AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 :: Paris :: Les galeries du métro :: New Born Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un pacte avec le diable [Jade et Cassandre]

 :: Paris :: Les galeries du métro :: New Born
avatar
Jade Bane
Nouvel arrivant
Messages : 23
Date d'inscription : 19/12/2017
Age : 26
Localisation : Dans un monde dévasté
Jeu 21 Déc - 19:33
Jade Bane
-Tu es prête ma jolie ?

Jade ajustait sa tenue devant le miroir caché derrière un grand rideau derrière la scène. Elle était très belle dans sa tenue scintillante et sexy, maquillée avec minusion et sa perruque d'un turquoise électrisant. Elle se tourna vers sa chef qui lui avait posé cette question, l'une des jumelles et hocha la tête avec assurance :

-Je suis toujours prête.

La jumelle disparu alors pour prévenir le DJ de ces lieux. Jade s'approcha de la scène et regarda discrètement la salle. Encore ce soir il y avait du monde, elle reconnut quelques habitués. Et dire que dehors c'était un cauchemar, mais pourtant, ça n'empêchait pas les gens de venir l'admirer pendant qu'elle dansait. C'était quelque chose qui la rendait fière d'ailleurs. Pendant un instant, elle parvenait à faire oublier à ses gens l'horreur de cette vie, oubliant la mort, le sang, la misère et les monstres. Pendant un instant, il pensait à quelque chose de très agréable.

-Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs ! Veuillez accorder un tonerre d'applaudissement, à la belle talentueuse et séduisante JADE !!!

Voilà, c'était à elle. A son tour. Elle souffla doucement, le cœur battant à la chamade. C'était une sensation qui la gagnait à chaque fois qu'elle montait sur scène. Elle monta les marches et posa un pied sur scène. Les applaudissements commencèrent, Jade avait l'impression que son cœur battait au même rythme, cette sensation lui provoqua un frisson qui lui parcouru le dos. Elle s'avança alors souriante, pétillante et resplendissante.

Elle prit sa place sur la scène, les lumière s'éteignirent. Un silence d'impatience s'installa, augmentant les sensations qu'elle ressentait. Puis d'un coup la musique commença, la lumière s'alluma et Jade fit le premier mouvement de danse totalement synchro. C'était une chorégraphie qu'elle avait crée elle-même et travaillait des heures. Son plaisir de danser et sa passion se voyaient dans chacun de ses mouvements.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marianne Lopez
Nouvel arrivant
Messages : 9
Date d'inscription : 24/12/2017
Age : 18
Localisation : Dans mes appartements
Lun 25 Déc - 5:08
Marianne Lopez
Marianne entra dans le lieu de spectacle portant une légère valise avec ses deux mains devant elle regardant autour la populace. Chacun de ses gardes du corps lui tenait une porte pour qu’elle puisse entrer. Son regard fantomatique se porta sur la scène où dansait la femme, puis sur les gens observant la femme habillée de façon provocatrice aux yeux de l’adolescente.

C’était l’éternel et le profond qui restait dans ce regard bleu insensible à la vie. Elle voyait la forme humaine bouger avec grâce et délectation et les gens rester captifs de ces mouvements, mais la jeune trafiquante en était apparemment insensible.

Elle se détourna rapidement la tête du spectacle pour se diriger vers l’arrière-scène portant le menton haut pour signifier clairement qu’elle était au-dessus de ça. Son chemin fut bloqué par un homme qui comprit rapidement de ne pas s’imposer à la marche de la jeune femme qui releva un peu plus la tête de façon hautaine pour passer en coulisse sans avoir levé le petit doigt.

Tel un fantôme, sa venue fut sans un regard volontaire ou non sur son corps frêle. Les mouvements hypnotiques de la femme sur la scène captèrent le regard même des gardes du corps qui durent se résigner à quitter la femme des yeux pour suivre leur patronne. La jeune femme aux cheveux teints bleus s’adressa à l’une des personnes de derrière la scène qui sembla la reconnaître Marianne, probablement de réputation, et recula d’un pas.

– Je vous prierais de m’indiquer, si vous en avez l’intelligence, la loge de mademoiselle Jade Bane. Aussi, je vous prierais, de lui informer, après sa prestation de pantomime, qu’elle est requise dans ses appartements de scène, et ce, sans délais.

Son ton était froid et peu sympathique. Ce n’était pas le moment de s’embarquer dans une longue discussion. La personne lui indiqua maladroitement le lieu et elle y entera pour s’asseoir de façon droite et élégante sur un fauteuil les jambes légèrement sur le côté tel que l’étiquette le préconise.

Les gardes du corps fermèrent la porte derrière la femme qui se retrouva seule dans le lieu. Les deux hommes s’installèrent les bras croisés de chaque côté la porte de la pièce et qui allait refuser l’entrée de quiconque sauf de celle qui était conviée à la rencontre de la jeune femme.

Marianne avait plusieurs défauts, mais elle était patiente. Son regard se posa sur la pièce jugeant chaque objet qu’elle observait de la place assise.

Elle soupira doucement et ferma les yeux. Combien de temps allait-elle devoir attendre? Elle ignorait et n’en avait pas tellement quelque chose à faire. Elle était venue à la demande de son père et on ne dit pas non à son père…

Marianne allait donc attendre sagement que la femme finisse et rentre dans sa loge...


Peut-être qu'un jour je comprendrai le sens de la vie, mais pour le moment je ne comprends que le sens de l'argent...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jade Bane
Nouvel arrivant
Messages : 23
Date d'inscription : 19/12/2017
Age : 26
Localisation : Dans un monde dévasté
Sam 30 Déc - 15:30
Jade Bane
Jade dansait et faisait parfois des mouvements complexes pour montrer qu’elle n’était pas qu’une simple nana qui remuait les fesses, mais qu’elle avait un réel talent. Puis elle aimait entendre des « oh » et des « wouah ! » selon les mouvements spéciaux. Alors qu’elle se laissait glisser, elle remarqua une femme passer vers l’arrière de la scène encadrée par deux hommes baraqués. Jade ne s’en soucia pas plus que ça, c’était peut-être pour voir l’un de ses supérieurs. Elle continua alors sa danse avec professionnalisme, tout en savourant cet instant. Quand ce fut fini, elle souriait à ses spectateurs qui l’applaudissaient en sifflant. Rougissant un peu, elle fit une petite révérence et sortit de scène en faisant un petit signe de la main.

-Jade, il y a quelqu’un qui veut te voir.
-Ah ? Moi ? Pourquoi ?
-Aucune idée, elle n’a rien voulu me dire.
-Oh… bon dans ce cas, j’y vais de ce pas.

Elle enfila un peignoir et se dirigea vers la petite pièce aménagée qui servait de loge. Ce n’était pas luxueux, c’était plutôt précaire. Mais au moins elle avait un petit espace pour se changer, pour se maquiller et fixer sa perruque avec des épingles. En rentrant dans la pièce, son regard se posa sur ses « invités ». Elle fixa quelques instants la femme et eut la boule au ventre, elle dégageait quelque chose qui ne plaisait pas du tout à Jade. C’était quelque chose de froid, quelque chose qui ne s’explique pas vraiment. Jade s’installa contre un meuble et demanda :

-Qu’est-ce que je peux faire pour vous ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marianne Lopez
Nouvel arrivant
Messages : 9
Date d'inscription : 24/12/2017
Age : 18
Localisation : Dans mes appartements
Sam 30 Déc - 18:09
Marianne Lopez
Marianne posa son regard sur la porte quand elle entendit du bruit. Ce fut l’un de ses gardes du corps de l’extérieur qui ouvrit la porte à Jade pour refermer derrière elle laissant les deux femmes en tête à tête. Rapidement et d’un seul mouvement, la jeune trafiquante se leva par politesse.

– Bonsoir, mademoiselle Bane. Je vois que vos parents ne vous ont pas appris les bonnes manières. Je suis Marianne Lopez, je viens de la part de mon père.

Son regard posé sur la femme était froid, insensible et pourtant franc. Un curieux mélange dans un regard éteint et presque sans vie. Ses lèvres ne trahissaient rien, ni de dégoût, ni d’amusement, ni de haine. Sa longue chevelure bleue venait voguer sur son visage en quelques vagues.

– Mon père apprécie votre… morphologie…

Elle leva légèrement la main pour la désignée avec son peignoir sans pour autant la pointer. Marianne releva un peu le menton sans la quitter du regard.

– Mon père sait aussi ce que vous faites en échange d’une somme sonnante… Et avant que vous me posiez la question, oui, mon père, sait beaucoup de choses et si son nom vous a inconnue vous êtes encore plus sotte que je ne pourrais le penser…

La jeune femme fit un pas vers Jade, puis s’écarta de son chemin pour qu’elle prenne la place qu’elle souhaite dans sa loge. Quelque chose chez cette femme donnait froid dans le dos, son air, ses paroles à la fois polies et ne reniant pas un ton condescendant. Était-ce seulement le statut de Jade qui la rendait ainsi? Un doute subsistait sur ce fait et il était facile de croire qu’elle était comme ça avec tout le monde.

– J’espère que vous doutez que ma présence n’ait rien d’anodin. Mon père désire requérir vos services et votre présence… Désirez-vous entendre la proposition en premier ou le montant offert?

Debout devant Jade, elle tenait toujours sa petite valise devant elle, le dos droit le regard posé sur la danseuse sans vraiment tourné la tête la suivant que du regard. Certains robots devaient avoir plus de sentiment que Marianne.


Peut-être qu'un jour je comprendrai le sens de la vie, mais pour le moment je ne comprends que le sens de l'argent...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jade Bane
Nouvel arrivant
Messages : 23
Date d'inscription : 19/12/2017
Age : 26
Localisation : Dans un monde dévasté
Sam 30 Déc - 18:59
Jade Bane
Jade se crispa en entendant sa réflexion à propos de ses manières, elle s'en moquait de ne pas paraître polie, mais elle avait une sainte horreur qu'on critique ses parents. En entend son nom, elle dut faire un effort pour ne pas grimacer. Elle savait à qui elle avait affaire et ce n'était pas vraiment des gens dont elle appréciait la réputation, bien au contraire. Cependant, Jade ne put s'empêcher de lui retourner une réflexion.

-Navrée, mes parents ont préféré m'apprendre l'altruisme, chose que vous ne devez pas connaître.

Elle savait que ce n'était pas une bonne chose de faire une réflexion de la sorte à cette femme qui avait une telle réputation, mais c'était plus fort qu'elle. Cependant Jade ne rajouta rien de plus et se figea en entendant la raison de sa présence. Elle travaillait pour cet homme ? Rien qu'à l'imaginer elle eut un frisson d'horreur. Mais elle ne préféra rien dire et ne rien laisser paraître, elle attendit silencieusement que cette Marianne termine. Ce ne fut qu'une fois qu'elle était sûr qu'elle attendait une réponse d'elle que Jade prit la parole

-Je sais très bien qui est votre père. D'habitude je refuserai même parler affaire, je ne danse qu'ici et le reste de mon travail, je le pratique qu'avec des hommes que j'ai appris à connaître et sous . Mais comme j'ignore ce qu'il veut vraiment, je vais attendre que vous m'expliquiez ça et que vous parlez du montant qu'il propose. Je vous écoute.

Jade avait commencé à faire quelques trousses de secours et quelques paquets de vivres dans sa chambre. Mais en ce moment elle galérait à mettre la main sur certaines choses. Cela lui tenait vraiment à cœur d'apporter cela à temps aux quelques groupes de réfugiés qu'elle avait repéré lors de sa dernière exploration. Mais pour ça, il fallait qu'elle ait assez d'argent.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marianne Lopez
Nouvel arrivant
Messages : 9
Date d'inscription : 24/12/2017
Age : 18
Localisation : Dans mes appartements
Mar 2 Jan - 18:10
Marianne Lopez
Marianne ne tressaillit pas aux paroles de la femme comme si cela lui avait glissé sur le dos. Le regard sombre posé sur la femme et n’ouvrant les lèvres que pour parler d’un ton doux, mais sec.

– Mon père n’avait pas le temps de m’apprendre ce genre de futilité. Il a préféré m’apprendre d’autres valeurs qui me permettent d’éviter d’offrir mon corps aux yeux et aux mains d’hommes ingrats.

Marianne debout de la femme restait droite et fière sans laisser passer un gramme de sentiment sur son visage. Un simple regard hautain naturel était incrusté sur son visage comme si cet air était naturel. Elle passa au sujet principal sans prêter plus d’attention aux attaques verbales.

– Je suis heureuse que vous acceptiez d’écouter la requête de mon père. Mon père n’est pas un homme ingrat et sait rémunéré adéquatement.

La joie ne se lisait pas sur son visage, c’était clairement une phrase apprise et qui pourrait en faire sourire plus d’un avec l’air condescendant de la femme qui ne fonctionnait pas avec les paroles.

– Mon père souhaite pour son anniversaire qui approche avoir votre compagnie. Il m’a demandé de vous apporter sa requête de vous accueillir dans sa demeure pour une semaine. Vous seriez bien sûr traité avec respect et serez rémunéré en conséquence… Il a besoin de compagnie plus douce et joviale. En somme, vous tiendriez compagnie à mon père. Soyez rassuré, mon père ne désire pas que vous soyez témoin des développements de l’entreprise. Mon père s’accorde une semaine de vacances pour le passé en agréable compagnie.

Doucement, Marianne ouvrit sa valise et y sortit un contrat et le tendit à la femme.

– Bien entendu, mon père s’engage par écrit de votre sécurité, votre confort et d’une rémunération adéquate. Vous serez logis, nourris et habillés à sa charge. Vous aurez à votre disposition tout le confort et commodité de sa résidence. Mon père est un homme d’affaires avant tout. Je vous présente cette offre d’avance et vous n’avez pas à accepter immédiatement.

Elle s’approcha d’un pas de femme pour parler plus doucement.

– Tout ce que vous avez besoin de savoir est indiqué dans le contrat. Si vos parents ont eu le temps de vous apprendre l’altruisme, ils ont dû avoir le temps de vous apprendre à lire. Ah et avant que vous ne posiez la question, non il n’y a pas eu d’erreur typographique dans le montant de la contrepartie. Ceux-ci incluent votre perte de salaire pour la semaine que vous ne pourrez pas être présent en ces lieux, en plus du montant qu’il paie pour votre présence.

Le contrat était écrit à la machine à écrire sans faute, sans coquille. Lu et relu, contresigné par le père de Marianne qui semblait l’avoir déjà lu d’avance et avait inscrit le montant de la rémunération à la main.

– Mon père verrait d’un mauvais œil que vous déchiriez le contrat. Si vous avez des craintes au sujet de ma présence, je n’habite pas avec mon père. Vous n’aurez donc aucun autre regard que le sien à vous préoccuper. Mes fonctions, si vous acceptez ce contrat, seront celles de vous offrir les vêtements que vous souhaitez auprès de notre couturier, de vous accompagner pour un soin complet de la peau et de vous escorter ensuite jusqu’à chez lui dans le confort et la sécurité.

Elle referma sa valise gardant la tête haute, sachant son rôle exact dans le déroulement de l’histoire. Son père faisait ce qu’il voulait de son argent et Marianne ne semblait pas y voir de problème.

– Avez-vous des questions? Aurez-vous besoin de temps pour réfléchir à la proposition? Mon père ne souhaite pas que vous preniez une décision sous la pression, il serait déçu d’une décision précipitée.


Peut-être qu'un jour je comprendrai le sens de la vie, mais pour le moment je ne comprends que le sens de l'argent...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jade Bane
Nouvel arrivant
Messages : 23
Date d'inscription : 19/12/2017
Age : 26
Localisation : Dans un monde dévasté
Ven 5 Jan - 23:50
Jade Bane
Voilà ! Jade détestait officiellement cette personne qui se tenait devant elle. Tout l'énervait chez elle. Ce visage sans expression, ses réflexions, sa voix et son attitude hautaines. Jade avait juste envie de lui sauter dessus pour la secouer et la faire descendre sur terre. Mais ce n'était pas le genre de Jade et en plus, un regard vers ses deux gorilles ça suffisait à la calmer. Elle se contenta alors de rajouter une dernière réflexion :

-Je préfère donner un peu de ma personne à quelques hommes ou femmes pour survivre, plutôt que d'écraser les autres pour vivre dans un confort luxueux.

Dans le fond, elle n'aimait pas ça. Jade n'acceptait de coucher avec quelqu'un que quand elle avait besoin d'argent pour l'un de ses projets. Mais elle n'avait que quatre clients attitrés, tous en bonne santé et surtout d'une nature assez gentil. Jade refusait de s'offrir à quelqu'un avec qui elle n'avait pas fait un minimum connaissance et encore moins avec quelqu'un qu'elle n'appréciait pas. Elle avait décliné beaucoup d'offres, mais si elle ne le faisait pas elle n'aurait pas la conscience tranquille. C'est pour ça que si elle s'écouterait, elle mettrait cette femme de suite dehors, mais malheureusement, elle n'était pas n'importe qui et c'était dangereux de fermer la porte au nez de ces personnes.

Du coup, Jade se retrouva obligée d'écouter parler cette femme détestable. Elle s'installa sur un gros pouf et l'écouta parler. Elle frissonna rien qu'à l'idée de passer une semaine entière avec cet homme. Un homme qu'elle ne connaissait pas et surtout un homme avec cette réputation. Plus elle parlait, plus elle avait envie de refuser l'offre surtout après sa pique sur sa capacité à lire.

Vint le moment où elle fit un commentaire sur le montant qu'elle allait toucher. Jade se rendit à ce passage en survolant le reste du contrat qu'elle allait lire très attentivement avant de signer quoique ce soit, enfin si elle acceptait. Jade s'arrêta sur le montant et le regarda avec des yeux ronds, c'était une somme énorme pour quelqu'un comme elle. Avec cette somme elle pourrait faire bien plus que son projet de trousses de secours dans le bidonville et autres groupes de solitaire.

Ce qui la fit douter un peu. Mais elle ne pouvait accepter ça comme ça. Quand l'autre lui demanda si elle avait besoin de temps, Jade fixa alors le contrat songeuse. Elle ne savait pas du tout quoi faire pour le coup. Son envie d'aider le maximum de personnes la poussait à dire oui, une autre partie n'avait pas envie qu'elle fasse un tel sacrifice pour ça. Jade leva les yeux vers la femme et lui dit alors :


-J'ai besoin de plus de temps, je dois lire ce contrat en entier et réfléchir un peu. Puis, je rajoute une close si j'accepte ce contrat. Votre père devra faire un bilan de santé avant de m'accueillir pour une semaine, c'est quelque chose que j'impose et qui n'est pas négociable.

Jade la regarda fixement, affichant un air sérieux. C'était une transaction importe, elle devait mettre les points sur les "i" tout de suite, car au pire ça le brusquait et qu'il faisait demi-tour, ça éviterait à Jade de faire un choix.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Marianne Lopez
Nouvel arrivant
Messages : 9
Date d'inscription : 24/12/2017
Age : 18
Localisation : Dans mes appartements
Dim 7 Jan - 4:27
Marianne Lopez
Marianne voyait très bien l’expression de la femme remplie de haine et d’une certaine incompréhension de vivre au crochet d’un homme aussi horrible que son père. Qui était le vrai démon entre son père et cette jeune femme qui exécutait les ordres de ce premier? Ce visage sans émotion laissa la jeune femme parler, sans démontrer de sympathie ou de dégoût envers la danseuse. Son visage voulait exprimer le tout et le néant. L’univers aurait pu habiter dans ce regard bleu glace qui semblait briller d’une flamme sortant des enfers.

– C’est votre choix d’utiliser votre corps pour pouvoir vivre. Ce sont des gens comme mon père qui permet votre survie, sans pour autant vous obliger à travailler pour lui dans la vie courante. Personnellement, je préfère opprimer que d’être, veuillez pardonner mon expression, exploiter physiquement.

La jeune trafiquante remonta la tête et par conséquent baissa le regard pour pouvoir toujours regarder Jade. Son ton était resté neutre et froid, sans vraiment appuyer ses propos par un ton condescendant, ce n’était probablement pas par respect, mais peut-être par habitude afin d’éviter un ton trop arrogant.

Quand la femme mentionna sa clause personnelle, Marianne fouilla dans sa petite valise. Elle y sortit un stylo à bille rose et bleu. Une petite folie dans la vie de la jeune femme ou simplement un caprice de princesse.

– Bien entendu mademoiselle Bane, que ce soit pour le temps que vous désirez pour lire ou pour l’ajout de la clause. Je parlerai au nom de mon père, j’aimerais que la clause inclue un test complet pour vous aussi. Nous avons un médecin personnel fiable que nous connaissions avant les événements des dernières années. J’ignore qui sont les médecins de vos dernières conquêtes et clients, mais j’espère que vous aviez vérifié l’authenticité de leur test. Dans cet environnement entre mort et survit, charlatan et profiteur prolifère. Vous pouvez reprocher beaucoup de choses à notre famille, mais nous sommes des gens avec une réputation et croyez-moi, nous ne mettrons pas notre réputation en péril pour un simple test. Vous pouvez donc croire que le médecin sera neutre. Tous frais payé par mon père bien entendu. Vous obtiendrez les résultats avant la semaine, si les résultats ne vous conviennent pas, le contrat sera nul et non avenu.

Marianne toujours debout regarda Jade installer à son aise pour regarder brièvement le document.

– Désirez-vous rédiger la clause vous-même, si vous savez écrire, ou désirez-vous que j’en fasse l’écriture? De plus, désirez-vous que je quitte vos appartements pour que vous puissiez en faire la lecture? Combien de temps pensez-vous avoir besoin. Si ce n’est qu’une question de minutes ou d’heures, je peux patienter dans l’établissement. Si c’est une question de jour, je reviendrai, afin que vous n’ayez pas à vous déplacer. Si vous n’exigez pas mon départ, me permettez-vous de m’asseoir?

La jeune femme se tourna de profil à Jade pour observer le miroir et le bureau où étaient placés les objets personnels de la jeune femme.

– Peut-être vous n’en aurez rien à faire de ce que je vais vous mentionnez et dans un tel cas, faites-en simplement abstraction. Mon père faisait venir toujours la même femme pour son anniversaire. Elle est décédée plus tôt dans l’année dans une attaque. Mon père n’a jamais levé la main sur une femme, sinon j’en aurais sûrement été la première victime et je crois, si je peux me permettre, que je suis traité adéquatement. Il vaut mieux être avec nous que contre nous… Mon père ne considéra pas votre refus comme un affront, mais il sera déçu. Mon père est un homme discret, vous l’avez déjà vu sans même le savoir.

Son regard était toujours aussi vide et détaché, mais sa voix était peut-être plus douce ou plus humaine quand elle parlait de son père. C’était une jeune femme obéissante, mais elle avait sa propre volonté et sa propre volonté semblait s’être légèrement exprimée pendant un bref instant. Ces paroles rendait-elle Marianne plus humaine? Probablement pas, même si on pouvait être sur que ces paroles étaient vraies, vu ces commentaires précédents, mentir serait du superflu inutile, quelque chose en elle semblait avoir tuer son humanité à petit feu. Sa voix n’était peut-être qu’au fond un reste d’une enfance qu’elle avait elle-même mutilé.


Peut-être qu'un jour je comprendrai le sens de la vie, mais pour le moment je ne comprends que le sens de l'argent...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jade Bane
Nouvel arrivant
Messages : 23
Date d'inscription : 19/12/2017
Age : 26
Localisation : Dans un monde dévasté
Mer 17 Jan - 21:05
Jade Bane
Elle ne faisait même plus attention aux remarques et aux airs hauts placés de cette femme. Elle n’en valait tout simplement pas la peine, quand on savait ce que la vie valait à ses yeux, il valait mieux l’ignorer. Jade se contenta alors de répondre à sa remarque sur ses partenaires :

-Ils ne sont que quatre et ils ont consulté le médecin de la citadelle. Je connais ce médecin et il m’a confirmé ses analyses. Puis je fais un bilan de santé régulièrement, je peux aussi le fournir.

Elle regarda l’heure et l’épaisseur du dossier pour évaluer un peu combien de temps ça allait lui prendre, sachant qu’elle n’avait pas fini sa journée. Puis elle devait aussi y réfléchir et se renseigner sur cet homme. Ce que disait la femme sur son propre père était rassurant, mais tout de même. Cela restait effrayant, elle n’allait jamais avec des inconnus sans préalablement faire connaissance. Elle se contenta de lui dire :

-J’ai besoin d’un peu de temps pour pouvoir le lire tranquillement et pour réfléchir un peu ce n’est pas quelque chose à prendre à la légère.

Jade repensa à ses conditions et se leva en lui disant :

-Je vais écrire mes conditions, mais ça sera sur des feuilles simples et écrit à la main au stylo, je n’ai pas accès à quelque chose pour faire comme vous. Je ne vais pas rajouter grand-chose, juste le fait que si je veux partir si je ne supporte pas cela, je le peux. Puis que je ne veux aucune violence physique ou verbale.

Elle posa le contrat sur sa « coiffeuse », et se dirigea vers ses affaires pour chercher sa prochaine tenue. Jade sortit une jolie robe violette et se tourna vers Marianne en lui disant :

-Donc on fait comment ? Car je dois me préparer pour ma prochaine danse qui est dans environ dix minutes.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Epidemie :: Paris :: Les galeries du métro :: New Born-
Sauter vers: