AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
Le profil de vos personnages a été modifié, pensez à le mettre à jour !
Un nouveau clan a vu le jour: la meute !
Ayez une petite pensée pour le forum en votant sur les tops sites...

 :: Les survivants :: Leurs identités :: Les fiches validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dante Vindish, le stricte application du Darwinisme [terminée]

 :: Les survivants :: Leurs identités :: Les fiches validées
avatar
Dante Vindish
Rescapé
Jeu 26 Avr - 0:41
Dante Vindish

Âge : 32
Groupe : Elitiste
Nationalité/origines : Française
Immunisé : oui
Situation conjugale : Célibataire
Situation familiale : Isolé
Place dans le clan/tâche : Guerrier
Arme : Un sig Saueur 2022 / une lance à hampe rétractable

Carnation : caucasien
Taille : 1m78
Corpulence : musculeuse
Cheveux : Chatains, raides, mi longs
Yeux : verts
Style vestimentaire : Motard, sobre
Signe distinctif : Tatouage tribal sur le bras droit

ft. ... de ...
VINDISH Dante
Le moins que l'on puisse dire sur Dante, c'est qu'il est un extravagant. Il peux
passer d'un extrême à l'autre mais sans jamais faire de demi mesure. Il
sait se montrer sociable et jovial, souriant de bon cœur jusqu'à ce que les
commissures de ses lèvres touchent ses oreilles, explosant de rire jusqu’à
réveiller tout le voisinage, partageant sa bière, son repas voire son
caleçon sale si cela avait été possible. Puis il est aussi capable de se
montrer colérique, bagarreur, son corps déterminé à vous dévisser la tête
tandis que ses sourcils au comble de leur froncement occultent des pupilles
meurtrières qui vous fusillent.
Malgré tout on note une certaine constance chez lui qui s'applique à toute
sa palette d'humeur : Il est d'une franchise absolue, ne lésinant pas pour
exprimer clairement son opinion et ses goûts. Il est également intelligent.
Il a une certaine sensibilité qui lui confère une qualité d'altruiste,
mais il sait également s'en détacher totalement lorsqu'il cherche à rester
objectif dans une décision nécessitant de mettre de coté l'affect. Mises
ensemble ces qualités l'imposent comme un fin stratège dont les talents de
leader l'ont conduit à devenir un meneur d'hommes.

Mais il est également bardé de défauts : colérique, porté sur la
supériorité physique et mentale, élitiste. Il est le genre d'homme à ne pas
supporter l'assistanat et à ne jurer que par l'effort. C'est un véritable
phobique de l'inutilité et de la défaite. Ainsi il aura plus tendance à
l'égoïsme envers des gens qu'il estime moins méritantes que lui.

On lit en cet homme comme dans un livre ouvert d'un simple regard. Et il
est certains qu'il soit capable de réciprocité de par une intensité rare
dans le regard.

Le jeune homme se tenait face à son lit, dans sa piole confortable orné de quelques squelettes de dinosaures, chargeant son pistolet avant de le glisser dans son holster qu'il portait autour du torse. Se faisant il observa longuement son arme et la pièce qui l'entourait. Les rayons matinaux inondait le lieu d'une lumière presque aveuglante, amoindrit par le rouge de la peinture sur les murs de plâtre. Pour seule touche personnelle, il avait des vêtements étalés un peu partout et une guitare sèche sur son support.

Finalement je m'en suis pas trop mal sorti on dirait. Plus de boulot mais j'ai pu conserver mon ancienne arme de service. J'ai trouvé une place au musée pas trop mal en plein coeur de cette capitale de la foire aux monstres. Je me fais quelques potes au sein des élitistes. Je fracasse quelques mâchoires pour passer le temps ... que demande le peuple.

Rares étaient les fois ou Dante ne se satisfaisait pas de sa nouvelle situation. Ce qui lui déplaisait pas contre était la lenteur de sa progression. Il avait beau s'entrainer quotidiennement il n'en demeurait pas moins un débutant dans la cours des grands. Ainsi il ne rechignait jamais à la tâche pour générer de nouveaux défis.

ça fait quoi? 1 mois que je rôde dans les parages? j'ai intégré les élitistes et je me suis déjà pris la tête avec pas mal de monde. est-ce bien suffisant?
Voyons, dès mon arrivée j'ai mis un coup de boule à un gardien un peu zélé qui m'a ensuite foutu une belle branlée façon porno. J'ai rejoins le groupe en manquant de me faire bouffer par un Z lors de mon initiation, j'ai envoyé 2 connards de l'espoir à l'hosto qui ont juré ma mort, ce qui est logique au vue de leurs activités ... Je pense que je me suis bien intégré à ma nouvelle vie mais ça manque encore de piquant.
Je n'ai pas encore essayer d'empaler un solitaire avec une barre à mine pour voir si il captait mieux les ondes, j'ai pas encore réussi à péter un croc de louveteau de la meute a main nu pour voir si il peuvent pleurer et garder leur ébauche de charisme. j'ai pas encore chevauché un humaniste sans sa permission ni engrossé une pondeuse... Il me reste beaucoup à faire encore.


Peu lui importait la difficulté de ses entreprises, il tenait juste à s'y essayer, estimant qu'une défaite était aussi instructive qu'une victoire du moment qu'il se donnait à fond. Il ne manquait jamais de cynisme où d'idée saugrenue pour piquer les curiosité et attirer la sympathie où le mépris. La encore, il préférait interpeller et avoir du monde qui lui gravite autour plutôt que d'être ignoré.

------------------------------


Dante venait d'un milieu modeste dans lequel on lui a toujours inculqué la valeur du travail. Son père artisan et sa mère fonctionnaire ne roulaient pas sur l'or mais pouvaient se vanter d'avoir des valeurs fortes au sein de leur cocon familial. Ainé d'une fratrie de 2, il a donc grandi dans un environnement sain aux règles éditées assez strictes mais ne manquait de rien si ce n'est de biens matériels lorsqu'il voulait suivre le consumérisme maladif contemporain. Lui et son frère eurent une enfance heureuse et relativement standard. Là où la différence entre enfants se faisaient était que l'ainé était le plus tête brulée et curieux tandis que le benjamin se révélait plus timide et réservé. Très tôt donc le bambin acquis des capacités de leadership et s’intéressa aux sciences et au sport.

Sa scolarité se déroula plutôt bien. Les résultats se révélaient très bons et l'enfant s'initia rapidement à la pratique de nombreux sports et à la musique avec une réussite inhérente à son désir de compétition et sa curiosité. Son développement physique et psychique connu une bonne continuité.
Peu à peu il se dota d'une belle musculature et d'un sens aigu de la critique qu'il mobilisa au quotidien, affinant ainsi ses goûts et se positionnant de plus en plus dans une perspective d'avenir. Voyant a quel point les jalousies et les injustices étaient légions, le métier de policier s'imposa de lui même.
Les années passèrent et le jeune homme avait déjà accumulé bon nombres de galons dans la pratique de la savate, poursuivait de brillantes études en droit, et jouissait d'une petite notoriété départementale avec un groupe de musique rock dans lequel il chantait et jouait de la basse et de la guitare.

Enfin il parvînt à décrocher son diplôme et réussît à intégrer l'école des officiers de la police nationale tout en participant en parallèle à des tournois de boxe et de MMA. Sa ligne de conduite un peu borderline, loin de s'amoindrir, s'était même intensifiée au fur et à mesure de ses succès. Il se montra élitiste et outrecuidant par certains aspects. Sa popularité en pâtissait mais ses qualités indéniables le rendait tout de même incontournable.
Il devînt sous-lieutenant, lieutenant puis capitaine avec toujours plus d'honneur pour son implication sans faille et son sens du devoir implacable. Pourtant, la dureté de son travail et la vermine qu'il côtoyait, autant dans ses rangs que dans les lignes adverses, lui ôtèrent une partie de son humanisme et exacerbèrent encore plus ses travers : son humour se teinta de cynisme, son élitisme virait presque à l'eugénisme et son sens de la justice était toujours plus poussé. Rare étaient les fois où il pouvait se retenir de briller d'un nouveau coup d'éclat en usant de ses poings pour recadrer un délinquant où un pourri. Ses méthodes brutales demeuraient néanmoins toujours bien délimitées pour ne pas verser dans l'illégalité et il était auréolé par ses supérieurs pour ce comportement là. Ces derniers le récompensèrent d'ailleurs en le délestant des services classiques pour l'incorporer dans les forces spéciales dans lesquelles sa ferveur pouvait être bien plus utile.

Puis arriva ce fameux jour d'aoüt 2021 où le capitaine était chargé d'interpeller et perquisitionner à son domicile un multirécidiviste connu pour des faits de braquages. Il était à peine 6h du matin lorsque l'escouade sonna la charge, espérant le surprendre dans son lit. Malheureusement, lorsque le bélier fît sauter la porte, une rafale de M16 arrosa les policiers qui tombèrent les uns après les autres. Dante ne dû son salut qu'à sa position en retrait pour diriger l'opération.
Immédiatement après, il fallait évacuer les blessés qui avaient eu la chance de ne pas être touché à la tête et qui vivait encore grâce au casque ou au gilet pare-balle. De l'autre coté de l'immeuble, une simple détonation se fît entendre. et un bruit de vitre indiqua que le projectile avait pénétré le lieu.
"Ennemi au sol ! Ennemi au sol!" se fît entendre entre les grésillements de la radio de Dante qui comprenait que le sniper était parvenu à faire mouche. Voyant que les 2 sergents de soutien écartaient encore les blessés et que le prévenu ne tirait plus, il s'arma de son Sig Sauer et pénétra le couloir, enjambant ses propres hommes, et arriva dans le salon pour découvrir le fusil d’assaut au sol, baignant dans une marre de sang. Une trainée sanguinolente indiquait que le prévenu avait rejoins sa chambre en rampant pour s'écarter de la fenêtre et sortir du champ de vision du sniper toujours posté sur le toit. D'intenses gémissements de douleur émanait de cette fameuse chambre que le capitaine approchait à pas feutré, le canon de son arme bien orienté devant lui pour faire feu au moindre mouvement. Il n'aurait su dire si c'était l'adrénaline où un effet Doppler mais plus il approchait et plus les plaintes semblaient se muer en râle animal. Il poussa la porte et remarqua immédiatement la présence de sang coagulé sur le lit où gisait le frère de la cible. Tout en tenant en joue l'objectif qui suppliait qu'on ne l'achève pas, Dante alla positionner  ses doigts sur la gorge de la silhouette blafarde pour vérifier la présence d'un pouls quand soudain, surgissant de sa torpeur, l'alité se redressa et lui enserra le poignet dans ses dents avant qu'il ne puisse retirer son bras. Rompu aux techniques de combat, le gradé chercha à s'en défaire mais la prise était bien assurée. Avant de se faire lacérer tout le poignet ensanglanté, Dante martela le mordeur avec un bon coup de crosse bien senti au niveau de l'os maxillaire pour le lui faire sauter comme un vulgaire os de poulet avant de lui filer un coup de boule monstrueux qui le sécha définitivement. Une fois l'objectif appréhendé et les secours intervenus, Dante se laissa soigner sa plaie béante tout en apprenant du secouriste que son excès de colère avait surement été létal pour le pauvre malade au crâne fendu. Les légistes, quand à eux, livrèrent une conclusion bien plus inquiétante : l'homme était déjà cliniquement mort avant l'action du policier. Immédiatement, une quarantaine fût demandé pour ce dernier qui commençait à se plaindre d'une forte fièvre.


Deux jours plus tard, le Capitaine Vindish rouvrît les yeux pour la première fois depuis l'incident, il se trouvait à présent dans une chambre d’hôpital bien trop blanche pour qu'il ne puisse se rendre compte de ce qui lui empêchait de bouger. Il lui fallu quelques minutes d'habituation à la luminosité pour comprendre que ni les relans d'anesthésie, ni les perfusions lui refusaient toute mobilité mais bien des sangles au niveau de ses bras et de son torse. Étonnamment, il s'agissait d'entraves élastique qui le serraient plus que de raison. Tournant la tête pour mieux constater, il remarqua une joli pile de rapports sur la table qui lui ravivèrent la mémoire en une fraction de seconde. Il attendait ainsi patiemment la mort suite à la morsure d'un infecté. La porte s'ouvrît alors mais, par chance, ce n'est pas la faucheuse qui entra dans la pièce mais bien un collègue qui lui expliqua qu'il n'était pas seulement là en tant qu'ami mais aussi en tant que flic pour le surveiller. Il lui annonça également que son réveil et ses constantes régulières était plutôt bon signe car signifiaient qu'il était immunisé. Il lui appris également que la face du monde était largement en train de changer. Que chaque jour apportait son lot de désolation et que le plupart des institutions s’effondraient.

S'ensuivit une longue période de doute durant laquelle le bonhomme devînt assez patibulaire. Sa noirceur se mêlait à sa force de caractère et il écumait les bars en quête d'un nouvel objectif de vie. Craint par les autres il ne parvenait plus à partager sa bière où à apprécier une bonne partie de rosse tant il était craint. Il choisît alors l’exil et se replia sur lui même pour devenir secret sur son passé. Lui qui se vantait très souvent  de son passif de champion de boxe, de son joli grain de voix rock et une certaine aisance avec un instrument à corde, devînt l'inconnu du coin. Les gens le savaient gaucher en le voyant jouer, se servir d'outils où pour avoir déjà manger violemment ses phalanges dans la tronche, mais c’était à peu près tout. Dans sa descente aux enfers il ne trouvait plus de personne capable de rivaliser de folie avec les infectés.. Mais un jour, plus de deux ans plus tard, il eût connaissance d'une faction se regroupant dans un musée, de sa concentration de joyeux drilles aussi fous que lui. Dès lors il comprît que sa place était là bas. Il avait évolué en un sens et il ne tenait qu'à lui de réutiliser sa ferveur justicière, son ardent désir de compétition et son sens du devoir au sein du futur de la civilisation, celle capable de vivre au milieu des zombies, celle qui avait les gènes nécessaire à ce saut évolutif. Briguant le poste de Capitaine des guerriers, il mua son amertume en combativité pour atteindre cet objectif.

Pseudonyme : Vindish
Âge : 32
Blabla : Salut à tous. merci de m'accueillir chez vous. En espérant passer un bon moment ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Z
Fondateur
Ven 15 Juin - 15:32
Z

Presque validée

Bon, dans l'ensemble tout me semble cohérent et correct, bien qu'un peu abusé sur les compétences de ton personnage, mais ça reste possible.

C'est intéressant de voir à quel point tu as cerné l'univers du forum, tu utilises beaucoup d'éléments qui sont cités dans diverses fiches.

Bref ! Je te validerai bien, mais ton avatar n'est pas de la bonne taille. Dès que tu auras mis un avatar avec les dimensions 200*400, je viendrai finaliser ta validation.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Z
Fondateur
Ven 15 Juin - 15:32
Z

Validée


Je viens de voir que tu as changé ton avatar qui est aux bonnes dimensions du coup. J'aurais bien aimé que tu me préviennes, ta fiche aurait pu rester sans réponse si je ne l'avais pas remarqué...

Je te valide donc et je vais te mettre ta couleur orange, mais je fixe une petite condition. Je veux que tu fasses attention à ne pas trop abuser avec ton personnage, comme je te l'ai dit dans mon précédent message ton personnage est un peu trop fort et je ne veux pas que ça soit trop excessif. Penses à lui trouver une ou deux petites failles... Après tout, l'invincibilité ça n'existe pas ;)

Maintenant que tu es validé, tu peux regarder la zone des demandes de RP pour trouver un partenaire de RP.

Bon jeu à toi !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Epidemie :: Les survivants :: Leurs identités :: Les fiches validées-
Sauter vers: