AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
Le profil de vos personnages a été modifié, pensez à le mettre à jour !
Un nouveau clan a vu le jour: la meute !
Ayez une petite pensée pour le forum en votant sur les tops sites...

 :: Les survivants :: Leurs identités Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jade Hashler, jeune femme tranchante [TERMINÉE]

 :: Les survivants :: Leurs identités
avatar
Jade Hashler
Nouvel arrivant
Ven 13 Avr - 20:34
Jade Hashler

Âge : 23 ans
Groupe : Solitaire
Nationalité/origines : Française, avec des origines américaines
Immunisé : Oui
Situation conjugale : Célibataire
Situation familiale : Une soeur et une mère morte, père porté disparu mais sûrement mort.
Place dans le clan/tâche : Récupératrice des débrits.
Arme : Deux couteaux de chasses de chaque côté de la ceinture, un katana avec son fourreau ainsi que la housse qu'elle porte dans le dos.

Carnation : Un peu pâle
Taille : 1m68
Corpulence : Agile, souple et forte
Cheveux : Rouge légèrement orangés de nature, les cheveux longs qui arrivent au milieu du dos, souvent lachés
Yeux : Un mélange de vert et de marron
Style vestimentaire : Vêtement principalement sombres ou noirs, une longue veste sombre à capuche qu'elle met souvent, un simple t-shirt noir, ou débardeur, short sombre avec des collant et des bottes montantes noires, mitaines noires. Vive le noir !
Signe distinctif : Un tatouage d'un dragon en bah du dos, des griffures dans le dos.

ft. Lenia de Ghosblade
Hashler Jade
Jade n'est pas difficle à cernée. Si elle t'aprécie ou du moins que tu ne l'embêtes pas, elle te laissera tranquille ou vous serez dans de bons thermes. Mais dans le cas contraire, si tu t'amuses à jouer avec son humeur ou l'arnaquer, attends toi à te faire courser ou à recevoir un ou plusieurs coups.

Elle ne cherche rien de compliquer et ira parfois vers les autres si elle en a envie pour fumer ou boire un verre.
Jade se fiche pas mal du regard des autres, du moins tant qu'elle se sent bien dans sa peau. Elle te répondra toujours honnêtement, sauf si ça lui dérange de dire la vérité (chose qui est rare) et dira parfois ce qu'elle pense. On peut même dire que parfois, elle manque de tact.

Elle n'aime pas trop la violence mais sait se battre comme une pro si elle le devait. Souvent calme, elle ne cherche pas les embrouilles et reste souvent en retrait lors d'un conflit, car elle juge que c'est inutile mais elle sera prête à intervenir si besoin, mais elle reste la plupart neutre et ne prend que rarement parti de quelqu'un.

Si on lui demande de l'aide, Jade sera prête à aider, mais il y a un prix à cela.

La jeune femme fait souvent ce qui lui plait et jusqu'à maintenant, ça n'a déranger personne, et même si cela gênerait quelqu'un, Jade s'en fichera complêtement.
Jade déteste recevoir des ordres, tu te doutes bien que ça n'a pas été facile pour ses parents et c'est l'une des raisons d'être solitaire.

Elle regarde et observe souvent les personnes qui l'entourrent, pas pour les juger mais pour le plaisir de les regarder. Jade est très attentive à ce qui l'entourre et a de très bons réflex en cas d'attaque ou d'esquive. Elle est très abile de ses mains, surtout pour voler des objets.

Elle est calme ou tranquille la plupart du temps, elle peut avoir de l'humour, de la répartie si elle le veut, elle reste quand meme sympa et te parlera correctement ou même à donner des conseils.

Mais lorsqu'elle se bat, elle peut être impitoyable et c'est à se demander si elle aurait un côté sadique une fois engagée au combat. C'est peut être pour ça qu'elle ne cherche les embrouilles, ou qu'elle garde son sang froid quoi qu'il arrive. Il est d'ailleurs rare qu'elle le perde.

Jade ne te fera pas confiance aussi facilement. Si tu connais son histoire, dû à la trahison de sa soeur, elle a appris que tout le monde peut te berner, peu importe si tu es proche ou si tu la connais depuis longtemps. Il faudra que tu gagnes sa confiance, chose qui ne será pas simple.
Que veux tu ? Connaître ma vie ? Est ce que je veux connaître la tienne ? Non.
Mais pour te faire plaisir, je vais te la raconter, même si elle n'est pas très joviale.

Petite info à savoir avant de commencer : j'ai vécu dans la région de Bordeaux, mon père est américain mais pour son travail, il a dû partir en France vers Toulouse, là où il a rencontré ma mère qui est 100% française et avait une passion pour la culture asiatique, au point d'avoir un sabre dans le couloir. Tu comprendras pourquoi je te donne cette information.. Après ce fut l'amour fou, mariage, blablabla.. Ils ont eut deux enfants à Bordeaux: moi et ma soeur.

Bon... Tout d'abord, ma soeur a le même âge que moi. Une jumelle ? Exactement, elle s'appelait Mary.
Mes premières années ont été plutôt banales. J'ai reçu une affection parentale plutôt convenable mais au fond de moi... Je sentais qu'il y avait comme une différence. Différence de quoi ? D'amour. Ma soeur été un peu plus "chouchouter" par mes parents que moi. Au début, cela ne me dérangait pas du tout. J'en été presque ravie, ainsi je pouvais faire ce que je voulais, mes parents ne m'enguelaient pas trop. Ils étaient un peu plus concentrés sur ma jumelle.

Je m'entendais plutôt bien avec ma soeur, donc le comportement des parents m'importait que peu. Elle me défendait quand mes parents voulaient me punir, elle me donnait ce que mes parents ont commencé à cesser de me donner. La chaleur d'un foyer, d'une famille.

Mais tout cela se détériorait au fur et à mesure que je grandissais. À chaque fois que Mary faisait une bêtise, je la défendais tout le temps, sachant que j'allais me faire punir sévèrement, beaucoup plus que Mary. De là, est né le favoritisme dans cette famille. À Mary, on lui privait de dessert. Moi c'était le repas entier. Mary avait droit à une histoire le soir, un peu d'affection, un "bonne nuit" agréable à entendre. Moi, c'était "bonne nuit, et ne dérange pas ta soeur si tu ne dors pas" et j'en passe.

Il faut se douter qu'il y aurait un moment où ça éclaterait. Et c'est ce qu'il s'est passé.
Le favoritisme de mes parents me passait par dessus la tête. Mes notes ont commencé à chuter, je dégradais le casier des autres, et je balançais des pierres sur les voitures pour me défouler. C'était le début de mon pétage de plombs.

J'ai réussi à passer au lycée malgré toutes mes conneries, et je me suis un peu calmée. En seconde, mes résultats étaient pitoyables, je ne voulais pas travailler car mes parents me répétaient que j'étais vouée à l'échec, que je serais caissière chez Carrefour, et que je ne mérite pas d'avoir accès à ce que je voulais. Ça m'énervait tellement que j'ai commencé à sécher les cours, j'ai commencé à fumer, à frapper ceux qui osaient s'attaquer à ma soeur. J'étais devenu ce que les élèves appelaient une cassos, et pour mes parents, j'étais devenue une délinquante.

J'ai pris des cours d'aïkido et de combat pour ma soeur grâce à internet. Elle seule m'accordait de l'importance. Alors je devais la protéger. C'est à ce moment là où j'ai commencé à développer un intérêt pour les lames, au point d'en avoir une sur moi au cas où.

2021 :

Me voilà avec 19 ans, ma soeur faisait des études de médecine et nous avons même déménagé à Paris pour elle. Moi je me contentais d'accompagner Mary en cour pour éviter que des pervers lui saute dessus. Je ne suivais pas les cours et me concentrais sur mes entraînements. J'étais devenue très autonome et plus ou moins mature. Je privilégiait ma jumelle. Mais j'aurais dû me rendre compte que c'était inutile. J'aurais dû me rendre compte que tout mes efforts pour la proteger ne servirait à rien. Que je n'aurait pas dû perdre mon temps avec elle.

"Mais que s'est il passé ? Vous vous êtes disputés ?" Non.

J'ai accompagné ma jumelle, comme tout les mardi soirs, à son cour de violon. Mais pour changer de la routine, on s'est fait agressées... Cool hein ?
Ils étaient cinq ou six. Bref, je savais qu'on allait pas s'en sortir alors j'ai fait la première chose qui m'est passé par l'esprit, sortir ma lame. Je me rappelle encore de la tête de Mary. Terrorisée, apeurée, et dégoutée. Je lui ai dit de fuir, chose qu'elle n'a pas voulu faire au début, malgré le danger qui courrait. Une fois qu'elle était hors de mon champs de vision, je me suis faite directement attaquée par un des salauds.

Je me suis défendu comme je pouvais mais j'ai été mis à terre. J'ai cru que ce serait finit pour moi, que je ne pourrait plus protéger Mary. Et ça m'a mis hors de moi. J'ai rapidement renverser la situation et le gars qui était sur moi a pris ma place.

Ses compagnons ont commencé à paniquer et de sont jeter sur moi par je ne sais quel miracle, je les ai tous anéantit. Un par un. Je les ai frappé jusqu'à ce que je me sois défoulée. J'ai même failli en tuer un. Évidemment, je n'en suis pas revenue indemme. Quelques hématomes au bras, au ventre et au visage, la bouche en sang, et une ouverture au niveau de l'arcade sourcilière. Ça y est, j'étais devenu une délinquante.

Lorsque je suis rentrée chez moi, j'ai eu droit à une claque sans raison et une punition : changer de lycée pour aller dans un camps de redressement. J'aurais dû me douter qu'en réalité, Mary avait fait exprès d'être la chouchoute, d'être la petite préférée des parents.
Elle a raconté n'importe quoi à mes parents dès mon plus jeune âge. Et je ne le savais même. Je ne l'ai appris que lorsqu'elle morte. Oups ! Je l'ai dit.

Le soir, vers minuit, j'ai fuguer de chez moi en prenant un sac rempli de nourriture et d'affaires de rechange. Cela faisait au moins une heure que j'étais partie lorsque j'ai entendu un cris plus que strident dans une ruelle. Comme si une personne se faisait.. Égorgée... Par curiosité, j'ai jeter un oeil. Personne. À part un ados éventré au sol, avec un bain de sang autour. Il était mort.

Je me suis précipitée vers le cadavre pour savoir s'il était encore en vie et c'est là où j'ai regretté d'être partie. J'ai entendu par la suite un léger bruit. Une sorte de grognement humain.  Je fais volte face et vois une femme, couverte de sang. Sûrement de sa victime. Elle fut la première à bouger pour me sauter dessus et faire de moi son potentiel repas. Elle s'est rapidement approchée de moi et par peur je lui ai balancé mon sac en pleine face avec violence. La voyant étourdie, j'en ai profité pour partir le plus rapidement sans regarder si elle me poursuivait ou pas.

Je ne sais pas pourquoi j'ai fait marche arrière et suis revenu chez moi. Enfin, devant mon appart'. Lorsque je suis arrivée, je suis restée immobile.
La porte était parterre, des traces de sang décorait l'entrée et j'avais une vue sur un salon complètement ravagé. Je suis rentrée avec méfiance dans l'appartement, ma lame à portée de main. Il n'y avait rien au rez-de-chaussée à part que tout a été anéanti. Je suis donc monté à l'étage, là où sont les chambres, et la première pièce que j'ai visité était celle de mes parents. En voyant ce qu'il s'y trouvait, j'en avait la nausée. Ma mère était sur le lit, éventrée, les boyaux en ressortaient, la gorge était arrachée et il lui manquait un bras.

Mon estomac n'a pas supporté le spectacle en plus de l'odeur. J'ai donc vomis mon repas du soir. Aucune de traces de mon père. Puis, quelque chose me vint à l'esprit. Mary. Je me suis précipitée vers sa chambre, mais la porte était déjá défoncée. Prise de panique, je l'ai cherché dans tout l'appartement et je l'ai retrouvé dans le dressing de ma mère.

J'étais soulagé et heureuse de la voir en vie. Mais mon sourire s'est vite estompé en voyant l'épaule de Mary en sang. Une morsure. Elle tremblait, elle était en pleur.

"La pauvre..." C'est que tu te serais dit non ? Et bien ce fut mon cas.
En la voyant je l'ai directement prise dans mes bras pour la calmer. Elle m'a expliquer ce qu'il s'était passé :
Pour faire bref, des personnes ont forcé la porte, ils étaient trois. Mon père est parti comme un lache en les laissant toutes les deux, et ma mère n'a pas pu se défendre contre trois et l'ont dévoré. Puis ils sont parti d'un coup, sans en connaître la raison. Comment elle s'est retrouvé dans le dressing ? Elle voulait faire croire à mes parents que je leur avez volé de l'argent (ma mère avait une planque dans le dressing et ma soeur l'a découverte).

Je l'ai soigné, fait un bandage à son épaule et nous sommes restées dans l'appartement. Mais Mary commençait à être "malade". Elle toussait de manière très violente et avait des maux de tête importants. Elle a pris une dixaine de médocs mais ça ne faisait qu'empirer. Je commençait sérieusement à m'inquièter mais je ne pouvais prendre le risque de la laisser seule, alors que le danger courrait dehors. J'avais de quoi faire pendant 3 jours à la maison. Elle ne voulait rien manger, elle vomissait sans arrêt dans les toilettes.

Plus les heures passaient et plus Mary souffrait. C'est à ce moment là où elle m'a dit la vérité sur elle : le pourquoi elle était devenue la petite préférée, elle avait tout manigancé contre moi par simple jalousie. Étrangement, j'étais vraiment calme, elle a reçu une simple claque de ma part. Je savais qu'il y aurait un moment pour me venger. Mais ce n'étais pas le maintenant. Une journée entière s'est ensuite écroulée.

Mary a perdu connaissance  plusieurs fois puis une dernière avant de ne plus se réveiller. Je n'étais pas triste, ni heureuse. Neutre. J'ai regardé son cadavre pendant plusieurs minutes. J'étais ensuite repartie pour aller chercher de quoi manger, mais lorsque je suis revenue dans la salle de bain, Mary n'y était plus.

J'entendais sa respiration de l'autre côté du couloir. Elle n'était pas loin. Toute proche. Puis derrière moi.

J'ai eu le réflex de me retourner et de voir qu'elle aillait me sauter dessus. Et j'ai esquivé. En la regardant, j'ai rapidement sût que je l'avais définitivement perdue. Elle bave. Comme si elle était affamée. Non. Elle l'était. J'ai comencé à courir dans tout l'appartement en esquivant chacunes de ses attaques. Elle me griffait le dos à chaque fois qu'elle m'attrapait au point d'en saigner. Je suis revenue dans la salle de bain et lorsqu'elle m'a suivit comme une dingue, je l'ai attrapé par la nuque et l'ai violemment frappé contre le lavabo. J'ai ensuite rapidement reculé, voyant que ce n'était pas suffisent. Je suis revenu au centre du couloir.

Il fallait que je l'a tue. Mais comment ? Elle vient de survivre à un lavabo ! Elle n'était qu'étourdie ! Est ce que c'est si facile de tuer une partie de soi ? Il fallait que je mette fin à sa vie, sinon c'est moi qui y passerais. J'ai regardé rapidement le secteur et mon regard s'est posé sur la sabre accroché au mur. Ma mère me disait que c'était un vrai et qu'elle s'était déja coupé avec en l'entretenant. Il fallait qu'il soit vrai. C'est ma seule chance de survie.

Je l'ai donc pris et l'ai sorti de son fourreau. Il semblait tranchant, et j'espérait qu'il le soit. J'ai regardé ma soeur reprendre conscience, et j'ai respiré un bon coup. Si je me foire, je suis fichue. Mary s'est précipiée vers moi en hurlant, jai esquivé sur le côté, et je lui ai tranché la poitrine. J'avais à peine conscience de ce que je faisait. Mais les animés m'ont inspirés.. Aucun commentaire.

Mary s'est écrasée au sol en glissant. J'ai soupiré, me disant que c'était terminé, mais ce n'était pas le cas. Elle s'est relevé et se fichait pas mal de sa blessure.
"Il va falloir que je vise ta tête pour que tu crèves un jour hein ?" C'est ce que j'ai dit. Des mots de haine. Oui, j'ai comencé à la détester. Ma souffrance était en train de s'exprimer. Elle a rechargé sur moi, je lui ait fait un croché pied, elle est tombée, et je lui ai sauté dessus. À ce moment là, je n'étais plus moi même. J'ai comencé à lui couper un bras. Puis deux. J'ai taillé son ventre. J'ai entendu ses cris de souffrance. Elle bougeait encore, mais moins. Je me suis levée une dernière fois, mon pied sur elle pour la maintenir et j'ai planté le sabre en plein milieu du front. Et pour m'assurer que tout soit finit, j'ai comencé à faire des rotations avec.

Elle ne bougeait plus. Elle ne criait plus. Elle ne respirait plus. Elle était définitivement morte. Je l'ai tué. J'ai tué ma soeur. Et bizarrement, je ne ressentais rien. Je me sentais soulagée, libérée.
Je suis partie définitivement de chez moi, en laissant son cadavre. C'etait la fin du monde que je connaissais pour Faure place à un nouveau.

5 décembre 2021, 01:23 du matin. Ce fut la date de sa mort.

4 ANS APRÈS :

Il faut savoir qu'en 4 longues années, j'ai volé dans beaucoup de boutiques. Le sabre est devenu mon arme de combat, j'ai volé de quoi l'entretenir et une housse pour le protéger et des pierres volcaniques (pratiques de volé chez les antiquaires, allez savoir pourquoi il y en vait là bas) et j'étais devenue ce que les gens appelaient une solitaire. Je n'ai pas vraiment de domicile fixe mais j'ai comencé à dormir sur les toits. J'ai pris deux couteaux de chasse dans une boutique délabrée et je les ai gardé en les jugeant comme étant utiles.

Je me suis entraînée durement pendant ces 4 années, j'ai appris à être discrète, abile, à voler, à me battre, à confectionner des choses moi même, les règles de ce nouveau monde, les règles de survie.

Pseudonyme : Jade ? Jadou ? Jady ? (Jadounette pour les intimes)
Âge :
Blabla : Nothing else
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aimie Evans
Admin
Ven 20 Avr - 15:19
Aimie Evans

Validée

Bienvenue !

Bon, tout me semble cohérent et correct. Du coup, je te valide et je te rajoute ta couleur rouge.

Maintenant que tu es validé, tu peux regarder la zone des demandes de RP pour trouver un partenaire de RP.

Bon jeu à toi !


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Epidemie :: Les survivants :: Leurs identités-
Sauter vers: