AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
Le profil de vos personnages a été modifié, pensez à le mettre à jour !
Un nouveau clan a vu le jour: la meute !
Ayez une petite pensée pour le forum en votant sur les tops sites...

 :: Paris :: Le XIIème arrondissement :: Le centre de recherche Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Team Espoir ! [Charlie, Frank, Jacob & Cassandre]

 :: Paris :: Le XIIème arrondissement :: Le centre de recherche
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Charlie Renarde
Admin
Ven 8 Déc - 23:39
Charlie Renarde



Amochée, mais sauvée
La team espoir

Les deux soldats se mirent à courir aussi vite que possible, changeant souvent de direction pour les semer. Ce ne fut qu'au bout d'un bon moment et bien plus loin, qu'ils se mirent à ralentir. Ce fut à ce moment là que le soldat Walker, Frank si elle se souvenait bien, se mit à lui parler de ses blessures en lui disant que le gars ne l'avait pas loupé. Charlie regarda son bras en grimaçant :

-Oui, j'ai intérêt à bien désinfecté et me faire examiner. Ces hommes étaient...

Elle réfléchit à un moment pour décrire ce qu'elle pensait et c'est à ce moment que Frank précisa qu'elle avec un peu de sang dans ses cheveux. Charlie passa sa main où elle avait mal et la retirer, ses doigts étaient rouges. Elle regarda inquiète autour d'elle se souciant bien plus de la situation que de son état :

-Oui, s'il te plaît, il ne faudrait pas que je continue de saigner ainsi au risque d'attirer des infectés.

Charlie finit par s'arrêter dans un coin calme et s'installa assise sur un vieux bloc de béton et détacha ses cheveux pour que Frank puisse mieux regarder. Pendant ce temps elle se mit à réfléchir et s'inquiéter pour les autres :

-Je n'aime ça, être séparée comme ça des autres... Jacob connaît l'endroit où on voulait aller pour chasser un infecté, mais... est-ce qu'ils vont vraiment penser à se rendre au point de rendez-vous. Je me demande si Jacob a pris son talkie-walkie... enfin... ça ne sert à rien s'il ne pense pas à l'allumer.

Charlie sortit le sien de son sac et l'alluma. Rien. Elle essaya de le joindre, mais rien à faire, il n'avait pas allumé le sien. La jeune femme le posa à côté d'elle, le gardant allumé au cas où. Elle soupira et demanda alors à Frank :

-D'après toi, qu'est-ce qu'on devrait faire ? Aller au point de la mission en espérant qu'ils aient cette idée ou retourner dans le secteur de l'attaque pour vérifier qu'ils ne soient pas resté là bas ?


by Moses


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Frank Walker
Nouvel arrivant
Dim 10 Déc - 17:46
Frank Walker
J'attends d'avoir l'approbation de Charlie afin d'examiner l'arrière de son crâne probablement encore endolori par le contre-coup durant l'assaut. Ses doigts étant rouges après avoir tâté la blessure, il n'en fallait pas plus pour que je décide dans un élan d'initiatives de porter mon attention dessus, à vue d’œil. On continue malgré tout d'avancer mais pas bien loin, juste le temps de se poser tranquillement dans un coin qui parait calme.

Elle en profite pour s'asseoir sur un bloc de béton, je m'installe derrière elle pendant qu'elle lâchait ses cheveux afin que je puisse mieux voir sa plaie, sauf qu'elle ne cessait de remuer pour fouiller dans ses affaires, je pose donc mes mains de chaque côté de sa tête en lui disant d'un ton ferme :

"- Si tu continues de bouger, je ne pourrai pas bien voir l'ampleur des dégâts. Reste immobile, ça ne sera pas long, t'en fais pas."

Je voulais tout de même me montrer rassurant pour ne pas avoir l'air trop dur vis à vis d'elle, ayant subi pas mal dernièrement selon les rumeurs, je ne tenais pas à passer pour un vieux con. C'est une première que je me soucie un minimum de ça, d'habitude je m'en fous royalement mais là, c'était différent, Charlie reste une jeune femme meurtrie, inutile d'en rajouter pour l'achever un peu plus. J'écarte les quelques mèches rebelles qui se retrouvaient collées au sang légèrement séché avec le peu de délicatesse que je pouvais effectuer à travers mes gestes.

"- Ça va ? J'te fais pas mal ?"

Toujours l'expression impassible qui allait peu à peu à l'encontre de mes mots, je commence à examiner plus en détails la blessure. Rien de bien alarmant, il y avait plus de sang que d'inquiétude à avoir, je tends ma main au-dessus de son épaule, gardant l’œil sur l'amas de liquide rougeâtre.

"- Tu peux me passer de quoi nettoyer et un bandage ? Plus de peur que de mal, rassure-toi."


Pendant que je m'occupais d'elle, Charlie me parle du binôme, elle avait plus l'air de se soucier du sort des autres plutôt que de son propre cas, je trouve ça admirable sachant qu'elle n'est pas au mieux de sa forme, je souris à l'entendre nommer le blondiniais par rapport au talkie-walkie qu'il n'avait apparemment pas allumé. Sur le coup, je me dis que ça ne m'étonne pas trop qu'il soit tête en l'air puis, au vu de la situation dans laquelle ils s'étaient retrouvés avant de finir scindés en deux groupes, c'est quelque part logique qu'il n'ait pas le temps de se préoccuper de les contacter, leur sécurité pourrait être compromise en tentant de communiquer avec nous.

"- Pas de nouvelle, bonne nouvelle, comme on dit... Je suis sûr qu'ils vont bien."

Je ne suis pas du genre optimiste, loin de là, mais si on part défaitistes avant même que la mission ne soit réellement lancée, on ne risque pas d'atteindre l'objectif avec ce type de pensées. Il faut essayer de croire en eux, se dire qu'à l'heure où nous parlons, ils ont pu se sortir de ce foutoir. Charlie se mit à soupirer avant de me poser LA question qui pourrait changer le cours des choses.

"- D'après toi, qu'est-ce qu'on devrait faire ? Aller au point de la mission en espérant qu'ils aient cette idée ou retourner dans le secteur de l'attaque pour vérifier qu'ils ne soient pas restés là bas ?"


Un tel dilemme demande un minimum de réflexion, pesant le pour et le contre selon notre propre situation. Retourner sur place pourrait être suicidaire mais l'esprit d'équipe doit passer avant tout le reste, sachant qu'à la base, je ne voulais en aucun cas que le groupe finisse par se séparer, quel qu'en soit la raison mais les évènements en ont décidé autrement. Après quelques minutes à murement réfléchir, je donne ma réponse.

"- Hum... Si on part directement jusqu'au point de rendez-vous et qu'on ne les y voit pas, on devra rebrousser chemin ou les attendre sur place, en gros, ça serait la merde. Je pense qu'on devrait retourner sur nos pas, quitte à poireauter ici un peu avant pour s'assurer que les bouffeurs de viande aient quitté le périmètre, que ça se calme. Dans tous les cas, je ne tiens pas à partir là-bas sans eux, les compagnons d'armes passent avant. Nous devons les retrouver, car si on se barre et qu'ils sont cernés quelque part, on ne pourra pas leur venir en aide tandis qu'en suivant leur possible direction, on pourra essayer d'en faire quelque chose."


Je peux paraitre catégorique mais le travail d'équipe reste la base pour survivre, nous devons pouvoir compter les uns sur les autres, être solidaires, surtout en cas de mission aussi dangereuse que celle-ci. Nous ne pouvons pas nous permettre de prendre des risques, s'assurer que les autres aillent bien doit être la priorité avant de continuer.

"- Et toi, t'en penses quoi ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jacob Sinclair
Nouvel arrivant
Lun 11 Déc - 16:51
Jacob Sinclair
Les hypothèses de Cassandre étaient intéressantes, mais Jacob pensait plutôt que leur groupe est surtout passé au mauvais endroit au mauvais moment. De toute façon réfléchir au pourquoi du comment, Il fallait faire quelque chose. Le Doc’ était en faveur de rejoindre les deux autres et, intérieurement, Jacob était content de l’apprendre. Il en faisait abstraction de son mieux mais lâcher Charlie comme ça lors de sa première sortie depuis un moment lui faisait grincer des dents. Le blond était d’ailleurs, en apparence, plus calme que Cassandre, ce qui était une première.

- très bien, rejoignons les autres dans ce cas.


C’est alors qu’elle s’imposa pour lui offrir des soins de base. Il n’appréciait pas particulièrement se faire soigner en zone dangereuse, ni montrer à tous ceux pouvant le voir qu’il était blessé, mais bon. Le doc’ faisait ça pour son bien, il n’allait pas faire l’enfant.

- Sauf votre respect, il en faut bien plus pour me mettre hors combat. C’est pas une épaule endolorie qui m’empêchera de mener cette mission à bien, mais merci.

D’un commun accord silencieux, le duo s’engagea dans la ruelle menant au point de départ, où ils ont dû se séparer. Tout était calme, Jacob n’aimait pas ça. De plus en plus inquiet, il regardait un peu partout pour ne pas se faire surprendre par un cannibale ou repérer ses coéquipiers. Encore une fois, aucun signe de personne. Les cannibales ainsi que Charlie et Frank n’étaient plus là. Soit tous les cannibales étaient morts, soit ils ont poursuivi les deux autres ou bien ils ont réussi à les capturer. Et ça, Jacob refusait d’y croire. Charlie se serait battu jusqu’à la mort et Walker n’avait pas l’air du type qui se laisse faire. Cachant de son mieux son inquiétude, il saisit son talkie-walkie, oubliant même de s’assurer si celui de Charlie était allumé.

- Charlie, on va faire un détour vers le point de rendez-vous. On se retrouve là-bas aussi vite que possible.

Jacob replaça l’objet de communication à sa ceinture en le laissant allumer, priant pour recevoir une réponse. Il soupira en regardant autour de lui avant de poser sn regard sur Cassandre.

- Aller, on bouge. Ça prendra un peu plus de temps que prévu, mais vous allez lavoir votre infecté.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cassandre Francoeur
Membre
Sam 16 Déc - 18:19
Cassandre Francoeur
Cassandre regarda l’homme a qui elle avait immobilisé un bras et s’adressa à lui à voix basse, mais irrité.

– Sauf votre respect, soldat Sinclair, si les tendons de votre épaule subissent des étirements exagérés vous serez considéré comme inapte au terrain, car ça sera bel et bien le cas. À moins que vous ne vouliez plus venir sur le terrain, laisser les médecins faire leur travail.

Alors que l’homme parla par talkie-walkie, la scientifique se leva et regarda autour d’elle. Elle fit un pivotement sur elle-même pour regarder autour.

Des ruines, du sang, pas de cadavre de leur collègue. La femme s’approcha d’un cadavre encore fumant pour lui jeter un bref regard. C’était l’homme qu’elle avait immolé, il y avait quelques minutes, son armure ne l’avait pas protégé du feu.

Elle resta devant ce corps fumant, impassible, alors que beaucoup auraient eu la nausée. Peut-être qu’elle gardait ça pour plus tard, mais elle finit par se tourner de nouveau vers le soldat qu’elle avait suivi sans broncher. Ce n’était pas une enfant ou une tête de mule qui ne savait pas suivre les ordres contrairement aux croyances populaires. Cependant, les croyances populaires se basaient bien sur quelque chose… Que pouvait bien cacher cette scientifique derrière son visage masqué.

– J’apprécie votre optimiste soldat Sinclair, mais nous allons commencer par retrouver Soldat Walker et mademoiselle Renarde, nous allons voir ensuite ce que nous ferons.

Le ton de la femme semblait irrité et peut-être un peu énervé par la situation. Pensait-elle que ces hommes étaient des incompétents? Peut-être, ils le sauraient rapidement si elle faisait un rapport à leur supérieure ou si elle allait crier comme une hystérique dans le bureau du supérieur immédiat de mademoiselle Renarde. Peut-être aussi qu’elle ferait un rapport d’incident sans préciser ses irritations sur l’organisation ou du peu d’effectifs qu’elle avait eu pour cette mission dangereuse. Les suppositions étaient grandes et les preuves sur ce qu’elle pouvait faire étaient faibles. Seul l’avenir allait dire ce qu’elle ferait.

Cassandre stoppa net au milieu de la rue, elle observa autour d’elle, levant le nez vers le ciel un bref instant, puis repris la marche pour s’approcher de son garde du corps temporaire. Bien que dans l’état du blondinet il serait difficile de qui allait pouvoir protéger qui. Elle toucha rapidement le soldat sur l’épaule en état avec le dos de sa main pour attirer l’attention de celui-ci.

– Entends-tu les voix? Je sais que je peux être un peu folle sur les bords, mais je ne crois pas que j’ai commencé à entendre des voix dans mon esprit…

Plaisanta-t-elle brièvement, se tournant vers la provenance des voix.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Charlie Renarde
Admin
Mer 27 Déc - 4:55
Charlie Renarde



Itinéraire
La team espoir

Frank avait fini de la soigner du mieux qu'il le pouvait et répondait à ses questions. Il n'avait pas tord sur le fait qu'ils ignoraient tout des intentions des autres... ils pouvaient très bien se rendre au point de rendez-vous, ou les chercher ou même rentrer à la base... ou alors le pire serait qu'ils se soient fait capturer par ces montres. Charlie hocha la tête en lui répondant :

-Tu as raison... on risque d'y aller et de ne pas être sûrs de les voir arriver. Hum... le mieux serait de retourner sur nos pas en faisant attention et de voir si on ne peut pas essayer de les pister pour les retrouver. Victor... le soldat Barton m'a montré quelques méthodes pour...

A ce moment la voix de Jacob s'éleva. La jeune soldate regarda autour d'elle instinctivement, avant de poser ses yeux sur la radio. Il était en vie ! S'il communiquait avec eux, c'était qu'ils n'étaient pas non plus captifs. Deux bonnes nouvelles en une fraction de seconde. Jacob lui parla du point de rendez-vous et leur demanda de les rejoindre là bas. Charlie préféra ne pas répondre à l'appel, le temps de voir avec Frank ce qu'ils allaient faire. Elle regarda son équipier de fortune en lui disant :

-Bon... finalement on sait ce qu'il nous reste à faire...

Au fond d'elle, Charlie aurait préféré retrouver Jacob avant de se rendre là bas. Mais au moins, elle était avec Frank qui se montrait bien plus gentil avec elle qu'il n'en avait l'air. La jeune femme regarda alors sa carte pour se repérer et regarder le panneau avec le nom de la ruelle... Une fois trouvé annonça la nouvelle à Frank :

-Bon ! Finalement, il y a des chances qu'on les rejoigne sur le chemin ou alors ils seront là bas avant nous... on doit repasser par la place de l'embuscade pour aller vers le point de rendez-vous.

Charlie rangea ses affaires, mit son sac sur son dos et se tourna vers la direction où aller, en rajoutant :

-On va contourner la place pour ne plus retomber dans le même piège... on ne sait jamais s'ils sont encore là. Bon... On y va ? Le plan te convient ?


by Moses


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Frank Walker
Nouvel arrivant
Ven 12 Jan - 20:10
Frank Walker
La blessure de Charlie est à présent bien protégée par le biais des bandages ainsi que du désinfectant, un peu plus et ça aurait pu s'infecter. Il serait tout de même ironique qu'elle se retrouve infectée sans morsure... Haha. Ben quoi ? C'est un jeu de mots, elle ne pourrait pas mourir de ça, bien sûr, ça serait pathétique et surtout, pas digne d'elle. Enfin bref, l'humour et moi, ça fait deux si ce n'est... Trois mille. Dans tous les cas, si elle n'avait pas eu de quoi nettoyer la plaie, ma flasque dans le fond de ma poche interne aurait pu faire l'affaire, comme quoi, avoir de l'alcool sur soi peut s'avérer bien utile.

La Chef de mission me donne donc raison sur mes suggestions concernant nos compagnons. Selon ses dires, elle avait déjà songé à cette éventualité bien avant que j'y accorde mon veto mais ce n'était pas étonnant, en tant que Boss, elle se devait de penser aux multiples choix qui s'offraient à nous, sans en oublier les conséquences. Puis, une voix provenant du talkie-walkie se mit à retentir, coupant au passage les mots de Charlie dans son élan. Je ne pensais pas que réentendre le blondiniais me rassurerait autant mais si il parle de point de rendez-vous, c'est que tout va bien de leur côté. Une chance.

Malgré cette vive joie qui émanait de Charlie, mon air renfrogné reste toujours intact. Étrangement, je me disais que c'était trop beau pour être vrai, qu'ils soient totalement indemnes me met le doute... Serait-ce un cruel manque de confiance en leur capacité à survivre ou bien suis-je tout simplement parano vis à vis de mon vécu ? J'ai la sensation que la deuxième option me brouille l'esprit, qu'elle me joue des tours... Je n'ai jamais su si je devais me fier à mon instinct ou si je devais me laisser porter par la vie comme elle vient, j'en viens donc à ressentir une sorte de tiraillement, comme si je n'étais pas tranquille face à cette nouvelle pourtant réconfortante. Quoiqu'il en soit, je suivrai Charlie, peu importe sa décision, afin de la seconder et de la protéger.

Les choses sont très claires, on s'en tient au plan en repassant par la place qui nous a amené à nous séparer mais en tant que point de départ, cette fois. C'est sûr qu'en empruntant cette route, il y a peu de chance qu'on puisse les louper, même en la contournant par sécurité suite à l'embuscade. J'hésite à aborder mon appréhension auprès de Charlie afin de ne pas non plus la démoraliser ou autres, elle a déjà été un poil amochée par l'ennemi, je ne veux pas spécialement jouer le rôle du gars relou qui voit le mal partout... Ah merde, c'est ce que je suis. Bon, autant être soi-même jusqu'au bout, alors.

"- Écoute, Charlie. Hm... Je pense que c'est trop beau pour être vrai, je conseille tout de même de rester très prudents, on ignore ce qu'il se passe réellement de leur côté. Je ne saurai comment dire, j'ai juste un mauvais pressentiment."


Lui avais-je dit en agrippant fermement son bras afin de la stopper mais pas au point de lui provoquer un hématome, non plus. J'espérais qu'elle ne soit pas totalement aveuglée par son euphorie, que sa lucidité soit encore présente à cet instant. J'essaye d'ailleurs de prendre le regard le plus sincère possible mêlé à une lueur d'inquiétude pour qu'elle comprenne également que je ne suis pas un bloc de glace, que je me soucie tout de même un minimum pour autrui derrière cette carapace.

"- Le plan me convient mais gardons juste la tête froide jusqu'à ce qu'on les retrouve. Bref... Fais juste attention à toi, d'ac' ?"


Mon charabia me fait perdre pas mal de crédibilité mais le fond n'en restait pas moins bon. Je dois admettre que dans mes paroles, on peut penser que je la prends de haut, que j'en oublie la hiérarchie du groupe mais pas du tout. J'ai seulement plus d'expériences qu'elle, pas dans ce monde, certes, mais je veux juste éviter au maximum les pépins, surtout ceux qu'on ne pourraient pas prévoir à temps. Sur ce, la marche reprend enfin. Je profite de cette fin de répit pour boire une gorgée d'alcool avant de se remettre en chemin, mon regard inlassablement posé sur Charlie ainsi que les environs.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Epidemie :: Paris :: Le XIIème arrondissement :: Le centre de recherche-
Sauter vers: