AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
Le profil de vos personnages a été modifié, pensez à le mettre à jour !
Un nouveau clan a vu le jour: la meute !
Ayez une petite pensée pour le forum en votant sur les tops sites...

 :: Paris :: Les ruines de Paris :: Les ruines Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Abel
Nouvel arrivant
Lun 23 Avr - 22:10
Abel
A way out

MADE IN
France

MADE IN
Abyss


Minuit. Le ciel sombre plonge Paris dans le noir. Autrefois ville lumière, rien n’est moins vrai aujourd’hui. Les rares éclairages proviennent des quelques places fortes dominées par les groupuscules les plus influents de la capitale. Des lieux entourés sur une carte plaquée contre le mur d’un garage abandonné qu’il occupe à présent. L’endroit est plutôt bien entretenu et fermé. Dans la pièce, on retrouve un tonneau bourré de bois et de papier dévoré par un feu vif qui éclaire les lieux. Un semblant de chaleur s’en échappe également, mais il a toutes les peines du monde à faire oublier le froid glacial qui dévore la ville.

Les mains gantées, il observe régulièrement la carte. A n’en pas douter son esprit s’anime à la recherche d’une faille ou d’un moyen de se procurer tout ce dont il a besoin. Penché sur le corps parfait de sa bécane, il opère sa belle à cœur ouvert. Le poumon, autrement dit le carburateur pisse le sang et l’huile, l’hémorragie est persistante malgré les notions de mécanique qu’il se surprend à connaitre. Machinalement ses doigts se font commander, ses gestes sont précis comme s’il avait un don inné pour ça. Comme toutes choses de son passé qu’il ignore, ça l’agace. Il grimace et lâche sa clé à molette comme pour renoncer à se souvenir de quoi que ce soit. Comme si dans ses souvenirs se cachait quelque chose qu’il ne supporte pas, quelque chose dont il aurait peur…

Le temps passe, le loup a troqué ses outils pour une fourchette et une boite de corned-beef. Il dévore avec appétit, c’est son seul repas depuis plus de deux jours. Ses rations s’amenuisent et pour l’instant il n’a pas encore dégoté le bon filon. A nouveau son regard se perd sur la carte, il s’approche et pose sa main sur les endroits stratégiques, sur ses repères et sur les quelques venelles qu’il connaissait par cœur à force de les emprunter. Pensif, il explore mentalement l’avenue. Sans trop savoir quoi, il sait que quelque chose lui échappe, quelque chose qu’il a oublié et qui se terre dans les méandres de ses souvenirs.

A l’image d’un parfum, d’un goût ou d’un lieu particulier, on se plait à se rappeler, à se remémorer ce qui était et ce qui n’est plus. Cette mélancolie l’enveloppe aussi surement que la lumière de ce blafard clair de lune qui recouvre Paris et la nuit d’un manteau d’argent. S’y rendre il s’y refuse en chassant cette idée de sa tête et puis, c’est plus fort que lui. Quelque chose l’appelle là-bas…



Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Epidemie :: Paris :: Les ruines de Paris :: Les ruines-
Sauter vers: