AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
Le profil de vos personnages a été modifié, pensez à le mettre à jour !
Un nouveau clan a vu le jour: la meute !
Ayez une petite pensée pour le forum en votant sur les tops sites...

 :: Paris :: Le XIIème arrondissement :: Hôpital Rothschild Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Well, it's nice to meet you sir. | Dante

 :: Paris :: Le XIIème arrondissement :: Hôpital Rothschild
avatar
Zoey Bourne
Membre
Localisation : Peut-être un peu paumée, tiens..
Mer 16 Mai - 1:08
Zoey Bourne




Avec
Dante


Well, it’s nice to meet you sir.



L’hôpital, l’endroit qu’on pourrait presque qualifier d’épicentre de l’épidémie parisienne. L’endroit où la concentration de Raclures était vraiment dense et ce même dans les quartiers environnants. Cependant cela n’avait pas empếché Zoey de s’en approcher significativement. Elle était sortie seule, le sac à dos vide, dans le but de peut-être ramener des choses utiles. La bleue s’était dit qu’aux alentours de l'hôpital il pouvait rester des appartements encore intact, jamais fouillés, jamais ouverts. Des caches de nourritures en conserves intactes, des planques d’armes, de munitions peut-être ? Des choses rares dont on ne soupçonnait plus avoir vraiment besoin.. Du genre, des rouleaux de papier toilettes. Personne n’y pensait, à ça. Tout le monde avait fait des stocks d’armes et de vivres, d’eau, de piles, d’essence, de cigarettes au pire du pire.. Mais les choses basiques, nécessaires sans vraiment l’être, des stylos, du déodorant, du shampooing, du papier toilettes, des putains de préservatifs ! Personne n’y avait pensé avant qu’il ne soit trop tard. Parfois on s’en mordait les doigts, et Zoey n’avait pas d’arrière pensée à ne sortir que pour récupérer un maximum de sacs poubelles et de tampons dans son sac. Enfin bien sûr, si elle pouvait tomber sur du mieux elle prendrait, mais tant qu’il restait de la place et tant que les lanières de son sac ne cédaient pas..

L’Humaniste était vêtue de sa veste de sortie, noire, sale, chaude, confortable. Son sac à dos couvert de pins et d’écussons en tout genre plein au quart seulement après peu de temps de fouille.  Mais en dessous, la jeune femme était habillée à la cool avec un débardeur. Sa capuche était relevée mais on pouvait voir ses longues tresses en sortir. Son jean était clair, délavé, troué par endroits et ses chaussures usées par le temps et les courses poursuites avec les Raclures. Là encore, elle s’en donnait à coeur joie..

Le seul hic, c’est qu’elle avait grandement sous estimé le nombre de Raclures environnantes. Ou pas, mais elle y était allée quand-même, tête baissée. Pire, elle s’était quelquefois servit de son mégaphone pour attirer un maximum d’infectés à l’écart, se faufilant très vite ailleurs, mais en vain. Le nombre de morts était toujours difficilement soutenable et après le bordel qu’elle avait causé, il lui était presque impossible de partir en un seul morceau. Elle s’était piégée toute seule, elle avait passé un quart d’heure à observer a rue fourmillante de Raclures depuis le toit d’une ambulance encastrée dans un mur. Les décombres offraient une bonne couverture. Quand les infectés se calmèrent et se dispersèrent un peu elle descendit. Sa seule erreur fut de ne pas regarder avant de descendre, l’Humaniste avait bondit sur le dos d’une Raclure rampante, amputée des deux jambes. Cela avait eu pour effet d’agacer la chose et de la faire hurler de rage, alertant tous ses congénères. Finissant la Raclure d’un coup sec de son pied-de-biche customisé, transperçant son crâne, elle releva les yeux pour voir la trentaine, au bas mot, de Raclures s’approchant lentement d’elle.

- Ah bande de putes.. lâcha-t-elle à mi-voix, dégoûtée, Vous êtes vraiment, vraiment des grosses putes ! Niquez vos mères ! ajouta-t-elle plus fort, avant de se mettre à courir dans la direction où les morts étaient moins nombreux, ironiquement droit vers l’hôpital.

Slalomant entre bon nombre de sales monstres putrides, Zoey en bouscula même plus d’une, elle n’entra pas dans l’hôpital même, pas suicidaire à ce point non plus. Mais elle courut plutôt le long d’un mur après avoir traversé un immense parking, foulant celui réservé au personnel, elle entra dans ce qui semblait être un garage, sa lourde porte défoncée depuis bien des années par une ambulance n’ayant pas attendu, peut-être celle qui était encastrée dans le mur plus loin, tiens, gisant au sol, rouillée. Zoey se retrouva dans un parking en intérieur où bon nombre d’ambulances attendaient encore. Beaucoup avaient aussi disparues. Il y avait quelques Raclures ça et là, alertées par le bruit des pas lourds de la course de l’Humaniste en fuite. Elle sauta dans l’une d’elles, les portes grandes ouvertes, tombant face à une civière sur laquelle se trouvait un body-bag, dès qu’elle entra, elle entendit des gémissement en provenance du sac mortuaire. La pauvre créature y était bloquée depuis si longtemps que c’en était comique. Zoey ne l’acheva même pas, décidant de l’attraper par le bas du sac, trouvant ses chevilles, elle le traîna avec force jusqu’à l’extérieur où elle balança la pauvre Raclure qui roula misérablement, elle gloussa sans retenue. Elle avait l’impression de voir une limace se débattre. Soudain, elle entendit des pas vifs, quelqu’un courait. La bleue pensa immédiatement à une Raclure nouvellement infectée, récente.

Elle se munit de son pied-de-biche et attendit. Au bout de quelques secondes elle vit un homme, un vrai, vivant, apparaître. Derrière lui, il devait y avoir le même nombre d’infectés qui avaient prit Zoey en chasse et qu’elle pensait avoir réussi à semer. Réalisant qu’elle n’était pas face à une Raclure mais à un homme, elle baissa son arme et regarda derrière lui, elle ne les vit pas mais entendait très bien leurs grognements, ils étaient en chasse. Et eux, ils ne pouvaient pas fuir, dans le dédale des couloirs de l’hôpital, ils se feraient trop vite acculer et massacrer. Zoey sourit à l’homme et écarta les bras, comme si ce qui était en train de leur arriver était anodin, elle n’avait pas peur, ça l’amusait même beaucoup de voir quelqu’un d’autre autant dans la merde qu’elle.

- Hey ! J’venais justement de faire de la place dans mon bunker ! C’est que tu tombes hyper bien ma parole ! cria-t-elle en faisant un signe de la main pour faire venir l’inconnu.

Elle grimpa dans l’ambulance, à l’arrière, prête à refermer les portes dès que l’autre se ramènerait, ou pas d’ailleurs. Il pouvait bien faire ce qu’il voulait.


Codage par Libella sur Graphiorum



Past Life


She's never coming back.
D'you know what it's like to live with that ?
No one knows what it's like.
The only one who knew me, gone..
I know what you want and I can give it to you..
I am so tired.
...
Have you ever seen God ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dante Vindish
Nouvel arrivant
Mer 16 Mai - 17:05
Dante Vindish
Ah comme c'est bon de se défouler! de se sentir vivre! Putain c'est le paradis des psychopathes dans mon genre. Je suis là, à ciel ouvert, à démonter joyeusement des goules on ne peut plus anthropomorphique puisqu'elles étaient humaines avant, juste pour le plaisir du sport et évacuer une vie de frustration.
Je dois pas être le seul flicard encore en vie et vraiment, rien ne défoule plus que de pouvoir péter des nez et des mâchoires en toute impunité, sans avoir à rendre des comptes, sans se faire ouvrir par une hiérarchie ankylosée qui défend plus les délinquants que les victimes. Enfin une loi du plus fort qui ne soit pas dirigée par l'argent.
Venez mes petits affamés, j'ai encore tout un panel de techniques de boxe à essayer sur vous. Je ne maîtrise pas encore assez le spinning back kick ni la puissance du roundhouse kick.


Dante se tenait sur le parking visiteur de l’hôpital, face aux urgences, au vue de tous. Hormis quelques voitures abandonnées, il disposait d'une très large zone de bitume qui devait lui servir de zone de combat. Arnaché d'un épais jean de motard, de ses rangers et gants coqués anciennement fournies par l'administration et de sa veste en cuir noire et rouge, il occupait le centre de son ring improvisé dans une garde de boxe impeccable. Sa présence ne manquait pas d'alerter de nombreux zombies qui tentaient de se frayer un passage vers cet apparent repas gratuit. Les plus vivaces pensaient être les premiers servis mais, à défaut de pouvoir croquer dans la chair fraîche, leur régime se décomposait plutôt en châtaignes, patates et tartines en tout genre. Le généreux élitiste distribuait plus de pains que Jesus Christ ne l'avait jamais fait. Ils prenaient et mangeaient de tout sauf du corps livré pour eux.

La bataille faisaient rage. Sieur Vindish travaillait son agilité et sa puissance. Il ne cherchait pas à rendre leur liberté aux morts vivants, juste à les abimer sévèrement pour prolonger leur agonie. Ses coups de pieds dévastateurs brisaient les côtes jusqu'au déversement de viscères putrides. Quelques coups chassés avaient pour but de rompre les articulations et de nombreux high kick et autre coups retournés en direction du visage visait à dévisser le crâne de manière à donner un air plus "loufoque" aux pantins désarticulés incapable de se mouvoir correctement. Certes les gestes étaient maîtrisés et illustrait l'étendue du potentiel de Dante mais c'était surtout terriblement énergivores. De grosses gouttes de transpiration et un souffle haletant ne tarda pas à troubler le sourire cynique du combattant.Le surnombre n'arrangeait pas non plus la situation.
De plus en plus de morfales s'amassaient dans les tribunes et n'avaient pas la décence d'attendre leur tour. Pour autant, tant qu'il était debout, le pugiliste se sachant immunisé et assez bien protégé par ses vêtements, ne craignait pas de les prendre à plusieurs, quite à devoir se défaire de quelques emprises maladroites de ses adversaires. Mais l'un d'eux, plus corpulent, parvînt à le renverser. Le capitaine l'entraina dans sa chute, roula avec lui pour se retrouver en dessus et le martela de coups de poings plus violents que techniques pour éponger sa colère. Se faisant, une autre âme en peine l'agrippa et tenta de le mordre au niveau du col. Il du se résoudre à abandonner le gros au crâne à moitié fracassé pour amorcer une nouvelle roulade pour saisir le second individu et l'étrangler par derrière. la encore il y mit toute sa force pour rompre les cervicales tandis qu'il se faisait chahuter par toujours plus d'adversaires dont certains parvenaient, à coup d'ongles et de dents, à lui occasionner quelques dermabrasions et petits saignements à l'épaule gauche, au tibia droit, à la même cheville et surtout au visage

Ok merde ça commence à bien puer par ici. On va dire que c'est la fin de l'exercice. Il est temps que je me retire et trouve de quoi cautériser vite fait.

Prestement, il se souleva du sol et se dégagea de la foule devenue assez dense par de nombreux coups d'épaules bien sentis et un élan non négligeable pour atteindre une vitesse de pointe qui l'assurait d'arriver premier au seuil du parking souterrain dans lequel il s'engouffra. De la il remarqua d'autres décharnés en chasse mais focalisés sur une autre cible qui, visiblement, avait trouvé intéressant de s'enfermer dans un véhicule pour attendre d'y être encerclé.

Hey? C'est que t'es plutôt avenante pour une survivante toi. Avec tes cheveux bleus et ton look tu dois être une humaniste pour proposer ton aide alors que je pourrais te dépecer. Mais une fois n'est pas coutume, ça peut être drôle d'imposer ma folie à une inconnue qui n'a pas d'autre échappatoire que la mort ou me supporter.

Curieux et excité par l'idée, Dante se précipita vers la bleue tout en profitant de sa célérité pour défoncer le dos d'un marcheur trop occupé à mater la demoiselle. Le craquement des vertèbres résonna dans l'enceinte de métal mais sans parvenir à couvrir la grosse voix tonitruante de l'auteur.

"hell yeah ! c'est le pied!"

Je suis certain que rien qu'à l'expression de mon visage tu remarques la part de folie qui sommeille. C'est un avant goût de ce qui t'attend jeune ... jeune et jolie demoiselle!
C'est qu'on découvre une belle silhouette et un visage harmonieux sous cette tignasse délavée. Sympa les infirmières de l'apocalypse.


Après avoir désincarcérer son genou gauche de la cage thoracique éclatée de sa dernière victime qui ressemblait à un puzzle géant, il se redressa et sauta d'un bond à l'arrière de l'ambulance. Faisant face à sa jolie muse, affichant un visage certes abimé mais terriblement facétieux et charmeur, Dante mima se découvrir de son couvre chef fictif et prit la parole d'une voix étonnamment calme et maitrisé malgré l'effort précédent.

"Milady, Excusez le fait que je ne m'essuie les pieds avant d'entrer dans votre humble demeure. je suis également désolé de n'avoir ni fleurs ni gâteau à vous offrir en remerciement pour cette hospitalité. On attend encore quelqu'un ou je peux refermer?"



"Encore un petit peu d'exercice ou tu préfères crever?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zoey Bourne
Membre
Localisation : Peut-être un peu paumée, tiens..
Jeu 17 Mai - 11:00
Zoey Bourne




Avec
Dante


Well, it’s nice to meet you sir.


Non sans avoir oublié de prendre le temps de démolir le dos d’une Raclure au passage, l’inconnu finit tout de même par rejoindre Zoey dans son ambulance. Celui là n’avait pas l’air d’être un saint, mais il avait au moins l’air de savoir ce qu’il faisait. Couvert de petites blessures mineures, Zoey pensa qu’il était en train de passer une dure journée. Elle fut étonnée de le voir faire semblant de retirer un chapeau imaginaire, cela la fit même bien rire sur le coup. Cet homme là n’était pas juste pas un saint, il avait aussi et surtout un grain. C’était une bonne chose en fin de compte puisque cela leur donnait déjà un bon point commun. Sa seconde prise de parole ne fit que confirmer ce qu’elle pensait de lui. Elle hocha négativement la tête sans que son sourire ne disparaisse, au bout du parking elle pouvait déjà apercevoir les dizaines d’ombres de Raclures se dessiner sur le sol du parking, signe qu’ils se rapprochaient et que bientôt ils seraient partout dans l’enceinte du parking.

- Roh mais c’est que j’ai de la chance moi, je tombe sur un type avec des bonnes manières ! s’exclama-t-elle avant de pointer du doigt les infectés en approche, Et nan, ceux là on les attends pas je les ai pas invités ! On va rester en petit comité et fermer les portes, ça vaudra mieux.

Ceci fait, les grognements des Raclures se fit plus lointain et la bleue se sentait déjà plus au calme. Elle s’était attendue à passer un long moment seule avant que ce type ne déboule de nulle part, plutôt satisfaite de son arrivée tonitruante, elle se serait vraiment emmerdée là dedans, toute seule sans rien avoir à faire ni personne à qui parler. Elle s’installa sur une espèce de petite banquette juste après avoir retiré son sac à dos qu’elle laissa sur le sol, soufflant audiblement. Elle se mit ensuite à détailler l’homme qui était avec elle. Un gros dur, carré, charismatique, stylé, plutôt pas mal, même. Il avait quelque éraflures, donc, mais elle préférait ne pas voir ceux qui l’avaient foutu dans cet état. Sûrement cette horde de Raclures, d’ailleurs. Zoey gloussa.

- Merde, t’as pris cher toi dis-donc. lui dit-elle en toute simplicité, Assied-toi, j’ai deux trois trucs de secours dans mon sac je vais au moins te nettoyer, tu seras un poil plus présentable dans mon Arche de Noé improvisée. ‘Fin, là au lieu d’avoir un membre de chaque espèce on a juste nous deux maiiiis, tu comprends l’idée j’imagine.

Elle s’était redressée puis agenouillée devant son sac pour en fouiller la première poche, elle gardait toujours un petit flacon de désinfectant sur elle, quelques compresses et du matériel de premiers secours. Ironiquement, l’Humaniste ne s’en servait que très rarement pour elle-même, rien qu’à voir comment elle avait rencontré Ethan dans les ruines, ou Adeline, et maintenant ce bel inconnu. Elle sortit tout ce barda de son sac, agitant le flacon de désinfectant dans son champs de vision.

- Bon, je suppose que tu sais que ça va piquer et que ça te fait pas peur ? T’as pas une tronche d’enfant de choeur donc bon. J’m’appelle Zoey d’ailleurs, et toi mon mignon ?


Codage par Libella sur Graphiorum



Past Life


She's never coming back.
D'you know what it's like to live with that ?
No one knows what it's like.
The only one who knew me, gone..
I know what you want and I can give it to you..
I am so tired.
...
Have you ever seen God ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dante Vindish
Nouvel arrivant
Jeu 24 Mai - 19:33
Dante Vindish

En effet je suis bardé de bonnes manières ma mignonne. J'ai pas été élevé chez les sagouins et ai longtemps servi le pays avec rigueur. j'ai juste une petite dent de 3 kilomètres contre les branleurs et les cons. Mais comme tu n'as pas l'air d'appartenir à l'une des 2 catégories, je n'ai pas de raison d'être impoli.
Content que ça te fasse rire d'ailleurs. Je vois que tu apprécies le sur-jeu donc je n'ai pas à m'en priver. D'autant que femme qui rit à moitié dans son lit et que l'idée ne ne dérangerait pas outre mesure. Tu es encore plus mignonne de près que de loin. Enlève voir tes haillons que j'inspecte un peu mieux la marchandise.


Tout sourire de cette rencontre improvisée qui faisait suite à une fuite tout aussi hasardeuse, il lui laissa refermer les portes sans pour autant se priver du spectacle de cette belle silhouette qui articulait ses formes juste sous son nez. Néanmoins sur une touche gentleman, il se garda d'insister lourdement et profita pour répondre sur le même ton que son entame.

"Je comprend qu'ils ne soient pas invités. Non seulement ils n'apportent pas de cadeaux non plus mais leur conversation est extrêmement limitée."

Puis elle s'asseya et déposa son sac, visiblement plus sereine depuis que le lieu était clos. Loin d'etre claustrophobe et presque bercé par le doux ronron huilé des goules pestant contre la carlingue, Dante garda sa mine fière qu'il arborait quasi constamment et prit également possession de la banquette opposé, jambes écartés, coude appuyé contre ses cuisses, afin de reprendre son souffle. Zoey évoqua, toujours avec sa bonhomie habituelle, le piteux état esthétique de son compagnon d'infortune et lui proposa quelques soins afin de prendre place dans une arche de Noe à la connotation extrêmement forte. Jamais le dernier pour jouer des mots, le capitaine saisit l'occasion pour bien appuyer le sous-entendu à peine camouflé.

"Cher? non, juste une petite dispute avec mes copains. Rien de grave. Écoute, ils me réclament déjà pardon.
Tu as une manière rapide de me demander de me dépoiler dis donc. Si tu comptes soignez mon épaule et mon genou il va falloir que je me retrouve en slibart. Il est propre ce n'est pas le problème mais en principe j'exige la même chose en retour.
Et d'ailleurs, pour ton arche de Noe, on est bien un représentant de chaque sexe et on est bien une espèce en voie de disparition donc ... je crois voir ce que tu veux dire jeune esthète: Le slip serait de trop. Ha ha"


Lui prenait énormément de plaisir à créer des moments de gène, d'indécence ou à briser les tabous. Il aimait à provoquer des réactions car lui y était insensible et ne faisait qu'alimenter sa soif inextinguible d'humour noir. Pourtant, la jeune femme ne marqua nulle expression du genre et commença à jouer les infirmières à sortir son barda et se présenter.

"Ah ouais, on est dans une ambulance et j'ai droit à des soins particulier. C'est pas la plus mauvaise des planques ici. Je reviendrais souvent. Et je vais surement pas me plaindre pour un petit bobo de rien du tout ... sauf si ça peut te faire plaisir Zoey."

Il lui accorda un clin d'oeil malicieux en complément de son sourire ravageur.

"Et ouais, même les gros durs peuvent se montrer sensible quand le besoin s'en fait sentir. Torture moi à ta guise.
Au fait, moi c'est Dante, pour te servir."




"Encore un petit peu d'exercice ou tu préfères crever?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zoey Bourne
Membre
Localisation : Peut-être un peu paumée, tiens..
Hier à 16:10
Zoey Bourne




Avec
Dante


Well, it’s nice to meet you sir.



Ce mec là avait un sacré tempérament et pas mal de culot. Tout comme celle avec qui il était bloqué dans cette ambulance. Il avait un certain répondant, c’était plutôt agréable de ne pas se retrouver cloîtrer avec une espèce de petite pucelle effrayée par la horde de Raclures en train de s’infiltrer dans le garage de l’hôpital. Elle aurait eu beaucoup de mal à supporter les pleurs ou la crise d’angoisse de quelqu’un de ce genre, Zoey. Et blessé comme il était, ce n’était pas grand chose mais il ne bronchait pas le moins du monde. C’était une vraie chance d’avoir ce Dante comme compagnon d’infortune. Pour le moment la bleue souriait plutôt en coin à ses dires. En plus, il avait compris son allusion à l’Arche de Noé. Ce n’était rien vu comme ça mais après cinq ou six ans d’apocalypse.. Beaucoup de personnes semblaient êtres devenues des putains d’ignares. Au moins lui, il avait les idées bien en place.

C’était le genre de choses qui plaisait à Zoey, des gens avec un minimum de culture.

Ce mec était quand-même en train de remporter le combo gagnant, bel homme, visiblement capable de se défendre, charismatique avec un répondant certain doublé d’un peu de matière grise dans le crâne. Sympa. Elle aurait presque éclaté de rire quand il lui avait sommé de se mettre à moitié nue. A ce niveau là ce n’était même plus du répondant, c’était de l’arrogance. Et ça aussi ça lui plaisait, à l’Humaniste.

Pour se mettre à l’aise, et non pour se plier à ce que venait de dire Dante, Zoey retira tout de même sa veste qu’elle déposa sur la banquette et la laissant proche de son sac juste après avoir posé le désinfectant et les compresses. Elle avait déjà un peu moins chaud comme ça, ne portant plus que son débardeur. Ses cheveux coiffés en tresses arrivant presque au bas de son dos, désormais plus du tout gênées par la capuche allaient au grès de ses mouvements. La veste retirée révélait aussi un détail peu commun sur son accoutrement. La jeune femme avait des ceintures, oui, mais des ceintures aux bras. Un élément esthétique particulier, mais à son goût et c’était le principal. Toutes à peu près différentes, trois au biceps gauche et deux au droit. Elle en avait simplement sectionné proprement les bouts qui dépassaient à la base pour en garder les boucles, des bijoux du nouveau monde, en somme. L’une de ces ceintures était une Gucci, elle avait une Louis Vuitton et aussi une très belle Versace. Les autres étaient plus banales, mais elle aspirait à trouver d’autres marques coûteuses et en aussi bon état que ce qu’elle avait là aux bras.

Récupérant le matériel médical, Zoey s’approcha de Dante.

- Allez mon grand,j’suis comme un vrai doc. Je t’ausculte, enlève tes vêtements. dit-elle, citant directement l’une des chansons de son répertoire, Bon, pas vraiment un doc, plutôt une infirmière.. J’ai juste pas pensé à ramener mon costume, tu m’excusera !

Elle se mit à ricaner, l’ironie voulait qu’elle avait vraiment un costume de ce genre, au château des Humanistes dans son armoire. Elle se pencha vers Dante pour “ l’aider “ à retirer sa veste en cuir.

- Faut que je fasse tout toute seule, gros dur ? Allez, enlève ! Si t’es sage peut-être bien que je te ferais une petite fleur, hah !

Elle était sûre que la proposition n’était pas passée dans l’oreille d’un sourd, pour le moment elle agitait encore un peu le flacon de désinfectant dans le vide, se préparant à imbiber une première compresse de produit.



Codage par Libella sur Graphiorum



Past Life


She's never coming back.
D'you know what it's like to live with that ?
No one knows what it's like.
The only one who knew me, gone..
I know what you want and I can give it to you..
I am so tired.
...
Have you ever seen God ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Epidemie :: Paris :: Le XIIème arrondissement :: Hôpital Rothschild-
Sauter vers: