AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
Le profil de vos personnages a été modifié, pensez à le mettre à jour !
Un nouveau clan a vu le jour: la meute !
Ayez une petite pensée pour le forum en votant sur les tops sites...

 :: Paris :: Le centre-Ville :: Les rues et les ruines Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Noir & Blanc [ft Valkyrie]

 :: Paris :: Le centre-Ville :: Les rues et les ruines
avatar
Katerina Ivanovna
Nouvel arrivant
Mer 6 Déc - 22:12
Katerina Ivanovna
Le bruit léger du vent dans le feuillage et la douce lumière lunaire. C’est dans ce havre de paix et d’harmonie, comme un entre deux monde, que Nina se réveille paisiblement. Sa nuit n’a pas été mouvementé pour une fois, et l’angoisse est bien loin de ses pensées. Étendue dans son lit, songeuse, elle s’habitue à l’obscurité ambiante par le battement de ses cils. Lorsque son iris parvint à distinguer les ombres dans la pièce silencieuse, c’est le signe de son réveil.

Elle se met à bouger délicatement pour se redresser, assise sur son matelas miteux mais plutôt confortable. Prise d’un bâillement, elle s’étire discrètement de tout son long avant de s’assoir sur le bord de son lit. Ses mouvements alertent sa chienne, Faya, qui relève le museau, intriguée. Malgré le visage impassible qu’elle affiche, Nina est pourtant tiraillée de l’intérieur et ça Faya le sait. La jeune femme n’a de cesse de se remémorer la perte de sa sœur et son cœur est empli de remords. La culpabilité la ronge un peu plus chaque jour, mais elle tente d’y faire face, masquant son inquiétude par un regard de glace.

Repoussant ses sombres pensées, elle décide de se lever d’un geste brusque mais entrainant – ce qui ne manque pas d’alerter la chienne. Ce morfondre ne sert à rien, mieux vaut se rendre utile. Se tournant vers son armoire, elle enfile quelques vêtements légers et confortables : son haut habituel, séparé de son legging noir par une ceinture ample, et ses armes fétiches cachées habilement dans ses chaussures et mitaines. Une fois parée, elle se mit à caresser allègrement sa compagne de toujours, qui en retour remua la queue et afficha un sourire garnie de canines aiguisées. Après cet échange qui la remit de bonne humeur, elle sortit de la chambre en tâchant de faire le moins de bruit possible afin de ne pas réveiller ses comparses encore sous le joug du sommeil.

Suive de près par Faya, la jeune femme traversa le musée pour se rendre au réfectoire. Là, un repas l’attendait : elle ne se fit pas priée pour en dévorer la moindre part. Lorsque son ventre fut rassasié – ce qui fut tout de même rapidement le cas – elle se mit à réfléchir aux possibilités qui s’offraient à elle. La première idée qui lui vint à l’esprit : une sortie. Il fallait en profiter tant que le jour n’était pas levé, mais elle ne voulait cependant pas se hasarder à un raid à l’aveugle, bien trop risqué. Elle fit une liste mentale des différentes zones à explorer afin de ramener du butin sans trop d’inconvénients ou de dangers. Pourtant, les zones plus dangereuses offraient plus de récompenses, mais pour elle seule se serait un trop grand défi. Peut-être réfléchirait-elle à faire équipe avec quelqu’un, mais qui voudrait accompagner la faucheuse a l’air sombre et glacé ?
Prise dans ses pensées, elle en oublia ses pas qui la conduisirent à l’extérieur de l’enceinte. Ce fut le sifflement de Faya qui la ramena à la raison, que Nina s’empressa de remercier d’un hochement de tête furtif.

C’était une belle journée qui commençait. Une brise nocturne lui caressait la peau tandis que le silence qui régnait l’apaisait. Le silence ? Pas tout à fait, au loin se faisait entendre un claquement de fer. Intriguée, Nina se déplaça en direction de la provenance du fracas d’un pas rapide. Ce qu’elle aperçut ravit ses pupilles : l’entrainement d’une autre guerrière, prise dans le feu de l’action. Un enchainement de coups parfaitement synchronisés sous un équilibre harmonieux. Une valse euphorique dont le rythme fait perdre haleine. Le genre d’entrainement digne des plus grands. Le genre que Nina adore.

Alors elle fut prise dans une grande contemplation, ne se lassant pas du spectacle. Pendant quelques minutes, les coups s’enchaînaient les uns derrières les autres sous le regard apathique de Nina, pourtant joyeuse, les yeux fixant sans faiblir l’autre femme et sa danse des lames.


PS : promis je fais une fiche rp au plus vite :')
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Valkyrie
Nouvel arrivant
Localisation : dans le dedans du Québec merveilleux
Dim 10 Déc - 20:11
Valkyrie
Cela faisait plusieurs jours que Valkyrie se prélassait au musée sans rien faire, simplement se prélasser. Ça lui faisait plaisir de rien faire une fois de temps en temps, mais aujourd’hui c’était assez. Elle allait devenir molle à rien faire comme ça, donc elle n’allait pas être douce avec elle-même. Aujourd’hui ce sera entrainement par-dessus entrainement, aucun relâchement possible et toujours donner l’effort maximal. Elle s’habilla rapidement, prit la peine de mettre des gants noirs pour épargner un minimum les sévices du froid à ses jolies mains et fixa le fourreau de son épée à l’endroit habituel. L’aube n’était même pas levée, parfait. Presque personne devait être levé mais les cuisines devaient déjà être en train de fonctionner pour offrir le petit-déjeuner. Donc, l’épéiste était presque la seule à se déplacer dans le musée. Elle passa par les cuisines et remarqua avec joie que Claire était la cuisinière du matin. Profitant de leur relation, Valkyrie s’introduisit parmi les fourneaux pour saisir deux cuisses de volailles.

- Eh tu sais bien que tu n’as pas le droit de piquer comme ça !
- Roh aller, tu me donne toujours des plus grosses portions, je ne te dérangerai pas plus que ça.

La cuisinière roula des yeux en se remettant au travail tandis que Valkyrie lui servait un clin d’œil révélateur. Elle dégusta ses cuisses de volailles merveilleusement bien cuisinées en se dirigeant vers l’extérieur. Jetant les os dans un coin une fois son repas terminé, la blanchâtre commença une grande série d’exercices inarrêtables. Elle commença enfin à s’entrainer avec son arme au moins une bonne heure plus tard. Dansant autour d’une cible improvisée assez solide pour résister aux coups de l’Élitiste. Elle tournoyait sans arrêt autour d’elle, les cheveux aux vents et la lame presque imperceptible. Se sentant observée, elle fit une dernière rotation pour terminer d’un coup violent tranchant le mannequin en deux. Elle s’était arrêtée devant la femme aux cheveux noirs et son chien qui l’observait depuis peu. Haletante, elle rengaina son arme et commença à attacher ses cheveux en approchant de l’inconnue. Elle ne voyant pas d’arme pendre sur ses jolies hanches ou dans son dos, donc soit elle était suicidaire, soit elle se sentait en sécurité au musée ou bien elle était suicidaire. Elle avait un joli minois, un air semblable au sien et Val’ aimait bien les chevelures noires.

- Le spectacle t’as plu ? Avec une tête comme la tienne tu n’es sûrement pas porteuse, tu devrais avoir de nombreux tours dans ton sac. Moi aussi j’aimerais bien t’admirer.

Valkyrie se rapprocha d’elle, cette femme semblait vraiment être forgée dans le même acier qu’elle, ce qui attirait son respect.

- J’ai déjà envie de tester ta lame. Elle rit un peu. Je suis Valkyrie, je suis une guerrière au cas où ce n’était pas assez évident.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Epidemie :: Paris :: Le centre-Ville :: Les rues et les ruines-
Sauter vers: