AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
Le profil de vos personnages a été modifié, pensez à le mettre à jour !
Un nouveau clan a vu le jour: la meute !
Ayez une petite pensée pour le forum en votant sur les tops sites...

 :: Paris :: Les galeries du métro :: La place centrale Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Deal de fer [Bastian]

 :: Paris :: Les galeries du métro :: La place centrale
avatar
Kaitleen George
Nouvel arrivant
Dim 28 Jan - 18:24
Kaitleen George
La journée était glaciale, tu avais fait tout ton taff au centre et tu avais profité de ton temps libre pour te rendre dans le métro. Un choix judicieux ? A voir. Mais bon tu avais trouvé quelques babioles inutiles pour l'Espoir alors autant le revendre au plus offrant et pour ça, la place centrale était le meilleur coin pour refourguer tes trouvailles.

Tu avais donc mis ton sweat punk et une veste militaire usé par dessus pour te protéger du froid hivernales. Un pantalon en toile épaisse et tes rangers plus ton sac en bandoulière avec ton matos à revendre et te voilà en route.

Une fois arrivé, tu eut le droit à la fouille habituelle où les mecs profitaient un peu. Tu poussas un grognement accompagné d'un mouvement "maladroit" pour heurter l'opportun qui se prit ton coude dans la tronche. Un air désolé sur le visage et un pardon te permit d'écourter ce vice de forme devenu récurrent en ces temps durs mais on s'en accommode au fur et à mesure. Les Hommes sont des porcs c'est bien connu, faut savoir s'en servir contre eux, c'est tout...

Tu prends les galeries, ne t'attardant pas trop. Au fond tu ne connais pas assez bien encore la ville souterraine et d'un autre côté l'odeur qui y règne ne te donne pas envie de le faire. Tu veux juste vendre tes affaires et t'en retourner au centre. Point. Tu hâte donc le pas jusqu'à la place et tu te trouves un coin pour y poser ton cul, tes affaires étalées devant toi. Pas de prix en vu, tout se négocie, d'ailleurs tu lorgnes les autres trucs et discute un peu avec les autres vendeurs, te renseignant sur le marché actuel.

"3 capsules les vis ? Pas plus ? Et pour les outils ? 10 à 15 capsules suivant l'utilité... Pourtant j'ai trouvé de la bonne came... Dommage...."

Tu sors alors une batterie de voiture certes déchargé après deux ans non servi mais bon. Tu as aussi des boites avec des vis, des écrous et aussi des clous ayant déjà servi mais restant à peu près droit. Il y a aussi des outils, câble, pince, tournevis et une pince coupante. Tu soupires et regarde la foule de badauds alors que le brouhaha ambiant est parfois interrompu par des éclats de voix, t'informant que ça négocie dur par endroit.

Pour ta part c'est calme en dehors de deux trois échanges sur ton matos et tes prix. Tu arrives à faire partir 10 clous pour 2 capsule l'unité. Mais ça ne te donne pas trop le sourire, au fond tu voudrais surtout te débarrasser de la batterie car bon c'est pas léger cette merde...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bastian Vanhammer
Nouvel arrivant
Sam 3 Fév - 22:15
Bastian Vanhammer
Ce jour-là, Bastian était différent. Il l'avait senti dès le réveil. Que quelque chose n'allait pas. Un sentiment étrange de culpabilité. Après une nuit de cauchemars qui n'étaient que le simple résultat de sa propre bêtise. En se regardant dans le miroir, seconde après seconde, il finit par se rendre compte de ses erreurs. Si en apparence il ne montrait rien à part une folie qui semblait naturelle, et une joie de vivre excessive et excentrique, la réalité était toute autre. Il poussa un long soupir en passant sa main droite dans ses cheveux. Un air blasé sur le visage. Puis il regarda par la fenêtre de son petit nid personnel. La journée avait l'air froide. Tant pis. Il allait falloir sortir quand même...

Après s'être lavé, puis habillé, Bastian sortit. Évidemment, il a croisé des gens, mais devant eux, il décida d'afficher un sourire mensonger. Non pas pour les protéger, mais pour se protéger lui-même. De sa propre réalité. De toutes les erreurs qu'il avait commis. De tout ce qu'il avait détruit. De tous les espoirs qu'il avait saccagés.

Il savait qu'il devait changer. Et vu que les cauchemars se faisaient de plus en plus récurrent, peut-être qu'il faudrait augmenter la cadence et se dépêcher de changer, quitte à en perturber quelques-uns. Bastian en avait marre de porter un masque inutile. Cependant, le changement allait se faire en douceur, progressivement. Mais sûrement. Et pour illustrer un tel changement, Bastian devait revenir aux fondements de sa condition. Pourquoi était-il devenu comme ça ? Pourquoi avait-il voulu devenir comme ça ? Par là, j'entends, une montagne de muscles. Même si le terme montagne est exagéré... pourquoi ? Moi je vais vous le dire. Pour contraster avec ce que sa famille voulait pour lui. Par rebellion. Le problème, c'est qu'à force de se rebeller, on finit par devenir l'ennemi de tout le monde. Et c'est un peu ce que Bastian était en train de vivre dans son subconscient.

Tout en réfléchissant à ce qu'il pouvait faire pour changer ça, il eut une idée. Une idée ambiguë, certes, mais probablement constructive. Puisqu'il était devenu si fort dans une idée de rebellions, donc dans une idée négative, il avait entretenir sa force dans une idée positive. Vous me direz, pourquoi n'y a-t-il pas pensé avant ? Parce qu'il n'a jamais prit la peine de réfléchir à sa situation, parce que tout est allé tout seul jusqu'à présent, et parce qu'il est quand même un petit peu beaucoup fils à papa…

C'est donc dans cette optique il se rendit dans le métro, pour acheter de quoi mettre son plan de restructuration personnelle à exécution, là ou il avait dit aux autres qu'il allait se balader par ennui, et pour profiter de certaines opportunités. Bien sûr, il a dit ça en restant extrêmement évasif. Tout ce qu'il voulait, c'était qu'on lui foute la paix, surtout ce jour-là.

Arrivé dans le métro, il se dirigea sur la place centrale, espérant y trouver son bonheur. À savoir un énorme moteur. Pas pour retaper une bagnole, mais pour s'en servir comme instrument de musculation, comme poids, si vous préférez. Rapidement d'ailleurs il trouva ce qu'il cherchait. Sur le stand d'une punk. Oui, pour lui, cette gonzesse c'était une foutue punk. Comment dire, elle avait la dégaine qui allait avec, ou du moins, la couleur de cheveux qui allait avec…

Cependant, ne sachant comment l'aborder, il se contenta de s'approcher du stand, et de s'accroupir en fixant le moteur vide avec avidité. Avec un regard pareil, on aurait pu le prendre pour un mécanophile, mais ça n'était pas le cas. Puis, il jugea la vendeuse du regard, en essayant de sourire. En fait, il n'aimait pas sourire, à cause de son sourire colgate si souvent stéréotypé dans les pubs à la télévision. C'est alors qu'il se rendit compte qu'en s'arrêtant à de telles idées, ils ne pourraient pas avancer dans ce marchandage, que ce soit lui, ou bien la vendeuse. Et elle avait sans doute autre chose à faire que de regarder un nordique dans le blanc des yeux pendant des heures. Bastian lui adressa donc la parole, pour simplement lui faire savoir qu'il voulait le moteur et qu'il était prêt à mettre le prix. Par contre, il savait que sa demande était particulière, et il avait peur qu'elle ne pose trop de questions. Car après tout, pourquoi un petit blondinet à l'allure de culturiste rockeur aurait besoin d'un moteur…

– Je voudrais prendre le moteur. Je suis prêt à payer. C'est aussi simple que ça. Pas d'arnaque. Promis. Merci d'avance…



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kaitleen George
Nouvel arrivant
Dim 11 Fév - 11:17
Kaitleen George
La punk soupirait sur son stand, attendant le client. Pourtant il fallait bien l'admettre, Kate n'était pas forcément la personne la plus patiente au monde. Elle se disait qu'elle aurait dû amener de quoi s'occuper, histoire de faire passer le temps plus vite. Une cafetière ou un autre machin, qu'importe...

Elle sortit de ses pensées quand une tête blonde s'arrêta devant son stand et s’accroupit devant son amas de bordel, elle toisa le mec d'un oeil méfiant, comme souvent quand elle était à la citadelle alors que ce dernier matait avec un peu trop d'insistance son moteur. Non mais il faisait quoi ? Elle avait l'impression qu'elle essayait d'amadouer l'objet de venir à lui... il se croyait magicien ? Elle fronça des sourcils, n'appréciant guère cette approche étrange quand son intérêt dévia sur elle.

La fille plongea son regard dans le sien, le toisant froidement alors qu'il tentait une esquisse de sourire à laquelle, elle ne répondit pas, lâchant simplement.

"J'peux t'aider ?"

Pas de vouvoiement, ce n'était pas forcément son genre, comme l'amabilité d'ailleurs. Kate n'était pas forcément connu pour sa sympathie, surtout en ces temps durs. Elle était sur ses gardes, distante, méfiante. L'apprivoiser relevait de la patience en règle générale même si elle n'avait pas un fond méchant. Elle l'écouta lui répondre et il faut bien l'admettre, ça devenait de plus en plus louche... Ses propos étaient clairement de ceux qui voulaient cacher une utilisation peu commune d'une batterie ce qui arracha un regard encore plus méfiant de la part de la Punk.

"Hum."

Réponse tout aussi riche et complète qu'un silence. Elle baissa les yeux sur sa batterie en soupirant, réfléchissant à ce dilemme. Une part d'elle trouvait ce type VRAIMENT louche mais d'un autre côté elle ne voulait plus de la batterie et ne comptait pas la ramenait au centre alors.... Elle releva les yeux sur lui, le toisant, le jaugeant avant de croiser les bras sur sa poitrine.

"En général c'est les vendeur qui sortent ton discours... Le moteur c'est 70 capsules. Par contre elle n'est plus en état."

Elle préférait prévenir et elle avait largement gonflé le prix ou tout du moins le pensait-elle. Car bon elle avait du mal à croire qu'un gars sorti de nulle part était intéressé par ça et qu'en prime il lui sortait qu'il était prêt à débourser chère pour ce genre d'objet. Donc bon, tant qu'à faire autant en tirer un maximum non ? En tout cas c'était sa logique... A voir ce qu'il en dirait ou ce qu'il en ferait. Dans tous les cas elle l'observait pour voir sa réaction, attendant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Epidemie :: Paris :: Les galeries du métro :: La place centrale-
Sauter vers: