AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 :: Paris :: Les ruines de Paris :: Les Buttes Chaumon Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un peu de nouveauté [Jest Thorne et Yolandi Odua]

 :: Paris :: Les ruines de Paris :: Les Buttes Chaumon
avatar
Jest Thorne
Nouvel arrivant
Messages : 21
Date d'inscription : 09/10/2017
Age : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 5 Nov - 20:38
Un peu de nouveauté

Jest Thorne & Yolandi Odua

Jest avait été voir sa sœur à la citadelle la veille et elle lui avait raconté une histoire intéressante. Un autre homme, solitaire comme lui, avait fait un tour dans les ruines de la ville. Là où tout n'était que chaos et désolation. Mais qu'apparemment, au milieu de ce chaos, se trouverait un coin de nature. Un peu comme une oasis en plein désert. Les décombres étaient le désert et ce grand parc, l'oasis. Cela avait attisé la curiosité de Jest, qui n'a pas pu s'empêcher d'y penser. Il en eut même du mal à dormir. A son réveil, il était décidé : il voulait voir ça de ses propres yeux.

Il se leva tôt, fit le tour de sa planque et vérifia que tout était bien arrosé, mais surtout que tous les pièges étaient activés. Jest prépara son sac avec quelques vivres, s'arma de son fusil de chasse, ainsi que ses hachettes et prit la route. Ce fut plus long que ce qu'il pensait. Le chemin était périlleux, plusieurs débris faillirent l'écraser et c'était sans compter tous les zombies qu'il croisa. Jest avait préféré en éviter la plus grande partie et affronter à la hachette ceux qui lui bloquaient vraiment le passage. Il dut se cacher pour la nuit et arriva sur place que le matin.

Jest fut émerveillé par l'endroit qu'il découvrit, des arbres, des plantes, des petites collines, de l'eau et même des cascades. La rumeur était donc vraie, il y avait un petit coin de paradis dans cet enfer. Il examina rapidement les alentours et ne vit pas de zombies, c'était calme et paisible. Alors qu'il voulut s'avancer, un mouvement derrière lui déclencha un réflexe. Il attrapa son fusil et mit en joue ce qui avait bougé. Remarquant que c'était trop agile pour être un zombie, il lâcha d'une voix ferme :

Au moindre signe suspect, je n'hésiterai pas à tirer.

Il maintenait fermement son arme et dégageait une grande assurance. Rien, n'aurait pu perturber sa prudence. Jest attendit patiemment que la personne se montre et réagisse, pour voir à qui il avait affaire.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Yolandi Odua
Nouvel arrivant
Messages : 10
Date d'inscription : 19/10/2017
Age : 24
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 6 Nov - 18:47
Yolandi s'éveilla en sursaut, comme depuis deux longues semaines. Elle ne dormait pas plus de cinq heures par nuits. Mais la fatigue n'était rien comparée à l'espoir qui la faisait tenir.
Au début, elle n'avait pas bougé des ruines étant autrefois la belle demeure de ses parents, trop occupée à pleurnicher sur son sort, s'imaginant les pires atrocités qu'aurait pu subir son fils.
Un gros coup de déprime et s'était pardonnable en vue de la situation apocalyptique qui n'était malheureusement pas un simple cauchemar. Oui, parce qu'elle en avait douté.
La jeune femme se leva de sa couche improvisée : Jamais elle n'aurait pensé qu'un jour, elle dormirait à même le sol sur des cartons. Elle fit des cercles avec sa tête et des petits craquements venant de son cou résonnèrent dans la petite cave. Les courbatures étaient douloureuses. Yolandi n'était pas sportive, seulement depuis son arrivée dans Paris, chaque jours étaient devenu des marathons ou des randonnées. En effet, elle n'avait pas arrêté ses recherches dans le 14ème arrondissement dans ce qui restait des habitations, des écoles, des musées… Elle alla même vers la Tour Montparnasse où elle rencontra une horde de zombies. Maintenant, elle avait gagné de la capacité en sprint, s'était certain.
Elle regarda une dernière fois la photo de son fils Jay avant de la ranger dans une petite poche intérieur de son sac à dos, résignée. Il était temps pour elle de partir, son enfant n'était certainement pas dans les parages et puis Yolandi avait trouvé quelque chose d'intéressant il y a deux jours pendant une recherche de bouteille d'eau : Des graffitis sur un mur en brique à moitié calciné : « Lutter pour sa vie, c'est prouver qu'on a encore de l'espoir », rejoignez les Humanistes.
Y avait-il donc des camps ? S'était certain et même logique pour elle malgré que ces quinze derniers jours, elle n'eut l'occasion de croiser qu'une fois des pillards qu'elle n'osa même pas approcher. En vérité, elle avait l'impression qu'il y avait bien plus de zombies que d'humains.
Yolandi soupira et attacha les magasines sur ses avants-bras à l'aide de bouts de corde. Elle faisait ça depuis le départ de son propre domicile. Il était or de question qu'elle devienne l'une de ses créatures. Elle compta les flèches qui lui restait avant de les ranger dans son carquois : Tout juste dix. La suite pourrait devenir compliqué si elle ne trouvait pas de munition… Au pire des cas, tan pis, elle serait bien obligée de s'en fabriquer… Mais comment ? Ou alors… Il faudrait trouver une autre arme.
Toutes ses affaires étaient prêtes, Yolandi gravit l'escalier de briques et rejoignit les débris de ce qui devait être un tabac. Par chance, elle y avait même trouvé trois paquets de tabac. Elle ne fumait pas, enfin… En tout pas ça, mais ils pourraient toujours lui servir en cas de troc.
Elle sortit dans ce qui restait de la rue et fut éblouie par la lumière matinale, il était tôt, il faisait frais, et Yolandi savait où se diriger en premier pour trouver des fruits : Un parc. Une semaine plus tôt, elle avait trouvé cet endroit de paix qui lui avait réchauffé le cœur. Elle y avait vu des pommiers, l'endroit été désert mis à part quelques animaux souvent devenus sauvages.
Elle avait juste à marcher avec discrétion durant vingt minutes pour respirer dans ce coin de nature. La nature qui reprendrait ces droits sur la ville tôt ou tard. Les arbres, les buissons… La brindille qu'elle fit craquer. Yolandi s'immobilisa et retint sa respiration, quelqu'un l'avait entendu :

- Au moindre signe suspect, je n'hésiterai pas à tirer.

Une voix d'homme apparemment. Etait-il seul ? Yolandi marmonna un « merde » avant de préparer son arc et sa flèche, elle glissa son œil à travers la végétation pour apercevoir effectivement un homme plutôt grand mais solitaire et armé. Lentement et en le visant, la jeune femme sortit de sa cachette et balança :

- Qu'est ce que tu veux ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jest Thorne
Nouvel arrivant
Messages : 21
Date d'inscription : 09/10/2017
Age : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 8 Nov - 22:18
Un peu de nouveauté

Jest Thorne & Yolandi Odua

Jest restait figé et concentré, au moindre signe suspect la personne allait se prendre une balle. C'est alors qu'il vit un mouvement dans les buissons, il raffermit sa prise sur son fusil et vit alors la personne sortir de sa planque. Une femme de son âge, voire avec peu d'années de plus. Elle avait la peau d'une couleur chaude, le regard perçant et les cheveux bouclés en masse. Jest ne baissa pas sa garde pour autant. Il restait sûr de lui. Quand il lui demanda ce qu'il voulait. Il fronça les sourcils et ne baissa pas les yeux. Au bout de quelques secondes, il lui répondit d'une voix ferme :

Ce que je veux ? Je veux être sûr de pouvoir marcher tranquillement ici, sans me faire agresser. Voilà ce que je veux.

Le regard de Jest se posa sur l'arc et se fit dur, ce n'était pas ça qui allait le faire changer d'avis et baisser son arme. Le problème dans tout ça, c'était que ça pouvait durer longtemps cette histoire. Hors, il n'avait pas envie de passer sa journée à pointer son arme sur cette femme. Jest voulait explorer les environs et qui sait ? Peut-être trouver des plantes comestibles, sur lesquelles il pourrait prélever des graines ou boutures. Il poussa un soupir et fronça les sourcils. Jest voulait mettre fin à cette situation et rapidement. Il essaya alors de calmer le jeu, mais en restant sur ses gardes avec son arme à la main :
Bon ! On ne va tout de même pas rester des heures à se tenir en joue comme ça ! Si vous baissez votre arme, je baisserai la mienne.

Il ne savait pas si ça allait être suffisant et si cela allait calmer cette inconnue. Peut-être qu'elle allait refuser de baisser son arme et lui aussi dans ce cas. Jest fronça les sourcils, pour en savoir plus et mieux comprendre qui il avait en face de lui, il lui demanda alors :
Je ne vous ai jamais vu, j'oublie rarement un visage. Que faites-vous ici ?



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Yolandi Odua
Nouvel arrivant
Messages : 10
Date d'inscription : 19/10/2017
Age : 24
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 10 Nov - 18:59
L'angoisse tenait en joue les entrailles de Yolandi. Cet homme ne semblait nullement dérangé par sa présence. Il était droit et fière  mais elle continuait de le cibler quand même nullement intimidée...Enfin si, un peu quand même.Il se mit à parler d'une voix grave et franche :

-Ce que je veux ? Je veux être sûr de pouvoir marcher tranquillement ici, sans me faire agresser. Voilà ce que je veux.

Certes, il n'avait pas tout à fait tort : Pourquoi reproduire les erreurs passées de l'humanité ? Pourquoi ne pas s'unir contre le chaos ? Le regard pétillant, la jeune femme l'observa de haut en bas, silencieuse. Que faisait-il ici ? Venait-il d'un clan ? Peut être pourrait-il la renseigner au sujet des humanistes ? C'est alors qu'il ajouta :

- Bon ! On ne va tout de même pas rester des heures à se tenir en joue comme ça ! Si vous baissez votre arme, je baisserai la mienne.

Il y avait toujours des conditions… Mais cet inconnu avait pourtant raison. Il n'y avait aucune utilité à se regarder dans le blanc des yeux durant des heures, s'était une perte de temps. Yolandi baissa la tête  ur son arme, bien sûr qu'elle aurait pu le blesser, depuis le début, seulement, elle lui avait tout de même donné une chance , de plus, il était évident que l'arme qu'il détenait était plus rapide que la sienne. Elle mourrait probablement avant lui :

- Je ne vous ai jamais vu, j'oublie rarement un visage. Que faites-vous ici ?

Ce jeune homme ne paraissait pas chercher d'embrouilles et à croire ces dires, il devait se cacher depuis un moment dans les environs. Yolandi soupira et baissa son arc :

- J'ai vu des pommiers par ici. J'ai plus rien à manger.

Elle se mordit la lèvre, hésitante. Il serait peut être risqué d'en dire d'avantage. Pour le moment, elle se garda de parler de son fils, il valait mieux en savoir plus sur cette homme avant :

- Et toi ? Tu fais quoi ici ? Renvoya t-elle d'un ton sec et suspicieux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Epidemie :: Paris :: Les ruines de Paris :: Les Buttes Chaumon-
Sauter vers: