AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 :: Paris :: Le centre-Ville :: Musée de Cluny Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une rencontre de psychopathes [Eve & Nicolàs]

 :: Paris :: Le centre-Ville :: Musée de Cluny
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 12/12/2016
Age : 25
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 17 Avr - 20:10



Une rencontre de psychopathes
Eve & Nicolàs

Eve était étendue sur son lit, elle fixait le plafond plongée dans ses pensées. La jeune femme avait toujours du mal à se faire à l'idée qu'elle était à présent dans un tel clan. Mais si elle en était arrivée là, c'était que les anges désiraient que ça soit ainsi et elle ne devait pas aller contre son destin. Eve soupira et se tourna, son regard se posa alors sur une boîte que lui avait laissé Samuel, mais elle n'y avait pas du tout touché.

-Bon... voyons ça.

Elle n'avait pas l'habitude des cadeaux, mais vraiment pas, sur le coup elle avait refusé,
mais il s'était montré plus tenace qu'elle... une fois de plus... Eve se résigna à ouvrir le carton et sourit en voyant un lot de flèches. Elles étaient belles... Eh oui ! Certaines filles se réjouissaient de fleurs ou autres trucs niaiseux, mais Eve était bien plus heureuse avec une arme et plus particulièrement des flèches pour utiliser son arc adoré. Elle les prit dans ses mains, examina l'équilibre et passa le doigt sur les pointes, puis marmonna rageuse :

-Rah ! Elles coupent autant qu'un couteau à beurre ! C'est vraiment n'importe quoi ! Je ne peux tuer personne avec ça... Je ne suis même pas sûre de pouvoir tuer avec ces trucs. Je vais régler ça !

Elle attrapa son matériel d'entretien et sortit pour une raison qu'elle ignorait totalement,
car elle aurait pu le faire dans sa chambre. Eve déambula un petit moment, cherchant à se repérer dans ce grand bâtiment. Puis il faut dire que les gens la regardaient avec curiosité, mais ce qui était agréable, comme frustrant, c'était qu'ils ne la redoutaient pas. Chose dont Eve avait guère l'habitude, chez les fils de Jean elle était évitée et redoutée...

Elle finit enfin par trouver un coin calme. Eve s'installe en tailleur sur un banc dos contre le mur et posa ses flèches sur ses jambes. Elle sortit quelque chose de ses affaires, on aurait dit une pierre carrée et foncée. Puis la jeune femme commença à aiguiser avec douceur la pointe de la première flèche qu'elle attrapa. Eve voulait que ses armes soient redoutables...


by Moses


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nicolàs de Tovenaar
Nouvel arrivant
Messages : 13
Date d'inscription : 20/03/2017
Age : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 17 Avr - 21:12



Nicolàs marchait tranquillement dans les couloirs du musée. Il avait déjà visité le bâtiment, il s’y était déjà égaré, mais il n’en connaissait pas encore tous les recoins. S’il ne passait pas l’essentiel de son temps dehors, il aurait eu davantage d’occasions d’explorer les lieux. D’un autre côté, ça ne l’intéressait pas plus que ça. Tant qu’il savait où il allait et qu’il ne se perdait pas dans ses déplacements quotidiens, c’était suffisant, non ? Errer dans une ville en ruine, c’était tellement plus agréable que de marcher dans des couloirs préservés… Et il y avait plus d’action aussi ! Parce qu’à l’intérieur, le danger était limité…

Mais alors, me direz-vous, pourquoi ne sortait-il pas ? Tout simplement parce qu’au fond, c’était bien aussi de s’accorder un peu de repos à l’intérieur. Et il trouverait sans doute de quoi s’occuper, au gré de ses détours dans les couloirs du bâtiment.

Nicolàs s’inclina très théâtralement devant un homme qui l’avait salué d’un signe de tête en passant. L’homme pouffa. Nicolàs, souriant et, le cœur plus léger, continua sa route. Et s’il allait embêter un esclave ? Ca pourrait être drôle, non ?

Il aperçut alors une tête nouvelle. La jeune fille était assise sur un banc et taillait des flèches. Changement de programme : ça lui donnait une idée. Rencontrer de nouvelles personnes, c’était toujours intéressant ; agrandir son public, c’était toujours plaisant.

Il n’était plus qu’à deux ou trois pas du banc quand il appela joyeusement, en détachant les syllabes :

- Mé-ri-daaa !

Il sourit, s’arrêtant devant la rouquine. Oui oui, c’était bien à elle qu’il s’adressait. Bah quoi ? Ca ne lui allait pas ? En plus, il était plutôt fier de sa trouvaille, le Nicolàs. Certes, les références aux films Disney, ça ne volait pas très haut, ce n’était pas aussi bien que de glisser des tournures de phrases recherchées ou de citer des philosophes antiques en grec ou en latin, mais ça avait son petit charme. Lena appréciait en tout cas…

- Je peux m’assoir ?

Sans attendre la réponse, il s’assit à côté d’elle en souriant.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 12/12/2016
Age : 25
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 20 Avr - 22:40



Ok... c'est qui lui ?
Eve & Nicolàs

Eve travaillait avec soin et beaucoup d’attention, la pointe de sa flèche. Elle voulait que ça soit vraiment parfait, bien tranchant, mais surtout pas fragilisé par un affûtage trop forcé. On le voyait à sa façon de bouger la pierre à aiguiser, qu’elle maîtrisait ce qu’elle faisait, ses gestes étaient bien agiles, bien maîtrisés. Puis soudain un homme appela quelqu’un, il avait lancé un prénom de fille. Eve releva la tête, le regarda et regarda autour d’elle, constatant qu’il n’y avait personne. Elle fronça les sourcils en lui demandant :

-C’est à moi que tu parles ?

Mais pas de réponse directe, il s’approcha, demanda s’il pouvait s’installer et avant qu’elle puisse l’envoyer paître en beauté, ce dernier s’installa. Eve eut le réflexe de le fusiller du regard et instinctivement elle s’écarta de lui, en se glissant au bout du banc, c’est-à-dire le plus loin possible. La jeune femme lui dit froidement dans l’espoir de lui faire comprendre qu’il ne fallait pas s’attendre à ce qu’elle soit aimable avec lui :

-Pourquoi tu me le demandes ? Apparemment tu en as rien à foutre de ma réponse.

Premier contact direct un membre de son nouveau clan : raté. Samuel lui avait pourtant assuré qu’on la laisserait tranquille si elle sortait de sa chambre. Sa chambre… comme elle regrettait amèrement de l’avoir quitté pour se retrouver ici à se coltiner un véritable boulet ambulant.

Eve se sentait déjà très agacée et marmonna pour elle des paroles qu’elle seule pouvait discerner. Elle l’inspecta rapidement, non seulement il avait un style ridiculement tape à l’œil, mais en plus de ça, sa joie de vivre donnait à Eve une envie terrible de le cogner. Elle marmonna un peu plus fort :

-Tu ne veux pas aller voir ailleurs ? Va faire mumuse plus loin…

Eve reporta son attention sur la pointe de sa flèche, essayant de ne pas trop s’énerver. Après tout, elle venait d’arriver et ça pouvait être mal vu de frapper les gens juste comme ça, par simple frustration. Après quelques instants, Eve inspecta la pointe et passa doucement son doigt dessus. À peine sa peau effleurée, qu’une entaille se fit. La jeune femme sourit à la vue de son sang et ne put s’empêcher de sortir à voix haute :

-Voilà qui sera bien plus amusant et efficace ainsi.


by Moses


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nicolàs de Tovenaar
Nouvel arrivant
Messages : 13
Date d'inscription : 20/03/2017
Age : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 7 Mai - 17:09



Il lui avait demandé s’il pouvait s’installer près d’elle par simple politesse mais ne s’attendait pas à un refus. Et de toute manière, il n’avait jamais pensé tenir compte de l’envie de la jeune femme. Un minimum de politesse dans la demande, oui. Mais de là à dépendre de la réponse… non. Il avait envie d’être ici, alors il y était ; ça n’allait pas plus loin. Qu’il s’installe sur ce banc ne gênait en rien les projets de son clan pour l’avenir de l’Humanité, alors pourquoi ne pourrait-il pas faire ce dont il avait envie ? Avec un simple signe de tête affirmatif en réponse à sa question, il apprit à la jeune fille qu’en effet, il n’en avait rien à faire de sa réponse. Il ne s’en cachait pas.

Nicolàs laissa passer quelques instants, laissant la jeune femme l’observer brièvement et faisant de même en contrepartie. Visiblement, même après réflexion, la réponse de la rouquine ne changeait pas. Elle n’avait apparemment pas envie d’avoir de la compagnie. Elle envoya promener Nicolàs, mais celui-ci n’en fit rien. A vrai dire, absolument pas vexé par le rejet de la jeune femme, il était même plutôt de bonne humeur. Hey ! C’est qu’elle avait du répondant, en plus, cette rouquine ! Elle ne se laissait pas marcher sur les pieds. Il daigna donc lui répondre, même s’il se doutait que sa question n’attendait pas de réponse.

- Pourquoi aller voir ailleurs quand tout est parfait ici ?

De son côté non plus, il n’attendait pas de réponse à sa question. Celle-ci était plus rhétorique qu’autre chose après tout. Et il y avait tant d’autres sujets de conversations bien plus intéressants. Mais pour l’instant, l’heure n’était pas aux bavardages. Avec un petit sourire amusé sur les lèvres, il croisa légèrement les jambes, s’appuyant confortablement contre le mur, légèrement tourné vers la jeune femme, observant sa dextérité avec calme.

Une goutte de sang perla sur le doigt de la jeune fille, captivant le regard du blond. A la remarque de la rouquine, un sourire s’étira sur les lèvres de Nicolàs. Il redressa la tête, très lentement. Il avait l’impression d’être sur la même longueur d’onde qu’elle. Avec un étrange mélange de douceur et de fermeté, il lui saisit la main blessée. Son regard perdu dans celui de la jeune femme, avec au fond des yeux une lueur démente, il suggéra :

- Ca te dit qu’on aille les tester en situation réelle ?

Son sourire en coin, son regard un peu fou, ou son dangereux projet aurait sans doute pu effaroucher une prude innocente. Mais certainement pas une fille comme ça, n’est-ce pas ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 12/12/2016
Age : 25
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 10 Mai - 1:13



Qu'est-ce que...
Eve & Nicolàs

Eve vit un mouvement brusque et voulu s'écarter, mais trop tard. L'homme avait saisi sa main, il n'avait rien de brusque, mais il la tenait fermement. Elle voulut dégager son bras et le regarda pour l'injurier, mais soudain elle croisa son regard. Eve connait trop bien ce regard... la dernière fois qu'elle l'avait vu, c'était quand elle avait vu son reflet dans un miroir quand elle avait tué son "père". Depuis elle évitait les miroirs à cause de son aspect... se détestant. Eve savait qu'elle était ce que les gens appellent "un monstre"
quand elle était chez les fils de Jean, tous l'évitaient et avaient peur d'elle...

A présent tout était bien différent, elle était dans un clan où bien des personnes étaient des tueurs. On n'avait pas peur d'elle, on l'observait avec curiosité et on attendait d'elle qu'elle fasse ses preuves. On voyait ses cicatrices comme des marques à respecter et à montrer fièrement. Ils étaient tous... plus proche de ce qu'elle était, bien qu'Eve était plus mauvaise qu'ils ne pouvaient l'imaginer. Mais en face d'elle, elle avait un homme qui n'avait pas peur d'elle et semblait partager son goût du sang.

Eve se demandait comment se comporter avec lui. Elle avait envie de le cogner, pour lui montrer qu'elle n'avait pas peur de lui. Mais il parla avant qu'elle ait eu le temps de joindre le geste à son envie... Quand il lui proposa d'aller tester ses flèches, le visage d'Eve s'éclaira soudainement et sans qu'elle puisse le contrôler un léger sourire étira ses lèvres. La jeune femme lui dit alors d'une voix qui le défiait clairement :

-Allons-y ! J'ai hâte de les tester et de voir ce que vaux un guerrier de ce clan. Je n'ai vu que des petites troupes de récupération et ils ne m'ont guère impressionnés, en dehors de Samuel qui a réussi à me ramener ici.

Rien qu'à l'idée de sortir de ces murs, de courir dans les rues, de bondir de toit en toit et de planter une flèche dans quelque chose, ça la faisait frémir d'excitation. On ne la laissait guère sortir, Eve n'avait pas le droit de sortir seule n'ayant pas encore gagné la confiance de tous et surtout de quelques têtes de l'organisation. La jeune femme bondit du bond d'un mouvement félin et lança alors à l'homme sans se retourner :

-On se retrouve à la porte d'entrée dans 10 minutes.

Eve décampa jusqu'à sa chambre, chambre qui était un "cadeau" qu'avait réussi à lui gagner Samuel pour lui donner envie de rester. Car tous en dehors des hauts placés, dormaient dans des dortoirs et le côté antisocial d'Eve n'était pas compatible avec ça. Elle attrapa son manteau, mis son couteau dans l'une de ses cuissardes, elle tressa ses cheveux et elle tendit la main vers son masque, mais se figea... "Affiche-toi fièrement"... les paroles de Samuel raisonnaient dans sa tête. Elle se ravisa et laissa son masque sur le meuble. Pour la première fois elle allait affronter les rues sous son vrai visage. Eve se rendit à l'entrée et s'appuya contre le mur attendant le fameux excentrique... Quand il arriva, elle se contenta de dire :

-J'ai failli attendre.

Eve sentit un frisson d'excitation parcourir son dos. Mais elle devait le laissait faire, car elle ne pouvait pas demander à sortir... mais lui si...


by Moses


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nicolàs de Tovenaar
Nouvel arrivant
Messages : 13
Date d'inscription : 20/03/2017
Age : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 14 Mai - 14:25



L’expression de la jeune femme changea du tout au tout, comme un enfant boudeur qui découvre ses cadeaux au pied du sapin et ne peut s’empêcher d’exulter, laissant de côté toute idée négative. Nicolàs sourit en se disant qu’elle avait un joli sourire. Son sourire s’étira quand elle accepta sa proposition ; pour finalement devenir plus carnassier au rythme des paroles de la jeune femme, à mesure qu’elle le provoquait.

Nicolàs ne prit pas mal ces provocations ; bien au contraire. Du défi, des jeux… C’était bien ! Elle voulait voir si elle avait bien fait de venir ici ? Elle voulait voir si certains Elitistes relevaient le niveau ? Elle voulait voir comment ils pourraient s’amuser ? Elle serait servie.

- Alors j’espère que tu es en forme.

Un sourire en coin. Nicolàs, lui, était en forme. Et maintenant, de très bonne humeur. Comment ne pas être de bonne humeur lorsqu’on va jouer dehors avec une fille charmante ? Dire qu’il comptait rester un peu à l’intérieur… Il ne pensait pas que la rouquine accepterait immédiatement sa proposition. Mais pour autant, ce n’était pas une proposition en l’air. Et cette sortie n’était pas pour lui déplaire. Pour sûr, Nicolàs se sentait bien ; comme s’il renaissait dans un nouveau souffle. Cette fille était formidable. Il ne la connaissait pas encore bien, mais il l’appréciait déjà.

- Ok, à tout de suite à l’entrée.

Le fait qu’elle ait pu lui dire ça comme excuse pour ne pas rester à côté de lui ne lui effleura même pas l’esprit. Nicolàs la laissa filer et alla se préparer pour sa sortie. Il rangea quelques bricoles et vérifia rapidement qu’il avait toutes ses affaires… Il n’en eut pas pour longtemps et se rendit aussitôt au point de rendez-vous, saluant quelques personnes au passage. Un Elitiste le regarda un peu étrangement ; il l’avait croisé un peu plus tôt et s’étonnait encore de voir à quel point le jeune homme pouvait être lunatique. Nicolàs posa son regard sur lui un peu plus longtemps. L’autre se crispa et s’éloigna avec un signe de tête. Nicolàs était quelqu’un d’amusant qui pouvait faire rire son entourage, mais mieux valait ne pas le chercher quand même. Rares étaient ceux qui ignoraient encore ses capacités, même si son allure et son caractère pouvait être assez déconcertants…

La rouquine était déjà là, mais Nicolàs n’était pas en retard. Avec son pantalon confortable, sa chemise et son foulard noué en lavallière, il était prêt à aller combattre. Son couteau pliable était aisément accessible et il ne s’encombrait pas d’autres armes. Après tout, ils sortaient surtout pour que la jeune femme puisse jouer avec ses nouvelles flèches.

- Haha, patience, Mérida, patience... Allons-y.

Joignant le geste à la parole, il lui tendit le bras, tel un galant homme accompagnant une jolie jeune femme au bal… Sauf que dans leur cas, la jolie salle ne serait que ruines à ciel ouvert ; et la musique qu’ils entendraient serait celle des cris d’agonie de leurs victimes.

En entraînant la jeune femme dehors, il annonça sa sortie à qui voulait l’entendre.

- On va faire un tour, dit-il sur un ton chantant.

Pourquoi en dire davantage ? S’il sortait, ce n’était pas pour cueillir des pâquerettes, quand même…
Quoique, s’il y en avait eu, il l’aurait peut-être fait, à l’occasion…


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 12/12/2016
Age : 25
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Juin - 2:20



Enfin un peu d'air !
Eve & Nicolàs

Patience ? On ne pouvait pas dire qu'Eve en avait, c'était très loin d'être dans ses qualités. Elle se contenta de le fixer avec un air qui voulait clairement dire "Est-ce que j'ai la tête d'une personne patiente ?", puis le suivit jusqu'aux gardes. Se contentant de marcher derrière l'excentrique aux cheveux blancs, elle observa les gardes qui le fixait avec méfiance.

Puis, quand ce dernier leur lança qu'ils sortaient tous les deux. Les gardes le fixèrent avec d'avantage de méfiance, avant de poser leurs yeux sur Eve. La jeune femme gardait un air sûr, les fixait avec détermination et sans aucun doute. Mais l'un d'eux fronça les sourcils en marmonnant :

-Nicolàs, c'est la nouvelle... tu ne devrais pas t'amuser avec tant que sa fidélité au clan n'est pas certaine. Tu vas la faire fuir...

Eve posa son regard sur le type aux cheveux blancs, découvrant au passage son prénom.
Ils ne s'étaient pas présentés l'un à l'autre et pour le coup, elle s'en foutait un peu de son identité. Dans son ancien clan, en dehors du père Adélie, elle avait tendance à surnommer tout le monde "machin". Mais bon, ça pouvait toujours lui être utile. En tout cas, elle fit un pas en avant et lança un regard froid au type :

-Je suis assez grande pour décider, j'ai pas besoin qu'un type dont j'en ai rien à faire me dise ce qui est le mieux pour moi. J'ai besoin de me défouler et si tu ne me laisses pas sortir, c'est sur toi que je vais me défouler.

Le garde la regarda avec des yeux ronds, puis se posèrent sur Nicolàs avant de revenir sur elle et retourner sur lui. Eve émit un claquement de langue signe d'impatience. Puis ce dernier finit par hausser les épaules et s'écarta en ouvrant la porte. Eve sortit immédiatement avant que quelqu'un ne change d'avis. Puis se tournant vers son compagnon de sortie, elle lui lança :

-J'espère que tu connais un coin amusant, je ne suis jamais venue dans ce secteur. Alors... après toi "Nicolàs".

Elle voulait rajouter qu'il n'avait pas intérêt à jouer au con avec elle, car elle lui ferait regretter. Mais... finalement Eve voulait l'observer un peu pour se faire une idée sur lui et voir comment il agit "naturellement". La jeune femme attendit alors que ce dernier la guide dans ce secteur inconnu... chose qu'elle trouvait particulièrement excitante ! L'inconnu et le goût du risque... Elle espérait qu'elle allait bien s'amuser.


by Moses


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nicolàs de Tovenaar
Nouvel arrivant
Messages : 13
Date d'inscription : 20/03/2017
Age : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Juin - 12:37



Un léger sourire mauvais s’étira sur ses lèvres tandis qu’il s’arrêta dans l’encadrement de la porte et lança un regard au garde qui lui avait conseillé de ne pas aller s’amuser avec Mérida. Sur un ton trop doux pour être réellement gentil, un ton qui pouvait être ressenti comme menaçant tout en semblant innocent, Nicolas susurra :

- Si elle voulait fuir, elle serait déjà partie. Je ne pense pas que tu aurais été capable de l’en empêcher. Et puis, ne me fais-tu pas confiance ? Ai-je réellement besoin de me justifier auprès de toi ?

Il avait beau être un peu excentrique sur certains aspects, il avait déjà fait ses preuves. Le garde ne répondit pas, d’autant plus que la jeune femme aussi lui dit ce qu’elle pensait. Le blond rit légèrement, cette fille était vraiment géniale. Il tendit légèrement la main en arrière pour l’inciter à venir et l’attendit. Ca ne servait à rien de rester là à se chamailler avec le planton, des choses bien plus intéressantes les attendaient dehors.

La rouquine ne tarda pas à le rejoindre et à le suivre dehors. C’était donc à lui de mener la danse, puisqu’elle ne connaissait pas les environs. Ca ne le dérangeait pas, il connaissait pas mal d’endroits amusants, certains qu’il affectionnait plus que d’autres. Après tout, la ville entière était son terrain de jeu.

Il lui adressa un sourire charmant en lui saisissant la main et l’entraina d’un bon pas dans les rues qui entouraient le lycée, s’en éloignant petit à petit. Rester aussi près de son point de ralliement, ce n’était pas drôle. Et puis, plus loin, il y avait encore des secteurs qui grouillaient d’ennemis.

Le jeune homme connaissait bien les environs. Il avait déjà dans la tête un parcours suffisamment aisé pour avoir de la liberté de mouvement mais pas trop plan-plan pour que ça reste amusant. Ce n’était pas juste à côté, il fallait marcher un bon moment, mais ça valait le coup.

Il repéra donc sans difficultés les décombres d’un immeuble et commença à grimper sur les gravats, passant derrière un mur étrangement encore debout. Il fallait bien connaître pour savoir que cette escalade d’apparence inutile permettait d’atteindre l’étage par derrière le bâtiment. Ainsi, avec un petit saut et un appui sur ledit mur, Nicolàs saisit un rebord de fenêtre qui donnait sur rien une pièce au trois quart ouverte sur la ville et au sol peu sûr. Il se hissa avec les bras et, une fois arrivé, il tendit la main à Eve pour l’aider à grimper. Non, il ne comptait pas l’emmener comme une faible femme dans des rues tranquilles. Et il ne cherchait pas à l’aider juste parce que c’était une fille. Mais il fallait bien voir qu’il faisait une petite dizaine de centimètres de plus qu’elle et qu’il était moins chargé. Son aide pourrait être utile à Mérida, que ce soit pour avoir une prise plus basse ou pour être déchargée de son arme.

- On passe par là pour être… tranquilles.

Et il ne parlait évidemment pas d’éviter des ennemis, mais plutôt d’éviter les rues où d’autres personnes rodaient. Il voulait atteindre un sympathique endroit où ils auraient plus de liberté pour leurs joyeux massacres, tout en profitant de la hauteur pour abattre quelques cibles si l’envie leur prenait.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 12/12/2016
Age : 25
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Juin - 17:04



Hum...
Eve & Nicolàs

Alors qu'elle attendit qu'il marche à la tête de leur duo pour la guider, ce dernier après lui avoir adressé un sourire, lui chopa la main pour l'embarquer dans son sillage. Eve voulut le cogner, personne n'agissait comme ça avec elle d'ordinaire et elle avait des réflexes quelque peu "hostiles", comme dirait certains. La jeune femme posa sa seconde main, sur son couteau de chasse prête à lui planter dans le bras pour qu'il la lâche, mais...

"Il faut que tu saches, que... Ici, les gens ne sont pas si différents de toi Eve. Si tu baisses un peu l'armure que tu t'es forgée, juste un peu, tu pourras peut-être constater que tu as vraiment ta place avec nous et que tu es probablement enfin chez toi."

Les paroles de Samuel résonnaient en elle, comme une mélodie entêtante qui ne voulait pas la quitter. Son regard se posa sur son couteau, puis sur Nicolàs qui lui tenait toujours la main en marchant. Eve finit par soupirer d'agacement et de ne pas faire ce qu'elle avait eu dans la tête plus tôt. Finalement, elle laissa se Nicolàs la guider en lui tenant la main, même si cela la frustrait.

Ils finirent par arriver dans un secteur où il y avait pas mal de ruines. Eve regarda les alentours, trouvant que l'endroit avait pas mal de potentiel. Elle se voyait bien installer quelques cordes et quelques plaques pour s'amuser... aller de toit en toit, faire courir des infectés, bondir derrière eux pour les tuer... Quelles idées attirantes !

Elle regarda son compagnon d'escapade qui l'avait enfin lâché, se diriger vers un mur et grimper avec une certaine aisance. On pouvait voir qu'il avait l'habitude de ce terrain et que c'était quelque chose qu'il aimait faire. Quand il lui tendit la main pour l'aider à se hisser, Eve émit un petit son de frustration, puis regarda ailleurs gênée par l'idée d'accepter sa main.

Puis à ce moment, elle repéra un débris, puis un deuxième. La jeune femme recula de quelques pas et adressa un sourire à Nicolàs. Puis elle s'élança avec agilité, posa son pied sur le premier débris, s'en servi pour s'élancer sur le deuxième débris et avec tout cet élan et la hauteur gagnée avec ces petits appuis, elle choppa le bord de la fenêtre. Après avoir repris son souffle, Eve se hissa et s'installa à côté de son camarade et lui dit :

-J'ai appris à me débrouiller toute seule.

Miracle ! Elle venait de parler sans méchanceté et sans hostilité, ni même un sarcasme. Samuel aurait été là, il aurait peut-être approuvé ses efforts. Enfin... pour elle ça semblait un effort surhumain, alors que pour tout le monde ça semblait banal comme geste. Eve se leva et s'avança dans la pièce "ouverte". Cela donnait une vue incroyable sur les environs. La jeune femme sourit en s'exclamant :

-Pas mal... pas mal du tout, ça offre des perspectives intéressantes.


by Moses


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nicolàs de Tovenaar
Nouvel arrivant
Messages : 13
Date d'inscription : 20/03/2017
Age : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Juin - 18:19



Nicolàs n’avait pas été vexé de la réaction de la jeune femme, bien au contraire. Il la trouvait réellement impressionnante et forte. Alors, quand elle arriva près de lui et justifia le refus de son aide, il lui sourit doucement, avec sincérité et lui adressa un petit signe de tête, acceptant sa réponse.

Depuis cet étage ouvert, on voyait déjà pas mal la ville, mais ce n’était rien par rapport à l’endroit où il allait l’emmener. Il sourit. Des perspectives intéressantes, il allait lui en offrir.

- Suis-moi, tu n’as encore rien vu.

Il passa par les escaliers de l’immeuble étrangement encore à peu près intacts, puis atteignit les toits. De là, il avait une belle vue sur les environs. Et surtout, ça lui permettait de repérer, sans se faire voir, où il y avait de l’animation dans les rues. Il fit signe à la jeune femme d’approcher et pointa une direction. Au loin, on pouvait apercevoir quelques silhouettes à la démarche pas très humaine.

- On va aller par-là.

C’était un coin qu’il aimait bien, un coin qui avait sévèrement été touché par les bombardement, lourdement dégradé et qui offrait donc plein d’endroit où grimper, se cacher, épier, sauter, glisser… Un coin où peu de vivants s’aventuraient car il était fréquemment sillonné par des zombies. Et Nicolàs aimait bien s’amuser là-dedans. C’était là qu’il avait récupéré son zombie, d’ailleurs. Il s’en souvenait encore, c’était un moment vraiment mémorable, vraiment excitant. Il aurait évidemment pu en trouver un isolé dans un coin paumé plus près de leur base mais pourquoi faire simple quand on pouvait faire… amusant ?

Nicolàs avançait tranquillement sur les toits, regardant la ville sous ses pieds. Il passait par là pour gagner du temps et de l’amusement. En puis, ça permettait également à Mérida de repérer les lieux. Nicolàs était certain qu’elle était déjà en train d’imaginer le potentiel de ces différents coins qu’ils traversaient. Dans un coin, un morceau de métal courbé offrait une magnifique prise pour accrocher une corde. Plus loin, un passage étroit permettait d’épier des ennemis sans être vu… Il y avait tellement de possibilités de jeux pour qui cherchait à en trouver, pour qui osait grimper sur les toits de Paris, pour qui était intéressé par une partie de cache-cache à l’échelle de la ville et où l’enjeu était la vie.

Alors qu’il avançait jusque là d’un bon pas, grimpant ou descendant au rythme des dénivellations des hauteurs parisiennes, le blond s’arrêta net au bord d’un toit. On distinguait devant, un étage plus bas, un autre toit. Mais ce n’était qu’en s’approchant vraiment du bord qu’on pouvait constater que cet autre toit n’était pas collé à l’immeuble sur lequel ils étaient. La ruelle qui les séparait était si étroite que, de par leur hauteur, ils ne pouvaient constater sa présence qu’au dernier moment. Et souvent trop tard pour quelqu’un d’inattentif. Heureusement que Nicolàs connaissait la zone. Par sécurité, il tendit le bras pour empêcher Mérida de passer si elle ne l’avait pas vu.

- Fais attention ici, regarde. On va aller de l’autre côté, prête à sauter ?

Il recula pour prendre son élan, lançant un regard à la jeune femme pour s’assurer que ça irait. Le saut était assez aisé pour quelqu’un qui était un minimum sportif et agile ; et Nicolàs ne remettait pas en cause les compétences de sa nouvelle partenaire de jeu. Il voulait juste s’assurer que ça lui plairait et qu’elle n’était pas trop encombrée. Surtout après avoir dû passer un certain temps enfermée.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 12/12/2016
Age : 25
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Juin - 20:06



Pas mal !
Eve & Nicolàs

Eve lui lança un regard interrogateur et rempli de curiosité quand il lui lança qu'elle n'avait encore rien vue. Cela promettait vraiment d'être une promenade intéressante. La jeune femme le suivit donc sur le toit en passant par les escaliers. Une fois en haut, elle essaya de se repérer par rapport à son ancien terrain de jeu... là où elle avait été enlevée, bien qu'elle avait toujours une certaine amertume envers cette défaite, Eve ne put s'empêcher de repenser à toute l'agilité et la force de Samuel lors de ce combat. Après tout, elle les avait tous mis hors de combat et avait perdu seulement face au chef...

Donc, ce fut tout naturellement qu'Eve essaya de s'orienter dans ces ruines, mais elle finit par se résilier. Ce lieu semblait loin des endroits qu'elle connaissait, enfin... d'apparence.  Elle allait bien finir par agrandir son secteur pour repérer la position des élitistes par rapport aux coins qu'elle connaissait. On ne sait jamais... Du coup elle commença plutôt à repérer les lieux tout simplement.

Elle fut stoppée au bout d'un moment, heurtant légèrement le bras de Nicolàs, elle était si aspirée qu'elle ne l'avait vu ralentir. Eve posa son regard  à l'endroit où elle avait failli marcher et se rendit compte qu'elle venait d'échapper à une belle chute. Mais trop fière,
elle préféra faire comme-ci de rien n'était. Eve se contenta seulement de répondre :

-Pas de problème, je suis prête.

Depuis son réveil, elle passait son temps à travailler son corps. Entre l'inactivité quand elle était captive, la mal nutrition quand elle avait fait une pseudo grève de la faim pour qu'on la laisse et entre la maladie post-morsure... Son corps en avait pris un petit coup et ses exercices s'étaient montrés plus douloureux que d'ordinaire.

Voyant son regard examinateur sur elle, comme s'il jugeait si elle en était capable. Eve fronça les sourcils, recula d'un pas et s'élança sur le toit en face. Ce fut vraiment tout juste, d'habitude, elle arrivait à sauter beaucoup plus loin que ça, mais néanmoins elle avait tout de même réussi. La jeune femme se tourna vers Nicolàs et lui lança un petit sourire fier et taquin, en lui lançant :

-Bah alors ! Je t'attends...


by Moses


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nicolàs de Tovenaar
Nouvel arrivant
Messages : 13
Date d'inscription : 20/03/2017
Age : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Juin - 21:35


Nicolàs aimait ce côté fier que montrait la rouquine. Elle ne voulait par admettre qu’il lui avait évité une chute mortelle et maintenant elle le provoquait parce qu’elle était passée devant lui pour sauter sur l’autre bâtiment. Il ne mit pas longtemps à la rejoindre agilement sur le toit suivant, avec un petit sourire. Puis il s’inclina devant elle dans un joli petit salut théâtral.

Et sans plus attendre, il reprit sa route. Au bout d’un moment, il arriva dans un quartier encore plus touché par les bombardements et les effondrements. Dans un coin, un immeuble n’était plus que l’ombre de lui-même, ce n’était plus qu’un tas de gravats avec quelques bouts de murs. Celui sur lequel ils étaient marquait une sorte de transition. Les étages supérieurs étaient massacrés, des poutres étaient abattues et par endroit, des barres d’acier du béton armé étaient mises à nu. C’était l’une d’elle qui intéressait Nicolàs, une belle et solide tige pointant vers le sol sans pour autant le toucher. Elle lui permettrait d’arriver rapidement en bas par un effet de tyrolienne. En bas où justement se promenait un charmant zombie.

Commençant à détacher une sangle qu’il avait à la ceinture, il murmura :

- Tu me fais confiance, j’espère.

L’équipement de sécurité, c’était pour les faibles. Il avait les sangles dont il avait besoin à la taille, pas besoin de davantage. En les passant convenablement autour de la barre de métal, il pourrait se laisser glisser jusqu’au sol. Enfin, jusqu’à un peu au-dessus du sol. Il aurait sans doute un petit mètre entre ses pieds et le sol.

Il passa sa sangle autour de la barre métallique et la saisit convenablement. On sentait l’habitude. Le plan : se laisser glisser et percuter d’un savant coup de pieds le zombie qui rôdait là. C’était ce qu’il aurait fait s’il avait été seul, mais il comptait bien faire participer la jeune femme alors il tendit le bras vers la jeune femme afin de le passer autour de sa taille.

Il attendait de voir sa réaction, pour savoir s’il devait l’entraîner ou lui laisser ses sangles. Il comprendrait qu’elle ne veuille pas et la laisserait profiter ; mais il aurait nettement préféré profiter avec elle.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 12/12/2016
Age : 25
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Juin - 22:44



Un jeu d'enfant !
Eve & Nicolàs

Eve le regarda sauter avec une certaine facilité, ce type s'en sortait bien, mais elle avait hâte d'être au meilleur de sa forme et lui montrer ce qu'elle avait dans le ventre. Elle le regarda faire une révérence, la jeune femme compris à cet instant que c'était le genre d'homme à aimer "jouer" et se faire remarquer. M'enfin, Eve s'en foutait littéralement voire totalement, du moment qu'elle aussi pouvait s'amuser hors de ce foutu bâtiment dans lequel elle étouffait sous le contrôle qu'on lui imposait.

Elle le suivit alors dans les décombres, silencieuse comme toujours et toujours en observant les alentours, mais en faisant un peu plus attention. Plus le duo avançaient et plus Eve se rendait compte qu'ils s'avançaient vers les zones de plus en plus bombardées. Les bâtiments se faisaient rares et les monts de gravats s'élevaient à perte de vue. Cela aurait pu être angoissant, mais Eve trouvait plutôt que ça montrait à quel point ils étaient forts... Plus forts que la maladie, plus forts que les bombes, plus forts que ce chaos...

Quand il s'arrêta enfin, Eve observa les environs. Elle repéra une barre qui aurait pu permettre de glisser facilement vers le sol, mais la jeune femme ne pensait que quelqu'un pouvait être aussi imprudent qu'elle et donc elle ne pensait pas qu'il allait lui proposer. Puis elle croisa son regard et parla de confiance, instinctivement elle lui dit avec franchise :

-Non, j'ai appris avec le temps qu'on ne peut faire confiance qu'à soi-même.

Après tout, elle avait fait confiance à son père et il avait joué au con, pour finir en prison et y mourir. Elle avait fait confiance à ses "parents adoptifs" qui semblaient aimants, pour finir battue, séquestrée, violée et mutilée par son père adoptif, pendant que sa mère adoptif fermait les yeux préférant qu'il fasse ses atrocités sur Eve plutôt que sur elle... Depuis, elle n'avait plus jamais fait confiance à personne. Personne.

En le voyant détacher une sangle à sa taille, le regard d'Eve s'éclaira et une exclamation d'excitation éclaira son visage. Il passa sa sangle sur la barre en fer et tendit le bras vers elle avec un regard interrogateur. Eve baissa ses yeux vers sa ceinture, ceinture qui ne retenait pas son short car elle était simplement attachée au dessus. Cette ceinture, elle l'utilisait justement comme sangle pour glisser le long des cordes .

Sur le coup, elle voulu lui reclaquer qu'elle allait se débrouiller, mais Eve n'était pas sûre d'avoir récupérée sa poigne et sa résistance dans ses bras... Puis d'un autre côté ne serait-ce pas un plus gros défi que de laisser quelqu'un la tenir ? Sans aucune véritable prise... Eve garda la tête haute, s'avança près de lui pour le laisser la prendre et le regarda dans les yeux en lui lançant avec une légère provocation incontrôlable :

-Voyons si tu as assez de force pour ça.


by Moses


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nicolàs de Tovenaar
Nouvel arrivant
Messages : 13
Date d'inscription : 20/03/2017
Age : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Juin - 23:50


Mérida fut assez claire quand elle lui répondit qu’elle ne pouvait faire confiance à elle-même. C’était un peu triste de ne pas pouvoir se laisser aller, même si Nicolàs pouvait le comprendre. Pour certaines choses, il ne se fiait qu’à lui. Mais il trouvait triste de devoir avoir autant de retenue. Il aimait bien pouvoir se laisser aller par moment. C’était amusant et ça apportait une excitation, un frisson, que l’on ne pouvait pas connaître si on cherchait à toujours rester maître de la situation.

D’un sourire en coin, il répondit à la provocation de la jeune fille. Finalement, elle acceptait sa proposition… Intéressant. Très intéressant. Elle se fiait à lui. Nicolàs s’en sentit fier ; il ne la décevrait pas. Il murmura :

- Je sens que toi et moi, nous allons faire de grandes choses.

Il passa un bras autour de la taille de la jeune fille, la laissant passer ses bras autour de son cou si elle le voulait. Il avait beau être svelte, elle pouvait sans doute sentir qu’il avait une prise bien ferme. Il ne la laisserait pas tomber.

Nicolàs attendit un peu, se tenant prêt à s’élancer dans le vide, droit sur un zombie qui n’avait rien demandé. L’ancien humain se rapprochait légèrement de leur position. Nicolàs attendit encore un peu, calculant son coup. Il ne voulait pas arriver trop tard, ni trop tôt, car ça n’aurait pas été aussi drôle. Attendre qu’il s’éloigne n’aurait pas été amusant, et lui sauter devant aurait été sans intérêt. Autant lancer les hostilités par une arrivée… fracassante.

Nicolàs murmura :

- A trois, on y va…. Un…. Deux…. Trois !

Et il s’élança, laissant la jeune femme donner un bon coup de pied dans le dos de leur zombie en arrivant au sol si elle le voulait ; sinon il s’en chargerait. Il atterrit souplement et s’écarta d’un bond, relâchant la jeune femme pour lui permettre de se mettre en garde, de sauter sur leur ennemi ou de s’en écarter, comme elle le voudrait.

- Je te le laisse ? demanda-t-il sur un ton chantant en contournant leur ennemi pour ne pas lui permettre de fuir.

Oui, il acceptait de laisser son jouet. Elle avait bien le droit de s’amuser, de profiter de sa sortie. Et puis ils en verraient d’autres. Celui-ci ne serait que l’échauffement. Ils allaient bien s’amuser dans ce terrain de jeu, et elle aurait l’occasion de tester ses flèches autant qu’elle le voudrait.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 12/12/2016
Age : 25
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 5 Juin - 2:55



Ooooooooh !
Eve & Nicolàs

Eve vit sourire et sut immédiatement que sa provocation avait fait mouche. Certes, elle ne lui faisait pas du tout confiance, mais au moins il n'était pas ennuyeux. Sans compter que ce dernier n'avait pas peur d'elle malgré son apparence et son sale caractère, c'était au moins ça, car c'était tout de même la première fois qu'elle sortait sans masque avec quelqu'un. Quand il murmura que tous les deux allaient faire de grandes choses, Eve répondit avec le même ton :

-J'ai hâte de voir ça...

Puis le coin de sa lèvres se releva, dessinant un petit sourire de coin. Il la prit fermement par la taille et Eve passa ses bras autour de son cou, car elle préférait se tenir ne se voyant pas les bras pendouillant. Cette posture la raidi un peu, si proche d'un homme la rendait extrêmement mal à l'aise. Faut dire qu'à la base, elle n'est déjà pas sociable, mais c'était encore pire avec les hommes avec tout ce qu'elle avait vécu.

Nicolàs semblait se concentrer un peu sur le saut, Eve regarda en bas et ses yeux s'écarquillèrent de surprise. Juste en bas, un foutu cadavre puant et ambulant, les attendait tout en se dirigeant d'un pas traînant vers eux. La jeune femme lâcha soudainement avec un grand sourire :

-Oh ! Je vois... voilà qui rend les choses un peu plus amusantes effectivement ! Dommage qu'il n'y en a qu'un seul...

Elle frémit d'impatience et compta dans sa tête en même temps que Nicolàs jusqu'à ce qu'il s'élance. La sensation était juste géniale ! La vitesse ! Le vent ! Le frisson ! Le coeur qui s'emballe ! Un vrai régale... Elle donna un coup au cadavre ambulant en même temps que Nicolàs. Elle lâcha son camarade que lorsqu'il se réceptionna comme il le fallait.

Quand il lui proposa de s'occuper de l'abomination, la jeune femme afficha un grand sourire. Pour rien au monde, elle n'allait louper cette occasion. Eve s'avança avec la démarche d'un prédateur, on aurait dit un félin ayant cerné sa proie. Le cadavre se dirigea vers elle, d'une démarche lente... si lente... preuve que ça faisait un bon moment qu'il déambulait celui là.

Eve sortit son couteau et commença à frapper l'infecté, elle lui faisait une entaille et esquivait tranquillement. Elle joua un peu avec, puis quand ça devient trop lassant et trop mou, elle l'acheva en lui enfonçant sa lame au niveau de la tempe du cadavre, elle remua un peu et le cadavre devint vraiment un cadavre... immobile. Eve essaya son arme sur les loque du mort et la remit dans son étui avant de se tourner vers Nicolàs en lui demandant :

-Et maintenant ?


by Moses


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nicolàs de Tovenaar
Nouvel arrivant
Messages : 13
Date d'inscription : 20/03/2017
Age : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 5 Juin - 11:15



Nicolàs avait envie d’intervenir, mais la jeune femme s’en sortait bien. Il préférait la laisser profiter de ce petit échauffement. Il se contentait d’observer ses techniques d’un œil intéressé et connaisseur, avec un petit sourire en coin sur les lèvres. Elle avait l’air de s’amuser, elle était visiblement comme lui, à aimer jouer avec les ennemis au lieu de les massacrer d’un coup net et précis. Alors qu’elle profite ! Il n’allait pas la déranger maintenant. De toute façon, il aurait d’autres occasions de s’amuser, ne serait-ce que dans les minutes à venir. Là où il comptait l’emmener, il y aurait bien plus de possibilités d’affrontement.

Finalement, le cadavre se fit immobile et la jeune femme lui demanda la suite du programme.

- Maintenant ? Les choses sérieuses peuvent commencer.

Parce que oui, pour lui, ce chemin tordu jusqu’ici, cette descente en tyrolienne improvisé et ce premier combat, ce n’était pas encore « les choses sérieuses ». Il eut un sourire en coin. Le genre de sourire qui laisse entendre qu’il ne vaut mieux pas être son ennemi en cet instant précis. Le genre de sourire qui fait froid dans le dos. Le genre de sourire qui, pour quelqu’un comme lui, présage bien de l’amusement, mais aussi bien des tourments pour ses futurs jouets.

- Je vais te montrer un endroit que j’adore. C’est juste derrière.

Il se mit tranquillement en route, et comme convenu la route ne fut pas bien longue. Au détour de ce qui restait d’un immeuble, il gravit quelques gravats et fit un grand mouvement du bras pour désigner le terrain qui s’offrait à eux. Les immeubles bombardés n’offraient que de petits abris par endroit ou des promontoires sur lesquels il fallait grimper. Des gravats sillonnaient le terrain, le rendant moins lisse, moins fade. Grimper, s’accroupir derrière une poutrelle abattue, se glisser par une ouverture pour sauter sur un ennemi… Tout était possible ici pour qui avait un peu d’imagination. La première fois qu’il était venu, Nicolàs s’était sentit comme un enfant de 10 ans découvrant pour la première fois un immense skate-park, avec toutes les possibilités s’offrant à lui.

Aujourd’hui encore, ils n’auraient pas à attendre longtemps. Trois cadavres ambulants s’approchaient d’eux de leur démarche saccadée et ralentie. Celui du milieu avait l’air un peu plus vigoureux que les deux autres. Nicolàs leur fit un petit coucou avec la main et sourit à la jeune femme l’accompagnant.

- Eh bien, je suppose que c’est parti !

Il s’élança sur le côté pour aller s’amuser avec sa première victime, tout en gardant la jeune femme à l’œil. Il ne voulait pas la gêner, il voulait qu’elle profite vraiment de sa sortie. Alors il faisait en sorte de ne pas l’empêcher d’utiliser ses flèches si elle le voulait, il s’arrangeait pour laisser ses cibles aller à elle comme elle le voulait… Pour autant, il ne semblait pas la fixer sans cesse. Il profitait aussi de son combat, tout en s’adaptant au rythme de la jeune femme. Petit défi supplémentaire…


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 12/12/2016
Age : 25
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 5 Juin - 16:01



Jouons un peu
Eve & Nicolàs

Eve haussa un sourcil en le voyant dire que les choses sérieuses allaient commencer. Ce n'était pas ses paroles ou autre qui intriguait la jeune femme, non... c'était son sourire. Il dégageait quelque chose de... "bizarre", elle n'aurait pas dit effrayant, quand on avait eu la vie d'Eve il en fallait beaucoup plus pour qu'elle s'inquiète. Mais bon, il arrivait tout de même à l'intriguer ce qui était pas mal.

La jeune femme haussa les épaules et le suivit de près, elle n'avait aucun problème à suivre le rythme. Quand ils arrivèrent enfin sur place, elle regarda les décombres... certes ça semblait prometteur, mais... pas tant que ça. Eve le regarda en lui disant :

-Un jour, je vais te montrer où moi je m'amusais.

Puis son regard se posa sur trois cadavres ambulants qui s'avançaient vers eux. Voyant leur lenteurs, elle afficha une petite moue un peu déçue. Mais en même temps. C'était un coin reculé, jonché de débris... les cadavres ambulants devaient être coincés ici et pour un truc qui ne sait pas réfléchir ce devait être pas évident d'atteindre cette zone, qui en plus semblait déserte, donc pas de chair fraîche pour eux...

Eve regarda Nicolàs s'élancer et attaquer. Il se joignit un peu à lui, mais finit par trop s'ennuyer et recula pour laisser faire son camarade. Elle en profita pour observer comment il se battait et se déplacer, on voyait que ça lui plaisait et qu'il avait l'habitude. Eve eut un frisson et se figea en regardant autour d'elle, elle se sentait observée. On aurait pu la prendre pour une parano, mais il ne fallait pas oublier qu'elle avait passé ces deux dernières année à protéger un clan et qu'elle était habituée au danger, ses instincts s'étaient fortement développés. La jeune femme observa les alentours et repéra au loin une silhouette qui s'éclipsa.

Se levant Eve attrapa son arc, encocha une flèche et tira dans la tête du dernier infecté qui se trouvait face à Nicolàs. Elle sourit sur le coup, observant les dégâts qu'avait provoqué sa nouvelle flèche. La jeune femme alla la récupérer et se tourna vers son camarade en lui disant :

-On est observé. J'ai repéré un humain bien vivant à l'autre bout des débris là-bas, mais il a disparu avant que j'ai pu le détailler. Est-ce que je suis surveillée par le clan parce que je suis nouvelle ? Si ce n'est pas le cas, on intéresse quelqu'un... peut-être des cannibales...


by Moses


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Z-Epidemie :: Paris :: Le centre-Ville :: Musée de Cluny-
Sauter vers: