AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 :: Paris :: Le XIème arrondissement :: Les rues et ruines Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rencontre à domicile | Ludovic Fischer & Alyce |

 :: Paris :: Le XIème arrondissement :: Les rues et ruines
avatar
Alyce
Rescapé
Mer 4 Avr - 23:01
Alyce
Rencontre à domicile |•Ludovic•|




Aujourd'hui j'ai fait une récolte d'une centaine de capsules. Mon client a été très exigeant mais ça en valait la peine. J'ai dû mettre une semaine au moins pour trouver ce qu'il me demandait. J'ai tué aussi quelques infectés mais ce n'était que de passage. En rentrant chez moi, j'espère pouvoir me reposer un moment. J'hésite même à ne pas venir pendant une semaine à mon point de rendez-vous. Mais bon, faut bien que je survive !

J'arrive devant mon immeuble complètement mort. Mort de toute présence humaine en tout cas. Il se trouve un peu éloigné du bidonville, et il faut osé s'y aventurer car il ne donne oas envue à visiter. J'habite à l'avant dernier étage, mais pour y accéder... Ce n'est pas si simple.
Pour se faire, il faut passer par les trois étages en évitant de se faire embrocher par les barres en métal rouillées complètement tordues dans tout les sens dues à l'éboulement des poteaux en béton de l'étage. Il faut également faire attention où mettre les pieds, car le sol n'est pas très stable à certains endroits.

Et c'est comme ça pendant trois étages. Il faut également faire attention aux vitres complètement explosées. Je pense avoir choisis un ancien bâtiment appartenant à une entreprise, il n'y avait que des sortes de bureaux. Et pour finir, un étage où il n'y a rien, tout est en état. C'est là où mon frère et moi avions vécu pendant quatre ans, puis il est parti faire sa vie de son côté et j'ai repris l'appartement.

Tout a été emménagé pour pouvoir y vivre en fouillant de nombreux habitations délaissées. On a récupéré des objets encore en état ou que l'on peut utiliser pour d'autres fonctions, et nous avons aussi laisser la végétation telle quelle, car ça donnait un certain style je trouve.

Aujourd'hui, mon appartement ressemble à un appartement normal à quelques détails prêts, et avec une ambiance apocalyptique. Rien n'est électrique, tout l'éclairage se fait au feu. Il y a ce que l'on peut appeler une cuisine mais faite à notre manière, un salon avec un vieux canapé et une table basse faites avec deux blocs de béton taillé. Il donne sur un balcon qui donne un beau panorama sur la ville détruite. Il y a deux autres pièces, ma chambre avec deux matelas simples, le mien et celui de mon frère que j'ai aussi récupéré, et une réserve que je ferme avec un cadenas. La salle de bains sont des anciennes toilettes où on a juste ajouté une sorte de bassine géante avec un rideau pour faire la douche. J'ai aussi un peu de déco faite par moi même, des étagères, des tapis...

Bref, un truc fait à l'arrache mais cela me suffit.

Voilà que j'arrive devant le seuil de ma porte, après avoir fait le parcours du combattant, espérant m'allonger sur le canapé et faire une petite sieste.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
avatar
Ludovic Fischer
Rescapé
Sam 7 Avr - 18:07
Ludovic Fischer
Son regard se leva vers l’infini du ciel qui commençait à rosir, puis soupira. Il n’avait pas vraiment de choix, il fouillait, notait et s’assurait que tout était bien identifié. Il était éclaireur depuis longtemps, Paris lui avait été incrusté dans la tête. Il avait appris à connaître chaque lieu, chaque endroit pour être indispensable, mais en échange, on lui en demandait toujours plus.

Heureusement pour lui, les élitistes lui accordaient une certaine liberté de mouvement. Il pouvait sortir seul sans être encombré de grandes brutes qui n’attendaient que de le battre quand les autres ne les regardaient pas. Son cerveau avait été lavé et la peur de mourir était très efficace contre ceux qui voulaient fuir cette « secte ».

Étrangement, certains n’avaient pas apprécié d’être tournés en bourrique par le petit Albinos… Il était immature et son humour l’était tout autant. Cet humour lui avait causé quelques ennuies, mais au moins, c’était défoulant et divertissant.

Il marchait le long des immeubles pour me pas s’exposer et être surpris dans un angle mort. Il regardait le sol en grande partie pour voir les déplacements sur la poussière. Les rues étaient vides et les immeubles n’étaient pas tous détruits. Ludovic se dit qu’il y avait peut-être encore de la vie dans le coin.

Le petit monstre blanc entra dans un premier immeuble qui s’était écroulé sur lui même, il n’y trouva aucune trace de vie, seulement un squelette ou plutôt des morceaux de squelettes probablement mangés par les animaux. Il fit une grimace et sortit de l’immeuble. Il jeta qu’un bref coup d’œil sur l’entrée sans porte et continua sa marche.

Son attention dut porter sur un immeuble en bon état. Il se pencha devant l’entrée, il y avait de la circulation dans le coin. Cet immeuble serait habité ? Un sourire s’afficha, il n’y avait pas de bruit, n’avait pas vu de lumière, cet immeuble piqua sa curiosité et il entra en jetant un dernier coup d’œil derrière lui.

Ludovic posa son regard blanc sur l’escalier d’un air désabusé. Les escaliers montraient qu’il y avait trace de vie, la poussière avait laissé des marques, il n’y avait pas de chance que ce soit une seule fois.

Doucement, il se mit à monter dans l’escalier, il était petit et frêle et se mit à faire du twister dans les ruines de l’escalier et des étages pour suivre les pas. Il figea à quelques reprises sur une plainte du vieux bois de céder malgré son poids. Si cet immeuble était inhabité, il aurait au moins une idée pour faire chier quelques gros muscles des élitistes en les faisant franchir cet immeuble… La simple idée de les voir rager dans des espaces étroits l’amusa profondément. Il gloussa avec méchanceté. Toute façon il n’aurait que ce qu’ils méritent.

Il finit par arriver aux troisièmes étages avec un peu de coordination et de déhanché. Ludo regarda le lieu, il y avait CLAIREMENT de la vie ici.

« Ah bah merde... »

Ludo avait trouvé une planque. Une belle en plus, les gens vivaient ici depuis un moment déjà. Enfin il supposait des gens vu qu’il y avait deux lits. Il fit un tour sur lui-même analysant l’appartement complet. Comment, avaient-ils pu cacher aussi longtemps cet endroit?

Son attention fut bientôt portée sur un bruit venant des escaliers. Son cœur cessa de battre, il n’y avait pas trente mille cachettes ici et la seule sortie était sans doute l’escalier. Le jeune se gratta rapidement la tête que pouvait-il faire? Ah et puis merde.

Il n’y avait pas vraiment d’option. Il posa son derrière sur le canapé. Il allait attendre la personne, ses dagues dans ses manches prêtes à se défendre avant de prendre la fuite au besoin.

Ses yeux se posèrent finalement sur une jeune personne qu’il fixa. Alors là, il s’attendait à un homme au moins, pas une jeune fille aux cheveux bleus… L’avait-elle remarqué? Peu importe, il n’allait pas la laisser avoir le premier mot.

« Salut, tu cherches un coloc? C’est sympa ici... »

Il afficha un grand sourire de gamin, il était peut-être un peu trop arrogant… Peut-être simplement un peu trop.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alyce
Rescapé
Dim 8 Avr - 2:51
Alyce
Rencontre à domicile |•Ludovic•|



Les yeux rivés sur le sol, je dépasse l'entrée puis me fige sur place en entendant une voix masculine. Je redresse mon regard vers l'origine du son et voit un jeune homme avec un teint très clair ainsi que des cheveux blancs avec un peu de rose au niveau des pointes. C'est qui lui ? Et qu'est ce qu'il fout ici ?

Le premier reflex que j'ai eu été de mettre la main sur mon arc sans pour autant le dégainer. Prenant le temps le détailler. Beaucoup de question se posent dans ma tête : Que fait il ici ? Depuis combien de temps est il ici? A-t-il fouillé l'immeuble ? A-t-il volé quelque chose ? Comment a-t-il fait pour arriver ici ? Qui est il ? De quel clan vient il ?

Je le regarde encore un instant, il est confortablement installé dans un lieu qu'il ne connait pas. Il a l'air plus vieux mais pourtant plus petit que moi. Mais ce qui me pertine le plus est son teint et ses cheveux qui sont vachement clairs. Est ce que je devrais le chasser ou essayer de discuter avec lui ? Je prend la deuxième option.

"Qui es tu ? Et que fais tu ici...?"

Ma voix était si calme que je me surprend moi même. Mon frère, si tu étais là, tu l'aurais jeté par la peau des fesses ou avec un coup dans le derrière à l'autre bout de la rue sans faire d'histoire. Mais je comprendrais qu'il fasse cela. A-t-il déjà eu à faire à un intrus depuis qu'il est parti ? Aucune idée, cela va faire quelques mois qu'il est parti et nous n'avons pas eu le temps de se parler réellement à cause de notre travail.

Je garde aussi mon couteau de chasse à portée de main, au cas où il tenterait de m'attaquer furtivement. Arc pour la distance et le couteau pour le combat rapproché s'il y en aura un.

Vu qu'il soit à l'aise à parler comme ça envers une personne qu'il ne connait pas, je ne pense pas qu'il aura des difficultés à me répondre. Sauf si par magie, il a un côté timide et gêné qui surgit de nul part. Là je serais vraiment surprise. En tout cas, une chose est sûre, c'est que je ne suis pas prête de faire ma sieste comme je l'espérais. Va-t-il falloir que je lui court après pour qu'il s'en aille ? Ou va-t-il partir sans dire un mot à qui ce soit ? Car jusqu'à maintenant, ma planque était bien cachée et je ne vois pas comment a-t-il pu trouver tentant de visiter un immeuble comme celui-ci qui semble dénudé de vie humaine au premier abord.
Bref, je ne vais pas tarder à le savoir.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Epidemie :: Paris :: Le XIème arrondissement :: Les rues et ruines-
Sauter vers: