AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
Le profil de vos personnages a été modifié, pensez à le mettre à jour !
Un nouveau clan a vu le jour: la meute !
Ayez une petite pensée pour le forum en votant sur les tops sites...

 :: Paris :: Les galeries du métro :: L'underground Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La larme à l'âme [Charlie & Eden]

 :: Paris :: Les galeries du métro :: L'underground
avatar
Charlie Renarde
Admin
Dim 19 Nov - 23:55
Charlie Renarde



Au fond du gouffre
Charlie & Eden

Le néant, voilà ce que Charlie avait l'impression d'avoir en elle. Voilà six jours, dix sept heures et vingt quatre minutes, que la jeune femme avait appris pour la mort de John. L'homme qu'elle aimait et qu'elle recherchait depuis des mois depuis qu'ils aient été séparer en mission. Apparemment une femme médecin errante l'avait trouvé agonisant et depuis tout ce temps, elle recherchait la fameuse "Charlie" dont il n'avait pas arrêté de parler jusqu'à son dernier souffle, afin de la prévenir et lui remettre ses plaques. Charlie n'aurait jamais cru cette histoire, si ce n'était pas cette femme qui lui avait raconté, sans compter qu'elle lui a cité un souvenir très personnel que Fred lui avait révélé et qu'elle avait ses plaque...

Charlie s'était écroulée sur le coup, les yeux remplis de larmes et plein d'images passants devant ses yeux. Heureusement que Jacob et Victor, ses coéquipiers, étaient là et l'ont ramené au centre de recherche. Elle avait passé six jours à l'infirmerie à dormir, pleurer et surtout... luter contre ces terribles hallucinations qui essayaient de la détruire. Charlie était trop fragile émotionnellement pour leur résister et les repousser, elle n'arrêtait pas de se faire assaillir d'images horribles. Personne n'était au courant de ce mal qui la rongeait et elle préférait que ça reste comme ça...

Ne voulant pas rester plus longtemps au lit, Charlie était sortie de la base avec la carte de sécurité volée à son ex beau-père, monsieur le grand chef digne du conseil qui n'arrivait plus à la regarder en face alors qu'il se disait être comme un père quand sa mère était vivant... Où elle voulait aller ? A la citadelle, essayer de retrouver Moses, cet homme qu'elle avait tant apprécié malgré leurs différences. Malheureusement, elle ne le trouva pas et termina devant la porte d'un bar.

Après avoir passé cinq bonnes minutes devant la porte, à peser le pour et le contre, Charlie poussa la porte de cet endroit et y entra. Même si c'était la journée, on pouvait y voir pas mal de monde. La jeune femme s'avança timidement vers le bar, évitant soigneusement le regard des gens et parvint à s'installer sur un tabouret qui se trouvait un peu à l'écart. Elle fit signe au barman et lui demanda en s'appuyant sur son coude :

-Une vodka s'il vous plaît...


by Moses


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden Castelli
Nouvel arrivant
Mer 22 Nov - 12:05
Eden Castelli
Les yeux grands ouverts, le visage pale, rempli de sueur. Voilà la nuit qu'avait passé Eden. Très peu inquiet par son manque de sommeil, il est de nature insomniaque, mais cette froideur qui parcourait son corps à mesure que la fièvre augmentait, le mettait dans un état de vulnérabilité intense. Très peu étonnant, nous étions le 20 novembre, date qu'il ne peut oublier : C'est le jour où tout s'est fini pour lui, la scène, les masques, le public. Il fallait avancer. A peine était-ce l'aube, qu'Eden fut debout. Il s'était levé avec un mal-être pas possible mais qu'importe, il prit une douche. Il profita de laisser couler le peu d'eau chaude disponible pour se sentir ailleurs. Comme suspendu dans un autre temps. Il était immobile, seul, pensant à rien. Il fini par sortir, enfile ses fringues, et prend un peu de temps pour se poser sur une chaise à peine solide. Il fixa le mur sans rien dire. Il pensait, réfléchissait à ce qu'il serait sans toute cette chose. Ce bordel sans nom comme il l'aime dire. Maussade, mélancolique. Son sourire tirait vers le bas, son corps entier manquait d'énergie, de volonté.

- S'en est assez.

Il se leva d'un coup pour se rendre à son lieu de travail. Sa fièvre était descendu, tout autant que sa motivation. Derrière le comptoir, il rangea les bouteilles dérangées par ses autres collègues. Il a une tendance presque maniaque. Il classe d'abord les bouteilles par alcool, par degré d'alcool et par couleur. Il en profite pour se servir un verre, ce dont il n'est pas censé être en droit, mais il se fou complètement des règles, ici. Il fait son taff correctement, personne ne lui reproche quoi que ce soit. Peu de clients aujourd'hui bien que la salle ne soit pas , et un visage commun à tout ce monde : Un regard vide, ou peu profond, un sourire effacé.. On boit pour oublier, on tente de s'évader. On espère qu'une liqueur adoucira notre peine, notre chagrin. Eden a pour habitude d'être humble, de discuter avec ses clients, essayer de les voir partir avec ne serait-ce qu'un demi sourire mais aujourd'hui, c'est à peine si il répond.

"-Une vodka s'il vous plaît"
- Hm.


Un service des plus banals, un verre, deux glaçon et l'alcool rempli. Il ne se donne même pas la peine d'y ajouter une tranche de citron comme il aime faire. C'est à peine si il lève les yeux.

- Voilà pour vous. J'encaisse maintenant ou vous attendez quelqu'un ? [/color]

(Comment fais-tu la mise en page ? Si y a un code pour cela, j'aimerais beaucoup l'avoir, histoire que ce soit plus joli..)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Charlie Renarde
Admin
Lun 27 Nov - 2:51
Charlie Renarde



Se soulager
Charlie & Eden

La jeune femme attendit, le regard perdu dans le vide et légèrement brouillé par les larmes qu'elle essayait de repousser. Elle souffla doucement et parvint à les stopper, juste à temps d'ailleurs car le barman lui apporta son verre et lui demanda s'il encaisse maintenant ou si quelqu'un allait arriver. Charlie glissa des capsules vers lui en haussant les épaules :

-Tenez... Personne ne doit venir, je suis seule à présent...

Elle fronça les sourcils en songeant que d'ailleurs plus personne n'allait venir maintenant que Fred était mort. Charlie soupira attrapa le verre et le bu d'une traite. Le liquide brûlant glissant le long de sa gorge, jusqu'à son estomac. Elle soupira quand la sensation de chaud passa. Pendant quelques secondes, ça l'avait soulagé. Charlie regarda le barman :

-Vous n'avez rien de plus fort s'il vous plaît ?

Elle fit glisser son verre vide vers lui, puis poussa un long soupir. Cette soirée promettait d'être très longue... elle pouvait le sentir... est-ce que l'alcool allait l'aider à oublier ? Ou même l'apaiser un peu ? Peut-être pas, mais Charlie avait envie d'essayer un peu... juste pour être sûre. La jeune femme demanda alors au barman :

-Désolée de vous déranger un peu plus... vous n'avez rien à grignoter ?


by Moses


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Epidemie :: Paris :: Les galeries du métro :: L'underground-
Sauter vers: