AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 :: Paris :: Le XIème arrondissement :: Le bidonville Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Par un début d'après-midi pluvieux... [Pv : Cassou Francoeur]

 :: Paris :: Le XIème arrondissement :: Le bidonville
avatar
Massial Jordan
Membre
Messages : 47
Date d'inscription : 20/11/2016
Age : 26
Sam 13 Jan - 0:04
Massial Jordan
Des bruits de pas semblant hésiter sur la priorité de leur propriétaire – entre respecter la tranquillité des malades ou céder à son empressement – se firent entendre dans le couloir avant qu’une tête mal peignée passe brusquement l’encadrement de la porte avec un « Ah ! » victorieux en l’apercevant.

« Elle est là ! La femme ! Elle dit qu’elle a été contactée par cette Elie. »

C’est le ton de Jonas qui alerta plus particulièrement le jeune homme, lui faisant lever le nez de l’installation de la perfusion qui l’occupait, ainsi que le léger essoufflement de l’adolescent. Alors quelqu’un avait pu mettre la main sur Elie Lesage et lui transmettre son message... Mais visiblement elle n’avait pas pu répondre présente à son appel et lui envoyait une aide alternative. Soit. Chacun faisait comme il pouvait. Et elle avait quand même pensé à lui.

Il fallait dire que le morceau était gros. Il l’avait su avant même d’arriver. Rien qu’à l’entente des symptômes et au nombre de malades – certainement sous évalués – il avait su que les choses pourraient prendre des proportions désastreuses en relativement peu de temps.

« Quel est le problème ? »

Tout en questionnant son jeune ami, Massial lui fit signe de se rapprocher et de baisser d’un ton.

« Je lui ai dit d’attendre dans le bâtiment, en face de la carcasse de bus. Je n’étais pas sûr qu’on me laisse passer jusqu’ici avec elle. Elle… elle ne passe pas vraiment inaperçu. »

Hé merde.

Ça voulait dire quoi ça ? Actuellement, il avait besoin de solutions. Pas de complications.

« Pourquoi ç… ? »

« Docteur Cassandre Francoeur elle a dit » le coupa l’adolescent, préoccupé, en balançant sa pancarte au nom d’Elie Lesage qui avait probablement aidé la femme à le repérer. « Je ne crois pas qu’elle vienne de la Citadelle. Elle fait très propre… Trop. Et elle me semble bien équipée… Et… Et bizarre aussi. »

« »

Jonas était jeune, mais il avait de la jugeote et sans doute raison. Un médecin de la Citadelle ne ferait pas ce genre de déplacement sans forte rémunération en contrepartie. Il y avait peu de chances qu’il s’agisse de l’un d’entre eux.

Se pourrait-il que cette femme soit une scientifique de l’Espoir ? C’était mauvais, si c’était le cas. Il ne comptait pas faire la fine bouche, ayant même formé une solitaire volontaire à quelques gestes afin de pouvoir déléguer et se concentrer sur ce qui ne pouvait l’être. Il avait besoin d’aide. Mais c’était mauvais. Potentiellement dangereux même. Les scientifiques n’étaient pas bien vus et l’Espoir plus généralement, pour tout un tas de raisons, justifiées ou non.

« S’ils ne veulent pas d’elle, comment on… ? »

« Je vais la chercher. Je serai de retour dans quelques minutes. »

Ajoutant une croix sur la fiche d’informations du patient avant de quitter la pièce, le blond alla retourner le sac d’un malade qu’ils n’avaient pu traiter, le vidant en deux temps trois mouvements sur un vieux fauteuil avant de le balancer sur son épaule.

« Vérifie que ceux qui parvenaient à boire le font et qu’ils gardent » recommanda-t-il en descendant les escaliers au pas de course.

« Mais… ! »

« Tiens à jour les fiches. Et garde le masque ! »

Un juron lui répondit, sans qu’il ne s’en formalise. Ouvrant la porte du bâtiment, toujours équipé de son propre masque, l’ancien étudiant en médecine tomba nez à nez avec deux solitaires s’étant improvisés gardes des lieux… pour le meilleur et pour le pire. Si à son arrivée, la veille au soir, c’est le sentiment de méfiance à le laisser agir qui avait dominé, Massial avait l’impression que celle de le voir se carapater en les laissant se démerder avait désormais pris le dessus. C’est pour cette raison que Jonas devait rester. Sortir à deux éveillerait bien trop la vigilance.

« Je vais visiter les malades du second bâtiment. »

Sans attendre de réponse et afin d’éviter toute question supplémentaire, le jeune responsable se glissa entre les deux hommes, traversant déjà la rue d’un pas pressé – du pas affairé de celui ayant trop à faire pour être dérangé. Rejoignant le bâtiment en question et sortant de leur champ de vision, il le longea sans pour autant en franchir l’entrée, s’éclipsant plutôt à l’arrière et s’enfonçant dans les allées encombrées du bidonville en direction de l’endroit où Jonas avait laissé l’inconnue.

Qu’est-ce qu’elle pouvait bien attendre ou réclamer en échange de sa participation aux soins ?
L’Espoir n’était pas le genre de groupe à distribuer ses ressources et son savoir, ni à les commercer. Il y avait longtemps qu’ils avaient tourné le dos à ce qui restait de la population et faisait même peur à une partie des survivants. En priorité les solitaires, des individus généralement de nature plus que méfiante. Mais qui pouvait vraiment les en blâmer par les temps qui couraient ?

Rejoignant rapidement le lieu qui l’intéressait, l’humaniste s’y engouffra par la large faille éventrant l’immeuble sans toit et peu susceptible d’être squatté. Si la femme était toujours là, il y avait de fortes chances qu’elle n’ait pas été inquiétée.

« Docteur Francoeur ? » appela-t-il à travers son masque blanc.

Alors que l’ancien solitaire rejetait en arrière la capuche qu’il avait rabattue sur sa tête durant le trajet, son regard sombre balaya la première pièce s’offrant à lui avant de s’avancer sur le parquet rongé par l’humidité.

Dés que l’alerte lui avait été transmise, énormément de choses s’étaient mises en place en moins de vingt quatre heures, que cela soit du côté de son clan ou du côté du bidonville. Cependant, les prochains jours ne les mettaient pas à l’abri d’une véritable flambée épidémique.



Je m'exprime en #009966
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Epidemie :: Paris :: Le XIème arrondissement :: Le bidonville-
Sauter vers: