AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 :: Paris :: Le XIème arrondissement :: Les rues et ruines Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

If you're still breathing, you're the lucky ones. | Charlie

 :: Paris :: Le XIème arrondissement :: Les rues et ruines
avatar
Soo-Yun
Survivant
Localisation : Dans ses quartiers.
Jeu 1 Fév - 1:52
Soo-Yun
Soo-Yun avait été envoyée au beau milieu du XIème arrondissement de la capitale pour une mission de surveillance hors du commun. En effet, la veille un groupe de récupérateur avait repéré un important rassemblement de contaminés errant et traînant sans but apparent. Des gros contingents de zombies, des hordes, Soo-Yun en avait déjà vue quelques-unes, mais jamais dans ce coin là. Quelque chose s'était peut-être produit, une fusillade ayant fait assez de bruit pour rameuter autant d'infectés, une explosion, un bâtiment s'écroulant faute d'entretiens.. Les raisons étaient multiples, mais la conséquence demeurait la même. Cette meute inquiétait. Le but était simple, la surveiller. Avec un peu de chance, les zombies finiraient par s'éparpiller et c'était ce que tout le monde espérait. Au pire, il faudrait les aider à se disperser. Les têtes pensantes s'occupaient de trouver des solutions en tout cas, pendant ce temps Soo-Yun était chargée de les tenir informés de l'évolution de la situation. Bien que cette dernière n'évoluait pas pour le moment, elle n'était fort heureusement pas seule.

La horde était si dense qu'un autre tireur d'élite avait été déployé dans le même secteur. Littéralement de l'autre côté du boulevard. C'était Charlie, Soo-Yun la connaissait un peu, elles avaient déjà pu travailler ensemble et globalement elles s'entendaient bien. Grâce au ciel, Charlie n'était pas de ceux qui causaient tout le temps et c'était la raison pour laquelle Soo-Yun n'avait aucun mal à devoir être de paire avec elle. Elle avait même un certain respect pour elle, jeune comme elle était, Charlie était d'une habileté certaine pour son age.

Calmement installée au dernier étage d'un petit immeuble d'appartements relativement sécurisé, rideaux partiellement calcinés tirés, seul le canon de son fusil de sniper pouvait trahir sa position mais par chance les zombies étaient loin d'avoir une vision d'aigle. Soo-Yun était assise sur une chaise, sur un bureau situé non loin d'elle se trouvait sa radio, juste à portée de main. Quelques rations, une bouteille d'eau et des chargeurs disposés bien en évidence en cas de problème majeur à contenir. Les températures ne remontant toujours pas, elle portait encore son bonnet, des mitaines de cuir, des vêtements chauds. Elles n'étaient là que depuis plusieurs heures, il y avait des chances qu'elles ne doivent bivouaquer en zone urbaine, ce qui était loin d'enchanter la tireuse d'élite.

Observant les infectés les plus actifs grâce à sa lunette, ces derniers se tenaient pour le moment à carreau. Les ordres étant les ordres, Soo-Yun se recula sur son siège, une vielle chaise de bureau moisie et bouffée par dieu sait quoi, et se munit de la radio. Il fallait régulièrement tenir informé son binôme de la situation, chacune d'entre elle couvrant les angles morts de l'autre. Elle décida de le faire elle-même cette fois-ci.

- Toujours aucun mouvement particulier de mon côté. Les plus actifs s'éloignent juste lentement sans que le gros des troupes ne les suivent. A vous. articula-t-elle à la radio qu'elle tenait d'une main, maintenant fermement son arme de l'autre, attendant alors une réponse.

Décidément, si ça continuait à ce rythme là il faudrait des semaines pour qu'ils ne terminent de se disperser. Elle soupira une nouvelle fois à l'idée de devoir séjourner ici pour la nuit qui ne viendrait que dans plusieurs longues heures.




Merci, Pia.:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Charlie Renarde
Survivant
Dim 4 Fév - 18:58
Charlie Renarde



Longue attente
Charlie & Soo

Charlie était assise dans sa planque, elle fixait l'extérieur le regard affûté guettait le moindre changement de situation. C'était la seconde mission depuis qu'elle avait obtenue l'autorisation de reprendre du service. On ne pouvait pas dire qu'elle se sentait vraiment mieux, mais au moins elle s'accrochait. Sa méthode ? Elle évitait de penser à Fred et à sa mort, bien que ce n'était pas facile. Au moins quand elle était en mission, elle se concentrait sur quelque chose et la responsabilité de la tâche l'aidait à se dire qu'il y avait plus important que son chagrin.

Cette fois la mission était moins périlleuse que la précédente, avec une autre tireuse d'élite, elles devaient couvrir un secteur dangereux où il y a eu un attroupement d'infectés inexpliqué. Elles devaient juste s'assurer que le secteur se dégage petit à petit comme à chaque fois où ça se produisait. C'était donc juste de la surveillance pour le moment. A chaque fois que Charlie faisait ce genre de mission avec cette autre tireuse, cela ne durait que quelques heures.

Cette autre tireuse ce dénommait Soo-yun, Charlie préférait la surnommer Soo tout simplement. C'était une femme qu'elle respectait, une bonne tireuse et toujours sérieuse. Elle était sûre de pouvoir compter sur elle en cas de problème et inversement d'ailleurs, elle sera là pour elle en cas de problème.

Charlie observait un infecté s'éloigner d'un pas traînant, il avançait sans but précis et soudain il s'arrêta. Il tourna la tête dans une direction ce qui fit froncer les sourcils de la militaire. Elle observa le reste de la horde et remarqua que quelques uns d'entre eux tournaient la tête dans la même direction. A ce moment la voix de Soo perça le silence, elle s'attendait à ce qu'elle lui signale le mouvement, mais elle lui signalait que la horde restait là. Charlie lui répondit d'une voix aussi claire que la sienne :

-De mon côté, je n'ai vu que quelques mouvements, quelques infectés viennent de regarder dans la même direction. Mais ils ne bougent pas, je crois qu'il y a eu juste un bruit. Sinon rien à signaler. Est-ce que tu vois quelque chose qui aurait pu attirer leur attention ?

Charlie espérait que ça n'allait pas continuer, si un bruit persister, ça allait attirer leurs attentions, voire en attirer d'autres et ils ne s'éloigneraient pas du secteur.


by Moses


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Soo-Yun
Survivant
Localisation : Dans ses quartiers.
Lun 5 Fév - 1:09
Soo-Yun
 
If you're still breathing, you're the lucky ones

Quelques infectés regardant dans la même direction ? Qu'est-ce qu'ils avaient bien pu entendre, ces monstres pour tous êtres intrigués par la même chose ? Soo-Yun ne se souvenait pas d'avoir remarqué quelque chose de ce genre jusqu'alors ce jour, et elle ne se rappelait pas non plus avoir entendu un quelconque bruit ayant pu les intriguer. Avec un peu de chance, ça n'avait été qu'un chien errant ou un autre animal ayant déplacé quelques déchets ou quelques gravas. Cherchant tout de même à découvrir de quoi il en retournait, Soo-Yun se pencha à nouveau dans la lunette de son fusil pour enquêter autant qu'elle le pouvait et dans la mesure du possible plutôt que de seulement répondre que non, elle n'avait rien vu.


Ses recherches initiales ne la menèrent à rien. Elle voyait en effet les contaminés soudainement changer de direction peu à peu. Orientant son arme ainsi que sa lunette vers la direction supposée du point d'intérêt des infectés, elle se mit à observer l'intérieur d'un bâtiment adjacent. Le regard de la tireuse d'élite oscillait vivement entre les diverses fenêtres brisées aux rideaux partiellement tirés. Soudain, une bribe de mouvement attira son attention. Une porte venait de s'ouvrir, et elle était certaine d'avoir vu une paire de jambes partir en courant. Il y avait quelqu'un d'autre, un survivant lambda, non conscient de cette surpopulation soudaine de contaminés dans ce secteur d'habitude extrêmement calme ? Il y avait de fortes chances que ça soit le cas, ce ne serait pas la première fois en tout cas.

Les infectés l'avaient donc vus et certains commençaient déjà à chercher à pénétrer le bâtiment. De plus en plus de morts semblaient converger sur lui.

- Je crois qu'il y a un civil. rétorqua-t-elle finalement à la radio à l'attention de Charlie.

Et ce n'était pas vraiment la pire des nouvelles. Soo-Yun lâcha un juron pour elle-même avant de reprendre la transmission radio. Pas un juron paniqué, elle en avait soupiré. Pourquoi rien ne pouvait-il se passer comme prévu pour une fois ?

- Je confirme, il y a quelqu'un de vivant. Et il est en train d'énerver tout le monde. Ce n'est pas le pire. Je.. Je suis quasiment sûre qu'il vient d'entrer dans ton bâtiment.

Soo-Yun marqua une très courte pause, elle ne voyait pas vraiment pour quelle autre raison les contaminés se seraient soudainement intéressés à la planque de Charlie.

- Est-ce que tu as une solution de repli ? Les choses risquent de se corser de ton côté. demanda clairement Soo-Yun avant de finalement terminer la transmission.
Codage par Libella sur Graphiorum




Merci, Pia.:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Charlie Renarde
Survivant
Mer 7 Fév - 18:16
Charlie Renarde



Prise au piège
Charlie & Soo

Sérieuse, concentrée et patiente, elle attendait alors le bilan de Soo sur la situation. Peut-être qu’il se passait quelque chose dans l’un des angles morts de Charlie. Ce ne serait pas la première fois qu’il y ait quelque chose de ce genre, heureusement que les deux femmes s’étaient placées de façon à couvrir le secteur et l’angle mort de l’autre. Bons réflexes acquis après plusieurs missions…

Après peu d’attente le verdict tomba, un civil attirait leurs attentions et en plus il s’était réfugié dans le bâtiment où se cachait Charlie. Au travers de son fusil elle vit plusieurs infectés se diriger vers sa position. La jeune femme poussa un soupir, finalement cette mission n’allait pas du tout être de tout repos. Elle répondit alors Soo :

-Je n’ai pas de possibilité de repli, ce bâtiment n’a que l’entrée principale, j’ai dû aller dans celui-ci car c’était le seul qui couvrait la zone. Mais par contre l’appartement où je me trouve est sécurisé, je peux me baricader sans soucis, j’ai préparé une armoire assez lourde à mettre devant la porte verrouillée de l’interieur. Mais il faudrait appeler une unité pour faire diversion pour que je puisse sortir d’ici.

Charlie se dirigea vers la porte et se prépara à mettre le verrou et à pousser l’armoire, mais elle se figea en hésitant. Sa conscience n’était pas d’accord avec ce qu’elle devait faire. Les militaires ne devaient évaluer les risques avant de sauver un civil pour ne pas se lancer dans une mission suicide et là en l’occurance s’était risqué. Elle entendit une personne crier et lâcha :

-Eh puis zut !

Elle attrapa son arme et sortit en courant dans le couloir. La jeune femme descendit les escaliers le plus rapidement possible pour essayer d’atteindre la personne. En arrivant, il était à terre en train de se débattre pendant qu’un infecté était fermemant accroché à sa jambe avec ses dents. Charlie lui tira dans la tête et son regard se posa vers d’autres infectés qui arrivèrent. Elle attrapa le bras de la personne et le hissa contre elle en passant son bras par-dessus ses épaules. Elle lança à l’inconnu :

-Je sais que ça fait mal, mais là il va falloir courir ou mourir.

Elle se mit à monter rapidement les escaliers, l’homme en question souffraient le martyr poussant une exclamation de souffrance à chaque pas, mais courrait avec elle ne voulant pas mourir. Arrivée dans sa planque elle lâcha l’homme à terre, ferma la porte à temps et mis le verrou. La porte bougeait un peu sous les assauts des coups, mais Charlie n’était pas confiante. Elle préféra pousser l’armoire pour vraiment se sécuriser. Ce qui fut un énorme effort le meuble étant lourd, elle se laissa glisser contre le mur après avoir attrapé sa radio et prévint Soo :

-Le civile a été récupéré, mais il est blessé par morsure. J’ai sécurisé ma planque, mais je suis coincée, il y a des infectés devant.


by Moses


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Soo-Yun
Survivant
Localisation : Dans ses quartiers.
Dim 11 Fév - 0:59
Soo-Yun
 
If you're still breathing you're the lucky ones

Soo-Yun avait écouté Charlie lui expliquer sa situation tout en gardant un œil dans la lunette de son arme, vérifiant que rien d'autre ne venait empirer cette situation déjà tendue. D'après son équipière, elle ne risquait rien grâce à une lourde armoire qui servirait de barricade de fortune. C'était bien. Le regarde de la tireuse d'élite oscillait doucement entre les diverses fenêtres, portes ouvertes à la recherche du civil. Il était impossible à repérer à cause des infectés qui s'engouffraient à l'intérieur. Selon la franco-coréenne ce pauvre type était condamné. Si Charlie jouait la carte de la discrétion, au pire il y aurait quelques contaminés vagabondant dans son bâtiment mais personne ne la repérerait.

Quelques secondes passèrent, puis Soo-Yun releva subitement la tête pour avoir une vue d'ensemble sur la rue. Un coup de feu ? Un civil armé, c'était plutôt rare. Personne dans la rue, ça venait forcément du bâtiment de Charlie. Plongeant à nouveau son regard dans la lunette de son fusil de précision elle chercha du regard des éventuels signe d'une fuite de la part du civil. Rien. Bizarrement, elle avait un assez mauvais pressentiment face à toute cette situation. Elle se mordit l'intérieur de la joue, légèrement nerveuse et souffla du nez.

La voix de Charlie brisa le silence relatif qui planait sur la capitale, permettant à Soo-Yun d'écouter autre chose que l’espèce de vrombissement irrégulier et rauque des infectés plaintifs en contrebas. Charlie lui annonça que le civil était avec elle ce qui confirma à son interlocutrice qu'elle était bien l'auteure du coup de feu. Il était blessé, mordu. C'était tendu pour lui, s'il n'était pas immunisé, ce qui était une donnée incertaine, il était dores et déjà fichu. Soo-Yun ne savait pas si c'était vraiment une bonne nouvelle, que cet homme ait été soit disant sauvé. Charlie s'était exposée. La situation s'était largement compliquée. Elle se racla la gorge.

- Reçu. annonça-t-elle haut et fort, La blessure est-elle critique ? Je ne suis pas sûre que ça ait valu le coup. Tu as toute une congrégation d'infectés sur le dos maintenant.

C'était vrai, peut-être dur à entendre, mais vrai. Soo-Yun réfléchissait intensément mais force était de reconnaître qu'elle ne pouvait pas faire grand chose. De plus, si elle demandait du renfort on risquait de lui refuser, ce serait bien trop risqué, si proche de cette horde agitée et en intérieur pour récupérer un civil contaminé et Charlie.

- De là où je suis je ne pense pas être en mesure de faire grand chose. En tout cas, quoi qu'il arrive garde un œil sur le civil, j'essaie de me déplacer pour trouver une position depuis laquelle je pourrais vous voir, on ne sait jamais.

Entre autre, Soo-Yun se leva, déplaça sa chaise sur quelques mètres jusqu'à une autre fenêtre. Ainsi positionnée il lui était possible de voir Charlie, du moins l'une des fenêtre d'où elle était censée surveiller la zone, ce qui était déjà pas trop mal.  
Codage par Libella sur Graphiorum




Merci, Pia.:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Charlie Renarde
Survivant
Mer 7 Mar - 23:25
Charlie Renarde



Un cas inquiétant
Charlie & Soo

Charlie écouta alors Soo lui parler, elle savait très bien qu’elle n’aurait pas de renfort. La jeune femme se sentait un peu prise au piège, elle espérait qu’elle allait avoir rapidement une idée. Quand Soo lui parla du blessé, Charlie décida de commencer à le s’occuper de lui. Elle s’approcha de lui, il semblait mal en point. Timidement elle lui dit alors :

-Je vais tenter de m’occuper de votre blessure… Est-ce ça va aller ?
-Je crois…
-Vous avez déjà été mordu une fois ?
-Non… Est-ce que je vais devenir un monstre ? Je ne veux pas être un monstre ! Je ne veux pas ressembler à ces choses…
-Détendez vous… une chose à la fois…


Charlie était soudainement très inquiète. Il fallait croiser les doigts pour qu’il soit immunisé, sinon il fallait espérer l’amener à la base avant la dernière étape de la transformation. Il pourra peut-être recevoir l’un des derniers vaccins à tester, ça ne le sauvera peut-être pas, mais il aura au moins une chance. C’était ça ou rien du tout, qui ne tenterait pas ?

Sa mère, elle l’avait tenté, elle… Charlie essaya de chasser ce souvenir douloureux, de sa mère sur un brancard qui se faisait emmener par des scientifiques pendant qu’elle souriait à Charlie pour la rassurer. Voilà la dernière image qu’elle avait de sa mère, pourtant… Elle n’en voulait pas aux scientifiques de ne pas l’avoir sauvé, elle était même reconnaissante qu’ils aient essayé.

Charlie commença à s’occuper de la morsure, elle coupa son vêtement, nettoya la jambe et hésita. La plaie était vraiment profonde et pas belle. La jeune femme finit par lui mettre du produit et admira l’homme qui étouffait les cris de souffrance pour pas agiter plus les infectés qui se trouvaient derrière la porte. La jeune femme mettait des bouts de tissus propres et fit un bandage. L’homme attrapa le bras de Charlie quand elle essaya de se relever et lui souffla :

-Merci jeune fille… mais… mais si je… tuez moi… ne me laissez pas devenir un monstre…
-D’accord. Mais reposez vous pour le moment.


Il hôcha la tête et s’endormit rapidement, l’homme semblait épuisé. Charlie lui toucha le front qui était très moite, il était plein de fièvre. Elle se leva et reprit sa radio entre ses mains, puis refit le point avec Soo :

-Il est mal en point et il a le premier symptome, il a déjà plein fièvre, puis… il m’a avoué n’avoir jamais été mordu. Il faut qu’on le ramène au scientifique avant demain soir. Je réfléchis à une idée pour me sortir de là. Je ne peux pas passer par la fenêtre, la rue est trop dangereuse et je ne crois pas qu’il pourrait escalader. Je vais devoir examiner l’appartement, pour voir s’il n’y a pas quelque chose pour m’aider. Je prends la radio avec moi si tu dois me signaler un truc ou si tu as une idée.


by Moses


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Soo-Yun
Survivant
Localisation : Dans ses quartiers.
Lun 12 Mar - 19:37
Soo-Yun
 
If you’re still breathing, you’re the lucky ones

Depuis sa nouvelle position Soo-Yun avait un meilleur regard sur la situation de Charlie. Ce n’était pas phénoménal, mais c’était le mieux qu’elle pouvait faire pour le moment. Difficile pour elle seule de mener une opération de secours, surtout s’il s’agissait d’assister un autre tireur d’élite et un civil infecté et très probablement perdu. Silencieusement, elle maudit cette pauvre âme, innocente certes, au fond, mais elle ne pouvait s’empêcher de se dire qu’il avait été là au mauvais endroit au mauvais moment, et de lui en vouloir pour ça. Cela compromettait très sérieusement à la fois la mission mais surtout les vies des soldats sur site. Chose que Soo-Yun ne supportait pas. Ce type là sortait de nulle part, n’avait peut-être jamais mis les pieds à Paris auparavant, arrivé en touriste, il s’était fait surprendre par le nombre conséquent de contaminés.

Ou pas, mais peu importait.

La voix de Charlie la tira de ses réflexions et c’était tant mieux, un peu de clarté et d’éclaircissement dans cette brume d’incertitudes n’était pas de trop. Comme l’avait craint la franco-coréenne, l’homme présentait les symptômes. Cela ne voulait pas dire qu’il était perdu pour autant, mais il était faible et amorphe, incertain de son sort. Elle soupira en baissant légèrement la tête, quittant la lunette de son arme un instant. L’idée de ramener cette personne aux scientifique n’était pas fondamentalement mauvaise, il était si rare de trouver des gens mordus et coopératifs. Mais là.. Soo-Yun demeurait dubitative et muette. Charlie avait raison, sortir directement était impossible, autant tout de suite se tirer une balle dans la tête. Au moins, la porte de son appartement tenait le coup, elle ne savait pas si les contaminés essayaient de la défoncer pour autant. Ceux qui étaient à l’intérieur de son bâtiment devaient êtres enragés et à l’affut. On pouvait les détester pour tout ce qu’ils étaient, des monstres, des abominations, ils n’en étaient pas pour autant des chasseurs redoutables en larges groupes, en intérieur, et surtout, très patients. Même s’ils avaient tendance à vite oublier les choses, ils pouvaient rester des jours dans le même bâtiment sans bouger si rien ne les y amenait.

Soo-Yun ajusta les lunettes sur son nez en cherchant une solution, scannant tout la rue en contrebas du regard. La militaire recherchait une solution de son côté aussi. Elle n’avait aucune envie de rentrer seule au centre de recherche alors qu’elle avait été envoyée avec Charlie pour une mission aussi basiques que de l’observation pure et simple.

Soudain, son regard tomba sur un véhicule, rien de plus banal, abandonné en plein milieu de la voie. Une fine couche de végétation, de la mousse, recouvrant son capot et un peu de rouille sur toute la carrosserie. Tout portait à croire que ce véhicule avait été abandonné là à la première année de la crise. La portière avait certainement été laissée ouverte, Soo-Yun pouvait la voir au sol, la rouille ayant sans doutes fragilisé le mécanisme. Le véhicule était idéalement positionné, Soo-Yun pouvait voir le réservoir. Il ne lui fallut que quelques secondes pour venir avec une idée.

C’était la chose la plus stupide à faire, mais c’était aussi la seule chose qu’elle pouvait faire.

La femme se munit de sa radio au bout d’un certain temps de silence radio.

- Je peux essayer de tirer dans le réservoir d’une voiture, avec un peu de chance, il reste un peu de carburant dedans et ça va créer une petite explosion. Avec ça et le tir de mon fusil, les contaminés autour de vous vont chercher à sortir et vous pourrez déguerpir. Logiquement, j’aurais assez de temps pour sortir moi aussi. Si ce plan là te va, alors j’essaie. A toi de me dire si non, ou alors quand tu seras prête.

Soo-Yun n’avait pas la prétention d’être aussi précise que Simo Häyä et ne pouvait pas être sûre que le tir ait l’effet escompté mais c’était la seule chose qui lui venait à l’esprit dans l’instant présent. Peut-être que de son côté, Charlie aurait autre chose à proposer.
Codage par Libella sur Graphiorum




Merci, Pia.:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Charlie Renarde
Survivant
Mar 27 Mar - 22:02
Charlie Renarde



Complications
Charlie & Soo

Charlie observait l'endroit minutieusement, cherchant après une issu ou même la moindre petite idée. Soo resta calme un moment, avant lui donner une idée. Certes l'idée était bonne sur le coup, mais en y réfléchissant ça n'allait pas. Charlie précisa ce qu'elle avait en tête :

-Négatif, les véhicules ont été vidés dans le coin et... par nous même, on a essayé de trouver un maximum d'essence pour les véhicules. On a épuisé le secteur... donc elle n'explosera pas.

La jeune femme poussa un long soupire alors, lasse de la situation. Son regard se posa sur la trappe d'aération, elle pouvait y passer, mais pas le blessé. Charlie finit par s'asseoir à son poste d'observation et dire à Soo :

-Continuons de travailler et surveiller la situation, de toute façon le blessé vient de s'endormir... il ne risque pas de se réveiller avant un bon moment vu son état et ce qu'il vient de vivre. Le mieux c'est d'attendre que ça se calme...

Quelques heures s'écoulèrent, les infectés dans le couloir se calmèrent et la rue restait tout aussi peuplée. Charlie était préoccupait, le temps lui semblait s'écouler lentement. Son regard se posa sur le blessé qui s'agitait dans son sommeil, son teint était de plus en plus blanc et il était trempé de sueur. La jeune femme essaya de l'ignorer, mais ses gémissements plaintifs dans son sommeil, ne la faisait penser plus qu'à une chose: immunisé ou pas ? Même si elle ne voulait pas l'admettre, elle le sentait mal... Elle soupira une nouvelle fois et prit sa radio pour parler à Soo :

-Le blessé m'inquiète, les symptômes sont assez violents... trop pour être ceux d'un immunisé, je commence à douter de son immunité. Je n'ai jamais vu quelqu'un dont les symptômes se propagent aussi vite, tu crois qu'il était déjà malade ou affaibli pour que ça se propage ainsi ?

Charlie se leva et s'approcha de l'homme qui gémissait de douleur, elle se déplaçait dans le silence le plus absolu. La jeune femme s'accroupit et posa doucement sa main sur le front humide de l'homme. Il ouvrit les yeux et laissa échapper un râle de douleur. Charlie recula d'un bond en croisant son regard, il avait les yeux injectés de sang. Elle attrapa sa radio en retournant à la fenêtre et lui demanda alors le coeur battant à la chamade :

-Les yeux injectés de sang c'est mauvais signe n'est-ce pas ? Je... Qu'est-ce que je dois faire ?

Un bruit infernal résonna et Charlie sentit le bâtiment trembler légèrement. Rapidement, elle attrapa son fusil et observa la rue. Les infectés couraient dans tous les sens enragés. La jeune femme essaya de garder son sérieux et son sang-froid. Plus loin, un groupe de plusieurs hommes lançaient des des cocktails Molotov et d'autres choses, dont un truc qui explosait un peu. Charlie les observait sans trop quoi savoir quoi penser, jusqu'à entendre quelqu'un rire derrière elle. Le blessé, il riait et murmurait en boucle :

-Ah ah ah ! Ils viennent me chercher... mes potes ! Ils viennent me chercher... ah ah ah ah ! Ils viennent me chercher... ah ah ! Mes potes...

Elle fronça les sourcils sans comprendre, ses hommes semblaient fous et dangereux... s'ils étaient avec lui... cela voulait dire qu'elle avait risqué sa vie pour un criminel. Charlie prévint alors sa coéquipière :

-Je crois qu'on a un gros problème. Ils viennent chercher leur ami... l'homme blessé...


by Moses


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Soo-Yun
Survivant
Localisation : Dans ses quartiers.
Dim 8 Avr - 12:25
Soo-Yun
 
If you’re still breathing, you’re the lucky ones.

Soo-Yun entendit et comprit clairement les informations données par Charlie et ce fut presque avec un grand soulagement qu’elle acquiesça d’un hochement de tête et soupirant en comprenant qu’elle n’aurait pas besoin de causer une explosion dans la rue aussi infime soit-elle. Elle avait hoché la tête malgré la rue les séparant, la tension se dissipa un peu de son côté mais certainement pas pour son équipière de la journée. Malheureusement il n’y avait rien qu’elle pouvait faire. Elle n’avait absolument pas assez de munitions pour songer à abattre au moins assez de contaminés pour permettre à Charlie et le blessé de quitter le bâtiment en sûreté, elle ne pouvait pas aller la libérer elle-même avec son pistolet pour les mêmes raisons.

Quelques secondes s’écoulèrent avant que Charlie ne reprenne pour préconiser l’attente. Cela semblait être une idée à double tranchant pour la franco-coréenne mais au final, c’était la meilleure chose à faire. Si elles ne faisaient aucun bruit, les infectés finiraient par oublier et si la porte de l’appartement de Charlie tenait bon, ils se disperseraient en la laissant tranquille. Il fallait juste que l’autre type blessé ne soit pas un de ceux à beugler à cause de la douleur due à l’infection se propageant en eux.

Mais, les heures passèrent et donnèrent raison à Charlie. Le mieux avait été d’attendre.

Quoique.

L’énième transmission de la jeune militaire interrompit Soo-Yun dans son observation d’un infecté en train de contempler son reflet dans le rétroviseur sale d’une voiture garée. Apparemment le survivant ne le serait plus pour très longtemps, elle en avait la conviction. Parier sur son immunité avait été un échec, vraisemblablement, mais elle ne pouvait blâmer Charlie pour cela. Soo-Yun réfléchissait sans répondre. Elle n’était pas très familière avec les symptômes de la maladie, mais si d’après Charlie ces derniers se propageaient aussi rapidement, c’était très mauvais signe. Le système immunitaire de l’homme était en train de perdre la bataille à une vitesse alarmante, en l’espace de quelques heures seulement. Charlie se demandait quoi faire, elle demanda surtout à Soo-Yun. Elle, elle ne l’aurait pas emmené avec elle de base. Elle ne serait même pas sortie de sa chambre. Mais qu’aurait-elle fait, si jamais c’était arrivé ?

La réponse qu’aurait fourni la tireuse d’élite n’aurait pas plu à Charlie, mais Soo-Yun n’eut aucunement le temps de répondre et une espèce d’explosion se fit entendre juste après l’éclat de verre. Des sortes de pétards se mirent à détonner. Les réflexes de Soo-Yun furent sans appel et elle se munit de son arme, plongea son regard dans la lunette et rechercha l’origine de ces bruits. Il ne lui fallut pas longtemps pour repérer le groupe d’hommes aux allures hostiles. Tous les infectés convergeaient vers eux. A quoi jouaient-ils ? Un groupe de suicidaires ? Des justicier du dimanche voulant se débarrasser d’une horde à eux tout seuls ? La vérité éclata quand Charlie reprit la transmission une fois de plus. Les amis du blessé. Ils n’avaient pas l’air commodes ni prêts à discuter. Après, ils n’avaient aucune idée que deux tireurs d’élites se trouvaient là et que l’une d’entre elles avait tenté d’aider leur camarade.

Les cocktails molotovs jetés en plein dans la foule de cadavres ambulants, ceux-ci prenaient feu et risquaient d’enflammer un ou plusieurs bâtiments. Les infectés pouvaient mettre du temps à mourir par le feu. Et encore, ils pouvaient même ne pas mourir du tout si le cerveau demeurait épargné. Et les pétards. Ces hommes faisaient converger les infectés, se regrouper entre eux pour en brûler un maximum possible. Jamais ils n’auraient la force de frappe nécessaire pour annihiler toute cette horde, mais les flammes pourraient en neutraliser une partie et c’était déjà remarquable. Seulement, dans le processus, cela pouvait aussi nuire aux deux femmes. Si l’un de leurs bâtiments se mettait à brûler, elles auraient du mal à en sortir vivantes et ça, ça ne plaisait pas à Soo-Yun.

- Cet homme est probablement perdu dans tous les cas. Il faudrait peut-être en finir avec lui. Quant à ses collègues en bas..

Soo-Yun marqua une pause, analysant la situation. Ils étaient relativement nombreux, six ou sept. Les femmes, en tirant en même temps pourraient éventuellement les surprendre et en abattre deux sans qu’ils ne comprenne tout de suite, mais il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’ils ne les repèrent éventuellement et n’entrent dans leurs cachettes. En combat rapproché et en intérieur, même avec un pistolet et eux armés pour le corps à corps, Soo-Yun n’était pas certaine de pouvoir s’occuper d’eux s’ils venaient la chercher à plusieurs.

Elle avait néanmoins une tactique ayant déjà pu faire ses preuves lors de la sortie avec Greedy, Lloyd, Isaac et Stéphane lorsqu’ils avaient rencontré un autre groupe belliqueux. Les blesser sans les tuer été une grande distraction, meilleure que de tuer directement les survivants. Leurs amis chercheraient à s’occuper de les mettre en sécurité, les exposants à des dangers car incapables de se défendre correctement face à des infectés. Surtout des infectés en flammes.

- Je doute qu’ils soient amicaux. On devrait les faucher tant qu’ils ne savent pas qu’on est là. Leur tirer dans les jambes. Ils seront sûrement occupés à essayer de mettre leurs blessés à l’abri. Ces gens sont dangereux et ils leurs flammes risquent de devenir incontrôlables s’ils continuent. Tu comprends ?

Pour elle c’était clair, mais Soo-Yun ne savait pas si Charlie avait déjà eu à abattre un survivant, ou à provoquer sa mort indirectement d’une balle dans la jambe ou le ventre.
Codage par Libella sur Graphiorum




Merci, Pia.:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Charlie Renarde
Survivant
Mer 20 Juin - 2:18
Charlie Renarde



Se salir les mains !
Charlie & Soo

Charlie écouta bien les explications de sa collègue et même si elle avait du mal à l'admettre... elle devait le faire. Elle avait si rarement tiré sur des survivants, quoique... est-ce que les cannibales ça compte ? Si c'est le cas, elle avait quand même tué quelques humains, mais pour le bien de beaucoup d'autres. Sauf que cette fois, c'était pour elle et sa coéquipière. Elle soupira en lui disant...

-Bon... d'accord... Je tire sur ceux de mon côté, vise ceux qui sont de ton côté.

Charlie avait son viseur braquait sur ces hommes, qui faisaient un boucan horrible. Mais la demoiselle remarqua quelque chose d'assez intéressant pour elle. La jeune militaire en fit part à sa collègue :

-Attends ! Les infectés s'éloignent de l'entrée de mon bâtiment, faut attendre quelques petits instants... juste quelques secondes de plus, comme ça une fois la menace détruite, je pourrais me faufiler silencieusement entre les voitures.

La demoiselle regarda les infectés se diriger vers le bruit des pétards et grimaça en voyant une partie prendre feu. Cela ne faisait même pas une minute qu'elle lui avait dit d'attendre, mais c'était déjà suffisant car Charlie lui souffla dans son micro :

-Maintenant...

Alors que Charlie tira dans la cuisse de l'un des hommes de son côté et très vite la demoiselle rechargea et tira dans l'épaule d'un autre qui s'apprêtait à jeter un cocktail explosif. Mais elle n'eut pas le temps de voir le résultat de son tire, car Charlie entendit un bruit de son côté. L'homme qu'elle avait sauvé un peu plus tôt s'était relevé et titubé vers elle, avec une respiration saccadée et murmurant en transe :

-Touche pas à mes potes pétasse !

Puis il se jeta sur elle pour défendre ses amis, sur le coup de la surprise elle croula sous son poids. Mais Charlie ne se laissa pas faire et lui mit quelques coups, avant de le faire basculer et passer au dessus de lui... il eut quelques échanges de coups et... elle attrapa son couteau et lui planta dans la tempe. Pourquoi si radicalement ? Car même en combat elle savait réfléchir et savait qu'elle devait l'empêcher de se relever après sa mort.

La jeune femme se releva un peu essoufflée et récupéra son couteau qu'elle essuya sur son pantalon. Les infectés dans le couloir s'énervait de nouveau contre la porte excités par le bruit de la bagarre. Elle recula de quelques pas et attrapa sa radio pour vite contacter sa coéquipière qui avait dû gérer les malades de dehors pratiquement seule :

-Désolée ! Le blessé m'a agressé, j'ai dû... j'ai dû le mettre hors d'état. Par contre les infectés dans le couloir son toujours là et bien éveillés ! Je vais devoir sortir par la fenêtre. Est-ce que tu peux me couvrir pendant que je rejoins ton bâtiment ?

La porte se mit à trembler un peu plus fort sous le poids des infectés qui s'acharnaient dessus. Puis elle se mit à céder manquant de tomber de peu... Charlie ouvrit rapidement la fenêtre en disant à sa coéquipière :

-Je n'ai pas du tout le choix ! Je dois descendre !

Alors qu'elle enjambait la fenêtre, la porte s'écroula et les infectés se jetèrent dans l'appartement. Charlie referma la fenêtre et descendit la façade comme elle le pouvait, en espérant pouvoir compter sur Soo-yun.


by Moses


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Epidemie :: Paris :: Le XIème arrondissement :: Les rues et ruines-
Sauter vers: