AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
Le profil de vos personnages a été modifié, pensez à le mettre à jour !
Un nouveau clan a vu le jour: la meute !
Ayez une petite pensée pour le forum en votant sur les tops sites...

 :: Paris :: Le XIème arrondissement :: Les rues et ruines Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Des bibelots pour une mécano [Soo-Yun]

 :: Paris :: Le XIème arrondissement :: Les rues et ruines
avatar
Adeline Swindell
Membre
Localisation : Dans son atelier
Jeu 1 Fév - 16:54
Adeline Swindell
Avant d'aller se promener, Adeline avait enfilé son grand manteau noir qui la couvrait jusqu'aux pieds et où elle cachait sa grosse clef à molette au cas où elle devrait broyer des crânes. En essayant de prendre le moins de risques possible elle s'était décidée à fouiller les garages du coin en espérant y trouver des pièces de rechanges ou quelque objet pouvant l'intéresser pour des projets futurs. Valait mieux avoir une petite réserve de pièces au cas où, ça évitait de devoir sortir en urgence quand elle en aurait besoin.

C'était un jour plutôt calme. La mécano longeait les petites rues pour éviter d'être trop visible. Elle avait sa grande capuche noire sur la tête pour la même raison. Malgré sa démarche boiteuse et l'utilisation de sa canne elle se déplaçait à bonne vitesse. Malgré tout elle n'était pas d'une discrétion extraordinaire et préférait donc uniquement zoner dans les quartiers qu'elle savait calmes.

Elle portait un sac en bandoulière, sous son manteau pour la discrétion et étouffer quelque peu les bruits de ferraille à l'intérieur. Elle sortit des ruelles pour s'aventurer dans une rue un peu plus large et repéra ce qu'elle cherchait : un garage. Il était à moitié effondré mais on pouvait quand même y voir une voiture un peu surélevée mais bien abîmée et un petit meuble à roulette renversé et cabossé qui servait à stocker différents outils.

Voilà qui semblait prometteur. Elle s'approcha tout d'abord du meuble en question pour le relever et ouvrir un à un les tiroirs. Beaucoup étaient vide mais il restait quelques clefs et tournevis. Elle prit le tout qu'elle fourra dans son sac et s'intéressa ensuite à la carcasse. Elle jeta un coup d'œil aux alentours et après avoir ainsi vérifiée qu'elle était seule elle posa sa canne contre le véhicule et se glissa dessous pour voir un peu quelles pièces elle pourrait récupérer.
Rien n'est aussi fiable qu'une poignée d'engrenages bien huilés.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Soo-Yun
Membre
Localisation : Dans ses quartiers.
Jeu 1 Fév - 23:13
Soo-Yun
Une journée bien calme s'annonçait pour Soo-Yun. La sentinelle de l'Espoir avait été envoyée en mission de reconnaissance sur le terrain dans les rues du XIème arrondissement de la capitale environ une demi-heure avant l'escouade de récupérateurs. L'idée était simple, sécuriser la rue objectif en la surveillant depuis un point culminant et tenir les soldats en approche informés de l'évolution des choses. Soo-Yun avait dressé son petit camp, installée sur le toit d'un bâtiment sur lequel elle avait pu monter en empruntant une échelle. De cette manière elle savait qu'elle ne serait jamais dérangée par un cadavre ambulant. Ce n'était pas le plus haut, mais la rue était bien dégagée et très peu de vitres semblaient brisées ou fragiles, typique de ce secteur qui n'avait pas trop subit les bombardements. Logiquement, aucun infecté ne devrait avoir la force de briser un carreau pour aller s'abattre sur les soldats en dessous, et quand bien-même, ces derniers l'entendraient sans aucun doute.

La trentenaire qui n'en était déjà presque plus une s'était allongée sur le ventre, son fusil de sniper posé sur son bipied et équipé d'un silencieux ne lui avait pas encore servit. Elle n'avait aperçu que quelques infectés vagabondant ça et là, s'étant éloignés sans faire d'histoire.

- Eh, t'en veux une bien bonne ?

C'était la radio, Greedy. Toujours à la déranger, il faisait partie de l'escouade de récupérateurs du jour, ils devaient encore êtres à la base en train de finir de se préparer et attendant le feu vert. Soo-Yun soupira, toujours allongée, son œil quitta la lunette de son fusil. Réajustant correctement la paire de lunettes sans verres de Marie, elle tendit le bras pour attraper sa radio et l'approcher de sa bouche, articulant un simple mot.

- Non.
- Ok, alors c'est un mec qui entre dans un bar en annonçant haut et fort " c'est moi ! " ...

Silence radio. Greedy devait pourtant savoir qu'elle ne demanderait pas à savoir la chute. D'autant qu'elle la connaissait déjà.

- ... Mais en fait, c'était pas lui !
- Hilarant. ... Attends, mouvement. rétorqua Soo-Yun d'une voix monotone.
- Sûrement mon public cherchant à m'acclamer.

Elle ne souleva pas. Laissant sa radio de côté, elle avait vu surgir d'une ruelle une silhouette. Même pas besoin de regarder dans la lunette, la personne se trouvait juste sur le trottoir d'en face. Munie d'une canne, le premier réflexe de Soo-Yun fut de se demander ce qu'un vieillard fichait en pleine rue. Sa langue claqua silencieusement contre son palet lorsqu'elle le vit pénétrer le garage en face de son perchoir. Vraisemblablement, elle n'était pas repérée. Elle observa distraitement la personne qu'elle ne pouvait plus très bien voir, voire plus du tout.

Une trentaine de secondes plus tard, un infecté curieux, l'ayant probablement entendue claudiquer là-dedans, se laissa guider vers le garage.

- Les alentours, vérifie les alentours.. murmura Soo-Yun en commençant à ajuster son viseur sur le crâne du contaminé. La cible était si proche, c'était un jeu d'enfant.

Une seconde, deux, trois.. D'ici peu le crâne du contaminé ne lui serait plus visible une fois passée l'embrasure du garage ouvert. Que faisait le vieillard ? Pas question de prendre ce risque, l'infecté allait presque échapper à la vigilance de Soo-Yun et il n'était pas encore à terre.

Elle pressa la détente et un grand bruit sourd retentit. Suivit de celui de l'impact, quasiment instantanément pour ensuite finir sur le son macabre du corps inerte tombant mollement au sol au même titre que son sang pâteux de contaminé. Soo-Yun releva la tête, observa à gauche, à droite, la voie était libre. Elle se redressa en gardant un genoux à terre, son arme posée sur son bipied, récupérant la radio.

- J'ai un survivant. Retardez la mission de quelques minutes, attendez mon signal.
- Reçu, en attente. confirma oralement Greedy, retrouvant subitement son sérieux dans ce genre de situations.

Pour autant qu'elle en savait, ça pouvait être un piège. Elle resta là à attendre que la personne ne revienne dans le champs de vision de Soo-Yun.




Merci, Pia.:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Adeline Swindell
Membre
Localisation : Dans son atelier
Ven 2 Fév - 11:04
Adeline Swindell
Oh bon sang. Dans l'ambiance silencieuse de la rue le coup de feu la fit sursauter. Et paniquer. Quelqu'un avait du la voir. Merde. Elle devait se sortir de là. Déjà de dessous la carcasse. Ensuite du garage.

Elle se glissa hors de sa cachette mais du côté opposé pour ne pas être exposée. Derrière la voiture elle fit le tour de la pièce du regard. À moins de vouloir creuser les débris la seule sortie visible était par là où elle était entrée. Elle pu également voir la tête d'un infecté sur le sol du passage qu'elle avait emprunté. Avec un joli trou dans le crâne.

Peut être n'était-ce pas elle finalement qu'on avait voulu viser mais… elle ne pouvait prendre de risque. Et elle devait récupérer sa canne de l'autre côté du véhicule. Elle n'avait aucune idée d'où le tireur pouvait se trouver. Il pouvait aussi bien se trouver dans la rue que dans les bâtiments alentours. Prudemment elle contourna la voiture, la main droite sur sa clef à broyer des crânes, au cas où. Elle récupéra sa canne d'un geste et se plaqua contre le mur le plus proche derrière une étagère.

De là elle pouvait observer discrètement la rue et les quelques immeubles face au garage. Elle plongea sa main gauche dans son sac pour en sortir une moitié de jumelle. Avec, elle commença à scruter les étages visibles un par un en commençant par le bas.
Rien n'est aussi fiable qu'une poignée d'engrenages bien huilés.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Soo-Yun
Membre
Localisation : Dans ses quartiers.
Ven 2 Fév - 15:10
Soo-Yun
Elle était restée ainsi à attendre sur le toit. Aucun mouvement n'avait attiré son attention que ce soit dans la rue ou dans le garage. Elle observait l'entrée sans rien entendre non plus. Il ne devait y avoir aucun infecté avec le civil dans le garage, sinon elle serait certainement capable d'entendre des bruits de lutte, au moins ça. Non. Le bâtiment était vide, le civil était plus qu'au courant de la présence de Soo-Yun toute proche d'elle. Son fusil avait beau être équipé d'un silencieux, un tir de ce genre de calibre, 7,62n ça n'était pas facile à étouffer. S'ajoutait à ça le silence de mort qui régnait sur la capitale et sa banlieue.. Elle soupira. Elle comprenait la méfiance, c'était toujours comme ça depuis ces dernières années, même les deux sœurs qu'elle croisait encore régulièrement ne lui faisaient sûrement pas entièrement confiance. Certaines fois, c'était même pire juste à cause du fait qu'elle fasse partie de l'armée. Enfin bon.

Cela étant dit, Soo-Yun ne pensait pas qu'il s'agissait d'un piège quel qu'il soit. Rien n'avait bougé, pas même une feuille morte depuis le tir. Aucun son, rien. Cela était valable pour les vivants comme pour les morts. Soudain, un infime jaillissement de lumière. Un flash ? Non. Un reflet du soleil. Quelqu'un l'avait peut-être repérée, elle se recula vivement.

- C'est un type seul. Vous pouvez partir. Je change de position,
pas de couverture radio pendant les trois prochaines minutes.
finit par annoncer Soo-Yun à la radio à l'attention du groupe de récupérateurs.

Greedy confirma et Soo-Yun se redressa lentement, la porte du garage bien en vue, elle replia son bipied, accrocha la sangle de son arme et la passa à son épaule. Ce civil n'était pas une gêne, ou alors seulement occasionnelle, mineure. Soo-Yun n'avait même pas vu d'arme sur lui, seulement une canne. Mais son habit était ample, alors rien n'était sûr. Abandonnant le reste de ses affaires pour le moment, elle marcha jusqu'à l'autre bout du bâtiment,rejoignant l'échelle branlante et la descendant rapidement. Elle espérait presque que le civil se soit enfui pendant ce laps de temps, elle pourrait ainsi trouver une nouvelle zone sûre depuis laquelle couvrir les récupérateurs dans le calme. Elle détestait être au sol comme ça, à découvert, dans cet environnement, elle ne pouvait seulement se servir de son Glock. Excellente défense contre les infectés en petit nombre, c'était généralement peu dissuasif pour les groupes les mieux équipés ou un grand nombre de zombies.

Elle fit le tour, longeant les murs, son Glock n'était pas équipé d'un silencieux alors un seul tir et les choses pouvaient déraper. Elle retrouva le garage dans son champs de vision et se plaqua rapidement contre une ancienne berline à moitié calcinée recouverte d'un peu de mousse et dont le squelette du conducteur se décomposait dans l'habitacle. L'odeur d'essence et de mort agressait ses narines, c'était aussi ça qu'elle n'aimait pas avec le fait d'être au sol, les odeurs.

La soldate brandit son pistolet en direction du garage, les bras sur le capot et un genoux à terre. Moins à l'aise avec les armes de poings, à cette distance elle ferait tout de même mouche si quelqu'un tentait de jouer les héros.

- Je vais vous demander de sortir là où je peux vous voir avec les mains bien en évidence ! dit-elle soudain d'une voix ferme, presque agacée, Je ne vous veux strictement aucun mal, je suis de l'armée. Ne faites pas d'histoires.

Elle regretta presque d'avoir avoué qu'elle était de l'armée. Parfois, ça rendait les choses pires, mais d'autres fois non. C'était un peu pile ou face, avec un peu de chance cet inconnu n'avait pas perdu sa femme à cause d'un barrage militaire durant le temps de la crise, ou quelque chose du genre. Pour le moment, elle attendait.




Merci, Pia.:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Adeline Swindell
Membre
Localisation : Dans son atelier
Ven 2 Fév - 16:55
Adeline Swindell
Ça avait bougé non ? Elle n'était pas sûre. Elle jeta de nouveau un coup d'œil avec son bout de jumelle mais il n'y avait rien là haut. Contre une arme à feu quelle qu'elle soit elle ne pouvait rien faire de toute façon. Elle pouvait essayer de courir mais avec son sac quasi plein elle n'irait pas bien vite et serait une cible facile. Bon. Que faire ? Attendre ? Combien de temps ?

Sans doute l'avait on repéré. Peut-être que quelqu'un viendrait la déloger ? Toujours envisager le pire. Elle rangea sa jumelle puis longea l'étagère derrière laquelle elle s'était planquée et le mur jusqu'à l'unique ouverture vers l'extérieur, par là où elle était entrée. Dos au mur elle se préparait au cas où. Elle hésitait à sortir son arme mais préférait paraître inoffensive, au cas où. Elle garda sa main droite bien déçu quand même pour la sortir rapidement.

Elle entendit des bruits se rapprochant. Son cœur battait la chamade et elle se préparait à dégainer sa clef broyeuse sur ce qui passerait l'ouverture mais rien n'arriva. Enfin si, mais ce n'était qu'une voix. Sans doute l'autrice du coup de feu, qui d'autre ? Donc elle était armée. Et de l'armée. Aucun mal qu'elle disait. La mécano était méfiante mais faisait facilement confiance.

Que pourrait elle faire d'autre ? Attendre qu'on vienne la chercher à l'intérieur ? Quelqu'un avec une arme ne prendrait pas un tel risque. Il suffirait de l'attendre dehors, elle était coincée. Elle avait déjà bien moins peur. Au moins elle savait de quoi il retournait.

- V'savez qu'c'est pas b'en rassurant c'que vous m'dites là ?

Lâcha t'elle. C'est vrai quoi, c'était pas une façon de saluer les gens. Toutefois elle s'exécuta, elle sortit, toujours s'appuyant sur sa canne, montrant la paume de sa main droite. Une fois à l'extérieur elle se stoppa. Elle était toujours dans son grand manteau noir, la capuche cachant une partie de son visage. Elle leva les mains presque bras tendus devant elle jusqu'au niveau de sa tête. Sa main gauche tenait la canne par la poignée, sa main gantée montrait toujours sa paume.

- Comme ça ça vous va ?

Elle avait dit ça d'une voix qu'elle voulait conciliante. La dernière de ses envies était de se faire d'avantages d'ennemis.
Rien n'est aussi fiable qu'une poignée d'engrenages bien huilés.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Soo-Yun
Membre
Localisation : Dans ses quartiers.
Ven 2 Fév - 21:30
Soo-Yun
 
Des bibelots pour une mécano

Soo-Yun se sentait beaucoup trop exposée là comme ça, en pleine rue. Elle jetait des coups d’œils à droite et à gauche de manière régulière pour vérifier qu'aucun infecté ne soit en train de lui arriver sournoisement dessus et, mauvaise nouvelle, au bout de la rue l'un des leurs était en train de se hasarder dans sa direction. Il ne l'avait peut-être pas vue, il n'en avait même pas l'air d'ailleurs, pour l'instant. D'un instant à l'autre il la repérerait, comprendrait qu'il a face à lui une survivante par elle ne savait quel moyen mystique et essaierait de la dévorer. Mieux valait ne pas traîner là. La tireuse d'élite était généralement celle qui couvrait les autres, et elle y était très bien. N'ayant pas du tout l'habitude de se retrouver en position de fer de lance sans personne pour couvrir ses arrières, ça l'agaçait. Mais finalement, le survivant inconnu qui en fait était une femme, lui répondit sans pour autant sortir de sa planque.

Avait-elle droit à l'un de ses petits plaisantins qui refuserait de sortir et ferait traîner la situation en longueur ? Bizarrement, non, elle n'en avait pas l'air. Encore moins lorsqu'elle sortit effectivement, mains en évidence. Sa voix avait trahit une certaine innocence, le genre d'innocence qu'elle n'avait pas entendu depuis très longtemps. Qu'à cela ne tienne, elle avait face à elle un potentiel problème, dès qu'elle aurait le dos tourné il se pouvait très bien qu'elle ne sorte une arme de son immense manteau qui lui donnait des airs de Sénat Galactique pour lui tirer dessus, par contre, cette espèce de canne était-elle vraiment son unique arme ? Et ses cheveux étaient bien roses ou alors elle avait des problèmes de vue ? Sur quel drôle de personnage était-elle encore tombée. Pas le temps de lui demander, surtout même pas l'envie. Soo-Yun jeta un œil sur le côté, un autre infecté rôdait au loin. Cette situation était la rendait quelques peu inconfortable mais c'était loin d'être insurmontable. La soldate se redressa à moitié.

- Oui, ça ira. confirma-t-elle avant de s'interrompre pour observer les infectés approchant, C'est pas bon de rester à découvert comme ça. Mieux vaut retourner à l'intérieur.

Elle n'en rangea pas pour autant son Glock, gardant seulement ses deux mains dessus, l'inconnue et les zombies dans son champs de vision avant de pénétrer le garage, enjambant le cadavre de l'infecté qu'elle avait abattu au préalable.

- Ne pas surveiller ses arrières, c'est pas bon non plus.
dit-elle en même temps.

Une fois à l'abri du champs de vision des morts, Soo-Yun se sentait déjà mieux,
ce n'était pas visible puisque son expression restait neutre. Il fallait quand-même qu'elle fasse avec sa présence pour le moment, et qu'elle recontacte Greedy. Saisissant sa radio, l'extirpant de sa ceinture, elle s'activa.

- Le civil n'est pas hostile, mais je n'ai plus la hauteur. On est bloquées dans un.. Un garage, pour l'instant. Deux infectés en approche, peut-être plus, on va la jouer fine en vous attendant.
- Reçu, on sera là d'ici une vingtaine de minutes tout au plus,
tenez bon. Eh, le civil, si vous m'entendez, évitez de la tuer, c'est ma copine !


Soo-Yun coupa sèchement la radio.

- Je ne le suis pas. Vous êtes seule ?
Codage par Libella sur Graphiorum




Merci, Pia.:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Adeline Swindell
Membre
Localisation : Dans son atelier
Lun 5 Fév - 10:36
Adeline Swindell
Quand la militaire lui répondit que ça irait, la mécano baissa immédiatement les mains, reposant sa canne à terre pour pouvoir de nouveau s'appuyer dessus. Elle ne pu s'empêcher de rétorquer avec un ton d'amusement teinté d'agacement.

- Je n'serais pas à découvert si vous m'aviez pas fait sortir d'là.

Elle retourna dans le garage sous surveillance de l'inconnue. Pour l'instant elle s'en sortait bien, en tout cas plus de peur que de mal. Elle n'était même pas blessée. Mais ça ne l'empêchait pas d'être légèrement agacée par cette militaire qui, il faut bien le dire, l'avait menacé de son arme. C'est quelque chose qu'elle comprenait, mais qu'elle n'appréciait pas.

Une fois à l'intérieur elle ne resta pas inactive, elle s'approcha d'un capot de voiture qui traînait au sol. S'accroupit et posa sa canne au sol. Puis elle s'affaira dans son sac pour en sortir un bout de tissus épais. Elle s'occupait ensuite de bricoler le tout pendant que sa camarade d'infortune parlait à son talkie. Elle se tourna vers elle pour lui répondre. Toujours mi amusée, mi agacée. La situation ne lui plaisait guère.

- C'est une proposition ?
Z'êtes pas un peu vieille pour moi ?

Rien n'est aussi fiable qu'une poignée d'engrenages bien huilés.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Soo-Yun
Membre
Localisation : Dans ses quartiers.
Lun 5 Fév - 11:10
Soo-Yun
Des bibelots pour une mécano

Soo-Yun resta postée proche de l'entrée pour écouter les bruits provenant de la rue. Cherchant surtout à entendre les grommellements distinct des morts en approche, avec un peu de chance ils changeraient de route. Greedy et son équipe n'arriveraient pas à temps pour s'occuper d'eux, dans le pire des cas la tireuse d'élite allait devoir les abattre elle-même. C'était contraignant. Elle s'écarta un instant pour déposer son fusil de précision contre un mur. Entendant la réponse de la civile, Soo-Yun pivota machinalement vers elle, vraiment ? La femme ne comprenait pas cet engouement certain concernant ces blagues douteuses. En plus de ça, cette question n'avait pas été posée au hasard. Si cette civile était accompagnée alors il fallait s'attendre à du grabuge dans les minutes à venir. Fichus civils, aucune discipline.

- Hilarant. rétorqua-t-elle simplement, Si vous avez un ami là-dehors il risque de tomber sur des problèmes sur le chemin. J'aimerais autant éviter les pertes inutiles. Pas besoin de jouer à la plus maligne.

Elle laissa le silence s'installer par la suite, se contentant d'écouter. Pour le moment, rien d'alarmant. Elle jeta un coup d’œil dehors pour remarquer que l'un des deux infecté s'était totalement détourné de sa direction initiale, cependant l'autre était toujours en approche. Soo-Yun prit note, plusieurs bonnes minutes seraient nécessaire à celui-là pour qu'il n'arrive. Le regard de la militaire hasarda jusqu'à la civile, elle semblait au moins douée de ses mains, récupératrice sans doutes.

- Vous faites partie d'une de ces communautés ?

Ce genre d'information aussi était importante. C'était triste à dire mais si elle était juste une survivante isolée sans affiliations, ce serait moins dramatique et moins contraignant si jamais quelque chose lui arrivait. Certains groupes étaient vraiment rancuniers.
Codage par Libella sur Graphiorum




Merci, Pia.:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Adeline Swindell
Membre
Localisation : Dans son atelier
Lun 5 Fév - 11:45
Adeline Swindell
- Nan, j'suis seule. 'fin j'l'étais, maint'nant z'êtes là.

Répondit Adeline à la première question, sans changer de ton.

La plus maline ? Nan mais elle s'était regardé ? C'est elle qui avait braqué son arme et commencé à causer en plein milieu de la rue pour la faire sortir.

La mécano étouffa un soupir et se reconcentra un peu sur son bricolage. Ça servirait peut être pas mais valait mieux prévoir, au cas où, toujours imaginer le pire. Elle eu finit juste avant que la militaire se remette à parler. Enfin à lui poser une question. Ça semblait être sa spécialité ça, poser des questions.

- J'en fais partie oui.

Rétorqua la mécano. Elle se releva, la canne à la main et souleva avec une certaine facilité le capot à laquelle elle avait rajouté une large poignée pour pouvoir le tenir devant elle.

- Mais avant d'vous dire laquelle j'aim'rais bien en savoir plus aussi. Vous posez beaucoup d'questions. Et vous révélez pas grand chose. J'trouve pas ça très équitable en terme de partage d'infos. Ça fait très flic. Z'étiez flic ?
Nan répondez pas, ça j'm'en cogne. Pis votre tenue parle pour vous.
Mais sinon v'nez d'où vous ?
Et c'qui vos potes ?


Ajouta t'elle en désignant le talkie de la pointe de sa canne.
Rien n'est aussi fiable qu'une poignée d'engrenages bien huilés.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Soo-Yun
Membre
Localisation : Dans ses quartiers.
Lun 5 Fév - 13:43
Soo-Yun
Des bibelots pour une mécano

Donc elle faisait bien partie d'un des groupes, mais elle n'avait pas voulu mentionner lequel. C'était bien sa veine, Soo-Yun était vaguement agacée, mais le comportement de la civile ne l'atteignait pour ainsi dire pas. Les comportements des civils ne l'atteignaient plus depuis bien longtemps. Elle avait vécu bien pire que ça, comme premier contact. La militaire se demanda ce que fabriquait son interlocutrice avec ce capot de voiture, mais la question resta interne, dans le fond elle se fichait de savoir si ce morceau de taule allait finir en table basse ou en luge de fortune. Par contre, la suite déplu davantage à la tireuse d'élite, mais elle comprenait parfaitement. C'était comme ça que ça marchait chez l'espoir et probablement d'autres groupes. Poser des questions, mieux valait en savoir le plus possible, d'autant que des soldats approchaient et que Soo-Yun serait tenue responsable si une embuscade organisée par des humains en bonne santé s'abattait sur Greedy et ses équipiers.

- Je viens du groupe qui se fait appeler l'Espoir. Je suis l'un de ses tireurs d'élite, je devais surveiller cette zone pour une unité de récupérateurs qui approche. J'ai vu ce contaminé vous suivre et je craignais que vous ne l'ayez pas remarqué, alors je l'ai abattu et j'ai voulu vérifier votre état. Cependant, vous vous doutez bien que tout le monde n'est plus aussi amical qu'avant. J'ai dû prendre mes précautions pour ma sécurité et celle de l'unité de récupérateurs.

Cette jeune femme ne lui paraissait pas particulièrement mal intentionnée et Soo-Yun préférait la jouer cartes sur table. Elle ne cherchait pas à ce que la récupératrice ne la remercie pour son tir, au moins qu'elle comprenne les enjeux de ses précautions. Soo-Yun poussa un bref soupir inaudible.

- Vous n'aimez pas les questions mais, vous êtes armée ? Un infecté approche et si je lui tire une balle, ça en attirera d'autres et les renforts sont encore loin.

Elle n'aimait pas demander l'assistance de civils, mais après plusieurs années d'apocalypse, la plupart des survivants devaient êtres capables de se débrouiller face à un infecté isolé, et si en plus elles étaient deux, cela ne devrait causer aucun soucis. Tant que l'autre était armée d'autre chose que de cette canne.
Codage par Libella sur Graphiorum




Merci, Pia.:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Adeline Swindell
Membre
Localisation : Dans son atelier
Lun 5 Fév - 15:41
Adeline Swindell
Adeline l'écouta attentivement, même si cela ne semblait guère enchanter la militaire, ça rassurait la mécano d'obtenir autant d'informations et de voir que l'inconnue ne rechignait pas tellement à les lui donner. Elle ne releva pas au sujet de l'infecté abattu. Elle avait un sourire moins crispé et semblait déjà bien moins agacée.

- J'préfère ça.

Souligna t'elle plutôt amicalement devant la bonne volonté de la militaire.

- Du coup j'suis humaniste et j'm'appelle Adeline.

Elle aurait presque pu lui serrer la main. Mais la situation ne s'y prêtait guère. Posée contre son bout de capot elle s'était quand même détendue et écoutait la suite de ce qu'elle avait à lui dire.

- C'pas qu'j'aime pas les questions. Juste que j'préfère quand l'info circule dans les deux sens.

Elle accrocha la canne à un passant de son manteau puis s'appuya sur son bouclier de fortune de sa main gauche pour pouvoir sortir sa clef à molette de son manteau avec sa main droite.

- Je l'suis, armée.

Commenta t'elle. La clef était grosse, et semblait lourde. Assez pour pénétrer un crâne d'un coup bien placé. Elle la tenait de sa main gantée, pour une main elle était sans doute un peu grosse mais à deux mains elle pouvait faire de gros dégâts.

- Vous voulez que j'le dégomme ?
Il est loin l'guss ?
Savoir si vaut mieux courir ou yaller douc'ment.
Ou vous préférez pt'ête qu'on l'attende ici ?

Rien n'est aussi fiable qu'une poignée d'engrenages bien huilés.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Soo-Yun
Membre
Localisation : Dans ses quartiers.
Mar 6 Fév - 0:22
Soo-Yun
 
Des bibelots pour une mécano

La militaire fut agréablement surprise de découvrir la véritable arme de sa nouvelle rencontre. Cette énorme clé était bien plus impressionnante que la canne qu'elle arborait jusque-là, certainement beaucoup plus efficace aussi. Soo-Yun considéra donc Adeline, l'humaniste. Au moins elle venait de la communauté la plus agréable, celle qu'elle appréciait le plus en tout cas. La plupart des Humanistes étaient loin d'êtres les connards sans foi ni loi que cette apocalypse à l'échelle Européenne avait créée ces dernières années. Soo-Yun n'était pas du genre à tirer des conclusions hâtives, mais savoir que cette fille provenait de ce groupe était un peu rassurant quelque part.

Et elle avait bien comprit qu'il allait falloir éliminer le contaminé trop curieux là dehors. Soo-Yun avait toujours son Glock 17 dans la main droite, index tendu et en position de sécurité, loin de la gâchette.

- Oui, l'idée serait plutôt de l'attendre, en quelques sortes. Je vais attirer son attention, dès qu'il aura dépassé la porte vous pourrez vous en occuper. Un jeu d'enfant. expliqua-t-elle avant de se taire quelques secondes pour écouter le pas traînant de l'infecté, il l'avait peut-être même entendue parler, Faisons ça vite, et bien.

Elle sortit sur ces mots, vérifiant très brièvement sur sa gauche pour vérifier que la voie était toujours libre, ce qui était le cas. Le contaminé à droite la regarda, son visage à moitié putréfié, ce qui restait de peau et de chair s'était comme ramolli. Avant sa contamination l'homme ne devait pas avoir eu plus de trente-cinq ans, mais cela devait remonter à quelques années, ça, l'errance dans les rues, les éléments, les bombes peut-être.. Il n'était plus qu'une goule, ni plus ni moins. Les infectés de la première vague étaient les plus repoussants, et l'odeur.. Son regard vitreux, presque éteint se posa sur la franco-coréenne qui recula à pas lents, laissant l'infecté avancer un poil plus vite. D'ici quelques secondes, Adeline pourrait lui fracasser le crâne.

Soo-Yun ne dit pas un mot, elle était prête à tirer si jamais le besoin s'en faisait sentir, mais elle ne doutait pas de la capacité de la récupératrice à s'occuper de ça sans problèmes.
Codage par Libella sur Graphiorum




Merci, Pia.:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Adeline Swindell
Membre
Localisation : Dans son atelier
Mar 6 Fév - 11:52
Adeline Swindell
- Okay d'acc.

Il faudrait donc plutôt l'attendre hein ? Dommage, la mécano avait un peu envie de se dégourdir les jambes, ce serait pour plus tard. Elle porta le capot pour le poser doucement contre un mur. Elle le portait à une main, ayant la clé dans l'autre et elle boitait évidemment. Elle jeta un coup d'œil à la militaire qui venait de sortir et prit sa clef à deux mains.

Elle se plaça près de l'ouverture et attendit que l'inconnue rentre pour se mettre en position de frappe. Les pieds bien appuyés sur le sol, les deux mains sur le manche de la clef. Bientôt l'infecté montra le bout de sa trogne. Sans aucune hésitation Adeline pivota et de toutes ses forces écrasa la pince sur le visage de la créature. On entendit assez clairement le crâne se briser et sous le coup le corps de l'homme bascula en arrière pour tomber lourdement sur le sol. Et la capuche de la mécano était partie en arrière, dévoilant le reste de sa tête.

Sans attendre une réaction de l'infecté, la mécano vint se placer juste au dessus de lui. Elle tint la clef au dessus de sa tête et la laissa tomber pile sur le crâne, une fois, deux fois. Elle cessa quand elle fut à peu près sûre qu'il ne devait plus rester grand chose de la cervelle qui se trouvait à l'intérieur. Toujours debout au dessus du cadavre elle passa le bout de sa clef sur un bout de vêtement encore propre de feu l'infecté pour y nettoyer rapidement les morceaux qui avaient pu y rester collés.

Elle se retourna ensuite vers la militaire, son sourire amical ne l'avait pas quitté.

- Rien d'autre ?
Rien n'est aussi fiable qu'une poignée d'engrenages bien huilés.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Soo-Yun
Membre
Localisation : Dans ses quartiers.
Mer 7 Fév - 0:48
Soo-Yun
Des bibelots pour une mécano

Comme elle avait ose l'espérer, elle n'avait pas eu de lancer un quelconque signal à Adeline pour qu'elle ne s'occupe du contaminé. La militaire ne broncha pas en la voyant finir ce dernier comme il se devait, au moins elles seraient certaines qu'il ne se relèverait pas, celui là. Soo-Yun eu aussi la confirmation non-nécessaire que les cheveux de la récupératrice étaient bel et bien roses, sa capuche soufflée par un courant d'air le lui révéla pendant la neutralisation de la cible. Une bonne chose de faite, donc, et aucun infecté n'avait semblé être intrigué par cette altercation sur le trottoir. En guise de réponse à Adeline, Soo-Yun s'enquit de retourner à l'intérieur, à l'abri des regards livides des morts.

- Non, rien d'autre.. Beau boulot. concéda-t-elle.

Elle s'était forcée à ajouter ce compliment. Mais force était de reconnaître que cette énorme clé était une arme redoutable, visiblement. Le crâne de cet infecté avait sûrement été ramolli par les années de maladie, mais tout de même, puis cette fille avait un joli swing.

- Et je m'appelle Soo-Yun. ajouta-t-elle par politesse de sa voix neutre.

De retour en sécurité relative dans le garage, Soo-Yun se détendit un peu plus, s'autorisant à ranger son arme de poing non sans laisser une main sur la poignée du Glock, afin de parer à toutes éventualité. Cependant, elle faisait confiance à la survivante, elle ne semblait pas mal intentionnée, et blessée. La militaire avait remarqué ses boitillements pendant l'élimination du contaminé. Et la canne faisait sens désormais, au départ elle avait cru à un vieillard, puis au fait que ça soit son arme, mais en fait.. Si elle avait une canne, c'était parce qu'elle boitait. La blessure ne datait pas d'aujourd'hui, son habit était impeccable, en tout cas il n'était pas tâché de sang.

- Les humanistes sont autant en difficulté ces temps-ci pour envoyer une récupératrice boiteuse ? Vous manquez d'hommes ?

Après tout cela faisait un certain temps qu'elle n'avait pas eu de nouvelles de ce camp, il paraissait qu'ils avaient changé de camp de base mais elle n'en savait pas grand chose. Même si cela ne se voyait pas, Soo-Yun avait demandé ces choses avec un intérêt sincère. Elle ne pourrait pas y changer grand chose, mais les Humanistes étaient des gens biens selon elle, les voir subsister était une bonne chose à ses yeux.
Codage par Libella sur Graphiorum




Merci, Pia.:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Adeline Swindell
Membre
Localisation : Dans son atelier
Mer 7 Fév - 12:40
Adeline Swindell
Après que la militaire lui eu confirmé que c'était bon, et qu'elle l'eu félicité d'une certaine façon, Adeline ajouta un grain de fierté à son sourire amical.

- Merci.

Se contenta t'elle de répondre. Elle retourna en boitant près de son morceau de capot pour se sentir un peu plus à l'abri. En s'appuyant dessus elle remit sa clef à sa place, à l'intérieur de son manteau. Puis elle détacha sa canne pour retrouver un peu plus de mobilité.

Enfin la militaire accepta de lui donner son nom. La mécano le prenait comme une sorte de remerciement mais un peu amer. Il en fallait tant pour gagner sa confiance et qu'elle daigne dire comment elle s'appelle ? Elle lui répondit, tout de même, par politesse également. Elle gardait son sourire amical mais on pouvait peut être sentir une pointe d'amertume dans le ton de sa réponse.

- Enchantée, vraiment.

Puis Soo-Yun reprit la parole, mais cela ne plut guère à Adeline. Son sourire l'avait quitté et elle pointa la militaire du bout de sa canne pour lui répondre avec un ton accusateur.

- Hé ! J'vous permets pas. J'ai p'tête pas l'air mais j'suis aussi capable qu'un autre.

Elle reposa sa canne et reprit avec une voix plus calme.

- Personne m'a envoyé. J'suis v'nue par moi même.
J'suis nouvelle là bas j'connais pas trop l'organisation.


Elle avait quelque peu éludé la question mais c'était vrai, elle n'avait pas vu grand chose à part son atelier, le quartier des visiteurs et l'infirmerie.

- Bon puisque c'est calme j'devrais p'tête en profiter pour filer. J'veux dire j'ai rien conter vous mais j'pense que j'apprécierais p'tête pas d'me retrouver dans les pattes d'vos potes et ce s'ra sans doute réciproque.

Le château n'était pas très loin. En reprenant le même chemin qu'à l'aller elle éviterait d'être trop à découvert. Sans attendre une réponse de Soo-Yun elle se retourna vers son bouclier de fortune et commença à se l'accrocher sur les épaules pour pouvoir le trimbaler sur son dos.
Rien n'est aussi fiable qu'une poignée d'engrenages bien huilés.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Soo-Yun
Membre
Localisation : Dans ses quartiers.
Jeu 8 Fév - 14:43
Soo-Yun
 
Des bibelots pour une mécano

Quand la canne fut pointée d'une manière qu'elle perçut comme étant hostile, Soo-Yun eut pour réflexe de se tenir prête à toute éventualité. Très vite la militaire prit une posture défensive, main droite empoigna presque la poignet de son arme de poing. Comprenant tout aussi rapidement que ce n'était que la canne et non une arme, l'adrénaline redescendit et Adeline lui avait juste fait comprendre que le commentaire lui avait déplu. Toujours à cause de cette froideur et de sa tendance à être trop directe avec les gens. Forcément, cela pouvait ne pas plaire à tout le monde. Le pire, c'est que la franco-coréenne avait bien remarqué que Adeline était autant capable qu'un autre.

Elle apprit au moins qu'elle était plutôt nouvelle au sein des Humanistes et que sa sortie n'avait été que le fruit de son initiative. C'était rassurant quant à l'état des nouveaux habitants du château de Vincennes. Peut-être qu'un jour elle s'y rendrait, voir comment ça se passe là-bas. Quoique, la récupératrice n'avait pas répondu totalement à la question, elle n'en tint cependant pas rigueur.

- Ce n'est pas ce que je voulais dire, excusez moi. concéda-t-elle entre deux prises de paroles de la rose, même si ça n'avait été que par politesse et qu'elle n'était pas spécialement désolée en réalité.

Adeline proposa ensuite de partir, reconnaissant qu'il serait préférable que personne ne soit dans les pattes des militaires et inversement. C'était vrai, mais rien n'empêchait la civile de se trouver auprès des militaires. Greedy et les hommes qui l'accompagnaient n'étaient pas des salopards, mais ça, ce serait seulement la parole de Soo-Yun contre celle de Adeline. Il y avait de vrais connards parmi les soldats, ce n'était pas nouveau. Soo-Yun hocha cependant la tête en guise de réponse première, signifiant qu'elle avait bien comprit ses intentions.

- Vous pouvez rester, à proximité si vous le souhaitez.. Vous avez peut-être encore d'autres choses à collecter dans le secteur. Enfin, si vous voulez vraiment partir je ne vous retiens pas.

La tireuse d'élite eut un petit moment de réflexion. Replaçant ses lunettes sans verres correctement sur son visage. Elle déglutit.

- Vous avez besoin d'une escorte ou ça ira pour rentrer chez vous ? On peut détacher une homme ou deux pour vous raccompagner, ce.. Capot.
Il risque d'être encombrant si vous croisez des hostiles, non ? Encore une fois, c'est comme vous le sentez.


Elle avait haussé les épaules sur cette dernière phrase.
Codage par Libella sur Graphiorum




Merci, Pia.:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Adeline Swindell
Membre
Localisation : Dans son atelier
Ven 9 Fév - 16:33
Adeline Swindell
En entendant les excuses de Soo-Yun la mécano se contenta d’acquiescer pour montrer qu'elle les acceptait. Elle en reprit presque son sourire.

Elle l'écouta également proposer de rester, mais la mécano avait pris sa décision.

- J'pense qu'il est plus sage pour moi d'rentrer.

Elle avait déjà bien baroudé et elle en ferait bien d'autres des sorties. Elle n'avait pas non plus très envie de se frotter à tout un groupe d'une autre faction alors qu'elle était seule. Elle était nouvelle et n'avait pas trop d'expérience en la matière. Elle attendrait d'en apprendre plus et d'être accompagnée par quelqu'un qui s'y connait un peu mieux sur le sujet. Elle en resterait donc à sa rencontre avec Soo-Yun pour le moment.

- Z'inquiétez pas pour moi l'chemin devrait être tranquile. Pis l'capot c'est une défense, j'serais p'tête pas très rapide avec mais tant qu'c'est pas humain ça devrait bien s'passer.

Elle continuait de mettre l'objet en question sur son dos et de lui faire trouver un équilibre. Il devait peser une petite dizaine de kilos et serait fort utile en barricade ou pour repousser quelques infectés en se mettant à 2 ou 3 derrière.

- C'pas qu'j'veuille vous fausser compagnie v'savez. Pis on s'reverra p'tête dans un cadre plus détendu haha.

Dans le fond, elle l'espérait. Elle avait pas l'air méchante cette militaire mais une rencontre comme ça en pleine rue c'était vraiment pas l'idéal pour faire connaissance calmement.
Rien n'est aussi fiable qu'une poignée d'engrenages bien huilés.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Soo-Yun
Membre
Localisation : Dans ses quartiers.
Sam 10 Fév - 0:57
Soo-Yun
 
Des bibelots pour une mécano

La militaire n'eut d'autre choix que d'acquiescer face à la décision prise et visiblement irrévocable de Adeline. Elle partirait et n'aurait aucunement besoin d'une escorte. C'était aussi bien comme ça, en tout cas pour les militaires qui n'auraient pas à se séparer. La mission de récupération allait pouvoir se dérouler comme prévue, du moins Soo-Yun l'espérait. la survivante émit l'hypothèse d'une éventuelle retrouvaille un jour ou l'autre. Ce n'était clairement pas impossible, D'autant qu'elle faisait partie d'une des principales communautés de la capitale.

Elle haussa les épaules, prête à suivre Adeline dans la rue non pas pour l'accompagner mais pour retourner en quatrième vitesse sur son toit pour reprendre son poste de sniper et prévenir l'escouade que la voie était libre.

- Alors à une prochaine fois, Adeline des Humanistes. dit-elle simplement pour congédier de la jeune femme.

Elle ne tarda pas non plus à s'eclipser et se précipier jusqu'à l'échelle à l'arrière du bâtiment en face. Elle se positionna tout d'abord au même endroit que lors de sa surveillance qu'elle s'apprêtait à reprendre, un gnou à terre, la main dégainant sa radio.

- Je suis de retour à mon poste, la voie est toujours dégagée.
La civile est partie, la mission reprend.
annonça Soo-Yun de manière claire avant de s'allonger de nouveau, déployant son bipied et surveillant la rue en contrebas.
Codage par Libella sur Graphiorum




Merci, Pia.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Epidemie :: Paris :: Le XIème arrondissement :: Les rues et ruines-
Sauter vers: