour qui passait, la russe savait que le monde dans lequel elle vivait depuis ces dernières années en France n’était plus le même, encore moins depuis son arrivée chez ce groupe de fous furieux qu’elle n’aimait pas, mais quand-même. Les liens du sang, un père et son fils.. Comment pouvait-il être aussi insensible que l’autre rousse ? Zhana était incompréhensive, mais curieuse d’entendre la réponse du jeune Victor..


Codage par Libella sur Graphiorum



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dante Vindish
Rescapé
Lun 18 Juin - 12:31
Dante Vindish
Un coup de feu !

Il n'y avait aucun doute pour l'ancien policier, largement exposé à ce genre de détonation typique: La poudre venait juste de parler à l'intérieur du sanctuaire. Toujours prompt aux réactions et constamment armé en sa qualité de guerrier, il ne lui suffit que de quelques millisecondes pour se mettre à courir en direction du musée sans même laisser la priorité aux gardiens d'assumer leur rôle. Il escalada 4 à 4 les marches qui séparaient son lieu d'errance à celles des appartements tout en conservant sa main gauche vers le creux de ses reins où se situait l'étui discret contenant le précieux Sig Sauer qui ne le quittait jamais. Une fois arrivé dans le couloir il se laissa guider par les regards des quelques témoins hagards et des filets de voix au timbre plus ou moins plaintifs.
Lorsqu'il passa l'encolure de la porte, il remarqua un jeune homme en pleine discussion avec la dame des porteuses. Il ne leur adressa qu'un rapide regard neutre pour vérifier leur intégrité physique puis s'engouffra dans la pièce sans plus de respect pour le protocole envers la reine des fécondes afin d'inspecter plus en détail le cadavre encore fumant du vieil homme. Plus par acquis de conscience que réel espoir au vue de la quantité de cervelle déversée sur le sol et pendue au mur, il apposa son index et majeur droit sur la jugulaire de l’étêté pour en constater le décès.

Il s'est pas loupé le vioque. Une bonne balle dans le caisson qui lui a bien délier la matière grise. On risque pas de le revoir en mort-vivant celui là.

Après une brève pause de sa course folle, l'ancien capitaine se redressa, écarta l'arme du crime d'un nonchalant coup de ses rangers afin de l'envoyer vers un coin et reporta son attention sur les 2 seuls autres âmes vivantes de la pièce. Il les détailla d'ailleurs plus longuement pour tenter de cerner leurs attitudes respectives.

"Madame, mes hommages" Commença t-il pour pallier à son précédent manquement au protocole.

"Ce seront aux gardiens de comprendre les motivations du geste de ce Monsieur mais si ça ne vous ennuie pas, je vais rester dans le coin pour sécuriser les lieux."

Il savait ses qualités policières très importantes dans ce cadre là et, même si ils n'étaient plus en mesure de faire parler l'ADN en ces temps troublés, son expérience de l'interrogatoire pouvait largement contribuer à comprendre la situation et la classer en réel suicide ou meurtre car, si les élitistes n'étaient pas tendres à l’extérieur, ils restaient terriblement bien organisés et respectueux au sein de leur groupe. Il existait assez peu de raison pour un égocentrique d'élitiste de vouloir attenter à ses jours mais beaucoup plus pour flinguer des congénères. Le meurtre restant proscrit. Dante allait s’enquérir d'identifier l'éventuel salopard qui voulait une plus grosse part du gâteau.



"Encore un petit peu d'exercice ou tu préfères crever?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zhana
Rescapé
Dim 24 Juin - 2:31
Zhana

Un tragique accident



Un peu comme la guerrière précédemment, un homme de la caste des guerriers justement fit irruption dans la salle attiré par le coup de feu tiré par le défunt père de Victor. Celui-ci par contre, semblait bien avoir pour intention de rester sur la scène du crime, un peu comme s’il en avait déjà une certaine habitude. A le voir procéder, vérifier le pouls de l’homme malgré les circonstances, il était peut-être.. Non, pas médecin, il n’avait pas la tête de l’emploi, peut-être un soldat, un policier. En tout cas il avait les compétences.. Après avoir comme totalement ignoré tout le monde excepté pour le cadavre, le nouveau venu se redressa pour saluer Zhana la première, visiblement au courant de qui elle était. C’était au moins ça, pas comme la fille d’avant..

Malgré les circonstances peu encourageantes, Zhana salua le guerrier d’un bref hochement de tête sans dire un mot. Son expression faciale était la plus neutre possible, mais on pouvait deviner un certain émoi à cause de cette mort aussi inattendue qu’inopinée. L’homme annonça ensuite son désir de rester sur place pour sécuriser les lieux, pas que la blonde ne comprenne vraiment pourquoi cela était si important, mais il devait en savoir plus qu’elle dans ce genre de situations. Elle concéda sans piper mot. Cela étant dit.. Zhana avait entendu le certes peu convainquant mais tout à fait honnête appel à l’aide de Victor, ainsi elle pouvait peut-être apporter des réponses au guerrier sur place.

- Je doute qu’il y avait quelque motivation que ce soit derrière ce geste purement accidentel.. Enfin, je ne peux me prononcer en son nom mais il me semble que le jeune homme a parlé d’accident, peu avant votre arrivée.

Argumenta-t-elle avec de nombreux gestes de ses mains ainsi qu’un fort accent de l’est, comme toujours. Ses gestes étaient souvent les mêmes, on pouvait presque croire qu’elle le faisait exprès et qu’elle jouait une pièce de théâtre alors que ce n’était pas le cas, loin d’être volontaire.

Par acquis de conscience, elle préférait tout de même ne rien affirmer et laisser à Victor le soin de s'expliquer, malgré le drame qui s'abattait sur lui..


Codage par Libella sur Graphiorum



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Victor Delacroix
Rescapé
Lun 25 Juin - 10:18
Victor Delacroix
À bien y réfléchir, je ne connais même pas réellement la situation de mon père, ni le fonctionnement des élitiste, certes, cela ne change pas les horreurs commises et dites par mon géniteur, mais du coup maintenant je vais certainement devoir remplir ses obligations? Bha je verrais par la suite.

Chose plus intrigante, j'ai l'impression que j'ai dit un truc qui choc mon interlocutrice... Du coup c'est un accident, personne ne pourra dire le contraire, autant arrêter de feindre le toucher et être honnête, je n'ai pas l'impression que je sois doué pour jouer avec mes sentiments de toute manière.

- Victor, euhm.. Je crois que.. Ou plutôt, je ne crois pas que tu saisisses vraiment l’ampleur de la situation.. Ton, c’est ton père, n’est-ce pas ? Il est mort.. Tu ne penses pas qu’il y a plus urgent à faire que de.. Se présenter l’un à l‘autre ?

- Ha, oui c'est ça, c'est mon géniteur, cela dit, crois- moi, avec les conneries et les horreurs qu'il a faites, ça ne me surprend guère et je ne vais pas être affligé par sa mort. Quant aux aux présentations, je pense juste que ça sera plus pratique.

J'ai à peine fini ma phrase, qu'un nouveau protagoniste venait d'arrivée, lui il avait carrément tapé un sprint pour venir, enfin vu comment il avait débaroulé dans la pièce et sa petite pause, soit c'est ça, soit il n'est pas du tout sportif, mais je pense plus pour la première.

Vu sa manière de procéder, j'opte pour un ancien flic, avec une certaine expérience, ou alors il a bien révisé son rôle, il prend le pouls de mon père, vu le trou dans la tête, je doute que ce soit bien nécessaire, mais bon, puis écarte l'arme d'un petit coup de pied, intérêt, aucun, mais c'est fait.

"Madame, mes hommages"

Ha, donc j'ai des lacunes plutôt gênante a priori ce petit bout de femme était quelqu'un, histoire de ne pas passer plus pour un naze, je vais me taire pour le moment, et voir si j'aurais des détails plus tard.

"Ce seront aux gardiens de comprendre les motivations du geste de ce Monsieur mais si ça ne vous ennuie pas, je vais rester dans le coin pour sécuriser les lieux."

D'où ya besoin de sécurisé, il se prendrait pas pour Hutch celui-là? Cela dit, outre son côté un peu trop fan de Film Policier et limite heureux de la situation, il a le souci du travail bien fait, même si inutile.

- Je doute qu’il y avait quelque motivation que ce soit derrière ce geste purement accidentel.. Enfin, je ne peux me prononcer en son nom mais il me semble que le jeune homme a parlé d’accident, peu avant votre arrivée.

Il serait peut-être convenu que je réponde moi-même, je dis pas qu'elle n'a pas à le faire, mais bon, elle s'implique vite, ça doit vraiment être quelqu'un, cela dit, son appui n'est pas négligeable, encore plus si elle a un certain poids chez les élitistes. Par contre, lui j'ai un peu l'impression qu'il se prend pour un preux chevalier, Bah, dans les cas, ça jouera en ma faveur, et puis je ne suis ptete par le mieux placer pour juger les gens.

- Mon paternel avait l'habitude de nettoyer son arme ici, devant tout le monde, je lui disais toujours de faire attention et là, forcément, BAM il s'est mis une balle dans le caisson.

Simple net et efficace, ça ce passe de détail et d'explication, fin je crois?

Pas que ça me saoul mais j'aimerais bien aller voir comment se porte Hélène moi, je vais essayer de finir ça rapidement.

- Du coup, maintenant, je fait quoi? On va pas le laisser ici quand même? Si?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dante Vindish
Rescapé
Lun 25 Juin - 12:11
Dante Vindish
Dante attendît patiemment. Ses fesses reposaient contre le bord de la table et les poings étaient fermement ancrés à cette dernière. Son visage se voulait neutre mais une pointe de suspicion se lisait en observant ses sourcils froncés surmontant des yeux toujours plus mobiles qui enregistraient les faits et gestes des protagonistes. Il ne perdait pas une miette de leur comportement gestuel et oral.

La reine est visiblement dans une position inconfortable. De fait je doute qu'elle ne joue la comédie et je peux alors penser qu'elle ne connaît pas cette autre personne qui est beaucoup trop nonchalante pour l'occasion. De fait elle apparaît bien plus suspecte à mes yeux. Que fait-elle avec notre Dame? Pourquoi si peu d'émoi devant cette accumulation de sang qu'il m'a fallut de long mois avant de pouvoir oublier et faire correctement mon travail? Seuls les psychopathes peuvent a ce point y être insensible ... Or si je le perce à jour ne risque t-il pas de prendre notre pondeuse en otage?

Son attitude n'était absolument pas menaçante mais tout ses muscles se tenaient prêt à intervenir au moindre revirement de situation.

Finalement, le jeune homme délia sa langue et avoua sans peine sa filiation avec le défunt et les circonstances particulières de ce que Zhana appelait un accident. Sauf que le mobile restait inconnu.

"Je vois, et il est bien connu qu'on se plaque "forcement" le canon contre la tempe et actionne la gâchette pour vérifier que le nettoyage est bon..."

Grommela t-il sur un ton ironique teinté de cynisme lorsque enfin arriva la cavalerie. Dante reconnu aisément 2 des gardiens dont le gros chef Edouard qui avait logiquement tardé vu son surpoids actuel.

Putain Edd. Continue à enfler comme une baudruche et on ne voudra plus de toi dans les élitistes. Une chance que tu saches manier l'arme avec tes années de pratique. Malgré tout c'est une chance que je tombe sur toi car tu vas me laisser diligenter les prises de déposition. Tant qu'on te retire du boulot tu es content.

D'un signe de tête discret, il notifia au gardien la localisation de l'arme tout en lui accordant un hochement de tête signifiant qu'il gérait la situation. Une fois que les 2 nouveaux arrivant se mirent au travail en couvrant le corps, Dante profita de la dernière phrase de Victor pour rebondir dessus.

"Non. On ne va pas le laisser ici mais c'est le travail des gardiens que de s'occuper du corps de votre défunt père. Le mien à été de les attendre pour ensuite avoir l'occasion de tailler un petit bout de gras avec vous."

De là il se leva et se mit volontairement entre Zhana et Victor, tournant le dos à la demoiselle, offrant un regard accusateur sur Victor mais s'adressant aux 2 partis.

"Chacun d'entre vous va prendre une chaise et s’asseoir dans un coin de la pièce. Par la suite, veuillez m'indiquer les circonstances précises de votre présence sur les lieux : Heure d'arrivée, personnes rencontrées, circonstances de découvertes du corps, ... et surtout, ne soyez pas avares sur les détails. j'adore ça!"

De par sa stature imposante il pouvait se montrer effrayant mais l'impact de ses mots choisis, sa rigueur et son intonation de voix le rendait encore plus impressionnant. Sa méthode accusatrice, éprouvée à maintes reprises en police judiciaire, visait à déstabiliser pour lire entre les lignes. Rester sur les lieux encore imprégnés de l'odeur du sang pour recueillir les premiers témoignages n'avait rien d'anodin non plus.



"Encore un petit peu d'exercice ou tu préfères crever?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zhana
Rescapé
Mer 27 Juin - 1:24
Zhana

Un tragique accident



Zhana écoutait le guerrier parler les bras croisés sous la poitrine, un peu renfrognée sur elle-même. La simple vision de ce corps là, ça la mettait mal à l’aise, mais bon ce n’était pas le premier et même si elle l’espérait, ce ne serait sûrement pas le dernier cadavre qu’elle verrait. Seulement, en voir un au sein du musée de Cluny ça faisait juste un peu bizarre. Pour elle cet endroit était un second sanctuaire, beaucoup plus sûr que le premier, c’était étonnant d’y voir quelqu’un y mourir, surtout aussi bêtement après avoir vu à quel point ils se prenaient pour les nouveaux rois du monde.

La Dame avait écouté Victor répondre et expliquer les faits à celui qui ressemblait à un inspecteur, du coup. Elle avait même sursauté au moment où le fils de la victime avait mimé à haute voix le bruit d’un coup de feu. Elle secouait la tête négativement comme pour acquiescer à la tragédie qui venait de se produire, c’était vraiment dommage, mais elle ne voyait rien à dire de plus à ce propos. Pour elle, la situation semblait sous contrôle et le fin mot de l’histoire affiché au grand jour, accident malheureux. Mais elle ne quittait pas l’endroit tout de suite, curieuse, elle voulait au moins savoir comment tout cela se finirait. Il faut dire que les journées de la russe étaient monotones, la plupart du temps, à ne pas sortir elle commençait à devenir folle et à rouiller, à s’ennuyer. Même si c’était horrible et qu’un homme était mort, il y avait un peu d’animation.

La réponse de l’inspecteur présumé, emplie d’ironie et de sarcasme rebuta la Dame des Élitistes.

- Je vous en prie, le garçon vient de perdre son père.. marmonna-t-elle d’une petite voix désapprobatrice.

Juste après cela, plusieurs nouveaux venu, des gardiens. Ils semblaient se connaître, avec le guerrier déjà présent, Zhana ne le connaissait presque que de vue, le gros type.

La russe se demanda ensuite ce que le guerrier voulait dire par tailler un petit bout de bras, mais elle ne tarda pas à avoir la réponse. D’un seul coup, elle se retrouva reléguée au rang de suspecte et cela l’étonna autant que ça ne lui déplut.

- Que.. Quoi ? Moi aussi ? Je veux dire.. Vous me croyez vraiment coupable ? Enfin.. Je veux bien, puisque je n’ai rien à cacher, mais c’est un peu gonflé de votre part.. Bref.

Zhana haussa les épaules et laissa retomber ses bras ballants le long de son corps, faisant quelques pas pour récupérer une chaise à la table du mort. Elle lui adressa un petit regard, l’air de lui demander pardon de le déranger. Puis comme indiqué, elle s’installa bien droite, croisant les jambes sur la chaise. Elle prit une courte inspiration.

- Je suis arrivée il y a environ.. Cinq minutes. A peine une minute avant vous. J’ai entendu le coup de feu, j’étais juste à côté. J’ai évidemment vu Victor en premier, après son appel à l’aide. Il y avait aussi une autre fille qui m’avait suivie, juste derrière moi, euh.. Vous la connaissez peut-être, la même caste, rousse, euhm.. Pas très très avenante.. Et donc, j’ai découvert le corps dans cette exacte même position, je ne sais pas comment ça s’est passé, je n’étais pas là. Mais.. Je vous le dis, monsieur, c’est un tragique accident..

Tout simplement.


Codage par Libella sur Graphiorum



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Victor Delacroix
Rescapé
Mer 27 Juin - 8:42
Victor Delacroix
Je dirais pas que la situation m'a échappé, je n'avais pas vraiment prévu la suite, cela dit, c'est vraiment un accident, bon ok, j'ai mis la balle dans le revolver, mais bon, je n'ai pas appuyé sur la gâchette, j'ai même voulu le prévenir. Non en faites, ce qui me fait vraiment chier dans cette histoire, c'est de me dire qu'outre que c'est un abruti et un salop, je ne sais rien de lui, il faisait quoi ici? On va ptete me demander de le remplacer dans ces tâches?

Il m'aura vraiment fait chier jusqu'au bout cet abruti, bon force et de constater que j'ai moi aussi un sacré souci, vla quelques années que je suis là, et je ne connais, ni la demoiselle qui a l'air un minimum importante vu comment notre "inspecteur" l'a salué, ni le-dit inspecteur, en faites je ne connais pas des masses les élitistes, ce qui pourrais être gênant.

D'ailleurs, cet "inspecteur" si cela a toujours un sens, est relativement bizarre, bon cela dit, je dois admettre que malgré son air hautain et ses réflexions plus que stupide il a l'air compétent, enfin, un minimum disons. Après tout, l'accident en lui-même est réellement assez stupide pour que personne n'y crois, est-ce que je peux lui en vouloir? Probablement pas, il est perdu dans un monde qui a bien changé, est-ce que ce raccroché à ce qui nous est cher ou qui nous rassure, nous rappel notre ancienne utilité ou place, n'est pas la solution la plus viable pour s'en sortir.

Est-ce qu'égoïstement, je ne protège pas Hélène pour ne pas avoir à réfléchir à ça?....

Pourquoi je pense à ça maintenant moi, ce n'est ni le sujet ni le moment, en faites, est-ce que j'ai déjà vraiment pensé à tout ça?

- ux dire.. Vous me croyez vraiment coupable ? Enfin.. Je veux bien, puisque je n’ai rien à cacher, mais c’est un peu gonflé de votre part.. Bref.

De quoi? Attendez j'ai loupé un truc là, à trop réfléchir à autre chose je me suis perdu dans le fil. Petit rétropédalage dans la timeline, je crois qu'il veut nous tailler un bout de gras pour qu'on puisse s'asseoir. Hein, mais ça n'a aucun sens.

En regardant la pièce pour voir s'il avait loupé un truc, Victor remarqua la seconde chaise posée un peu plus loin. La jeune Dame semblant vouloir mettre un terme assez rapide à cet entretien, et ce dirigeant vers la première chaise après avoir fini sa phrase, Victor décida de se taire et d'aller prendre place en suivant attentivement la scène.


Tiens un gros, ce n'est pas commun par les temps qui cours. Il va finir par faire une crise cardiaque et on va se retrouver avec un zombar dans l'enceinte.

Reste concentré bordel....

- Je suis arrivée il y a environ.. Cinq minutes. A peine une minute avant vous. J’ai entendu le coup de feu, j’étais juste à côté. J’ai évidemment vu Victor en premier, après son appel à l’aide. Il y avait aussi une autre fille qui m’avait suivie, juste derrière moi, euh.. Vous la connaissez peut-être, la même caste, rousse, euhm.. Pas très très avenante.. Et donc, j’ai découvert le corps dans cette exacte même position, je ne sais pas comment ça s’est passé, je n’étais pas là. Mais.. Je vous le dis, monsieur, c’est un tragique accident..


Elle n'avait pas l'air vraiment tendu, du moins de visu, Victor regardait et écoutait attentivement, ce qui lui demandait un effort particulier. Cela dit, la voix de cette demoiselle avait un côté assez envoûtant il fallait bien le reconnaître. Si bien qu'une fois sa phrase finie, il ne savait pas vraiment s'il devait attendre une quelconque réaction de notre adoré Columbo ou enchaîner directement.

- Elle dit vrai, elle est la première à être arrivé suite à l'accident, puis peu après la jeune rousse, je crois qu'elle avait une cicatrice au visage.


Désolé pour les changements de couleur et de style, j'essai de trouver le mieux adapter et celui avec lequel je suis la plus à l'aise ici, je vous fait des bisous.

PS : être désolé

PS2 : Meilleurs console de Sony ever
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dante Vindish
Rescapé
Jeu 28 Juin - 12:45
Dante Vindish
[hrp]Pas de souci Victor. On essaye tous plus ou moins des trucs donc profite ^^
Très joli jeu de mot sur la Playstation au passage ^^[/hrp]


Évidemment ils sont renfrognés. C'est toujours la même rengaine.
"C'est pas moi Msieur j'vous jure" sont toujours les premiers mots qu'ils prononcent. Innocents ou coupables d'ailleurs. Sauf que j'ai du métier et pas qu'un peu. Je m'en bat les c... que la situation ne vous plaise pas. Si meurtre il y a eu, justice à la Dante il y aura. On a peut être perdu bon nombre de techniques scientifiques pour démêler le vrai du faux mais on a aussi perdu les tribunaux remplis de vieux nantis laxistes à peine conscients de la réalité des choses.
Vous avez donc raison de me craindre.


Sans même sourciller devant les quelques complaintes des 2 victimes, il occupa sans peine sa place de bourreau en faisant face aux 2 personnes maintenant assises qui lui faisaient face. Ce n'est qu'à se moment là, en tenant sa position psychologiquement supérieure, qu'il s'offrit une reprise de parole sur un ton très neutre.

"Et justement une personne qui perd son père devrait être bien plus effondrée que ça. Je doute que ce soit le choc qui lui accorde cette léthargie."

Puis il éleva encore un peu la voix de manière à bien se faire entendre et ne pas se faire interrompre.

"Ai-je à un moment parler de coupable chère Dame? Sauf votre respect je ne crois pas.
Par contre vous êtes bien Mise en cause, au même titre que toutes les personnes présentes à l'arrivée sur les lieux d'un Officier de police judiciaire. A partir du moment où je diligente l'enquête, il est de mon devoir de requalifier les faits et les degrés de participation. De simple témoin à coupable si il le faut. N'étant ni omnipotent ni omniscient, je dois commencer par recueillir vos dépositions pour m'assurer que le "tragique accident" que vous me décrivez est bien réel.


Enfin, toujours pour jouer sur une dualité le présentant comme bon flic ou mauvais flicselon la teneur des réponses, il remontra un peu plus d'arrogance dans ces propos et perdit sa neutralité le temps d'un instant.

"Vous me trouvez toujours gonflé madame? N'est ce pas un peu "gonflé" que de vouloir se mettre en travers une enquête?"

Aucun des gardiens, affairé à la tâche ingrate de déplacer le corps, ne sembla s'offusquer de la manière de faire du guerrier. Mieux, le gros Edouard lâcha un petit sourire et marmonna à son comparse.

"Sacré Dante. il va leur tirer les vers du nez à la perceuse."

L’intéressé sortît alors un calepin de l'une de ses poches avant de son gilet tactique et commença à griffonner des éléments qu'il lista à voix haute.

"Une rousse pas commode qui a suivi. Balafrée, guerrière.
Si vous parlez d'Eve ce n'est pas une petite cicatrice qu'elle a et l'un de ses yeux aurait du vous marquer. Je lui demanderai sa version également."


Puis il retourna s'adosser à la table, l'air pensif.

"Victor .. vous etiez donc le premier sur les lieux ou vous étiez dans la pièce lorsque le "BAM" retentit?"

Il ne lui avait pas échapper que l'homme avait semblé très nonchalent lors du mîme de ce bruit et que Zhana au contraire avait été outrée. Il nota alors précisément les réactions faciales face à la réédition de ce son.

"Parlez moi plus en détail de cette arme. Si il avait "l'habitude" de la nettoyer, il devait donc en connaître parfaitement le fonctionnement. A quel moment un type retourne le canon vers lui?
Chère dame, pourriez vous me dire si Victor tenait quelque chose dans ses mains lorsque vous êtes arrivée? Quelle position il avait?"


Il occultait volontairement le fait que l'étude visuelle rapide du corps lui avait en effet révélé que le le point d'entrée de la balle se situait bien sur le front et non sur la tempe comme pour un suicide volontaire. Il ne donnait pas non plus l'indication sur l'auréole de poudre noire dont le diamètre évoquait un tir à bout portant. Les mains de Victor étaient en effet trop "propres" pour avoir été celui qui tenait la crosse au moment du coup et l'analyse rapide de la pièce ne semblait pas montrer de chiffon caché.



"Encore un petit peu d'exercice ou tu préfères crever?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zhana
Rescapé
Jeu 5 Juil - 18:43
Zhana

Un tragique accident



Avec toute la bonne foi qu’elle avait, et même si elle voulait vraiment se mettre du côté de Victor après ça.. Pour le coup, il était en effet vraiment difficile de comprendre pourquoi ce dernier était aussi indifférent au décès de son père. Dante n’avait pas tort sur ce point, Zhana n’avait aucune idée de la raison de ce cruel manque.. D’intérêt, tout simplement.. Elle essayait de comprendre, même si elle n’aurait pas la vraie version des faits tant que le jeune homme ne se serait pas expliqué.. Des gens peu proches des membres de leurs familles, Zhana en avait connu, mais très souvent ce n’était pas au point de rester indifférent au fait que son propre père venait de se tirer une balle.

Dans la même pièce que soi, qui plus est..

Et Zhana n’avait pas mentionné l’appel à l’aide manquant de toute réelle.. Alerte, urgence.

Après ça, l’interrogateur désigné reprit la Dame des Élitistes globalement point par point. Elle ne rétorqua rien dans l’immédiat, en effet il ne l’avait pas vraiment accusée directement.. C’était juste étrange pour elle, faisant partie du conseil de l’Eugéniste que de se retrouver sur une chaise à devoir exprimer sa version des faits aux côtés de celui qu’on pouvait qualifier de “ suspect numéro un “ pour le moment. Un petit coup dans son égo, peut-être ? Elle aimait être là, encore une fois c’était une bonne animation, mais si elle n’avait pu être que spectatrice ça aurait été tout aussi bien.

Elle fronça cependant les sourcils, bien décidée à ne pas se laisser marcher sur les pieds, tout de même.

- Je ne me met nullement en travers de votre enquête. Vous m’avez demandé ma version des faits, je vous la donne, au même titre que mon opinion.. Enfin bon, je me tais. Continuez donc..

Après ça, Dante continua son enquête et ses questions, cherchant des réponses auprès de Victor, mais il posa aussi une question à la blonde qui décida de répondre avant Victor. Question de principe et aussi un peu pour la symbolique. Elle effectua brièvement un petit travail de mémoire. Quand elle était arrivée, avec cette rousse sur ses talons, que faisait Victor.. Pour jouer le jeu de la vérité et de l’impartialité, Zhana pensa tout simplement à voix haute.

- Victor étaiiiit.. Un peu lointain, il ne nous a pas remarquées tout de suite ni moi ni l’autre, euhm, fille.. Il était juste là à quelques mètres du cadavre. Rien dans les mains, enfin, je crois ? Je n’ai pas fais attention à ça, le.. Cadavre avait un peu plus d’importance pour moi en cet instant.. Cependant, si je peux me permettre de donner mon avis à nouveau, il avait vraiment l’air d’être touché par ce décès.. Du moins, j’espère.. Voilà, c’est tout.

Elle ne savait pas comment l’homme allait interpréter tout ça mais au moins de son côté et de son point de vue surtout, elle était sûre d’avoir dit toute la vérité.  



Codage par Libella sur Graphiorum



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Victor Delacroix
Rescapé
Jeu 26 Juil - 11:28
Victor Delacroix
- La subtilité, ce n'est pas votre fort hein, à tous les deux je parle, et sans méchanceté, mais je comprends bien les sous-entendus, ne vous faites pas de soucis. Votre analyse se base sur le fait que tout le monde tiens à ses parents, ce qui est faux, pour certains, dont moi, ils ne sont rien de plus que des géniteurs et des boulets accrochés aux pieds pendant pas mal d'années.

Quel intérêt à cacher une vérité que tout le monde finiraient par connaître? Possiblement, aucune pour le moment, le mieux était de leur offrir ce qu'ils souhaitaient sous un couvert de sincérité franche et spontanée. Ni le temps, ni l'envie de parler pendant des heures, autre chose à foutre, et réellement rien à se reprocher.

- Donc, oui je déteste mon père, c'est un abruti, arrogant, menteur, manipulateur, et qui pense que son "statut" lui donne le droit de chier sur ceux qu'ils jugent plus faible ou inférieur. Il a d'ailleurs du ce sentir très à l'aise avec certaines personnes en arrivant ici.

Franche et spontanée, limite ça apaise de sortir ça ainsi.

- Est-ce que je l'ai fait? Non, vous êtes ancien flic a priori, regarder par vous-même, ce n'est pas un suicide, vous voulez regarder les empreintes et comparer avec moi? Faites donc, vous tomberez sur une vérité ineluctable, je n'y suis pour rien.

La sincérité, parfois c'est un point de vue, il avait tiré tout seul comme un grand, auteur de sa propre mort, vérité? Bien entendu. Masqué? Possible, et alors? Franche, sincère et spontanée, le deal est respecté.

- Est-ce que j'aurais aimé le faire? Oui assurément, pour des raisons personnelles qui ne regardent que moi. En aurais je étais capable? Nous ne le saurons jamais, mais je doute, sinon je l'aurais déjà fait depuis un moment.

Ça sortait tout seul, comme une libération, pas de pensée autre, ni en matière de conséquence, ni en matière d'émotion. Juste, ça sortait.

- L'arme bien sur qu'il la connaissait, mais comme je vous ai dit, il est, ou étais du coup, juste con, un semblant de pouvoir dans les mains, à jouer comme un enfant à qui on a passé une jolie épée en mousse, sauf que là, ce n'est pas un jouet. C'est un tragique accident, car même sa mort est ridicule, même ça, il trouve le moyen de le louper.

Un torrent, long, fluide et innarétable... Non, c'est un vague, qui submerge, qui traverse et emporte tout... Même quelques larmes incontrôlées qui n'ont pas réellement de sens pour le moment, pas un sanglot, pas d'accro dans la voix ou de potentielle émotion, juste quelques larmes, pour signifier que quelque chose sort, où veut sortir, mais sans savoir quoi.

- Bien sur que j'étais touché, mais pas forcément comme vous l'entendez, c'est un poids qui s'enlève, et cette pensée m'a plus que touché, je me sens libérer comme jamais, c'est même trop d'un coup j'ai l'impression.

Vraiment trop en faites, mais aucun moyen de stopper la machine, fallais finir, fallais mettre à plat et vider. Trop de contenance pendant tant d'années, pas habitué, le flic penserait que c'était lui qui avais réussi à faire sortir ça. Mais ce n'était que de la libération, s'il savait, mais il ne peut pas, il n'imagine pas que derrière ce cadavre, se trouvait un idiot qui a pourri la vie à tellement de personnes, il n'imagine quel enfer sa simple stupidité avait pu causer à ses propres enfants, les choses ignobles qu'il leurs avait fait faire.

- Donc "inspecteur", dites-moi, avec toute votre expérience, que pensez-vous de cela? Que pouvez-vous faire? Vous qui n'aviez rien fait, comme tant d'autres, quand le véritable criminel était bien vivant devant vos yeux? Que connaissez vous en psychologie? Pas grand-chose assurément, pourquoi devrait je être plus attaché à la mort de mon père qu'a celle d'un des lambeaux ambulant la dehors? Mais allez-y, faites votre travail, ça serait bien la première fois que quelqu'un  censer faire la "loi", si elle a encore un sens, le fait correctement avec mon géniteur.

J'étais peut-être injuste avec lui, il n'y était pour rien, il faisait son job, ou du moins, comme si celui-ci avait encore une utilité. Je ne me retrouvais même pas dans mes dires, vérité franche et spontanée, oui, le deal était respecté. Alors pourquoi, pourquoi avais je l'impression qu'un autre que moi avais parlé malgré tout?


Désolé pour les changements de couleur et de style, j'essai de trouver le mieux adapter et celui avec lequel je suis la plus à l'aise ici, je vous fait des bisous.

PS : être désolé

PS2 : Meilleurs console de Sony ever
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dante Vindish
Rescapé
Mar 31 Juil - 19:15
Dante Vindish

Ooohhhh ... je sens que je dérange. Personne n'aime ma manière de faire ni mes sous-entendus ... c'est trop triste ...
J'ai un scoop pour vous, je m'en tape le coquillard de ne pas vous plaire. Je ne suis pas là pour ça et si même bien content de vous occasionner des démangeaisons dans le fondement.


Dante n'avait strictement aucune considération quand aux remarques portant sur sa manière de faire. Certes la dame porteuse méritait tous les égards et Victor une indulgence quand à la perte récente mais rien ne justifiait une inflexion de sa ligne de conduite pour y distiller un peu de subtilité. Il n'y avait plus de policiers, de procès verbal,de dossier à constituer ni de juges, de délibérés, de pièces à convictions et de droit à la défense. il n'y avait que des têtes qui devaient tomber ou rester accrochés à leur tronc pour le bien du groupe et un seul et même bonhomme portait ses couilles pour s'en porter garant. Aucune place à la compassion ou l'émotivité. Il voulait des réponses rapides et franches.

Les résultats ne tardèrent pas à pointer le bout de leur nez car la reine des matriarches se fendît d'un petit discours plein d'interrogations plus que de certitudes qui, de par son action conjuguée avec les efforts du parfait connard de bleu désigné, déboulonna Victor qui se lança à son tour dans un pamphlet largement dirigé par les émotions. Les larmes lui montèrent très vite pour alimenter ses phrases qu'il édicta sans pour autant se montrer colérique outre mesure. Il exprimait simplement son profond malêtre sans accusé personne mis à part l'explosé du bulbe trainé par les gardiens. La force de son discours résidait dans le fait qu'il ne perdait pas pied et parvenait à apporter des réponses aux questions de ses détracteurs. Sa faiblesse par contre, était de vouloir rediriger sa colère vers Dante et l'institution qu'il représentait.

Ah c'est con ça mon garçon. t'étais à 2 doigts de t'en sortir avec les honneurs. Là tu es en train de t'engouffrer dans un transfert de responsabilité qui pourrait te nuire. Tu as de la chance d'être tombé sur moi et sur notre première dame pour t'épauler façon bourrine puis douce.

"Ce que j'y connais en psychologie ..." Lacha le capitaine dès que Victor eût fini de s'exprimer.
Il adopta alors une attitude très belliqueuse, retroussant ses lèvres et serrant les poings.

"Tu as raison je n'y connais strictement rien en psychologie mais pour une fois je vais faire quelque chose ! Te défoncer le crâne pour rejoindre ton petit papounet chéri !"

Un discours choc, édicté avec toute la violence verbale nécessaire mais sans aucun geste belliqueux ... et pour cause.
Nul doute que la jolie blonde était choquée par une telle montée de violence et devait s’apprêter à intervenir mais, contre toute attente, pour désamorcer très rapidement son effet dramatique, Dante lui accorda un regard très alerte et complice.

"Rassurez-vous chère Dame, ne criez pas, il s'agissait uniquement d'un coup de semonce ... un truc psychologique."

Puis il se tourna à nouveau vers Victor, l'air très calme et détendu.

"Voyez-vous mon garçon, moi aussi suis capable de péter des câbles jusqu'à manquer de respect envers mes interlocuteurs. Chose à éviter lorsqu'on est le suspect numéro un."

Mais conscient d'avoir été témoin d'un débordement, il ne tenait pas à faire la leçon plus que de raison. Zhana allait pouvoir user de son charme, de sa douceur et de sa position pour lui offrir une épaule compatissante. Lui se contenta de quelques lieux communs. Pour se faire, il s'approcha de Victor et lui parla avec sa voix grave.

"Vous êtes en vie, lui non. C'est lui qui vous l'a donnée et façonnée pour que vous soyez ici à présent. Si il avait été plus doux, vous ne seriez peut-être pas parmi nous, qui sait. Pour cela il vaut plus qu'un simple crevard la dehors.
Je ne connais donc pas de grands principes psychologiques, je ne suis qu'un connard de flic qui fait son taff avec les moyens du bord. Si votre père est passé à travers les mailles du filet, tant mieux pour lui. Mais ce ne sera pas votre cas si vous jouez avec nos lois.
Ceci n'est pas une menace. Votre emportement déborde d'une certaine honnêteté et mon "expérience" comme vous dites, et ne vous en déplaise que j'en use cette fois, m'indique que rares sont les fois où on peut la feindre.
Je vous laisse donc en charmante compagnie pour "digérer" votre deuil. Sachez juste que vous pouvez largement compter sur moi pour redorer votre image rognée de justice."


Il conclut en adressant un rapide salut à Victor et se tourna à nouveau vers la belle matriarche.

"Il est tout à vous et ne semble pas dangereux. Je reste pas loin, criez si besoin. Mes respects."



"Encore un petit peu d'exercice ou tu préfères crever?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zhana
Rescapé
Dim 5 Aoû - 22:31
Zhana

Un tragique accident.



L’ancien agent de police devait très certainement avoir touché une corde sensible chez le jeune Victor puisque ce dernier venait de longuement parler, il avait même eu l’air ému au fur et à mesure de sa prise de parole. Si bien que Zhana était vraiment soulagée de constater qu’il était réellement bouleversé de ce qu’il venait de se passer. Soit ça, soit il jouait vraiment bien le jeu, mais la blonde n’était pas de cet avis, vu l’appel à l’aide qu’il avait fait plus tôt alors qu’elle fut la première arrivée sur les lieu de l’accident, la Dame doutait fortement qu’il soit capable d’aussi bien faire semblant sur des choses pareilles.

Elle n’avait pas très bien connu cet homme, son père, elle avait toujours deviné qu’il était.. Bizarre, et c’est pourquoi elle ne l’abordait jamais. De toute manière Zhana ne passait globalement du temps qu’avec ses porteuses. Elle ne discutait que très peu avec les autres membres du clan, seulement les autres lieutenants de l’Eugéniste, et encore. En tout cas, elle voulait bien croire Victor.. Peut-être bien que son père était un homme mauvais, avant même la fin du monde, cela ne la surprendrait pas. Peut-être bien que Victor avait eu de bonnes raisons de ne pas s’être beaucoup.. Inquiété. Sur le coup, elle ne savait pas pourquoi, mais elle avait envie de croire le jeune homme, elle croyait en le fait que les premières pensées de Victor avaient été d’être soulagé qu’il ne soit plus de ce monde.

Cependant, sur la fin de sa longue tirade le jeune homme donnait des airs insolents à Zhana. Comme s’il était sur le point de dépasser les bornes, cela n’avait certainement pas échappé à Dante lui-même, Zhana le craignait.

Tout de suite, ce dernier réagit avec virulence. Sur le point d’en venir aux mains avec Victor, certainement plus que capable de lui donner la raclée de sa vie en plus de ça. Prête à réagir pour au moins essayer de l’en empêcher, misant sur le fait qu’une des lieutenant de l’Eugéniste n’intervienne pour que les gardiens présents ne fassent quelque chose. Se redressant de sa chaise, faisant claquer ses talons au sol.

- Dante…! scanda-t-elle.

Seulement, l’homme s’était déjà tourné vers elle, ce n’était qu’une mauvaise blague. Au moins, personne d’autre ne serait blessé. Pour ça, elle remercia quand-même l’ancien agent de police d’un signe de tête.

C’est après un discours plein de sens qu’il congédia partiellement l’assistance, assurant qu’il ne serait pas loin. Zhana porta un regard vers Victor. Elle ne savait que faire ni que dire, mais l’improvisation restait de mise, elle le rejoignit pour poser une main sur son épaule.

- Tu va bien ? Tu sais, bon, maintenant n’est peut-être pas le moment pour t’accabler mais.. Attention aux excès de confiance comme ceux-ci.. Tu ne les connais peut-être pas tous, et moi non plus mais les guerriers ici ne sont pas tous des tendres. Les gardiens non plus d’ailleurs.. S’il l’avait vraiment voulu il aurait très bien pu te casser la figure, je ne sais pas si j’aurais vraiment pu l’empêcher, attention.

Elle avait ce regard bienveillant généralement réservé aux porteuses, mais pour un jeune homme venant de perdre son père, même s’il ne l’aimait pas.. Il pouvait bien y avoir droit, lui aussi.


Codage par Libella sur Graphiorum



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Epidemie :: Paris :: Le centre-Ville :: Musée de Cluny-
Sauter vers: