AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
Le profil de vos personnages a été modifié, pensez à le mettre à jour !
Un nouveau clan a vu le jour: la meute !
Ayez une petite pensée pour le forum en votant sur les tops sites...

 :: Paris :: Le centre-Ville :: Musée de Cluny Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'un des pires jours de ma vie [Rosemary & Gabriel]

 :: Paris :: Le centre-Ville :: Musée de Cluny
avatar
Rosemary de Brisay
Nouvel arrivant
Mer 3 Jan - 21:51
Rosemary de Brisay



`` L'un des pires jours de ma vie.


La journée commençait plutôt mal pour Rosemary. Elle n'avait que très peu dormi et pour cause : elle avait enchaîné les cauchemars. Dans ceux-ci, plusieurs tableaux se succédaient. En premier lieu, le visage d'Yseult parmi la foule de monstre, décomposée. Puis l'accident qui, peu de temps après le début de l'apocalypse, tua son père. Pour finir par son propre visage, ridée, regardant son propre enfant servir de pâture aux monstres ou aux hommes. À chaque fois, elle était réveillée en sursaut.
Au petit matin, elle n'avait cumulée que tout au plus une petite heure de sommeil, ce qui expliquait les cernes violacées sous ses yeux et sa lenteur de raisonnement. Elle resta plusieurs minutes devant son coffre, contenant tout les vêtements qu'elle possédait. Après plusieurs minutes de blanc, elle finit par sortir une robe au hasard qu'elle prit avec elle. Toujours en chemise de nuit, elle se dirigea vers les thermes où elle se lava en utilisant le moins d'eau possible.
Rosemary se promena quelques temps dans les couloirs. Malgré ses cernes, elle restait adorable, tout le monde se retournait sur son passage. Elle tentait de l'ignorer tant bien que mal, mais après quelques temps, elle décida de s'isoler dans une bibliothèque.
Le cerveau embrumé par la fatigue, elle ne se rendit pas compte qu'elle était suivie. Peu de temps après qu'elle ait passé la porte, quelqu'un la claqua derrière elle. La jeune femme se retourna en sursautant. L'homme en question lui disait vaguement quelque chose. Après quelques instants où elle ne pensa pas au danger de la situation, mais où elle avait vu ce visage, elle réalisa que c'était celui qui l'avait insulté quelques jours plus tôt en compagnie de Roche.
Il s'avança lentement vers elle, un sourire carnassier sur son visage d'une laideur incroyable, encore plus déformer par cet air menaçant. Alors que Rosemary reculait au fur et à mesure, ne comprenant pas réellement ce qu'il voulait d'elle, il la plaqua au sol. Après lui avoir chuchoter quelques obscénités à l'oreille, il commença à lui pétrir la poitrine de force, lui faisant plus de mal qu'autre chose.
Elle tenta de crier, mais il lui couvrit la bouche avec sa main poilue. De son autre main, il lui arracha le devant de sa robe. De grosses larmes roulaient sur les joues de Rosemary alors qu'elle imaginait déjà le pire arriver. 




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gabriel Roche
Nouvel arrivant
Jeu 4 Jan - 5:08
Gabriel Roche
Il ouvre de nouveau les yeux, comme toujours dans ce lit a peine confortable, dans cette chambre solitaire qui lui as été accordée. Il souffle du nez, s'extirpe rapidement du lit puis s'allume une clope. Enfilant rapidement sa tenue habituelle, un treillis noir et une veste a capuche qu'il remonte immédiatement.

Ainsi enfermé dans sa bulle, il sort de sa chambre rejoignant le réfectoire où il croise un des hommes avec le quel il as eu une altercation quelques jours plus tôt, l'homme le fixe et s'approche de lui en le regardant dans les yeux. Gabriel pose sa main sur son torse alors que l'homme la dégage rapidement, c'est largement suffisant pour Roche. Il lui décoche une droite dans la mâchoire, le faisant reculer sur plusieurs mètres.

Décrochant a peine un sourire satisfait a l'ancien chef de bande, il siffle entre ses dents alors que l'homme se redresse prêt a lui sauter dessus, ce sont ses camarades qui le retiennent alors qu'il lâche sèchement.

On régleras ça plus tard, Roche.

Un simple rire nasal se fait entendre du côté de Roche qui passe sa langue sur ses dents.

Fait moi signe quand t'auras plus de chiens de garde, gamin.


Roche trace ensuite sa route, ne pensant absolument plus à l'incident déjà, il glisse ses écouteurs dans ses oreilles, attrapant un café avant de se rallumer une clope. Tout ça semble si enfantin pour lui, il aime ça.

Un peu plus tard il se retrouve sur les hauteurs de la bibliothèque, cette fois c'est une des rare personne qu'il apprécie ici qui entre dans son champs de vision, en contre-bas il voit Rosemary, ce qui lui arrache un simple sourire, elle s'engouffre dans une des salle, il déchante rapidement quand il voit le type a qui il avait décroché la mâchoire plus tôt lui coller aux basques, il avait un mauvais pressentiment, un très mauvais pressentiment.

Il descends les escaliers quatre a quatre, se dirigeant droit vers la petite salle. Arrêter par la main d'un des suiveurs du "chacal", voilà comme il le surnommait déjà.

Cette main se retrouve bien vite saisie par la dextre de Gabriel qui attrape son poignet, le tordant sèchement dans un mouvement tenant plus du réflexe que de l'action consciente.

T'essaye de sauver le cul de ton pote ?

Lâche t'il alors sèchement, les yeux déjà gorgés de sang.

Et toi, t'essaye de sauver le cul de ta copine ?

Lui rétorque l'homme avant de se prendre le genou de Roche en pleine mâchoire, il le tire sur le côté et l’envoi balader contre une table dans un fracas sonore, son regard parcourant les deux autres hommes présents.

N'essayez même pas.

Les deux hommes soutiennent son regard un instant, avant de se reculer d'un pas, laissant le champ libre a Roche qui file droit vers la porte qu'il enfonce d'un coup d'épaule, il tire sur sa capuche en entrant, ses pas filants droit vers l'homme qui est penché au dessus de la porteuse.

Hé, tu veux pas t'attaquer a quelqu'un qui as du répondant ? Bouffonne.

Dit il sur un ton narquois, faisant pour le moment abstraction de la situation complète, l'adrénaline faisant déjà battre son cœur plus vite qu'en temps normal, les poings serrés et le nez froncé, un loup prêt a se jeter sur tout ce qui bougeras.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rosemary de Brisay
Nouvel arrivant
Jeu 4 Jan - 22:21
Rosemary de Brisay



`` L'un des pires jours de ma vie.


Rosemary n'avait jamais cru au Prince arrivant sur son cheval blanc, pile poil où la princesse avait besoin de lui. Et pourtant, Roche était là, prêt à occire le dragon menaçant de la dévorer. L'homme qui avait plaqué Rose au sol se retourna vers lui.
Mais elle n'était pas le genre de princesse à attendre d'être sauver, même si elle avait déjà accepter le fait d'être une victime. Profitant de l'inattention de son ravisseur, elle lui balança son genou dans ses bijoux de famille.
Alors qu'il hurlait de douleur, elle en profita pour reculer, toujours les fesses à terre. Jamais elle n'aurait cru qu'il puisse être plus laid que ça, mais quand il tourna la tête, le visage déformé dans une grimace de douleur et de haine, rampant vers elle, elle se dit qu'elle avait bien tord.
Elle leva les yeux vers Roche, les joues déjà baignées de larmes. Soulagée qu'il soit là visiblement pour la sauver, elle ne put retenir les gros sanglots qui menaçait d'exploser déjà.
Si l'homme n'était pas interposé entre elle et lui, elle se serait probablement jetée dans ses bras. Finalement, elle ne désirait qu'une chose, retourner dans sa chambre pour aller dormir.
Elle se releva lentement alors qu'une douleur lui vrilla la cheville. Appuyée contre le rebord d'une fenêtre, elle se colla un peu plus contre celle ci. L'homme avait choisi d'ignorer royalement Roche et se dirigeait vers elle. Il finit par l'atteindre et lui agripper les cheveux. Elle tenta de se débattre, mais la force physique n'était clairement pas son fort. Elle jeta un coup d'oeil desespéré à Roche, lui demandant de l'aide.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gabriel Roche
Nouvel arrivant
Jeu 4 Jan - 23:53
Gabriel Roche
Surpris par la réactivité de Rosemary, Roche reste une seconde hébété puis sourit finement malgré la situation, elle venait de lui prouver a quel point elle était battante et déterminée.

Mais son sang ne fait qu'un tour quand il voit l'homme se redresse et ses doigts qui viennent saisir la chevelure d’ébène de la jeune femme, il gronde et se précipite sur lui, sa main enserrant le poignet du goret alors que son poing déjà armé part s'éclater contre le bas de sa mâchoire, ne lui laissant pas le temps de répliquer ou d'ouvrir la bouche pour se plaindre de la douleur que son coude lui offre le retour en plein front.

On régleras ça plus tard, hein ?


Siffle t'il alors entre ses dents, la pression de sa main sur le poignet de l'homme finissant par avoir raison de son emprise sur la crinière de la porteuse. Il vient le plaquer lourdement contre une des bibliothèque qui se renverse, tombant sur lui en grognant.

L'homme n'as le temps que de balbutier quelques mots que Roche en rajoute une couche, une droite qui vient frapper sa tempe alors que l'imbécile tente de saisir son poignet, c'est Roche qui finit par dégager sa main et plaquer son poignet contre le bois.

Se redressant de tout son long, il vient écraser son front contre sa mâchoire pour finir de la brisée dans un craquement audible et sourd. Roche restant un moment sur l'homme hésitant a le finir, mais il sait très bien ce qui lui arriveras si il le tue, se contentant de respirer lourdement, les yeux injectés de sang et l'expression vide de tout sentiment, froid et dur.

Tu ne l'approcheras plus jamais, ou je finirais le travail cette fois, c'est compris espèce de macaque dégénéré ?

Finiras t'il par dire, le ton tout aussi froid que son expression. Il le relâche et lui crache littéralement a la gueule, se redressant pour venir se tourner vers Rosemary, s'assurant qu'elle n'as rien de plus d'un coup d’œil rapide.

Tout va bien ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rosemary de Brisay
Nouvel arrivant
Sam 6 Jan - 12:45
Rosemary de Brisay



`` L'un des pires jours de ma vie.


Hébétée devant tant de violence, chose à laquelle elle n'était pas réellement habituée, la jeune femme resta immobile. Ayant passée la plus grande partie de l'apocalypse cachée dans ce musée, elle n'avait pas eu l'occasion de voir un combat... "réel".
Ne sachant pas trop comment réagir, elle finit par agriper le bras de Roche. Avec un regard suppliant, Rosemary secoua négativement la tête. S'il le tuait, ce serait lui qui serait en tord, peu importe ce qu'il pouvait dire.
" - Nous devons faire notre rapport à l'Eugéniste... lui seul pourra décider de sa sentence. "
Elle réfléchit comment procéder... Roche devrait probablement s'occuper de le tirer jusqu'au bureau d'un gardien qui se chargerait de le relayer à l'Eugéniste. Peut être même devraient-ils s'adresser à un des gérants des Élitistes.
Rosemary ne put pas réprimer un frisson, n'ayant pas forcément envie de croiser ceux qui l'avait fait prisonnière en raison de sa beauté. Cependant, son conditionnement repris vite le dessus. Au final, c'était pour son bien qu'elle était ici, elle devait repeupler la population avec les meilleurs enfants possibles et c'était une chance qu'on lui accorder. Elle soupira longuement.
" - Nous devrions le porter jusqu'au bureau de l'intendant... Il saura quoi en faire.
Vous voulez bien ?
"
Elle lui adressa un sourire poli, quoi qu'un peu forcé. Elle tentait de ne pas s'effondrer, réservant cette faiblesse pour plus tard. Pour l'instant, elle devait s'occuper du procès de son agresseur.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gabriel Roche
Nouvel arrivant
Jeu 11 Jan - 1:52
Gabriel Roche
En se redressant, il entends ses mots puis sent son étreinte qui se resserre sur son bras, il gronde légèrement au début mais son visage déformé par la colère reprends son calme initial.

Son habituel impassibilité refaisant vite surface et cette main n'y est certainement pas pour rien. Il soupire alors, une façons d'évacuer le stress et de contrôler l'adrénaline qui afflue abondamment après cet écart de conduite. Il dit d'une voix assurée.

"Le plus important c'est que tu soit saine et sauve, ce qui lui arriveras importe peu. Et si il doutait encore que je sois capable de mettre mes menaces a exécution désormais il est au courant."


Il passe une main sur son front pour vérifier qu'il n'y réside pas de traces de sang, le sien ou celui du guerrier qu'il vient de corriger comme il devait l'être.

Sa main plonge alors par réflexe dans la poche de sa veste, tirant son paquet de cigarette a moitié écrasé dans l'incartade. Un dernier grondement sonore se faisant entendre alors qu'il porte son regard sur elle, il se rappel qu'elle est dérangée par l'odeur du tabac et se ravise, glissant le paquet de tiges dans sa poche à nouveau.

"L'Eugéniste n'aime pas que ses guerriers transgressent ses lois, il ferras certainement de lui un exemple et c'est mérité, justifié même."

Il se courbe pour venir saisir l'homme par le col, le relevant sans douceur aucune et le fixe dans les yeux, le regard du "chacal" fuyant bien vite alors qu'il balbutie quelques mots incompréhensible. Autant dire que Gabriel ne lui as fait aucun cadeau, sa mâchoire est brisée et ses yeux gonflés par les coups, sa lèvre inférieur fendue en deux et son nez en as pris un sacré coup au passage, c'est pas beau à voir.

"Je vais l'emmener le voir, tu devrais m'accompagner il voudras certainement entendre ta version des faits, histoire qu'il ne croit pas a un simple règlement de compte entre lui et moi."

Dit il sur un ton plus tempérer lorsque il s'adresse a elle, il n'en est pas moins tremblant cela dit l'effet secondaire d'un énervement aussi soudain et d'une violence presque incontrôlée.

"Allons-y, si tu te sens."

L'interrogeant du regard, il attendras sa réponse avant de trainer l'homme devant le maître des lieux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rosemary de Brisay
Nouvel arrivant
Dim 21 Jan - 16:03
Rosemary de Brisay



`` L'un des pires jours de ma vie.


Rosemary commença à se secouer mentalement. Elle ne pouvait pas rester plantée là à rien faire. D'autant plus que Roche avait raison, l'Eugéniste voudrait certainement entendre sa version des faits. C'était même vital, car elle ne doutait pas qu'il prenne de son précieux temps pour essayer de démêler le vrai du faux. S'il devait régler l'affaire seul, ce serait probablement les deux qui finiraient puni.

Elle lissa le devant de sa robe et en profita pour rabattre les pans déchirés, cachant les parties de son corps qui étaient dévoilées. Elle se lamenta quelques secondes sur l'état pitoyable de sa robe préférée. Déchirée au niveau de la poitrine, elle était irréparable et devrait probablement la transformer en bandage pour les blessés.

La jeune femme croisa les bras sur sa poitrine, cachant le sinistre. Mal à l'aise, elle hocha la tête aux ordres de Roche, ne remarquant même pas avec quelle considération il rangea son paquet de cigarette, sachant qu'elle ne supportait pas l'odeur.

Elle le suivit, le regardant traîner derrière lui ce qu'il restait de l'homme qui avait levé la main sur elle. Rosemary réprima un haut le cœur et frissonna. Quelques curieux les regardaient. L'expression choquée de la jeune femme, le visage dévasté de son agresseur ne laissait que peu de doute sur la situation.

" - Que penses-tu qu'il va lui arriver ... ? "

Malgré le mal qu'il avait commis, on ne peut pas dire que Rosemary était ravie à l'idée qu'il soit exécuté. Elle aurait préféré qu'il soit banni à la rigueur. Elle estimait que l'était de son visage était une punition suffisante.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Epidemie :: Paris :: Le centre-Ville :: Musée de Cluny-
Sauter vers: