AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
Le profil de vos personnages a été modifié, pensez à le mettre à jour !
Un nouveau clan a vu le jour: la meute !
Ayez une petite pensée pour le forum en votant sur les tops sites...

 :: Paris :: Les ruines de Paris :: Les ruines Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une même convoitise... [Dante]

 :: Paris :: Les ruines de Paris :: Les ruines
avatar
Alyce
Nouvel arrivant
Mer 9 Mai - 14:32
Alyce
Une même convoitise... |• Dante •|



Bordel... Qu'est ce que je fiche ici moi déjà ? Ah oui c'est vrai... Un client. J'ai eu mon premier client au bout d'un mois sans affaires. Ce qui m'arrange puisque je commençais à être à sec niveau argent... Mais l'objet du contrat que j'ai passé était... Étrange. Lorsque je suis arrivée à mon point de rendez vous, la veille, j'ai eu à faire à un client qui m'avait fait une requête particulière. Il m'avait demandé d'aller chercher un couteau. Mais pas un de ceux que l'on peut trouver sur les marchés. Apparemment, ce sera un couteau qui aurait de la valeur et qui serait "rare"... J'étais un peu septique au départ mais lorsqu'il m'expliqua les raisons du pourquoi s'être adressé à moi, j'ai un peu changé d'avis et il y aurait une somme convenable à la clé si je lui ramène ce qu'il demande.

Et donc, me voilà devant l'entrée des ruines. Nous sommes en plein après-midi, voir même en début de soirée avec le soleil qui est en train de se coucher. D'après les indications de l'homme, le couteau se trouverait dans un magasin de chasse dont la pencarte serait encore visible. Et pour reconnaître l'arme ce serait simple; sa lame aurait une couleur argent, des lettres dans une autre langue seraient gravées dessus, et le manche serait en bois peint en noir avec des ornementations en argent. Quand à sa housse, elle serait un mélange entre le bordeaux et le noir qui donnerait un effet marbre. La probabilité pour qu'une arme pareille soit encore dans des ruines est nulle. Ou bien c'est qu'elle était bien cachée.

Je commence à marcher dans le quartier, l'arc dans une main et deux flèches de l'autre, prête à les utiliser si jamais je me faisais attaquer. On ne sait jamais ! Un infecté peut très bien surgir de nul part et me prendre par surprise. Je reste attentive à ce qui m'entoure avec méfiance, guettant le moindre bruit, le moindre détail qui puisse me sembler suspect.

Je continue de marcher, sans aucune piste ni aucune trace de ce qui pouvait être une pencarte avec le nom du magasin que mon client m'avait donné. J'ai continué d'avancer tout en traversant et en escaladant les restes de bâtiments qui s'étaient écroulés sur le chemin. Heureusement que mes années de gym m'ont servies, moi qui pensais que c'était inutile... J'avais tort. Je regarde les environs qui semblent plus que désert, mais pas pour longtemps. 



Quelque chose brise le silence. Des grognements, et des bruits de morts. Il y a une bande d'infectés qui ne traînent pas loin. Ne sachant pas combien ils sont, j'ai préféré prendre un autre chemin en faisant le minimum de bruit possible et stopper mes recherches le temps que la horde d'infectés passe, je ne sais pas combien ils sont, ou même de quoi ils sont capables. Je sais que certains sont plus vifs et plus forts que d'autres. À la limite, s'il y en avait un ou deux même j'aurais pu les tuer, mais faut pas abuser non plus, je suis pas comme superman et j'ai pas les talents des meilleurs chasseurs au monde. 


Je les entends encore déambuler dans la rue et commence à m'éloigner d'eux. J'espère ne pas avoir à passer la nuit ici, j'ai de quoi survivre dans mon sac, car oui j'ai un sac sur le dos avec ce qu'il faut pour partir en service, mais je n'ai pas de quoi survivre toute une semaine ici ! Et je déteste quand mon travail prend trop de temps. 


Une fois le danger passé, qui a bien duré plus de cinq ou dix minutes, je retourne dans le fameux quartier où se trouverait le magasin du client. Au bout de plus de trente minutes au moins, je trouve enfin le fameux magasin. La pencarte par contre, était au sol et cassée en deux. Je regarde le magasin, la porte est condamnée par des pierres qui bloquent le passage, et le seule moyen d'accès serait la fenêtre qui est déjà brisée. Ce qui tombe bien car je n'ai pas envie de faire un boucan dans un lieu où le calme est à son paroxysme.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dante Vindish
Nouvel arrivant
Mer 9 Mai - 19:01
Dante Vindish

"Et tu crois aller où comme ça?"

Une voix grave, tonitruante et vindicative résonna derrière la jeune femme en pleine exploration. Cette dernière appartenait à Dante. Habillé de sa veste en cuir, d'une paire de rangers et d'un jean costaud, il tenait dans sa main la hampe de sa lance repliée dont la lame perlait encore de sang coagulé mais fraichement extrait d'un corps en décomposition. Il se tenait là, fièrement, au milieu de la rue, ne craignant nulle surprise ni agression. Il savait la jeune femme seule car il avait eu le loisir de l'observer depuis son petit toit d'immeuble de 3 étages en prenant soin, en grand prédateur qu'il était, de ne pas projeter son ombre sur les murs ni trahir sa présence par son brouhaha habituel, se cachant couardement devant le peu de rôdeurs environnant. Il avait repéré le petit groupe de crevés déambuler dans les rues et avait choisi la voie aérienne pour leur laisser l'opportunité de "chasser" les proies à sa place. Tel un bon chef, il avait "délégué" cette tâche de surveillance à ces bouts de chairs nécrosés tandis que lui repérait le lieu de son prochain forfait. Afin de les mettre en condition pour le seconder, il leur avait fait face un petit moment pour les exciter et leur sortir la bave avant de se volatiliser par un escalier de secours. Dès lors, il savait qu'il n'avait plus que 2 rues à surveiller pour s'assurer être seul dans les environs. Pourtant, ses sbires, en déviant leur route, l’avertirent qu'un trouble-fête venait de s'inviter. Patient et franchement pas inquiet, le policier avait attendu de décrypter les mouvements de la petiote pour essayer de déterminer son but. Si elle venait voler un quignon de pain, elle n'allait pas lui faire trop d'ombre, mais qu'elle se dirige vers la petite armurerie de quartier était bien plus problématique. Aussi, n'écoutant que sa mesquinerie et encourager par les efforts de discrétion de son invitée, Dante se fît un malin plaisir de lui casser la baraque en manifestant bruyamment leur présence.

"C'est pas un coin pour les fillettes ici. Faut être accompagné d'un adulte pour y entrer! De plus, il y a quelques personnes à qui tu manques là dehors.

Il faisait évidemment référence aux zombies qui, galvanisés par cette voie virile, s'empressaient de rejoindre les lieux du festin annoncé.

"Viens leur dire bonjour et leur claquer la bise avec ton jouet à corde avant que papa se fâche et ne t'y oblige."

Et sans attendre de réponse de sa part, il entreprît à son tour d'aller vers la devanture de la bâtisse. En un geste souple et visiblement maitrisé, il rangea sa lance réduite dans son dos et sprinta vers elle pour mettre de la distance entre lui et les goules affamées. Nul doute qu'il faisait preuve d'une grande agilité et tenait à en faire l'étalage pour effrayer la gosse dont il attendait triomphalement la réaction.

Alors gamine, comment tu gères la pression toi? tu vas aller pleurer dans les jupes de ta mère momifiée? Tu vas t'enfuir comme une dératée? ou tu vas essayer ea bander tes petits muscles et la corde de ton arc?
Montre moi qui tu es pour que je puisse un peu plus piétiner tes rêves de gosse et te mettre un bon coup de réalité dans les dents.


Très attentif à la réaction de la jeune femme, l'artiste martial s'approcha d'elle tout en respectant une distance de sécurité et éviter un coup de flèche mais suffisamment proche pour pouvoir réagir vite au contact d'une arme de poing. Une fois à sa hauteur, il afficha un large sourire satisfait de carnassier et prît cette fameuse voix nasillarde que tout bon prédateur sexuel utilise pour attirer les mioches dans sa camionnette.

"Tu sais petite, si tu veux pas te faire manger tout cru par les grands méchants loups, tu ferais mieux de dégager le passage. Ca va être un beau bordel dans 2 minutes ici."



"Encore un petit peu d'exercice ou tu préfères crever?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alyce
Nouvel arrivant
Mer 9 Mai - 20:54
Alyce
Une même convoitise... |• Dante •|



Je m'apprêtais à franchir la fenêtre brisée lorsque j'entends une voix masculine au départ. Le premier réflexe que j'ai eu été de lever mon arc, la première flèche encochée, visant la provenance de la voix mais ne tire pas. C'est un homme. D'où il sort lui ? Je ne l'ai même pas entendu ! Ou même vu ! Et c'est quoi son problème à me parler comme une gamine de treize ans qui croit encore aux contes de fées ? Moi qui pensais faire une mission tranquillement sans encombre... Je soupire rien que d'y penser.

"- Continuez et c'est votre tête qui y passera." Je lui répond froidement, presque meurtri pour m'avoir dérangé en plein boulot.

Ce que je fous là ? Et lui alors ? Qu'il se mêle de ses affaires. C'est un endroit pour personne ici. Qu'est ce qu'il croit encore ? Mais sa manière à me parler comme ça m'agace fortement alors que je n'ai encore rien fait. Mais ce qui me dérange le plus est le fait qu'il parle fort et qu'il vient foutre le bordel dans un endroit où le silence règne.

Je continue de lui viser la tête avec mon arc, prête à laisser la flèche foncer sur son front. Est ce que mon client avait prévu ça ? Je lui adresse un regard neutre et sans rien dégager comme émotion. N'importe quelle faille peut être fatale. Je prend le temps de le détailler mais il continue de parler avec une voix digne d'un pédophile. S'il croit pouvoir m'effrayer de cette manière, il se met les doigts dans l'oeil. Je reste pour autant silencieuse. Est ce que ça en vaut vraiment la peine de parler avec lui alors qu'il est insolent dès le début ? Mais par contre, ces surnoms commencent à me passer par dessus la tête. "Fillette". "Petite". Encore un et je crois que ma flèche partira d'elle même.



"- Hé... Je cherche pas les embrouilles. Je viens juste récupérer un truc et je me barre." J'ajoute sans le quitter des yeux, gardant ma voix calme, mais cette fois je fronce simplement des sourcils, n'appréciant pas son comportement en se croyant supérieur aux autres. Je laisse quelques instants de silence.

Je comptais lui adresser la parole à nouveau mais quelque chose qui vient de derrière lui attire mon regard, mais je ne le quitte pas pour autant de mon champs de vision. Une horde de morts arrive sur nous. C'est une blague ?! Ils sont quatre ou cinq mais je n'ai aucune envie de me battre contre eux ! Je jette rapidement un coup d'oeil à la fenêtre et prend le temps d'élaborer un mini plan. Je lui offre un beau sourire provocateur sans baisser ma garde et recule discrètement d'un pas pour me rapprocher de la fenêtre.

"- Très bien... Je vais gentiment partir d'ici pour aller ailleurs..." Et sur ces paroles, je m'approche rapidement de la fenêtre et sauter abilement dans le trou pour repérer rapidement une armoire suffisamment grande pour bloquer toute une entrée. La chance me sourit ! J'avoue m'être légèrement griffé en sautant mais la griffure n'est pas assez profonde pour que ça saigne. Je fait tomber l'armoir rapidement au niveau de la fenêtre en laissant l'homme sur place. Je n'ai pas pu faire sa connaissance mais qu'importe. Je ne le connais pas donc je n'aurais pas sa mort sur la conscience s'il crève...
 

Sur le coup, j'ai fuit. Mais je n'ai pas vraiment eu le choix. Je ne connaissais pas les intentions de cet homme et je ne pouvais pas prendre le risque de me laisser embarquer à une attaque d'infectés. L'homme aurait très bien pu me retenir de force pour me laisser en tant que repas du soir ! Dans le pire des cas, j'utiliserais la sortie de secours, elle qui ne peut être ouverte que de l'intérieur. 

Mais il va falloir que je m'attende à une réaction négative de la part de l'individu. J'avais bien vu sur sa lance qu'il y avait des traces de sang, et j'ai aucunement envie de me battre contre lui. Non seulement car je sais que je serais désaventagée au combat rapproché, mais en plus si je devais avoir des infectés et ce gars sur le dos... Je ne reviendrais même pas pour recevoir ma prime.



Je commence à fouiller l'intérieur du bâtiment, tout faisant attention de ne pas me faire transpercer ou blesser par les débrits. Je me précipite vers l'arrière boutique pour chercher le fameux couteau. Mais maintenant que j'y pense.. Je crois que je n'aurais pas dû le laisser dehors comme ça. Je pense que je serais prête à intervenir si jamais je sens qu'il ne s'en sortira pas. Mais bon ! Après tout, c'est lui qui vient chercher les embrouilles là où il n'y en a pas ! Et puis il doit sûrement bien se débrouiller vu son gabarit, et sinon, il fera comme la plupart des personnes : il prendra la fuite.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dante Vindish
Nouvel arrivant
Ven 11 Mai - 11:55
Dante Vindish

Mais c'est quelle réponds l'effrontée! Téméraire mais pas courageuse vu qu'elle se planque lorsque les affaires se corsent un peu. Sauf que sa cachette est justement le lieu qu'il ne fallait pas. Je vais devoir déloger la petite souris en utilisant mes petits chats dociles. Je sens qu'on va bien se marrer une fois de plus.


Depuis l'intérieur, Alyce ne pouvait qu'entendre des bruits sans rien voir mis à part des ombres à travers l'armoire basculée qui obstruait la fenêtre. Un cliquetis particulier évoqua le déploiement de la hampe de la lance puis elle pût reconnaitre de nombreux sons de lutte. Une lutte franche et sans merci au vue des cris et surtout des frappes sèches du métal contre les chairs. Les impacts sourds étaient fréquemment suivi de craquements osseux ou de râles hoquetants qui finissaient par s’éteindre ou se distordre. Nul doute que les mâchoires se fracassaient, que les plombages sautaient et que les papattes étaient émiettées. Les seuls cris humains étaient ceux de Dante, mais à défaut de peur ou d'empressement, ils traduisaient l'excitation et la jouissance. Sans même le voir, les sons trahissait un farouche amour du combat. Les quelques informations lumineuses pouvaient même laisser entendre qu'il "dansait" avec les macchabées.
Le spectacle auditif ne dura qu'une courte minute et se clôtura par de puissants coups portés sur l'épais meuble que la jeune fille était parvenu à positionner devant l'unique point d'entrée. Il eut suffit de 4 coup de pied pour que le meuble ne cède et ne finisse de tomber sur le sol. Mais alors que tout un chacun puisse penser que c'était le survivant qui le premier allait s'engouffrer par l'ouverture, ce fût un zombie décharné qui y fût très prestement propulsé. La pauvre goule s'étaient vu donné de l'élan pour basculer par la fenêtre et atterrir de l'autre coté en se désarticulant sous la violence du choc. Quelques secondes plus tard un autre de ses congénère, plus trapu, suivi le mouvement avec moins de vitesse mais une force supplémentaire en la personne de sieur Vindish qui le poussa dans le dos et s'y colla afin de traverser en même temps et de s'en servir de coussin d’atterrissage.

"Coucou pisseuse ! Je t'ai manqué? il me semble que tu as mal choisi ta cachette."

Dehors, un calme relatif était revenu et on pouvait apercevoir les 4 autres zombies, ou ce qu'il en restait, gisant au sol. Deux d'entre eux n'avaient plus forme humaine tant les articulations et le squelette avait été brisé et les 2 autres se vidaient de leur sang, viscères et cervelle sur le macadam.

Dante roula sur le coté et se redressa aussi sec, plus rapidement que les zombies qui ne parvenaient pas à le saisir. Il affichait un sourire très carnassier et visiblement satisfait. Ses vêtements étaient maculés de liquides biologiques plus ou moins vieux mais sans que cela ne le gène outre mesure. Sa lance était déjà repliée et avait retrouvé son fourreau dans le dos. Il observa le petit manège de la gamine qui, trop occupée à fouiller, n'avait plus son arc en main.

"Je t'ai ramené des potes pour qu'on s'éclate un peu. Les pauvres, tu les as laissé en plan la dehors alors qu'ils désirent ardemment te connaître. Accorde leur une petite danse."

Les rodeurs se redressaient peu à peu, toujours mue par leur insatiable faim, et tendaient leurs bras vers Dante qui, sans la moindre once de gène, attrapa cette main tendue du plus épais de son bras droit tandis qu'il maitrisait le cou de son autre main et mima une valse. L'autre Z, le décharné, était gêné par son confrère et glissa difficilement vers Alyce toute dents dehors avec la célérité d'un escargot sous Tranxène qui lui laissait donc une assez large marge de manœuvre pour se décider ou répondre a l'ex policier.

"Maintenant, sois tu danses avec lui, soit tu choisis de l'éconduire proprement et tu me payes pour le faire. N'espère même pas t'enfuir car je t'en empêcherai. J'ai une petite babiole à récupérer ici et il est hors de question que je te laisse sortir d'ici avec."

Son ton de voix étaient cruellement chantant et rythmé, comme si il cherchait à marquer les trois temps de sa valse macabre. Sa position, toujours proche de la fenêtre, interdisait toute idée d'escapade en extérieur.



"Encore un petit peu d'exercice ou tu préfères crever?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alyce
Nouvel arrivant
Ven 11 Mai - 14:41
Alyce
Une même convoitise... |• Dante •|



De ce que j'entendais de l'extérieur, il y avait un combat. L'inconnu semblait plutôt bien se débrouiller. Pendant qu'il se battait, j'ai continuer à fouiller l'arrière boutique jusqu'à soulever un meuble renversé et trouver l'objet de ma convoitise. J'inspecte la housse, douteuse que ce soit réellement ce que je cherche. Je retire la lame qui se trouve à l'intérieur. Elle est exactement comme l'homme me l'avait décrite.


La partie tranchante est belle est bien de couleur argent avec des gravures étrangères, le manche est peint en noir et des ornements argentés recouvrent la base du poignard. Je le range rapidement dans une des poches intérieures de ma veste et le prépare à partir. Je comprend pourquoi il voulait la récupérer. Mais ce qui m'étonne c'est la rapidité à laquelle je l'ai trouvé. Et il reste à problème à résoudre. L'individu est toujours dehors et je doute qu'il souhaitera me laisser partir sans rien dire.


Ah. Quand on parle du loup, il se trouve juste à l'entrée, j'ai eu le temps de ranger la lame avant qu'il ne s'en aperçoive. Et il a fait rentré ses amis, l'ordure. Et encore un surnom. "Pisseuse". Sérieusement ? Il y a plus mature. Et quel est son problème ? Il ne peut pas me laisser faire ma vie comme je l'entend ? Et il a volontairement laissé champs libre aux infectés. Pour qu'ils m'attaquent ? Alors qu'ils sont à moitié démanbrés et en fin de vie ? Sans perdre de temps, je déguène mon arc, et tire rapidement une flèche en plein crâne sur le mort qui comptait s'approcher de moi. Et oui, car une seule flèche tirée avec suffisamment de puissance peut tuer quelqu'un. Habituellement, j'aurais récupéré la flèche dans son crâne mais là, j'ai un problème plus grand et qui commence sérieusement à me taper sur les nerfs. 


Qu'il ne pense pas qu'un arc est inoffensif. Si l'arme est bien utilisée, elle peut infliger beaucoup de dégât. Car le cliché de la personne qui mani un arc est forcément inoffensive, c'est totalement faux. Alors qu'il évite de trop se chauffer en ce disant que je pars avec un désavantage.


Je regarde l'homme en lui adressant un regard noir et prend une inspiration. Je retire une autre flèche de mon carquois et vise la tête du mort en train de danser et tire en pleine tête et il devient immobile par la suite. Une cible en mouvement, je connais. Ça faisait partie des mes entrainements avant la fin du monde d'avant. Je reste armée, j'avais pris trois autres flèches en main, dont une qui était prête à être lancée. 

"- Qu'est ce que tu veux ? Tu ne veux pas simplement me laisser tranquille ? C'est quoi ton problème au juste ?" Ma voix était agacée, froide et calme. Il m'énervait sérieusement à prendre cette situation comme un jeu. 


Je continue de le regarder, prête à viser sa tête ou une autre partie de son corps et à tirer, sans pour autant quitter ce qui m'entoure de mon champs de vision. C'est sûrement dans ces moments là où je regrette d'être en solitaire. Mais je n'avais pas trop le choix. En revanche je serais prête à blesser l'homme pour filer d'ici en vitesse. Et puis, il y a l'issue de secours de l'arrière boutique pour que je puisse quitter cet endroit. Et aussi, il ne peut pas protéger deux entrées à la fois qui sont chacune à l'opposé l'une de l'autre. Donc je pense pouvoir sortir de cet endroit par une des deux portes: soit la sortie de secours, soit la fenêtre par laquelle je suis rentrée.




Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dante Vindish
Nouvel arrivant
Lun 14 Mai - 17:25
Dante Vindish

Il l'observait. Sous ses airs de joueur déconcentré, il n'en demeurait pas moins le flicard connu pour avoir un flair monstrueux. Promu au grade de capitaine pour ses stratégies élaborées et ses capacités physiques hors norme. Nul n'échappait à son analyse malgré l'apparente décontraction utilisée pour leurrer l'adversaire. Alyce décocha une première flèche vers le premier danger immédiat et parvînt à viser la tête pour lui ôter tout mouvement. Mais elle se montra également rapide et décocha très vite une seconde flèche qu'elle glissa assez facilement dans la caboche du compagnon de danse qui arrêta son numéro sans pour autant tomber au sol, toujours maintenu par Dante.

Excellents tirs jeune fille. Tu manie plutôt bien ton jouet apparemment. Non seulement tu te défend bien mais en plus de ça tu décides d'éliminer directement une autre menace en sachant très bien que je pouvais l'utiliser contre toi pour pouvoir me mettre en joue et manifester ton agacement. C'est bien pensé petite rebelle. Je vois que l'adolescence ne t'a pas apporté que des boutons sur la gueule.
Ainsi donc tu fais toi aussi étalage de ton habileté et d'un peu de mordant, j'aime ça. Malgré tout je sais à présent que tes flèches ne sont pas traversantes et qu'il te faut un peu moins de 2 secondes pour encocher une nouvelle munition. A mon tour de jouer.


Dante se délectait de sa position de force. Son sourire ne l'avait pas quitter. Au contraire, plus il se sentait sous pression, plus il se savait vivant et mobilisait toujours plus d’énergie.
Tenant toujours fermement son zombie maintenant inoffensif, il le plaqua contre lui et mima des pleurs. Il s'en servait surtout de bouclier humain pour éviter de devenir la cible de l'autre humaine qui lui faisait face.

"Non ! Mon Jacquie! Qu'est-ce qu'ils t'ont fait!? Pourquoi tant de cruauté dans ce monde de brute ! J'étais sur le point de conclure !!!"

Encore une fois il jouait l'imbécile car il savait pertinemment que Alyce ne le supportait pas. Mettre les nerfs en pelote était sa grand spécialité.
Pourtant, rien n'était laissé au hasard. Utiliser le plus épais des 2 zombies pour danser, malgré le surpoids par rapport à l'autre, était bien délibéré afin de pouvoir mieux de cacher derrière et que son corps encore charnu puisse arrêter les meurtrières flèches. Ainsi protégé, il n'avait plus qu'à avancer vers elle jusqu'à être à portée et profiter de son expérience dans le pugilat dont il était quasi sur de ressortir victorieux mais sans aucune gloire.

"Te laisser tranquille alors que tu as retuer Jacquie? jamais!
Et ce que je veux est très simple. Je convoite un objet de valeur qui se situe ici. De fait je ne veux pas spécialement te rompre le cou mais ta présence ici est manifestement motivée par le même but puisque tu n'as pas encore mis la main sur la moindre des armes ici présente. Je te soupçonne donc d'être comme moi une pie voleuse attirés par le brillant."


Il expliqua clairement ses motivations et son attitude menaçante ne semblait vouloir s'estomper. Mais, en lui faisant la démonstration de son habileté, il avait comprît que Alyce pouvait soutenir un rapport de force et adopterait une posture défensive et que l'escalade guerrière finirait par la mort de l'un d'eux. Bien que céder au meurtre pur et simple ne le gène en aucune mesure, il préféra une approche plus soutenue pour profiter plus longtemps de cet "échange" humain. Aussi il stoppa sa progression prudente tout en faisant attention à ne laisser aucun centimètre carré de son corps dépasser du cadavre qu'il déployait comme bouclier. Son sourire était moindre et même le ton de sa voix se voulait à présent bien plus sérieux afin qu'elle saisisse l'alternative qui lui était proposé.

"Range donc ton arc et je laisserai ce pauvre Jacquie en paix sans avancer plus. Continue à me tenir en joue et je te dépèce. Je n'ai plus que quelques pas à faire le temps que tu te décides. Sache par contre que lorsque je donne ma parole, je la tiens."



"Encore un petit peu d'exercice ou tu préfères crever?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alyce
Nouvel arrivant
Mar 15 Mai - 20:15
Alyce
Une même convoitise...|•Dante•|



Au moins, en décochant une flèche sur le mort qui servait de partenaire de danse, le niveau du danger dans la pièce avait un peu réduit. Mais lorsque je vois l'homme jouer la comédie en pleurant que son "Jacquie" était mort une seconde fois... J'avais vraiment impression d'avoir à faire avec un gosse qui jouait dans une pièce de théâtre ennuyant. Et il savait sûrement que je ne le supportais pas, donc il en profite. En revanche, Le fait qu'il prenne ce mort dans ses bras m'écœure. Il n'a pas froid aux yeux et se fiche complètement de l'hygiène que peut apporter ce cadavre, c'est à dire aucune.

Puis il a commencé à se rapprocher de moi tout en continuant de garder son bien aimé dans ses bras et commence à piquer une pseudo crise, il m'expliqua par la suite qu'il convoite un objet ici, et qui, évidement, a de la valeur. Ce qui n'arrange pas mes affaires.

Il peut très bien vouloir récupérer la même chose que moi ou bien un autre objet d'une valeur semblable. Et il pense que je n'ai pas mis la main sur ce que je voulais ? Il se trompe lourdement. J'ai eu ce que je voulais, et je compte bien partir avec. Mais il va falloir que je fasse comme si ne rien n'était et que je cherche une arme quelconque. Après tout, je peux très bien trouver quelque chose d'intéressant et j'aurais pu passer à côté.

Il me propose ensuite que de baisser les armes. Il compte faire pareil j'espère. Hors de question ne me faire avoir à cause d'une simple phrase ! Mais s'il a raison en disant qu'il tient parole, alors je baisserais mon arc, mais je le garderais en main malgré tout. Je le regarde en fronçant des sourcils, méfiante, et avec un air blasé. À la base, c'est moi qui décide de ranger mon arc. Et c'est uniquement lorsque le danger est écarté que baisse mon arme. Or, ici le danger est loin de l'être, je peux être tuer par n'importe quel moyen, à n'importe quel moment par ce fou.

Et aussi, ses menaces ne m'impressionnent pas du tout. Il n'est pas le premier à le faire d'ailleurs. J'ai déjà été menacée de mort par des brigands, mais je m'en fichais bien, je me fiche d'ailleurs du regard de qui que ce soit.

Mais je crois que je n'ai pas vraiment le choix avec lui. Je décide donc de baisser mon arc sans pour autant le ranger dans le dos.

"- Je te jure que si tu comptes m'arnaquer, je me vengerais. Et si tu comptes tuer à n'importe quel moment, sache que tu couriras à ta perte." lui dis-je froidement. Je ne compte pas tenter de l'effrayer avec ça, mais simplement l'avertir et je ne compte pas baisser ma garde envers lui ou même sur l'environnement qui m'entoure.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dante Vindish
Nouvel arrivant
Mer 16 Mai - 17:44
Dante Vindish
Attentiste, Dante ne laissait dépasser qu'une partie de son oeil directeur le long de la nuque de Jacquie pour observer les faits et gestes de Alyce qui semblait toute hésitante. Il n'avait pas été tendre avec elle et avait joué la surenchère jusqu'à la faire sortir de ses gonds. Il n'était pas étonnant que, malgré être acculé et en position inconfortable, elle avait du mal à baisser son arme.
Finalement elle se résigna à le faire, au prix d'une longue phrase pleine de non-sens , sans pour autant relâcher sa vigilance. Il n'en fallait pas plus à l'élitiste pour prouver être un homme de parole.
Il lacha dès lors son bouclier et garda la même position, mains nues, armes rangées à 3 mètres de son interlocutrice. Son sourire carnassier était toujours présent et son visage inquiétant pouvait donner des cauchemars à quiconque. Pourtant, il ne fît aucun geste et respecta sa part du marché ...sans pour autant parvenir à se taire.

"C'est qu'elle est marrante la fifille. Elle comptes se venger de l'au-delà? Comment je peux courir à ma perte si je laisse ton cadavre encore fumant ici? Il n'y a aucun témoins ... Nous sommes seuls. Ah ah ah! "

Sa voix était forte, il n'avait cure d'attirer de nombreux autres rôdeurs car il aimait se savoir entourer par eux. Lui y était immunisé, rarement les autres. Ainsi ils jouaient leur rôle de chiens de gardes pour maintenir les vivants dans les bâtiments. D'ailleurs, un nouveau rôdeur tenta à son tour de rejoindre la conversation en grommelant et essayant de passer par la fenêtre. Le capitaine en profita alors pour faire son premier pas vers une éventuelle ouverture de négociation.

"Tu ne bouge pas ma jolie, je vais te tourner le dos une toute petite seconde pour m'occuper de Michel et je suis à toi. N'en profite pas pour me planter une flèche dans le cul. Je fais ça pour toi pense-y."

Il recula alors très doucement en levant les bras, comme un prisonnier se rendant à la police avant d'attraper délicatement une paire d'armes de jet qui jonchaient le sol. Ses gestes étaient lents pour ne pas surprendre Alyce. Une fois le dos tourné il accéléra ses mouvements et balança son bras gauche fougueusement vers l'avant afin de planter le premier projectile dans le mort vivant qui fût touché à l'épaule. Une deuxième salve manqua son coup tandis que la troisième fît mouche dans l'oeil alors que Michel entamait enfin sa traversée du cadre. Il s'immobilisa alors, obstruant un peu plus le seul point d'accès. Dante se retourna alors pour refaire face à la survivante.

HRP : Je te laisse décider si tu as relever ton arc en ma direction ou non

"En 3 coups seulement. En principe je suis bien meilleur tireur mais ces armes étaient merdiques. J'ai plus l'habitude d'utiliser des lames en argent gravées qui sont bien mieux équilibrées."

Le capitaine était rompu au métier. Il avait de la bouteille et se faisait notamment une spécialité de déstabiliser les criminels lors des interrogatoires. Il insufflait de la peur, ou du désir dans les yeux de ses victimes pour les fragiliser avant de porter le coup de grâce avec des techniques bien à lui. Alyce, troublée par ce personnage haut en couleur était pile poil dans ce genre de dispositions avec les nerfs à fleurs de peau et une émotivité exacerbée. Ce fût ce moment bien choisi que, sous des airs anodins, Dante évoqua un élément descriptif de la dague qu'il recherchait afin de pouvoir lire les micro-expressions de son interlocutrice bouleversée. Avec l'expérience, il lui était devenu aisé de décrypter même une légère marque d'étonnement qui, à coup sûr, devait trahir le fait qu'elle avait bien vu cette arme aux reflets si particuliers.

HRP : la encore, je te laisse choisir si Alyce est capable de contenir son émotion. Je ne connais pas ton perso et elle peut aussi avoir une histoire particulière qui l'autorise à résister à ce stratagème. Mais n'oublie pas que Dante est un pro de la stratégie. NIark niark niark (rire sadique ^^)



"Encore un petit peu d'exercice ou tu préfères crever?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alyce
Nouvel arrivant
Mer 16 Mai - 23:30
Alyce
Une même convoitise...|•Dante•|



Je croise les bras, hésitant à lui dire à propos de mon frère. Finalement, je décide de ne rien dévoiler, il verra par lui même si jamais il venait à le croiser. Avec mon frère, on se voit toute les fins de semaines, donc si je ne serais pas là, il le remarquera car je ne manque jamais un rendez vous avec lui. Après, va savoir ce qu'il se passera en fonction de ce qu'il m'arrive.

Je m'apprêtais à lui demander ce qu'il cherchait exactement mais l'arrivée d'un nouveau venu dans la zone m'en empêche. Et Mr. Muscles décide de s'en charger, en disant qu'il faisait ça pour moi. Je roule des yeux en l'entendant. J'aurais très bien pu m'en occuper seule. Une flèche dans la tête et on en parle plus.

Mais maintenant que je songe à son idée... Je me dis que ça pourrait être le moment où jamais de partir. Je pourrais peut être le viser et décocher une ou deux flèches sur son torse sans viser son coeur, histoire de le blesser et de peut être le ralentir, et partir avec l'objet de mon contrat. Mais non. J'ai baisser mon arme, ce qui signifiait que je devais tenir à mon engagement. Et je suis quelqu'un de parole. L'arnaque n'est pas dans mes principes. Je décide donc de ne rien faire à part le regarder se charger du mort.

Une fois que c'était terminé, il se vente sur ses capacités, qu'il l'a tué en trois coups... Et bla et bla et bla.. Il ne m'impressionne qu'à peine en fait. Il est fort, c'est vrai mais il me perturbe plus qu'autre chose en fait. Mais puisque nous avons tenu parole de ne pas attaquer l'autre, alors je met nos différents de côté.

"- Oui, oui.. 3 coups, impressionnant.. J'ai connu mieux... lui dis-je à moitié blasée et avec un peu de sarcasme.

Je reste blasée en l'entendant parler d'une arme gravée avec une lame en argent, ne faisant ressortir aucune émotion à part de l'ennui. Mais dans ma tête, je commençais à m'inquiéter un peu. Il savait qu'il y en avait une, mais il ne sait pas que c'est moi qui l'avait. Je profiterais de cet avantage pour chercher autre chose qui pourrait signifier ma présence ici. Réfléchissons... Quelque genre d'arme ? Un couteau papillon ? Ce serait intéressant de voir si je pouvais en trouver un ici. Un couteau de chasse ? J'en ai déjà mais certains sont cher dans le commerce. Je pourrait dire que je viens en chercher un ici en espérant ne pas à avoir à payer. Ou même un canif mais je peux facilement en trouver sur les marché. Je commence à fouiller du regard la pièce, cherchant une potentielle arme qui pourrait potentiellement le servir d'excuse.

Je tourne finalement la tête vers les débrits qui se trouvent au sol et commence à marcher dans le lieu, en balayant les morceaux de verres avec le pied. Trouver une nouvelle arme pour moi ne serait pas une mauvaise idée. S'il s'attend à ce que je montre un quelconque interet pour cette lame en argent ou la moindre expression qui trahirait mes intentions, je vais lui montrer que je peux avoir un très bon jeu, d'acteur.

"- Et donc, tu penses trouver quelque chose comme ça ici ? Ça doit être un objet valeureux dans ce cas..." j'ajoute en jouant la fille qui n'est au courant de rien. Puis je fais mine de commencer à chercher quelque chose dans le magasin.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dante Vindish
Nouvel arrivant
Mar 22 Mai - 19:04
Dante Vindish

Du sarcasme! C'est intéressant ça. Tu aurais pas été une gonzesse j'aurais pu dire que tu as des couilles ma petite. Je te met la pression et tu restes stoïque. C'est impressionnant.

Toujours aussi arrogant à l'extérieur, l'homme essayait de percer à jour les émotions d'Alyce après l'avoir gonflée à bloc. Pourtant elle ne laissa strictement rien transparaître. Arborant une attitude blasée typique de l'adolescente en crise, elle adjoint le geste à la parole en balayant nonchalamment les débris du pied pour farfouiller en dessous. Lui avait depuis bien longtemps soldé sa phase pubère pour devenir le bon connard caractériel qu'il était à présent, mais qui n'en demeurait pas moins dupé. Il lui laissa un instant le bénéfice du doute tout en s'approchant du centre de la pièce.

Non seulement je suis sur de le trouver, mais je suis aussi certain de pas me le laisser piquer par une suicidaire en crise. Si je t'ai bien tapé sur le système c'est bien pour que tu m'envoies chier et que tu me lâche les infos que je veux. Certes ta tronche de vache qui rumine est typique de ton âge mais peut aussi être un indice quand à ta culpabilité que tu veux cacher. Tu gagnes cette première bataille mais ne t'endors pas sur tes lauriers.

Il aurait largement pu la tuer ou la contraindre à se dévêtir pour obtenir une certitude mais elle lui offrait un jeu bien plus passionnant qui faisait appel à ses trop rares qualités d’enquêteurs. Sans trop s'en rendre compte, il lui accorda une certaine estime pour cette attitude nonchalante très crédible tout en se préparant pour le second round.

Voyons voir. Toi tu n'es pas restée prostrée dans ton coin quand je suis arrivé, tu as volontairement investi cet endroit mais pourtant tu ne te met à chercher quelque chose que maintenant. Certes tu attendais que je fasse moi aussi irruption mais pourtant tu étais d'ores et déjà positionnée vers le fond du magasin. Non pas pour préparer ta fuite mais bien pour récupérer quelque chose. Or c'est maintenant que tu balayes la pièce et semble te concentrer sur un endroit en particulier qui n'est plus là où tu étais, je suppose que tu recherchais également quelque chose en particulier et que tu cherches à présent à brouiller les pistes. Jouons donc à présent à qui ment-meurt.

Une fois positionné et avant que la fouilleuse ne mette la main sur quelque chose, Dante inventoria à son tour les armes visibles dans le magasin et les catégorisa en terme d'utilité. De nombreuses armes contondantes et tranchantes jonchaient le sol tandis que les murs n'arboraient guère plus que des éléments décoratifs et autres objets bien moins utile pour péter des tronches. La plupart des armes à feu et de poing avaient disparues. Même celles de collection qu'il fallait recharger en poudre noire avant chaque utilisation car un seul tir est toujours mieux que pas de tir du tout. Le choix était donc relativement limité d'autant que les seules armes restées n'étaient pas de première fraicheur ou n'avait qu'une valeur esthétique, comme cette fameuse dague en argent qui, pour un néophyte, n'avait pas plus d'utilité qu'un coupe papier à cause de la souplesse de l'argent par rapport à l'acier qui, à planter dans un crâne, pouvait vite faire la différence.

Toujours très acide dans ces paroles et fort des secrets du lieu pour un homme de combat comme lui, il lui posa une question très orientée tout en répondant à la sienne.

"Ouais c'est un objet valeureux, mais pas au sens où on l'entend. Et toi, pourquoi tu viens fourrer ton nez dans ce boui-boui? t'en as marre de ton joujou d'indien?"



"Encore un petit peu d'exercice ou tu préfères crever?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alyce
Nouvel arrivant
Hier à 12:03
Alyce
Une même convoitise...|•Dante•|



Alors qu'il me répond, je me contente de fouiller du pied, je ramasse une lame et l'examine en cherchant une quelconque utilité. Mmh... Non, pourrie. La rouille avait déjà contaminé la base de la lame, et elle pourrait se casser au bout du troisième ou quatrième coup d'utilisation. Je la laisse tomber et continue de fouiller la zone. J'avoue que ce n'est pas très futé de ma part d'être restée au même endroit. Il va falloir que je trouve un argument imparable pour avoir choisi cette pièce comme première zone de fouille... Ah bah c'est bon en fait. C'est plutôt logique dans un sens.


Mais par contre... L'arme qu'il cherche en question a de la valeur mais pas au sens où on l'entend ? C'est à dire ? C'est vaut cher ? Une arme de collection ? Ce n'est pas très clair ce qu'il me dit.. Mais je suis mal barrée si jamais il cherche la même chose que moi... Et il va falloir que je sorte d'ici. Comme je l'ai dit, je déteste m'éterniser lors d'un contrat alors que j'ai atteint mon objectif, même si ça peut me rapporter gros. Une fois sa réponse terminée, il me demande ce que je viens faire ici. Est ce que je lui dis la vérité et que c'est un client avec qui j'ai passé un contrat qui m'envoie ? Ou bien que je cherche simplement une nouvelle arme ?

"- En quoi cela te concerne ? On ne se connait à ce que je sache." Je lui répond sans le regarder, en prenant une autre lame et en l'examinant. J'aurais bien voulu tester sa maniabilité mais je ne le ferais pas, au risque de paraître pour une idiote devant ce crétin.


"- Et non, je garde mon "joujou indien" puisque je n'ai pas de vraies raisons à vouloir changer d'arme."


Je repose la lame sur un vieux meuble et regarde l'homme un instant. D'ailleurs, je ne sais même pas quel est son prénom. Et il ne connait pas le mien non plus mais est ce que c'est vraiment utile vu que nous sommes vraiment pas sur la même longueur d'ondes ? Je ne pense pas. C'est inutile même. Donc je continuerai à le nommé Mr. Inconnu ou Mr. Unknown, ça lui correspond plutôt bien je trouve.


Je détourne mon regard de Mr. Unknown pour m'attarder sur un autre vieux meuble avec un tiroir. Je l'ouvre et trouve simplement de vieux papiers. J'avais rapidement jeter un coup d'œil. Certains de ces papiers sont intimes d'autres sont des factures non payées. Je fouille le tiroir mais rien d'intéressant ne s'y trouve. Mais il n'y a rien dans ce magasin en fait ! Je continue de farfouiller la pièce et je finis par m'en lasser. J'aurais bien voulu partir mais je suis certaine qu'il ne voudra pas me laisser partir comme ça. Je met les mains dans les poches et me dirige vers la l'entrée de la pièce en soupirant de déception. 

Je sors de l'arrière boutique en rangeant mon arc dans le dos et me dirige vers l'espace vente. Les probabilités pour que je trouve quelque chose dans cette zone sont casiement nulles, mais on ne sait jamais, on peut avoir des surprises !
 

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Epidemie :: Paris :: Les ruines de Paris :: Les ruines-
Sauter vers: