AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
Le profil de vos personnages a été modifié, pensez à le mettre à jour !
Un nouveau clan a vu le jour: la meute !
Ayez une petite pensée pour le forum en votant sur les tops sites...

 :: Paris :: Le XIème arrondissement :: Lycée Voltaire Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Plus qu'une perruche | Marcy

 :: Paris :: Le XIème arrondissement :: Lycée Voltaire
avatar
Zoey Bourne
Membre
Localisation : Peut-être un peu paumée, tiens..
Jeu 29 Mar - 23:48
Zoey Bourne




Avec
Colombe


Plus qu’une perruche.

Il y avait une semaine de ça, à peu près, Zoey s’était rendue en territoire hostile. A la Citadelle, carrément. le dernier endroit en France qui voulait la voir s’y balader librement, et pourtant elle l’avait fait et sans se faire choper. Les choses auraient pu mal tourner mais ce ne fut pas le cas grâce à sa bonne étoile. Et à Naryogg, surtout Naryogg en fait, mais bon. L’Humaniste s’y était rendue pour prendre des nouvelles. En plus de Nary, donc, elle avait pu retrouver Fanny sa meilleure amie. Mais jamais elle n’avait pu croiser l’une des personnes lui ayant permis de quitter la Citadelle. En quelques sortes, Marcy de son prénom, avait été une de ses clientes en somme. Mais pas seulement, une très agréable personne. Depuis au moins début 2024, elles ne s’étaient pas vues, depuis le départ de Zoey. Cette dernière avait été très déçue de ne pas la retrouver pendant son retour éclair, alors, juste avant de s’en éclipser pour la dernière fois, l’ancienne prostituée avait griffonné un petit message qu’elle avait laissé glisser sous sa porte en espérant que depuis elle n’avait pas eu la bonne idée de déménager, elle aussi. Sinon elle aurait l’air conne à accueillir un parfait inconnu en ce jour.

Le message conviait Marcy au lycée Voltaire. Ancien bastion des Humanistes, certains y résidaient encore d’ailleurs. Mais ils n’étaient pas hostiles, encore moins envers Zoey qui avait été des leurs. En plus, elle avait précisé à Marcy sur son bout de papier de la rejoindre dans l’une des salles du dernier étage du lycée. En fait, elle lui avait demandé de la rejoindre dans ce qui avait fait office de chambre, à Zoey fut un temps. Lors de son arrivée chez les Humanistes de l’époque. Personne ne l’avait reprise, les actuels résidents ne peuplaient même pas cette aile du lycée alors Marcy risquait de ne même pas les croiser, au final en arrivant.

Pour le moment, la jeune femme attendait, elle avait bien précisé qu’elle y serait toute la journée pour l’attendre mais cela ne voulait pas non plus dire qu’il fallait qu’elle prenne son temps. Habillée simplement pour la journée, portant son t-shirt Sucepute à peine sale ainsi qu’un short en jean et des larges rangers noires. Il faisait même tellement de soleil qu’elle portait des lunettes de soleil rondes, à la Damso de l’époque d’avant la fin du monde. Ce genre de chose l’amusait, le pire c’est que ça lui allait plutôt pas mal, pour le coup..

Assise contre le rebord de la fenêtre elle observait le contrebas, l’extérieur désolé de la Capitale, espérant apercevoir Marcy arriver mais il y avait tout un tas d’entrées possibles, alors impossible pour elle de savoir quand elle arriverait vraiment.

L'Humaniste lâcha un bâillement à peine retenu, elle s'ennuyait un peu.

Codage par Libella sur Graphiorum



Past Life


She's never coming back.
D'you know what it's like to live with that ?
No one knows what it's like.
The only one who knew me, gone..
I know what you want and I can give it to you..
I am so tired.
...
Have you ever seen God ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marcy
Nouvel arrivant
Ven 30 Mar - 17:10
Marcy
An old friend,
a good smile
Cela faisait bien longtemps maintenant et à vrai dire Marcy ne s'attendait pas à la revoir. Elle la pensait partit ailleurs, où l'herbe est plus verte. Sans un regard en arrière vers ses années difficiles et les personnes qu'elle avait pu y connaître. Ainsi fut elle fort surprise de découvrir un petit mot de son amie d'alors, Zoey.

Elle aimait bien Zoey, elle lui avait rendue la vie moins morose pendant un temps. Elles avaient passé du bon temps ensemble si l'on puit dire. La détective était contente qu'elle ait finalement pu s'arracher à la Citadelle comme elle le souhaitait.

Ce fut avec une joie non dissimulée qu'elle se mit en route le jour dit, vers le lieu désigné. De préférence elle se déplaçait à l'intérieur des bâtiments, le plus haut possible. Et à défaut sur les toits. Bonnie volant au dessus des rues et prévenant en cas de danger, ou d'un quelconque intérêt sur leur route.

La corneille vint se poser sur le rebord de la fenêtre, tout à côté de la jeune femme qui attendait. Elle la regarda un petit moment et s'en rapprocha doucement. Le volatile semblait sourire, étrange sans doute pour un oiseau.

Au même instant ou presque Marcy apparu dans l'encadrure de la porte. Elle était essoufflée il faut bien le dire. Elle toqua à la porte pour annoncer son arrivée et attendit d'avoir l'attention de Zoey pour retirer son chapeau et lui faire une révérence élégante.

"Milady."

Se contenta t'elle de dire pour la saluer. Sa voix était pleine de politesse, on pouvait y entendre son sourire sincère et bien entendu son accent britannique. Elle se redressa, gardant son couvre chef à la main et passant l'autre dans ses cheveux pour les recoiffer un peu après son petit périple. Elle souffla un peu puis s'avança vers son amie pas à pas avec toute la dignité qui l'habitait,le sourire aux lèvres.

À moins que cela se soit très mal terminé entre vous, retrouver une amie perdue de vue est toujours un sentiment fort plaisant. Et comme à l'époque Marcy avait déjà l'impression d'oublier ses tracas en présence de Zoey.
Libella, Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zoey Bourne
Membre
Localisation : Peut-être un peu paumée, tiens..
Sam 31 Mar - 12:14
Zoey Bourne




Avec
Colombe


Plus qu’une perruche.

L’oiseau vint se poser sur le rebord de la fenêtre tel un présage de l’arrivée de Marcy. L’Humaniste avait baissé les yeux vers le petit animal et lui avait sourit en levant son index et son majeur, pliant les autres doigts pour lui faire le signe du V de la Victoire en guise de salut. Directement après, puisqu’elle se doutait que Bonnie ne viendrait pas sans son Clyde, Zoey tourna la tête vers la porte et n’attendit que quelques fractions de secondes que sa vieille amie ne pointe le bout de son nez en frappant à la porte comme si c’était encore une coutume ces temps-ci. Zoey se mit à lui sourire, ça lui faisait plaisir de la voir entière après tout ce temps sans se voir. Cela lui fit aussi plaisir de voir quelqu’un faire la révérence, c’était le genre de truc qu’elle aimait bien faire, elle aussi, alors bon. Pour ne pas passer pour une copieuse, la plus jeune des deux lâcha un petit dab de salutations. Probablement la dernière personne dans le monde à encore en faire, d’ailleurs.

Elle était souriante, Zoey, elle laissa Marcy approcher en se tenant presque assise contre le rebord de la fenêtre. Prenant un instant pour retirer ses lunettes de soleil et accrocher l’une des branches à son t-shirt. Marcy avait l’air crevée mine de rien, elle espérait que son trajet ne se soit pas mal passé.

- Ma colombe ! la salua-t-elle malgré tout en premier lieux, Comment vous allez vous deux ? On dirait tu viens de courir le putain de marathon, t’as failli rater le bus ? lui demanda-t-elle en riant de bon coeur.

Aussi, elle finit par lever les fesses du rebord de la fenêtre pour ouvrir cette dernière, histoire de laisser l’oiseau dehors entrer et retrouver sa patronne. Puis, elle fit volte-face pour se jeter dans les bras de Marcy et la serrer contre elle. Son sourire ne s’estompait pas le moins du monde. Elle éprouvait une grande gratitude envers cette femme, après tout elle l’avait pas mal aidée et soutenue quant à son projet de fuite de la Citadelle en plus d’avoir été l’une de ses ridiculement rares clientes féminines, et probablement la plus gentilles de tous, tout sexe confondus. Sans Marcy, elle serait sans doute quand-même partie de la Citadelle, mais ça aurait prit sensiblement plus de temps. Et puis, les deux femmes avaient eu pas mal de temps pour échanger là-bas, dans le métro. Même si Zoey était toujours restée très vague à propos de son passé, c’était sans doutes la britannique qui en savait le plus sur elle, même pas Fanny alors.. Il fallait dire que ça tenait une certaine place dans son coeur, à la bleue.

- C’est quand-même bon de te revoir, j’suis revenue à la Citadelle l’autre jour mais je t’ai pas trouvée. Enfin, t’as dû deviner. Zoey se détacha alors de Marcy et lui donna une petite tape sur le bras, J’t’avais bien dit que je reviendrais, bordel de merde ! J’espère que tu m’as pas crue morte, je meurs pas comme une merde moi. Je nique des mères, 100%. D’ailleurs, tu comptes toujours pas quitter ces bouseux ? Demanda-t-elle aussi.

Elle avait bien tenté le coup avec Fanny, pourquoi ne l’aurait-elle pas fait avec elle aussi ? Aucune des deux ne méritait vraiment cet espèce de trou à rat qu’était la Citadelle.


Codage par Libella sur Graphiorum



Past Life


She's never coming back.
D'you know what it's like to live with that ?
No one knows what it's like.
The only one who knew me, gone..
I know what you want and I can give it to you..
I am so tired.
...
Have you ever seen God ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marcy
Nouvel arrivant
Mer 4 Avr - 17:03
Marcy
Marcy s'arrêta proche de la fenêtre, elle s'éventait un peu avec son chapeau le temps de reprendre son souffle. Elle continuait de regarder Zoey en souriant. Cette dernière la salua avec la malice qui la caractérisait, glissant quelques questions à destination de la détective.

"Oh tu sais lady, on survit."

Répondit-elle, balayant un peu la question. Avec ce qui l'accablait Marcy n'allait jamais vraiment bien, elle avançait simplement au jour le jour sans réel but. Aider Zoey en avait été un remarquez, mais maintenant il était bien rempli, elle en avait la preuve sous les yeux.

"Je voulais surtout, ne pas te rater toi."

Elle appuya sa réponse d'un clin d'œil complice et tendre.
Elle ne fut qu'à moitié surprise lorsque Zoey lui sauta dessus et la réceptionna volontiers dans une étreinte amicale. Elle ferma son œil, profitant elle aussi de câlin. Elle avait aimé, et appréciait toujours, de sentir la jeune femme contre elle. De la main qui tennait le chapeau elle caressait doucement le dos de son amie, de sa main libre elle jouait distraitement avec les cheveux bleus.

"J'ai deviné oui, pour une fois je n'étais ni au New Born ni à mon office."

Souligna t'elle avant de faire non de la tête et de reprendre un peu mélancolique. Elle rouvrit l'œil quand l'étreinte cessa.

"Je ne t'ai pas crue morte. Je sais que tu es solide lady.
Je pensais plutôt que tu m'aurais oublié tu sais. Comme le reste de la Citadelle. Que tu aurais mis tout ça loin derrière toi et moi avec."


Elle fit une brève pause et regarda un peu Bonnie qui était restée sur le bord de la fenêtre, comme si elle lui demandait conseil pour répondre à la question de Zoey.

"Toujours pas. Tu sais, les secrets, les mensonges, le pognon, l'alcool et les cigarettes c'est mon monde. Qu'est-ce que j'irais faire ailleurs ? Tu veux que je vienne chez les Humanistes avec toi ? Tu as peut être pu y trouver ta place mais c'est pas pour moi. L'entraide et tout j'y crois pas. Ma place est à la Citadelle. Ce n'est eut être pas la meilleure mais c'est la mienne."

Malgré son discours un peu pessimiste elle souriait toujours. Elle caressait maintenant l'épaule de son amie avec la main qui tenait son chapeau, de l'autre elle fouillait l'intérieur de son manteau.

"J'allais dire que tu n'as pas changé.
Mais c'est faux, tu es plus heureuse ça se voit."


Elle sortit un paquet de cigarette à peine entamé et le tendit vers Zoey dont elle avait lâché l'épaule.

"Alors raconte moi, comment est ta nouvelle vie ?"
Libella, Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zoey Bourne
Membre
Localisation : Peut-être un peu paumée, tiens..
Ven 6 Avr - 0:37
Zoey Bourne




Avec
Colombe


Plus qu’une perruche

Zoey avait portée une main à son coeur en même temps qu’elle avait penché la tête sur le côté d’une manière un peu théâtrale,  véritablement touchée par les dires de Marcy quant au fait qu’elle ne voulait pas rater l’Humaniste, mais cette dernière se sentait forcément obligée d’en rajouter des caisses. Juste après leur petit câlin et que Marcy lui ait répondu d’un air un peu plus triste, Zoey secoua la tête sur le coup de sa réponse mais la laissa tout de même finir. Marcy avait beaucoup à dire, elle n’avait jamais été la plus optimiste des connaissances de Zoey. Au moins elle n’avait pas changé sur ce point, sur aucun d’ailleurs. La détective était restée fidèle à elle-même après ces nombreux mois d’absence et c’était tant mieux.

Elle trouvait que cela aurait été pire que si elle avait été morte d’une quelconque manière. Si elle avait juste changé, elle n’aurait plus eu l’impression d’avoir la même personne en face d’elle et une distance, un froid, aurait pu s’installer. Heureusement ce ne fut pas le cas. Marcy tendit un paquet de cigarettes à Zoey, peu habituée à fumer cette dernière accepta tout de même. Du temps où tout était normal elle considérait que c’était stupide, encore à ce jour mais.. Bizarrement, elle doutait que sa mort ne soit causée par un cancer, la bleue doutait aussi qu’un cancer ait ne serait-ce que le temps de se développer en elle. Alors, même si elle trouvait ça idiot et malsain, elle accepta. Fidèle à son personnage. Extirpant l’une des cigarettes du paquet, attendant que son amie n’allume la sienne pour en faire de même, elle prit une courte bouffée, s’appuya contre une table laissée à l’abandon après le départ des Humanistes du lycée et était finalement en position de raconter un peu sa vie depuis son départ et de répondre à d’autres choses qu’elle jugeait nécessaire.

- Pour revenir sur ce que t’as dis, nan, j’t’assure j’oublie pas grand monde. Au pire, je fais comme si. elle marqua un pause, cela valait pour ses connaissances d’avant la fin, elle ferma les yeux et caressa doucement sa tempe gauche de sa main libre avant de soupirer et reprendre, J’suis revenue pour, euhm, je sais plus si tu connaissais Fanny ? Et toi, et j’ai revu la barmaid du New Born aussi, ‘fin bref. Si je suis partie c’était en grande partie grâce à vous deux donc.. Fallait bien que je prenne des nouvelles, et comme y a plus Facebook !

Elle s’interrompit pour ricaner, elle n’ajouta pas qu’elle n’avait pas la chance d’avoir un pigeon voyageur, ayant faussement peur de vexer Bonnie.

- C’était la Citadelle qu’était pourrie, pas tous ses habitants, on va dire ça. Si t’arrives à y trouver ton compte c’est tant mieux, j’aurais pas été une pute j’y s’rais sans doute restée, tu sais ? Si j’avais eu une meilleure embauche à l’arrivée. Enfin bon quoi qu’il en soit ! Te voilà dans mon ancienne piaule, marrant, hein ? Je la partageais avec trois autres personnes et y avait des meubles et tout mais en gros c’était ça. Les Humanistes étaient là, quand je me suis pointée. J’suis arrivée blessée d’ailleurs, j’ai rencontrée des gens pas cools dehors, et ils m’ont fait ça, mate un peu.

Elle raidit sa jambe gauche et montra la large cicatrice qu’elle avait sur sa cuisse, quasiment sur toute sa longueur, sur la partie extérieure de la jambe. Marcy l’avait connue parfaitement intacte. Avec le recul Zoey se considérait chanceuse, la plaie avait beaucoup saignée après un coup de hache, ça aurait pu être bien pire elle en avait conscience.

- J’ai été bien accueillie en gros. Ici c’est.. C’est pas des violents, j’veux dire, y en a beaucoup dont le compteur de Raclures tuées doit pas dépasser les douze. Mais voilà, je suis pas obligée de baiser pour gagner de l’argent. Non moi j’aide à gérer les stocks, puis je fais de la récup’. Je fais du bruit, je fous le bordel et je vis ma jeunesse de rebelle ! elle se remit à ricaner, Ma nouvelle vie est vraiment cool. On vit au château de Vincennes maintenant, si un jour tu veux faire coucou, pour une de tes quêtes tu hésite pas. On fait partie de ceux qui tirent pas à vue, bon, c’est aussi parce qu’on a pas assez d’armes mais évite de le dire à trop de monde..

Pendant qu’elle avait parlé, sa cigarette s’était pas mal consumée toute seule, du vrai gâchis mais ce n’était pas plus mal pour elle. Elle reprit une bouffée plus conséquente cette fois ci et laissa négligemment les cendres s’écraser sur le sol de son ancienne chambre.

- Du coup niveau affaires, ça roule toujours bien ? Les gens cherchent encore à récupérer des trucs après toutes ces années ? demanda Zoey, curieuse de savoir.

Le métier qu’avait choisit Marcy avait toujours un peu fasciné la bleue. L’idée sonnait classe, mais l’Humaniste avait toujours eu l’impression qu’un jour, plus personne n’aurait de quoi la faire travailler.
 

Codage par Libella sur Graphiorum



Past Life


She's never coming back.
D'you know what it's like to live with that ?
No one knows what it's like.
The only one who knew me, gone..
I know what you want and I can give it to you..
I am so tired.
...
Have you ever seen God ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marcy
Nouvel arrivant
Ven 6 Avr - 18:16
Marcy
Une fois Zoey servie, la détective tira une cigarette du paquet avec sa bouche. Puis elle sortit un zippo joliment décoré pour allumer les deux gauloises.

Elle avait commencé à fumer après le tout début de l'épidémie. Dépressive et angoissée elle avait essayé de trouver de quoi combler un peu le vide dans son cœur. Et quand tout a empiré évidemment cette manie aussi. Elle n'avait plus aucune raison d'arrêter. Elle savait déjà que ce n'était pas la cigarette qui la tuera. Alors à quoi bon s'en passer ?

Et puis être fumeuse pouvait lui servir. Proposer une cigarette à la bonne personne pouvait détendre une conversation ou servir de monnaie d'échange implicitement. Et puis bon, il faut bien l'avouer, elle aimait bien le style. Et la cigarette faisait partie du sien.

Elle tira longuement sur la cigarette tout en s'approchant du mur le plus proche pour s'y adosser, un pied à terre, un pied contre le mur. Elle souffla doucement la fumée sans que son sourire ne quitte ses lèvres. Elle écoutait attentivement son amie. Ses yeux brillaient plus qu'à l'accoutumé mais son regard était le même. Celui d'une personne chaleureuse et détendue, observant chaque détail d'une personne ou d'une pièce sans en avoir l'air.

Pendant que Zoey racontait, Marcy fit un petit geste à sa corneille qui se tenait toujours sur le rebord de la fenêtre. Presqu'immédiatement Bonnie voleta jusqu'au bras droit tendu de la détective puis vint jusqu'à son épaule pour y rester. Elle reprit une bouffée de cigarette qu'elle tenait de sa main gauche.

"Je connais Fanny, de nom. Mais je ne l'ai pas fréquenté. À part quelques exceptions je connais tout le monde à la Citadelle."

Et elle tenait des dossiers de tout ce monde. Elle aimait bien les dossiers la détective. Elle les tapait sur sa vieille machine et les rangeait dans un de ces meubles métallique dans lequel on rangeait des dossiers. Ça faisait partie de sa routine qu'elle se gardait, pour éviter de sombrer dans la folie. Ou pire.

"Tu sais, tu aurais eu bien du mal à me trouver sur facebook. C'est moi qui espionne les autres, pas l'inverse."

Ajouta t'elle d'un air amusé. Ponctuant ses phrases de tapotage sur sa cigarette pour faire tomber les cendres.

"Pourrie oui c'est bien le mot, de partout."

Acquiesça t'elle mi grave, mi détachée. Elle s'y était fait, c'était sa maison, mais elle savait reconnaître des fondations de merde quand elle en voyait.

Elle regarda, assez impressionnée, la cicatrice sur la jambe de son amie et ne pu s'empêcher de lâcher un petit sifflement, admiratif.

"Jolie. Remarque, au moins t'as pas perdu un truc important, genre un œil."

Dit elle un peu malicieuse. Bien entendu elle parlait d'elle même. Elle aimait bien dédramatiser un peu ce qui lui arrivait. Enfin sauf… vous savez bien.

"Mais tu sais, si tu me donne leur description je peux les retrouver ces gars. Une bonne vieille vengeance à l'ancienne ça te tente pas ?"

Elle tapota doucement son manteau du côté droit au niveau de la ceinture. Dessous s'y tenait son revolver, fidèle ami. Elle était mi sérieuse cependant, elle se doutait bien qu'une petite chasse à l'homme, même juste pour casser quelques tronches, ne serait pas du goût de tout le monde.

Puis Zoey raconta sa vie de château, littéralement. Elle semblait y avoir trouvé un bonheur certain, Marcy l'enviait un peu.

"Je ne pensais pas entendre ma nouvelle vie est vraiment cool un jour, surtout après… Tout ça. Je suis contente que ça vienne de toi, tu la mérite, cette vie heureuse."

Elle n'était pas seulement contente, elle était fière aussi de voir que Zoey avait pu s'émanciper de cette façon. Quand vint les questions sur son job, la détective baissa un peu les yeux, ce n'était pas reluisant ces derniers temps.

"Les affaires ça tourne de moins en moins malheureusement. Il n'y a pas beaucoup de nouvelles têtes et les gens perdent espoir petit à petit. J'essaye de m'adapter. J'échange des infos, ça il y en aura toujours je pense. Si ça ne s'améliore pas je me tournerais peut être vers autre chose."

Elle se pinçait les lèvres. Ce qu'elle avait en tête ne lui plaisait guère. Et c'était bien plus dangereux que d'aller fouiller dans de vieilles baraques. Elle secoua légèrement la tête puis la releva pour regarder Zoey. Elle la trouvait toujours craquante.

"En tout cas je suis très contente de te voir et que tu pense un peu à moi."
Libella, Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zoey Bourne
Membre
Localisation : Peut-être un peu paumée, tiens..
Dim 8 Avr - 19:51
Zoey Bourne




Avec
Colombe


Plus qu’une perruche.

Le petit commentaire par rapport à Facebook fit rire Zoey, elle souffla du nez seulement, mais c’était de bon coeur. Son sourire en coin, elle se demandait si Marcy aurait eu ou non du mal à la trouver elle, son compte Facebook. Chercher Zoey Bourne n’aurait probablement rien donné, à l’époque. Pas elle, en tout cas. Cela lui faisait drôle de penser à ça, alors elle ne chercha pas à le deviner davantage. De toutes manières Internet, c’était clairement du passé. Les satellites devaient dériver dans l’espace, les serveurs soit coupés, soit détruits, peut-être que les bâtiments avaient brûlés, s’étaient effondrés, elle n’en savait absolument rien. Ce compte resterait à jamais du passé et à moins d’un “ miracle “ elle ne serait plus jamais celle qu’elle avait autrefois été.

Peu après, Marcy lui avait proposé de l’aider à retrouver ces deux personnes qu’elle avait croisée dans les ruines et qui avaient failli la tuer ce jour là. En attendant de pouvoir lui répondre, Zoey y réfléchissait dores et déjà. Il fallait dire qu’elle n’écartait pas l’idée, elle la trouvait même sympathique, cette affaire là l’avait vachement remontée, mais de là à tuer ? Zoey n’était pas sûre de ce qu’entendait Marcy par vengeance, elle avait montré son flingue, et le siens, il fonctionnait, pas comme ce vieux truc poussiéreux qu’avait Zoey à sa ceinture. Alors.. Ouais, tuer, ce n’était pas son genre à elle.

Tout le reste de ce qu’avait dit Marcy n’était pas passé à la trappe, loin de là. Elle était fière de sa propre réussite et ne s’en cachait pas. Elle s’était tirée, elle avait réussi. Sa vie était paradoxalement meilleure depuis la fin du monde, niveau réussites. Quant aux affaires de Marcy, elle en était sacrément désolée. Se demandant ce qu’elle signifiait par autre chose, dans le genre reconversion, Zoey avait fait fort, mais celle que son amie envisageait n’avait pas l’air de lui plaire plus que ça. Il y avait peu de chances qu’elle ne finisse en prostituée au New Born, en tout cas. A cause de son caractère, déjà, et en plus elle avait un oeil en moins, ça ne plairait pas spécialement ni aux clients ni aux Jumelles. Bon. La bleue avait repris une bouffée avant de sourire à pleines dents.

- Ouais ça m’fait grave zizir aussi j’te jures ! J’aurais pas attendu ici pendant une heure et demi sinon. Nan, vraiment, c’est cool. J’espère pour toi que t’aura pas à te reconvertir daaans.. Dans je sais pas quoi en fait. T’as pas l’air enchantée.. T’aspires pas à faire la pute quand-même ?! J’te jure, ça serait con maintenant que je suis partie ! balança Zoey avec humour.

Elle s’approcha un peu d’elle contre son mur et leva sa main libre pour faire ce qui pourrait s’apparenter à un petit massage sur son épaule où sa perruche n’était pas posée.

- Nah, toi t’es balèze, mercenaire ? Tu trouvais des trucs, tu me proposes même de choper les deux pouffiasses qui m’ont fait ça à la jambe.. J’suis sûre tu pourrais choper des gens, avec ça. Tu veux que je te paie ? J’ai plus de capsules moi, j’ai que l’paiement nature.

Zoey lui offrit un clin d’oeil charmeur, mais la question restait entière quant à sa reconversion, aussi, l’Humaniste décida de lui poser directement une autre question qui allait plus ou moins de pair avec ce qu’elle venait de dire à l’instant.

- Quand tu parlais de vengeance, au fait, t’entendais quoi ? Enfin, j’sais qu’elles étaient tarées, mais y a eu un gros quiproquo à un moment donné, c’était l’bordel et tout. se contenta-t-elle d’expliquer sans aller dans les détails.


Codage par Libella sur Graphiorum



Past Life


She's never coming back.
D'you know what it's like to live with that ?
No one knows what it's like.
The only one who knew me, gone..
I know what you want and I can give it to you..
I am so tired.
...
Have you ever seen God ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marcy
Nouvel arrivant
Ven 20 Avr - 11:04
Marcy
Marcy sourit, entendre Zoey lui dire à quel point cela lui plaisait de la revoir lui donnait du baume au cœur.

"Non, pas pute. Je suis cliente moi je me vois mal passer de l'autre côté huhu."

Lui répondit elle sur le même ton humoristique. Elle avait énormément de respect pour les prostitués. Bien plus que pour la plupart des autres personnes de la Citadelle. Mais vraiment leur vie là bas n'avait rien de plaisante.

Son amie s'approcha, réveillant la curiosité de Bonnie qui l'observait en silence. Et l'intérêt de Marcy, sans vraiment comprendre pourquoi elle frissonna lorsque Zoey lui attrapa l'épaule.

"Je pense à mercenaire oui.
Mais je n'aime pas l'idée de tuer des gens pour de l'argent. Laisser d'autres choisir mes cibles, brr. Je ne veux pas dépendre des autres. Je ne veux pas recevoir d'ordres. Better be dead."


Elle laissa tomber son mégot qu'elle écrasa du bout du pied d'un air blasé. Elle gardait un certain sens moral et surtout un profond désir d'indépendance. On n'allait pas la dompter comme ça, surtout pas pour de l'argent.

Elle se ressaisit et sourit en voyant le clin d'œil de Zoey et mima un baiser avec ses lèvres. Elle lui caressa la joue du bout des doigts avant de lui répondre en la regardant tendrement dans les yeux.

"Tu sais, j'aime toujours passer du bon temps en bonne compagnie. Mais je ne veux pas être payée. Je veux faire ça pour toi. You know, n mémoire de ce qu'on a traversé. Et puis, on est pas à la Citadelle. Laissons le business là bas."

Elle laissa glisser sa main une dernière fois sur la joue de Zoey et rentra les mains dans ses poches.

"Je pensais simplement à leur donner une leçon. Après c'est toi qui décide de la leçon. Leur faire peur. Taper leur face. Casser des genoux. Je ne parle pas de les tuer. Après si t'as juste besoin d'un bodyguard pour discuter avec eux plus sereinement je suis partante aussi."
Libella, Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Zoey Bourne
Membre
Localisation : Peut-être un peu paumée, tiens..
Dim 22 Avr - 13:43
Zoey Bourne




Avec
Colombe


Plus qu’une perruche.

Zoey frappa deux fois dans ses mains avant de lever les bras, ses indexes pointés vers le ciel, ou plutôt le plafond dans le cas présent. Elle avait tapé dans le mille avec le coup de la mercenaire visiblement, son sourire ne dura cependant pas très longtemps puisque Marcy parlait sérieusement et l’Humaniste s'efforçait de le rester elle aussi. Zoey ne comprenait pas vraiment, pour elle mercenaire c’était justement ce qu’elle disait ne pas vouloir faire. Recevoir des cibles par des gens qui voulaient s’en débarrasser et se faire payer pour les flinguer. Après, peut-être se fourvoyait-elle, peut-être qu’il y avait d’autres alternatives dont elle ne connaissait pas les spécificités.

Imitant plus ou moins Marcy, Zoey tira une dernière longue bouffée de sa cigarette avant de jeter le peu qu’il en restait sur le carrelage, un mince filet de fumée s’en échappait dans le coin de la pièce. Pour elle, l’argent c’était plus ou moins de l’histoire ancienne, il lui restait pourtant une chiée de capsules dans sa chambre à Vincennes mais elles ne lui servaient qu’en de rares occasions, généralement, elle ne faisait qu’en donner aux autres pour qu’ils aillent lui acheter des choses à la Citadelle, ne pouvant plus y aller elle-même il lui fallait bien ça..

Les doigts de son amie posés subitement sur sa joue la surprirent un peu et elle posa son regard dans celui de Marcy. C’était bizarre, ça lui rappelait les souvenirs de la Citadelle où elle n’était qu’une prostituée, de mauvais souvenirs, mais ceux avec Marcy n’étaient pas désagréables. Elle hocha la tête en faisant la moue, clairement elles n’étaient pas à la Citadelle, là. Elles en avaient vues des choses dans ce trou à rat, ce n’était pas pour s’en remémorer le pire lorsqu’elles n’y étaient plus.

Elle finit par pouffer de rire à la dernière intervention de Marcy, elle n’en savait rien, mais c’était drôle puisque le dialogue avec elles était totalement impossible.

- Elles parlent même pas français, c’est des.. Russes, ou p’têt des allemandes j’sais pas. Avec l’accent à couper au couteau comme il faut, si ça se trouve elles sont retournées chez elles, mais.. Péter leurs genoux ça pourrait le faire. J’teeee.. J’t’en ferais part si jamais l’envie me vient de faire quelque chose du genre ma colombe. dit-elle avec un sourire amusé mais quelques peu distant.

Elle réfléchit quelques instants avant de se dire un ” Bon et puis, merde. “ interne après lequel elle décida d’avancer d’un ou deux pas pour rejoindre Marcy et l’embrasser avec une passion certaine atténuée d’une tendresse intense. Le baiser ne dura pas excessivement longtemps et Zoey se recula pour s’adresser à elle.

- Eh, t’as bien dis en mémoire de ce qu’on a traversé, hein ! s’exclama-t-elle d’une voix malicieuse.

Codage par Libella sur Graphiorum



Past Life


She's never coming back.
D'you know what it's like to live with that ?
No one knows what it's like.
The only one who knew me, gone..
I know what you want and I can give it to you..
I am so tired.
...
Have you ever seen God ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Epidemie :: Paris :: Le XIème arrondissement :: Lycée Voltaire-
Sauter vers: