AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
Le profil de vos personnages a été modifié, pensez à le mettre à jour !
Un nouveau clan a vu le jour: la meute !
Ayez une petite pensée pour le forum en votant sur les tops sites...

 :: Paris :: Le XIIème arrondissement :: Les rues et les ruines Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'union face au danger [Charlie & Samuel]

 :: Paris :: Le XIIème arrondissement :: Les rues et les ruines
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Charlie Renarde
Admin
Sam 7 Avr - 1:04
Charlie Renarde



Objectif atteint !
Charlie & Samuel

Charlie suivit alors l'avis de Samuel. Même si les militaires avaient tendances à être plus prudents en général. Pour elle, c'était mieux de perdre un peu de temps que de perdre une vie... enfin, après ce n'était qu'une question de point de vue. Charlie se donna à fond et frappa au bon moment, esquiva plusieurs fois l'infecté et lui cassa une rotule ce qui le fit flancher quelques instant, juste assez pour permettre à Samuel de l'achever.

Puis leur chemin continua, ils finirent par arriver au bâtiment face à l'endroit à atteindre, mais malheureusement pour eux la distance était trop importante. Charlie alors l'espace essayant de voir si elle pouvait au moins réussir à bondir, pendant ce temps Samuel trouva une idée et bredouilla quelques paroles qui firent sourire la militaire, mais elle ne releva pas pour pas gêner davantage cet homme. Elle posa sa main sur son épaule en lui répondant :

-Je vais poser la première, mais on va se sécuriser avec ma corde en l'attachant autour de notre taille. Je vais m'attacher, comme ça si elle cède sous moi, tu pourras me rattraper... si ça cède... Une fois de l'autre côté j'attacherai la corde au pilier, comme ça si la planche cède sous ton poids, tu seras sécurisé.

Charlie attrapa la planche et la posa de la façon la plus stable possible. Puis elle sortit sa corde de son sac, elle la noua autour de sa taille et entreprit de la nouer autour de la taille de Samuel. La jeune femme faisait un nœud qu'elle avait appris lors de ses missions... Elle se mit debout sur la balustrade du balcon, pris une profonde respiration en regardant le vide et lança comme pour s'auto encourager :

-Bon ! Aller... c'est parti !

Charlie s'élança sur la planche qui bougeait légèrement, elle avançait prudemment et essayait d'ignorer la pluie qui lui fouettait le visage. La jeune femme finit tant bien que de mal, par atteindre le balcon d'en face. Elle sauta rassurée d'être arrivée de l'autre côté sans tomber et rapidement elle enleva la corde autour de sa taille pour l'attacher autour du pilonne.

Alors qu'elle venait de finir de faire son noeud de sécurité, elle entendit le cliquetis d'une arme derrière elle. Charlie dégaina son pistolet en pivotant rapidement pour viser la personne qui la visait... La femme qu'il recherchait. La médecin se tenait déterminée et armée, elle lâcha à Charlie :

-Alors comme ça les militaires m'ont retrouvé ! Ne compte pas sur moi pour te suivre gamine !
-Je ne suis pas là pour ça. J'ai amené un civile à vous, vous devriez l'écouter. Je sais que vous vous méfiez des militaires, mais au moins écoutez le !


La femme recherchait regarda Samuel et hocha la tête comme pour accepter de l'attendre, mais pas de baisser sa garde. Les deux femmes se tenaient en joue.


by Moses


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Samuel L. Taylor
Membre
Dim 8 Avr - 13:57
Samuel L. Taylor



Not alone
Je n'ai même pas envie de savoir ce qui m'est passé par la tête pour dire ça. Je ne pensais clairement pas à mal, mais, c'était comme si l'espace d'un instant, j'étais obligé de me justifier, de peser mes mots avant de sortir une connerie. Même si en fin de compte elle a fini par sortir. Résultat, cela faisait bien longtemps que je ne m'étais pas senti aussi ridicule, j'aurais pu trouver cela drôle si la situation n'était pas aussi critique. Fort heureusement pour moi, la demoiselle ne m'en tenait pas rigueur ce qui permit de passer rapidement à autre et de faire taire ce malaise naissant au-dessus de ma tête. J'hoche la tête à son idée qui nous valait une bonne sécurité à tous les deux, puis la laisser me passer la corde autour de la taille.

Je pris place sur le balcon en tenant la corde qui se déroulait au fur et à mesure qu'elle avançait dans mes mains, prêt à retenir sa course si elle venait à glisser subitement. Chose que je n'espérais sincèrement pas. Mais après avoir été très prudente, elle arriva de l'autre côté dans une sécurité presque total. Et d'une. Maintenant, c'était mon tour. En douceur, je me mis sur la planche et avec tout autant, je traverse l'espace qui me sépare de l'autre côté. Prenant soin de ne surtout pas regarder en bas, ni même en haut avec les bruits de grognement des infectés. Mon cœur faillit louper un battement à la seconde ou mon pied se mit à déraper sur le côté, cependant, j'eus la chance de me rattraper de justesse et d'enjamber l'espace restant pour finir sur le balcon. Le temps de laisser échapper un soupir et d'être soulagé d'avoir une vie sauve, que de nouveaux ennuis ne perdirent pas de temps à nous tomber dessus.

Les mains levées pour ne pas paraître hostile, je ne pris même pas la peine d’essayer d’enlever la corde. Avoir deux femmes qui se tenaient en joue prête à tirer au moindre faux pas, ça donnait de quoi se tenir tranquille. J’étais à la fois rassuré de l’avoir trouvé – si on peut dire – aussi facilement, qu’inquiet qu’elle ne désire pas venir avec nous pour des malvenue qui ne me concernaient même pas.

«━ Ne tirez pas. Je ne suis pas là pour vos histoires, je ne fais pas partie des militaires. J’ai simplement besoin de votre aide. »

Ni plus ni moins, c’est tout ce que je demandais. Pour le reste, j’estime qu’elles sont assez grandes pour se débrouiller toute seule. Je me risquais à faire un pas en avant, quitte à être plus exposé en cas de balle perdue, mais ma demande était sincère et je voulais qu’elle le comprenne. Je n’étais pas là pour la piéger.

«━ Il s'agit de ma fille. Elle... Elle n'était pas au mieux de sa forme dernièrement, mais là... ça n'a fait que s'aggraver. Elle était brûlante de fièvre, puis elle a perdu dangereusement connaissance. Elle n'a pas été mordue, je le sais, mais... je ne peux rien faire pour l'aider. Je vous en prie, vous êtes ma seule chance sans vous... je ne veux pas imaginer le pire si le tout continue à dégringoler. »

Le simple fait de le dire m'arrache la gorge, suivi d'un nœud dans le ventre qu'il me semble impossible à me débarrasser.

«━ S'il vous plaît, je vous en supplie. Je serai prêt à vous rendre l'appareille d'une manière ou d'une autre... Tout ce que vous voulez du moment que vous la sauvez. »

Nothing gets me any higher
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Epidemie :: Paris :: Le XIIème arrondissement :: Les rues et les ruines-
Sauter vers: