RSS
RSS

 

 :: Bureau :: Les survivants :: Les fiches validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Anton Pendragon
Modérateur
Messages : 131
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 23
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 10 Déc - 18:35

Âge : 30 ans
Groupe : indépendant (solitaire)
Nationalité/origines : Français
Immunisé : ne sais pas
Situation conjugale : célibataire
Situation familiale : seul
Place dans le clan/tâche : /
Arme : MAS36

Carnation : Blanc
Taille : 188 cm
Corpulence : 90 kilos
Cheveux : brun, assez courts
Yeux : vert
Style vestimentaire : tenue militaire.
Signe distinctif : il est toujours accompagné de son chien

ft. ... de ...
Anton Pendragon
Trop bon, trop con ! C'est un peu le résumé de ma vie, du moins celle que j'avais avant l'épidémie. J'étais tellement au service de mon prochain et j'étais tellement obsédé par le fait de le protéger que j'en ai cramé ma propre vie ! Ouais, je crois qu'on peut dire ça comme ça. J'étais gendarme à l'époque et pas le petit gendarme tout mignon et bedonnant qui vous écoute lors d'une plainte pour tapage nocturne. Non, moi j'étais dans le GIGN, et ouais !

A l'époque, je saluais le drapeau, je me mettais au garde à vous et j'adorais ça ! C'était toute ma vie, le devoir et l'honneur. Enfin, vous avez saisis l'idée. Je vivais boulot, je mangeais et dormais boulot. Même mes loisirs avaient un rapport de près ou de loin avec le travail. Course, tir, vélo, paintball, airsoft, natation. J'étais tellement dans mon délire que j'en devenais presque unidimensionnel. Quand mes collègues sortaient et faisaient la fête, je restais chez moi à démonter mon arme de service.

Au final; je me suis retrouvé à 28 ans sans jamais avoir eu de réelle copine, et avec pour seule compagnie mon bouvier bernois. Je commençais un peu à me sentir seul et à percevoir la réelle opinion que les gens avaient de moi dans mon service. Dans mon dos, j'entendais les murmures " bah, il est puceau j'en suis certain" ou "laisse, on le fera faire à Anton". L'une des choses que j'avais le moins apprécié ce fut " il se prends trop au sérieux".

Vous devez vous douter que je ne suis plus vraiment comme ça maintenant. Depuis l'invasion des zombars et la fin de la France ( peut-être du monde, mais ça je ne sais pas); j'ai une règle. Mon chien et moi on mange et les autres non. Enfin, pour être exact, celui qui touche à mon chien mangera du plomb ! Puisque la fin du monde redistribue les cartes pour une nouvelle partie du destin, j'ai décidé de m'amuser au maximum ! Chasser, voyager, vivre ! Retourner de temps à autre à la citadelle pour aller voir une fille. Voilà mes nouvelles passions. Je ne m'occupe plus que de moi en profitant du temps qui passe et en vivant selon mon bon souhait.

Je rajouterais quelques mots sur moi-même, ce sont des traits de mon caractère qui n'ont pas réellement changé depuis la fin du monde. Je suis fan de métal et j'adore écouter de la musique. J'ai toujours avec moi un livre ou deux, pour s'occuper les longues nuits d'hivers. Ils font partis des quelques sujets que j'adore aborder dans une discussion.

Maintenant, dites-moi ? Je vous plais toujours ?
Avant l’invasion

Mon histoire ? Je suis né dans le nord de la France, en 1994. La date exacte et le lieu ne vous seront pas utiles. Ma vie fut relativement heureuse, des parents normaux, une petite maison de banlieue. Je n'avais pas de notes exceptionnelles... Bref, j'étais un mec chiant ! Ce qui me démarquait le plus était que je sois serviable, très serviable. On me le disait tout le temps, je rendais toujours service et comme j'étais plus grand que la plupart des autres, je protégeais les petits.

Enfin, j'essayais du moins. Car grand ne veut pas dire fort et de nombreuses fois j'ai finis au tapis. C'est une des raisons qui m'a poussé à rejoindre les forces de l’ordre. Je voulais apprendre à mater ces petits cons qui dictaient leurs lois, en me mettant au service de grands con qui dictaient leurs lois. Ouais bah chut ! On peut tous être incohérent dans sa vie !

Donc à la sortie du bac, en... 2012, c'est bien vous suivez. Je me suis engagé dans la gendarmerie, plus précisément dans la gendarmerie mobile. J'avais envie de voir un peu le monde et de profiter de ma jeunesse. Impliqué comme je l'étais, j'ai pas tardé à monter en grade.

Pour entrer dans le GIGN, il faut:

- avoir des états de services impeccables : check

-être dans la gendarmerie depuis 5 ans : check à partir de 2017

-être apte physiquement: check, enfin je croyais vu comment j'en ai chié.

Donc, à partir de la belle année 2020, j'ai été officiellement intégré à l'une des équipes d'interventions de cette prestigieuse brigade. Pendant quatre ans, j'ai vécu aux rythmes des interventions et des cérémonies. Je n'accordais mon temps libre qu'à mes passions et à mon chien.

On m'a offert mon chien, un bouvier bernois nommé "Téméraire" pour ma promotion au grade d'adjudant. Mon fidel ami à maintenant cinq ans et m'a sauvé la vie de nombreuses fois. Oui c’est cliché et non je n’en ai pas honte. Enfin voilà, je n’ai pas grand-chose d’autre à raconter sur ma vie avant l’invasion. Si, je vais seulement vous expliquer pourquoi je me balade avec un fusil ayant presque un siècle sur le dos.

En dehors de mes heures de travail, je pratiquais le tir à l’arme règlementaire. Derrière cette appellation, vous trouvez des gens qui tirent sur des cibles avec des anciennes armes de l’armée française. Pour avoir le droit de faire ça, il faut une autorisation de la préfecture. Alors autant vous dire qu’on n’était pas nombreux lors des compétions et presque tous étaient des policiers ou des chasseurs. Donc, quand j’ai décidé de commencer ce genre de compétions j’ai opté pour un MAS36 de l’armée française, une arme qui avait fait la guerre d’Algérie, qui sait peut-être que c’était l’arme du vieux papy lepen ?

Enfin bref, j’ai assez parlé pour ne rien dire ! Je vais maintenant vous raconter comment ma vie à basculée.

Pendant l’invasion

Quand les premiers cas de zombifications sont apparus, tout le monde pensait que c’était une plaisanterie. Dans la caserne, on pensait que c’était juste des illuminés qui faisaient du cannibalisme et que des gens un peu con décidaient de faire des zombies-walk en hommage. J'ai vite déchanté quand on a reçu l'ordre de tirer dans la foule et quand j'ai vu mes premiers camarades se faire transformer en kebab. Tout s'est très vite enchainé après ça, nos unités se sont fait anéantir les unes après les autres. Les ordres ne venaient plus et bien vite, nos vites nous nous sommes mis à opérer seuls, moi et les quelques survivants de mon unité.

J'ai encore du mal à expliquer ce qui s'est exactement passé durant ces jours de chaos sans nom... Tous n'est que souvenirs flous, entrecoupés de cinglant éclats de lucidité. Je me rappel avoir collé une balle dans la tête d'un de équipiers car il ne voulait pas que j'aille chercher mon chien. Je me souviens aussi très clairement du bruit des chasseur-bombardiers qui fusaient au dessus de la ville. Je voyais dans la nuits les explosions et la lueurs des flammes qu'ils laissaient sur leur passage. Vous avez déjà entendu un humain brûler vif ? Moi oui... et ça sent pas bon non plus !

Dans un Paris infesté de monstres mangeant autant que des américains, j'ai décidé de me cacher dans mon ancienne caserne. C'était un endroit relativement sûre avec de la nourriture, des lits et un accès aux armes. Hélas pour moi, l'armurerie avaient été énormément pillée entre-temps. La plupart des armes automatiques, des pistolets et des fusils à pompes avaient disparus. Les munitions 9mm, 5.56 mm et autre calibre .12 manquaient à l'appel. En revanche, et heureusement pour moi. Les pillards avaient négligés les munitions de 7.62 mm, il faut dire que les armes tirant ça sont pas les plus nombreuses. Je vous explique, vous avez les armes de précision qui la tire, les ak-47 ( en gros)

et... et... les fusils à verrou datant de la seconde guerre mondiale ! C’est-à-dire, par exemple, un MAS36 fabriqué en 1946.

Bon, je vais arrêter de vous bassiner avec les histoires de munitions et d'armes. Pour résumer, j'avais de quoi me défendre, un chien et assez de nourriture et d'eau pour tenir quelques temps. Alors je suis resté caché dans la gendarmerie, regardant la fin de Paris depuis ma planque. Les avions se firent rares dans le ciel, les hordes mortes se dispersèrent et les survivants se rassemblèrent comme ils pouvaient. Plusieurs fois, des gens vinrent chercher des restes dans la caserne. A ce moment là, soit je me cachais soit je les virais par la force.

Je ne sais plus au bout de combien de temps je me suis enfin décidé à sortir. Je crois que j'en avais marre de ne jamais bouger, de toujours faire la même chose. J'ai bien fait je crois, car j'adore ma nouvelle vie.

Maintenant

Quand je dis "maintenant" c'est une façon de désigner le moment où je me suis décidé à bouger de la caserne et le moment où je suis actuellement.

J'ai commencé à arpenter les rues, chassant, survivant, récupérant ce qui pouvait me servir. Je restais autant éloigné que possible des autres groupes que je croisais. Puis finalement les choses ont commencées à s'organiser dans l'ancien Paris.Différents groupes se sont formés et ont repris une vie civilisée.

Par hasard j'ai rencontré un groupe de soldats en tenu hazmat. A l'époque je portais encore ma tenue de combat du GIGN et nous avons pu échanger quelques mots. A distance respectable et fusil pointés sur moi. C'est par eux que j'ai appris l'existence de la citadelle et des autres clans. Comme j'avais faim, je m'étais décidé à aller voir de quoi il en retournait et je dois dire que je ne fut pas déçu.

La citadelle portait vraiment bien son nom, solidement défendue qu'elle était. Une fois dedans, j'ai découvert ce qui me manquait: un lieu où me reposer brièvement et où prendre du bon temps. Vous savez quels sont les deux premières choses que j'ai fait ?

1- allez vendre mon vieux pistolet à la boutique.

Non, rassurez vous je vais très bien. Si j'ai décidé de m'en séparer, c'est pour plusieurs raisons. C'était une arme relativement fragile et j'avais peu de munitions. Alors autant le vendre tant qu'il était en bon état. J'en ai tiré un sacré paquet !

2- Avec l'argent je suis allé voir une fille !

Vous saviez ça faisait combien de temps que j'avais pas touché une dame ? 6 ans ! 6 années de chasteté. Je vous laisse deviner l'état d'excitation dans le quel j'étais quand j'ai vu ces charmantes créatures.

Depuis ce jour, j'ai adopter une sorte de schéma bien rôdé. Je parcours les ruines tel un prospecteur, vivant au jour le jour. Je rassemble tout ce qui a de la valeur utilitaire ou marchande ( souvent les deux) et puis je vais vendre tout ça à la citadelle. Là bas, je prends un bain ( je suis souvent assez riche), une fille, un bon repas. Des fois tout en même temps ! En dehors de ça je n'ai plus vraiment de but. Je me contente de profiter de la vie et de me faire plaisir autant que je peux avant ma mort.

Un petit mot sur mon chien

J'ai encore deux trois choses à vous dire sur moi, après je vous laisse en paix.

Téméraire est, comme je vous l'avais dit, mon chien. Il s'agit d'un bouvier bernois mâle doux comme un agneau, avec moi. De l'ancien monde il est la seule chose que j'aime encore ( la seule chose vivante du moins). Je suis extrêmement attaché à lui et j'ai plusieurs fois risqué ma vie pour sauver la sienne. Notamment lors de rencontres avec des bandits, qui ne voyaient en lui qu'un repas et un manteau.

Durant les longues nuits passées dans des ruines, il était la meilleure alarme dont on pouvait rêver. Plus d'une fois il me réveilla avant l'arrivé des morts ou de bandits. Je lui dois ma vie et probablement ma santé mentale

En un mot, il est mon meilleur ami en ce bas monde.

Pseudonyme : Maelkran
Âge : 23
Blabla
: Moses m'a obligée à venir
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 141
Date d'inscription : 13/11/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 10 Déc - 23:18
Aloha. Ta fiche est finie ? :)


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 141
Date d'inscription : 13/11/2016
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Déc - 19:04
TOUT EST OK N'OPAIN (en caps lock héhé). Du coup je te valide et t'ajotue ta jolie couleur rouge. Pense au bottin a avatar.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Epidemie :: Bureau :: Les survivants :: Les fiches validées-
Sauter vers: